Partagez|

L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Mer 8 Mai - 17:29

La nuit arrivait, mais ce n'était plus le même temps qu'il y avait quelques mois. Les températures s'étaient adoucies nettement ce qui rendait la vie d'Hellias bien plus légère. Il avait pu se déplacer sans craindre de se faire arroser par une pluie coriace, et même s'il ne se séparait toujours pas de sa fameuse veste, il savourait la saison douce qui s'annonçait. Il faisait tout de même encore assez frais, mais il était tout à fait possible en journée pour les moins frileux de tenter une simple chemise et une veste légère. Hellias restait l'égale de lui-même quelle que puisse être la saison. On se demandait presque pourquoi il tenait tellement à toujours se présenter de la même façon chaque jour. C'était comme un uniforme mais qu'il prenait quotidiennement. Un garçon lui avait demandé s'il lui était arrivé de se promener torse nu, question qui lui avait valu des yeux grands comme les yeux d'une chouette.

A la réflexion, non jamais. Dans la noblesse, on ne se défaisait jamais publiquement de ses affaires, il n'avait plus l'argent qui allait avec mais concevrait les manies parfois peu compréhensibles du protocole aristocrate. C'était étrange vues ses tenues très abîmes mais que voulez vous certaines choses demeurent là où les moyens s'envolent. En parlant de moyens... mêmes'il tentait d'aider les gens de sa nouvelle condition sociale, il trouvait toujours de nouvelles têtes dans la rue; cela le désolait véritablement... Personne n'aurait pu se douter sans le connaître qu'il nageait dans le même bain financier, enfin il faisait quelques petits travaux qui lui donnaient la possibilité de les aider parfois. Alors qu'il traversait la rue, il vit une forme le long d'une rue un peu isolée. Penchant la tête, il prit ses pièces dans sa poche et décida de lui prendre un sandwich et un petit gâteau aux fruits rouges qu'il avait réalisé dans cette boulangerie. Il en ressortit presque aussitôt et marcha tranquillement vers elle. D'un ton parfaitement naturel, il lui dit :

" Bonjour, je m'appelle Hellias, que faites vous par ici ..?"

Ou plutôt es-tu nouvelle par ici, mais ce n'était pas le genre de questions qui se posaient à moins de vouloir blesser ouvertement une personne. Ce n'était pas le but d'Hellias, il cherchait juste à dialoguer et aussi à lui filer un repas au besoin. Ses mains tenait toujours le sac en toile contenant ses petites courses fraîchement achetées. Il espérait juste que la jeune femme ne croirait pas qu'il la prenait en pitié. C'était honnêtement qu'il venait vers elle. Elle semblait faible toute seule dans cette rue... Si un peu de nourriture pouvait la regaillardir un peu; Hellias en serait très heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Mar 21 Mai - 19:52

Aujourd’hui encore, la rue. En même temps om voulez-vous qu’elle aille ? Notre demoiselle était sortie de l’Abyss depuis peu. Totalement perdu, dans un monde ayant tout de même bien changé par rapport à sa vie humaine. Où était passé son chez elle ? A défaut d’espérer retrouver des gens qu’elle connaissait la jeune fille pensait au moins revoir la ville qu’elle connaissait. Lui donnant par la même occasion un point de repère. Un moyen de redémarrer, au moins un peu ? Mais non. Il n’en restait rien. Du moins elle ne savait toujours pas avec exactitude ce qui s’était passé ce jour-là. Ce trou noir, qui l’avait engloutit dans ce monde infernal. Combien de temps avait-elle passé dans ces lieux qui ne devaient être qu'un compte ? Aucune idée, mais cet endroit n’aurait jamais dû exister… D’ailleurs au même titre que notre demoiselle ne devrait même pas être en vie. Ne sachant toujours pas pourquoi elle avait passé le temps, la jeune Chain avait finit par découvrir plus ou moins combien de temps s’était écoulé. Cent ans, cela paraissait tellement long. Techniquement notre jeune fille ne devrait même plus exister depuis longtemps, déjà sous terre depuis bien longtemps. Et ce de manière naturelle ! Enfin certainement… Soupirant, la demoiselle avait donc décidé de tenter de continuer à se battre pour vivre. Ayant été les trois quart de sa vie seule, la demoiselle avait très vite compris qu’elle devrait compter que sur elle-même. Ou du moins sur très peu de personne pour compter survivre. Que représentait sa journée ? Pas grand-chose, son activité principale restait se chercher de quoi se nourrir. Souvent ce n’était pas grand-chose, mais manger même un petit peu une fois dans la journée lui permettait de ne pas rester l’estomac vide. Car Chain ou pas, la demoiselle n’avait pas intérêt à être fatiguée et se vider de ses forces à cause de la faim. Elle aurait vite fait de se faire dévorer par les autres, si on peut dire ça comme ça.

Donc, où chercher de quoi manger aujourd’hui ? En tout cas, l’endroit principal pour ça était les rues marchandes. Profiter du monde et des étalages dehors était le meilleur moyen de se trouver de quoi manger sans pour autant tomber malade puisque ce n’était pas un déchet ramassé dans les poubelles ou on ne sait où. Du moins, Kyrielle c’était toujours dit de ne faire ça qu’en cas d’urgence pour ne pas se laisser aller. C’était étrange, pas grand-chose ne la rattachait à la vie, mais ayant une certaine fierté, ou quelque chose de ce genre, la demoiselle ne songeait pas à se laisser mourir en s’allongeant dans un coin. Pourtant ce serait certainement le plus simple. Ne dormant pas forcément très bien. Epuisée. La demoiselle était presque somnolant, n’arrivant pas à trouver le courage de se lever. De courir, de voler, de fuir. Bref la routine. C’est pour cela qu’elle restait en boule dans une coin de rue. Les passants l’ignoraient de toute façon, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait. Recroquevillée sur elle-même, tirant machinalement sur sa jupe, son regard se perdait sur le sol. Moui. Ce n’était pas une bonne journée on va dire. Elle était lassée, mais aussi fatiguée de tout ça. Ainsi, ça lui arrivait de temps à autre de rester là comme ça sans rien faire. Pourtant elle savait très bien qu’elle devrait finir par se lever pour se nourrir. Fermant les yeux, bien que ne dormant jamais à point fermée, par peur, prudence ? Un peu des deux certainement…

C’est finalement lorsque le soir arriva qu’elle se décidait à émerger. Rah, elle devait manger. Maudit estomac. Ce dernier ne cessait de lui réclamer quelque chose pour le remplir, ou simplement l’occuper en fait. Mais ses jambes ne suivaient pas pour le coup. Elle serait certainement bonne pour prendre les restes de la journée qui étaient tombés par terre… Dépitée de sa propre situation, elle soupira, restant en boule dans son coin. C’est alors qu’une silhouette au-dessus d’elle attira son attention. C’était un homme, qui ne paraissait pas bien vieux. Habillé de façon un peu étrange, donne l’impression qu’il était soigné sans l’être. Munit d’un sac, la demoiselle sursauta légèrement lorsqu’il la salua pour se présenter et lui demander ce qu’elle faisait ici. Pardon ? C’était à elle qu’il causait ? Regardant à droite et à gauche comme pour vérifier ce fait. La jeune fille lui lança dans un premier temps un regard méfiant. Elle ne savait pas qui il était, c’était un homme. Donc que de bonnes raisons de se méfier de lui selon elle ! Restant assise par terre, se reculant légèrement jusqu’à parfaitement se coller dos au mur derrière elle, la jeune fille lâcha alors sur un ton qui était entre le non sympathique et la crainte.

- Qu’est-ce que vous me voulez ?

En même temps, la méfiance était son premier mot d’ordre, comment pouvait-elle se montrerouverte comme ça avec le premier inconnu qui se pointait devant elle ? Mais, son regard fût attiré par le sac que le brun tenait. Non pas qu’elle ait un super odorat mais plutôt une bonne vu, elle pouvait y distinguer la forme de.. un pain ? Certainement… Telle une bête farouche qu’on dérangeait, la jeune fille prit alors sa petite dague entre ses mains. Comme prête à s’en servir. Mais visiblement terriblement intéressée par ce qu’il tenait. Ah et non, elle n’avait pas répondu à sa question. D’ailleurs.. qu’est-ce qu’elle pourrait bien y répondre.. ?

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Sam 29 Juin - 18:54

Les personnes qui étaient à la rue avaient souvent leur emploi du temps bien à eux, aussi était peut-être maladroit de lui demander ce qu'elle faisait dans ces ruelles. Elle ne dansait pas, elle ne travaillait pas; elle semblait désœuvrée et vu son regard affamé. Ses habits ne ressemblaient pas à grand chose tout comme ceux de sa contractante rencontrée sur cette place du marché ou comme les siens d'ailleurs bien qu'il en prenne soin ne brillaient pas non plus. Par rapport à lui, elle semblait encore plus mal en point aussi lui voulait-il l'aider et comme il ne connaissait pas vraiment la méfiance surtout envers les gens dans le besoin, il était venu vers elle sans autre pensée que l'aider.

Quand il vit que la jeune femme se mettait en position défensive alors qu'il ne lui avait rien fait, il se recula un peu, ais ne chercha pas à fuir. Plaçant son bras devant son corps, on le sentait prêt à se défendre plus que pour attaquer... Il se demandait s'il n'avait pas mal présenté ses attentions, mais il n'avait pas l'habitude d'être ainsi accueilli.... En fait ce qui jouait en sa faveur c'était qu'à force il était un peu connu comme il évoluait souvent dans les mêmes quartiers. Cette fois, il avait voulu changer pour peut-être rencontrer de nouvelles personnes ou de nouveaux endroits ! Il restait ouvert à tout ce qui pouvait se présenter à lui, enfin là il ne savait plus vraiment quoi faire. Comme ce n'était pas vraiment prévu, il avait ce visage d'incompréhension.

" Heu... un peu de soutien entre voisins..?"

Voisins... terme un peu vite attribué, peu approprié mais la situation le faisait un peu dérapé. Il ne savait plus comment il devait réagir alors qu'au fond il n'avait rien fait de mal, mais justement et s'il avait gaffé sans le voir... Comme d'habitude, il se laissait aller à ses émotions dans une attitude entière. Il ne savait pas comment réagir et cela se percevait enfin on voyait surtout qu'il mettait une distance entre lui et cette jeune femme sans savoir comme réagir. Certains parlent qu'il ne faut rien craindre et toujours tendre l'autre joue, mais bon lorsque l'autre personne a une arme sur elle. Helias avait une petite dague sur lui, mais il ne l'utilisait plus vraiment à part pour préparer sa cuisine, c'était un outil plutôt efficace. Il ne s'en séparait pas, car il était un souvenir de toute une époque dont il ne pouvait se détacher. Il ne fit pas un geste vers son arme et lui dit en baissant la voix pour montrer que ses intention n'étaient pas mauvaises... peut-être y avait-il un malentendu... qu'on lui avait fait du mal ? On ne savait jamais par ici à vrai dire..

" C'était juste pour... partager un repas." énonça t-il le plus simplement du monde tout en gardant une bonne distance.

Bon les billes étaient posées, ses intentions étaient après s'il s'agissait d'une personne mal intentionnée, il n'aurait qu'à vite s'éloigner mais elle ne semblait pas bien vive... Et pourtant... se trompait-il encore ? Ses mains jointes derrière son dos, il attendait d'elle une réaction bonne ou mauvaise d'un côté comme de l'autre, il aviserait s'il devait faire semblant de ne pas l'avoir vue et passer son chemin. Peut-être faisait-elle partie de ces personnes qui n'aimaient pas être aidées ?

Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Lun 22 Juil - 19:11

C’était qui ce type ? Pourquoi venait-il la voir ? Non pas qu’elle soit un cas social, enfin presque disons, qu’elle n’aimait juste pas qu’on s’intéresse de trop à elle sans raison. Enfin, peut-être que ce brun en avait une… Et puis la demoiselle avait une drôle de sensation depuis qu’il s’était approché d’elle. Ah mais ça lui disait quelque chose ! La dernière fois que cela c’était produit la jeune fille avait fait la connaissance d’Alfic, une tigresse blanche qui n’était ni plus ni moins rien de plus qu’une chose comme elle. Enfin, cette dernière avait tenté de lui faire comprendre qu’elle ne devait pas se voir comme un monstre ou un animal. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander tout de même si elle pouvait réellement se voir comme une jeune femme. En bref, tout ceci juste pour se demander, pourquoi elle ressentait la même chose. Cela n’y était pas avant qu’il n’arrive celui-là. Elle ne le connaissait même pas, pas même de visage. Bien que sur ses gardes et prête à réagir rapidement si besoin, Kyrielle pouvait paraitre peut-être un peu trop tendu d’un point de vu externe. Comme si elle était une petite boule de nerf prête à vous sauter à la figure pour vous agresser. Hors ce n’était que de l’auto-défense. Certes tuer ne l’a dérangeait plus depuis longtemps mais elle n’attaquait pas sans raison si je puis m’exprimer ainsi. Donc on peut facilement déduire que cet homme ne risquait physiquement rien s’il n’avait pas de mauvaise intention à son égard…

En tout cas le sac que ce dernier portait avait bien rapidement attiré la curiosité de notre petite Chain qui était affamé dans son coin. Ne pouvait-il donc pas poser ce sac et partir pour la laisser se jeter sur son premier repas de la journée ? C’était ni plus ni moins le minimum repas qu’elle s’était donné pour tenter de le respecter. Tomber malade à cause d’un manque de nourriture ou être tout simplement trop faible, c’était sans elle. Cela faisait tout de même des mois qu’elle était dans la rue… Enfin, peut-être seulement un ou deux qui sait, le temps passait totalement différemment pour elle depuis son retour. Ne sachant trop quel jour il était. Un peu dur de perdre toute notion du temps… Repliée sur elle tel un chat sauvage qu’on voudrait caresser, la demoiselle ne changea pas vraiment d’attitude lorsqu’il se présenta plus ou moins comme étant quelqu’un comme elle si Kyrielle avait bien compris.. ? Enfin cela voulait dire qu’il était lui aussi à la rue ou bien ? Mais le plus intéressant dans tout ça était surtout qu’il disait vouloir partager son repas. Pour le coup, la petite brune avouait ne pas comprendre. On est à la rue, c’est la loi du plus fort ou encore le chacun pour soi. C’est comment dire, idiot de perdre de la nourriture chose précieuse en partageant. Peut-être était-elle un peu dure dans sa façon de penser, mais la jeune fille s’en était toujours mieux tirée dans ce monde de brute. En même temps on ne pouvait pas vraiment dire qu’elle venait d’un milieu favorable. Les enfants dans son cas s’en sorte parfois mieux qu’elle et d’autre beaucoup moins bien… Regardant alternativement le sac et l’homme en face d’elle. La jeune Chain avoua ne pas trop savoir quoi répondre sur le coup, bien qu’elle ne voulait toujours pas l’approcher. Elle finit cependant par demander.

- Pourquoi partager… La nourriture c’est précieux, on se bat pour l’avoir et pour la garder.

D’ailleurs la façon dont il avait cette dernière revenait à se faire finalement poser une question presque évidente. L’avait-il volé ou acheté ? D’habitude, du moins pour sa part, la jeune fille ne prenait pas la peine de prendre un sac et tout le bordel avec quand elle volait de quoi manger… Son estomac reprit la parole à sa place. Elle baissa les yeux honteuse et blessée de se montrer si affamée devant quelqu’un et surtout un homme. Toujours laissant planer un ton de méfiance, elle finit tout de même par lâcher.

- J’ai faim…

Faim était un mot si petit pour elle. Affamée était plus juste. Presque n’importe quoi ferait l’affaire, juste quelque chose pour faire taire ce maudit estomac qui réclamait quelque chose. Pour être franc ce dernier réclamait souvent à manger, mais lorsque ce dernier ne se manifestait pas assez, la jeune fille savait ignorer la faim et pouvoir se concentrer pour justement attraper un petit quelque chose à manger. Gardant la tête basse, elle posa sa tête sur ses genoux, comme si elle n’avait de toute façon pas la force de partir ou même de continuer à jouer les agressive.

- Qui es-tu… ? Je sens quelque chose en toi.. tu es un Chain ?

Un peu direct comme question ? Peut-être, mais en même temps elle était quasiment certaine de ce qu’elle affirmait, les Chains peuvent se sentir les uns les autres. On dit merci maman Alfic de donner des informations !

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Mer 28 Aoû - 21:46

Hellias observait cette jeune femme qui ne devait pas avoir eu beaucoup de chance dans sa vie. Son aspect était piteux, on pouvait facilement estimé le nombre de jours qui séparaient chaque repas devenant ainsi pour elle un trésor. Pourquoi devoir le partager? Quelle rudesses dans cette question ! Ne pouvait on pas partager juste par envie, juste comme cela ? Dans quel monde vivait elle ? Hellias était doté d'un bon coeur, d'un coeur qui se refusait à toute cette noirceur, qui ne désirait pas la voir où qu'elle puisse se trouver. Ils ne se comprenaient pas vraiment. D'après son point de vue, toute nourriture était à partager, car elle prenait toute sa saveur de ce geste. Ne disait-on pas vivre d'amour et d'eau fraîche ? Enfin sans aller jusque là, Hellias savait le prix d'un sourire ou d'une parole réconfortante quand on était perdu sans le moindre repère. Toujours les mains derrière le dos, il la fixait avec un mélange de crainte et de volonté de bien faire. Crétait si simple de faire plaisir alors pourquoi avait-il tant de mal ? Ne pouvait-il donc pas juste offrir sa nourriture et s'éloigner? Non, il voulait rester près d'elle pour l'aider et faire en sorte que sa journée soit un peu meilleure...


Quand elle lui demanda pourquoi partager, Hellias fut ému d'une telle déclaration. La vie de cette jeune femme ne devait pas être simple vraiment, mais aucun mot ne sortait hormis une profonde compassion. Sa main s'avança vers elle pour lui tapoter la joue, il la trouvait si triste et si seule, c'était plus fort que lui. Comme elle évoqua sa faim tenace, il recula pour pousser devant lui les victuailles qu'il lui avait prises. Il craignait d'agir devant elle comme s'il se trouvait face à un enfant, tout simplement parce qu'il ne voulait pas la brusquer ou lui faire peur.L'idée qu'elle puisse avoir peur de lui lui faisait peur. Si elle s'enfuyait, il garderait dans sa poitrine ce sentiment de frustration. En serarnt le poing contre son torse, ilo se fit violence pour persévérer dans l'espoir qu'elle daigne accepter. Il écarta l'ouverture du sac pour l’inciter à se servir. Il verrait bien sa réaction...Quand elle lui demanda son identité, il recula aussitôt et là ce fut lui qui fut effrayé. Le mot chain était tant de choses à ses yeux, mais comment avait-elle su ?

" Oui, oui... c.. comment le sais-tu? Mon nom est Hellias".

Enfin non, il ne l'était plus que racontait-il? Il avait échoué, perdu lamentablement. A une inconnue, il pouvait bien lui dire dans l'espoir qu'elle ne soit pas là pour le ramasser. Il sentait que quelque chose était similaire entre eux, mais sa condition récente l'empêchait de déterminer si elle était une chain elle-même ou non...
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Dim 15 Sep - 19:35

Une seule chose avait de l’importance pour l’instant. Et je peux vous assurer que dans l’esprit de notre demoiselle c’était largement suffisant pour le moment. La faim n’est-elle pas une chose très importante dans la vie ? Si on ne se nourrit pas assez, notre corps ne peut pas suivre. Ainsi la vie s’achève. C’était un peu le combat de tous les jours de notre petite Chain, cherché à se nourrir pour éviter de voir son corps ne plus suivre le mouvement. La pire chose pour elle serait de se retrouver par terre à ne plus avoir la force de bouger. Le simple fait de s’imaginer incapable face à tout danger lui faisait peur. Elle qui est d’un tempérament plutôt sauvage, si je peux m’exprimer ainsi, elle préfèrera vous mordre avant de se rendre compte que vous ne lui voulez réellement rien du tout. Que voulez-vous, trop méfiante peut-être ? N’est-ce pas ça qui lui avait permis de s’en sortir indemne jusqu’à maintenant ? Du moins elle n’avait rien à noter de spécial depuis son retour de l’Abyss, rien d’aussi marquant en tout cas que la tentative de rapprochement dirons-nous du directeur de l’orphelinat. Des hommes un peu trop colant, notre demoiselle n’hésitait pas à leur enfoncer sa dague dans le premier morceau de chair accessible pour elle avant de retourner se cacher dans les rues sombres de la ville. Aujourd’hui était certes un peu différent, elle n’avait certes pas la force de courir partout pour se chercher à manger, mais elle était prête à faire usage de son pouvoir de Chain et ce en pleine rue si le besoin se faisait sentir. Heureusement cela ne semblait pas être la journée pour… Le jeune brun ne semblait en tout cas pas bien comprendre la réaction de la jeune fille. Sur son recul face à lui et surtout sur le fait qu’elle ne comprenait pas qu’il puisse partager. En même temps Kyrielle perdait tellement de temps à chasser sa nourriture, au sens figuré bien sûr qu’elle ne pensait certainement pas à la donner gratuitement au premier venu parce qu’il avait l’air affamé ou autre. Elle aussi a faim quoi !

Le brun qui c’était avéré être un Chain, comment le savait-elle ? Eh bien disons qu’il était facile de ne pas ignorer cette sensation qu’elle avait eue au moment même où il s’était approché d’elle. Bien que le fait qu’il soit un être humain de type masculin était la première chose qui l’avait interpellé. Logique.. ? Oui bon, ne cherchez pas plus loin hein. Quoiqu’il en soit, lorsqu’il poussa doucement le sac devant lui, la demoiselle ne réfléchit pas vraiment une plombe sur ce qu’elle devait faire. Ne tardant pas d’un mouvement étrangement vif pour sa faiblesse du moment à se saisir du sac pour le tirer vers elle et se reculer le plus possible contre le mur. Donnant presque l’impression qu’elle comptait passer à travers le dit mur pour s’éloigner le plus possible de cet homme pourtant aux intentions pas mauvaise. La suite pouvait être amusante à regarder d’un point de vu externe surement. Alors que le Chain lui demandait visiblement surprit comment avait-elle su pour sa nature. La demoiselle, la tête fourrée dans le sac visiblement en train de regarder par elle-même ce qui lui était gracieusement donné ? Certainement, répondit l’air ailleurs. Cela avait au moins le mérite de rendre son ton moins agressif qu’à l’accoutumé.

- Parce que j’en suis une aussi. Ne me faites pas croire que vous n’avez pas senti la même chose.

Hm ? Oui parfaitement, elle est sympathique notre demoiselle. Mais que voulez-vous, elle n’avait aucun tact. Dans le fond elle n’était pas méchante en fait, mais il faut avouer qu’il était parfois difficile qu’elle accorde sa confiance, un déclic doit se faire chez elle si vous êtes un homme. Pour ce qui est de Sora cette dernière avait rencontré Alfic, ce qui avait grandement aidé à la calmer… Sortant le sandwich l’air grandement intéressé. La demoiselle se recroquevilla encore plus sur elle-même en se déplaçant légèrement contre le mur. Gardant la nourriture contre elle, comme si elle avait peur qu’on la lui reprenne. Mangeant avec -très- grand appétit, pour ne pas dire qu’elle engloutissait presque son repas. La jeune brune daigna poser à nouveau son regard sur lui. C’était quoi son but à lui en donnant de la nourriture aux gens ? C’était une façon de faire baisser sa garde un truc du genre ? L’air suspicieux elle reprit. Son ton c’était à nouveau fait un peu plus dur. Bien qu’on puisse sentir une certaine crainte dans ses propos.

- Pourquoi tu donnes de la nourriture ? Ne penses pas me voir baisser ma garde juste pour ça.

Kyrielle aimable ? Demandez donc dans le futur à son futur homme qu’elle ne connait pas encore actuellement tient. Il vous dira quel est son tempérament et que la jeune fille avait songé à le tuer avant de tomber sous son charme. Pour elle la vie est dure. Il faut donc se montrer aussi dure qu’elle pour l’affronter…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Sam 23 Nov - 1:30

Hellias ne savait rien de sa nature, enfin rien de bien solide. Il s'était réveillé un beau jour et avait réalisé ce qu'il était... Jamais encore, il n'avait fait le lien entre cette sensation bien spécifique qu'il avait parfois et la nature d'une créature pouvant être un chain. Il se sentit un peu bête et rit un peu de son ignorance sur sa propre condition, comme quoi on pouvait en apprendre chaque jour. La demoiselle ne tarda pas à s'accaparer de son sac , ce qui lui fit plaisir. Il ne savait que trop ce que donnait la torture de la mine, sentir son corps s’affaiblir d'heure en heure, traquer comme une bête chaque poubelle ; c'était particulièrement horrible... Comme une personne que la vie avait frappé trop rudement, elle se recroquevilla contre le mur tout en le surveillant du coin de l'oeil, croyait-elle vraiment qu'il allait lui sauter dessus? Il s'accroupit le temps qu'elle finisse son sandwich,ce qu'elle accomplit en quelques minutes à peine. Quelques miettes restaient encore accrochées sur le bout de ses doigts lorsqu'elle lui adressa de nouveau la parole, c'était comme si elle attendait le bâton après avoir reçu une carotte.. Étonné, Hellias l'observa un long moment, puis dévia son regard comme pour lui laisser le temps de respirer ou peut-être lui de se reprendre.

"Une fois... quand mon frère était encore près de moi, il me racontait souvent l'histoire du lièvre et de sa carotte dorée. Chaque matin, un lièvre se lever pour déraciner une carotte qui le nourrissait en une bouchée sur une longue période. Un âne un jour qui transportait la farine du meunier son maître s'arrêta. Il lui donna alors sa carotte pour qu'il puisse aider à faire le pain pour tout le village...  Et ainsi d'autres purent prospérer. Il suffit d'aider une personne pour parfois en aider plusieurs en même temps... "

Sa voix au fur et à mesure qu'elle racontait ce conte s'adoucissait en le rendant un peu nostalgique. Quand il était plus jeune, il s'était inquiété du pauvre lapin et s'était imaginé que la large bête aux longues oreilles avait dévoré en une bouchée la seule récolte du lapin. A présent, il comprenait, l'âne n'était qu'un intermédiaire et cette rencontre qu'une opportunité. En allait-il être de même avec cette jeune femme? Il resta accroupi face à elle ses yeux tournés vers les siens en cherchant un moyen de capturer un peu de confiance juste assez pour l'aider. Une personne vivant dans la crainte pouvait survivre, ce n'était pas ça le souci; c'était cette solitude qui planait autour d'elle.

"On a beau savoir se débrouiller... parfois on voudrait juste ne pas être oublié... et qu'on se soucie un peu de nous. Voilà pourquoi je t'ai donné de la nourriture. Content qu'elle t'ait plu".

Il lui tendit une main, elle méritait de se tenir debout sur ses frêles jambes qui l’avaient soutenu tout ce temps sans faillir...Encore une fois, il mettait les pieds dans une histoire qui ne le concernait aucunement avec une personne qui n'était par pour le moment très aimable, mais Hellias avait eu de ce caractère; cela ne l'impressionnait pas tant que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Sam 14 Déc - 22:30

Kyrielle trop méfiante ? Certainement que oui, en même temps on ne pouvait pas lui reprocher d’être du genre trop naïve et à se laisser avoir par les premières bonnes paroles qu’on pouvait lui dire. Car je peux vous assurer qu’avec quelques compliments des femmes ne font plus  attention à grand-chose. Mais ça Kyrielle n’avait pas eu besoin de devenir une femme pour le devenir, c’était depuis son enfance, depuis qu’un adulte avait abusé de sa naïveté enfantine. La forçant à quitter ce monde d’insouciance plutôt que prévu pour se renfermer et se protéger. Disons que jusqu’à maintenant cela l’avait préservée ? Oui, certainement, même si cela voulait tout de même dire derrière qu’elle en pâtissait niveau relation, car on ne peut pas vraiment dire que c’est le genre de demoiselle beaucoup entouré. A l’époque il y avait bien quelques personnes en qui elle avait confiance, très peu mais cela s’arrêtait là. Le mauvais hasard a certainement voulu qu’elle se retrouve séparée d’eux très rapidement. Ainsi ils étaient tous morts c’est ça ? Il y a cent alors, lorsque cette étrange Tragédie s’est déroulée. Mais dans ce cas, pourquoi avait-elle survit elle ? C’était quoi cette mauvaise farce de la part du destin là ? C’était pour lui montrer ce qu’est la solitude ? La punir d’avoir tué cet homme même juste pour se défendre ? Ou était-ce simplement lié à son côté combatif… Allez savoir, le résultat était le même, elle était dehors, toute seule, à devoir se battre tous les jours pour survivre. Soit à trouver de quoi manger, soit à échapper à divers soucis. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant de trouver sur elles quelques marques sur son frêles corps, voir même des bandages qu’elle aurait réussi à voler. Ou alors à improviser. A défaut de soin, disons qu’elle pouvait toujours se débrouiller avec ça et un peu de méthode de soin expéditif et douloureux. Mais allez savoir, c’est dans le caractère de la jeune fille de ne pas se laisser bêtement mourir de faim dans un coin.

Cependant, elle montrait beaucoup de réticence à recevoir de l’aide d’un autre, ce pauvre Chain à forme humaine pourtant avec un air bien sympathique en faisait un peu les froids. Se buttant à une fille et froide et renfermée qui ne comprenait pas son geste. Bien qu’elle ne se gêne pas pour manger le repas qui lui était offert ce n’était pas pour autant qu’elle comptait baisser sa garde. Pourtant il tenait bon le bougre. Lui racontant une petite histoire pour essayer de lui imager la chose, bien qu’une drôle de tête fit juste son apparition sur son visage, comme essayant de comprendre la chose. Pour au final lui annoncer que son souci était qu’elle se sentait seule quoiqu’elle puisse dire et qu’elle en souffrait, d’être ainsi dans un monde à l’écart de tout. Kyrielle ne s’est jamais vraiment dit qu’elle n’avait besoin de personne, au  contraire. C’est juste, qu’elle n’arrive pas à donner sa confiance comme ça, de peur d’être abusée. Comme ce jour, où on lui avait dit qu’une famille allait l’adopter alors que ce vieux ne voulait que profiter d’elle. Pourtant, cette main était tendue devant elle, pour l’aider à se relever. Fixant cette dernière en silence, ses doigts glissèrent sur sa dague pour la tenir bien serré, comme si elle serait amenée à s’en servir rapidement. Mais, fébrilement elle tandis tout de même la main pour prendre cette dernière qui l’aida à se relever. Ses jambes se faisait défaillantes, notamment à cause d’une blessure récente à sa jambe, elle n’avait pût la soigner correctement, juste de quoi éviter le pire et un bandage de fortune. Rapidement, titubant puisqu’elle avait rapidement lâchée cette main pour la serrer contre elle comme pour faire une barrière rassurante. Elle lâcha.

- Je n’ai jamais demandé à continuer à vivre. J’aurais dût mourir là-bas, je n’ai rien à faire ici.

Et pourtant tu vis. Et pourtant tu ne peux pas t’empêcher de battre au lieu de te laisser faire. C’est dans ta nature, Kyrielle n’aime pas avoir tort ou être faible... Pour ne pas retomber sur le sol, les fesses par terre. La demoiselle s’appuya contre le mur. Serrant toujours ses deux mains contre elle, tenant également la dague. Cet objet, elle ne se voyait pas s’en séparer. Sous aucun prétexte. Ne détachant à aucun moment son regard de lui. Elle finit par reprendre.

- Tu n’as rien d’autre à faire ? De toute façon lorsque tu partiras ma situation sera la même.

Elle n’avait pas tort non ? De toute façon, elle se disait que personne ne pourrait la sortir de là. Bien qu’elle ait tort, quelqu’un sortira la petite Chain de cette situation pour lui rendre le sourire et lui promettre un avenir plus clair. Au final, la jeune fille tombe toujours sur la bonne personne par le plus grand des hasards. Avant, c’était ses parents adoptifs. Aujourd’hui eh bien.. ce serait… Quelqu’un ?~

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Lun 13 Jan - 20:37

Parfois peu de choses suffisaient à réchauffer un coeur trop effrayé, juste à lui faire prendre conscience qu'il avait le droit d'exister. Il fallait rester près de lui, comprendre sa peur et la rassurer près de soi un peu comme un feu qui s’allume et qui mérite toute notre attention pour mieux s'étendre. Ce feu était bien fugitif et prenait la forme d'une femme farouche et très craintive. Hellias avait bien du mal à la comprendre lui qui était si spontané et qui vivait sans trop se poser des questions. Les évitait-il ? C'était une très bonne question, mais qui lui importait peu en ce moment, il aurait juste voulu que ce regard plein de souffrance qu'il voyait s'estompe un peu même s'il ne voyait juste qu'une lueur. Cette femme rendait son coeur presque en morceaux tant sa misère semblait criante et visible n'importe quel imbécile aurait pu la voir. Parfois l'homme se borne à ne voir que ce qui lui fait plaisir et ne dérange pas son quotidien trop sécurisé par la routine, dès qu'il l'avait vue, il avait voulu l'aider. Ce n'était ne de la pitié, ni de la compassion juste de la fraternité en se disant que lui-même avait reçu de l'aide de personnes de passage. C'était parfois des personnes qu'il n'avait vu que peu de temps, ils avaient échangé quoi ? Des mots. Des regards. Parfois des larmes. Parfois des rires.

Hellias restait ouvert à ce monde qui l'entourait, peut être un peu trop allez savoir... Il plaçait autant de plaisir devant un plaisir éphémère que celui d'une rencontre plus longue; il se sentait vivant dès qu'on lui adressait la parole et cela lui suffisait. Dans le fond, il voulait juste être vivant dans ce monde qui n'était pourtant pas vraiment le sien. Le fait qu'elle soit une chain lui donnait l'impression qui plus est de partager quelque chose, de se sentir moins seul. Certaines nuits étaient plus douloureuses que d'autres, parfois il se réveillait en sueur en tâtant la place à ses côtés. Il se rappelait sa solitude et se mettait à pleurer en silence... Il n'en voulait aucunement aux gens après tout ils lui offraient du bonheur même de façon ponctuel. Ne disait-on pas qu'un bonheur est éphémère alors il voulait que cette jeune femme partage un brin de ce bonheur même s'il ne tenait pas à grand chose... même s'il pouvait s'envoler, tous les même si ne pourraient l'en dissuader têtu comme il était. Elle tenait contre elle ce poignard qui représentait tant à ses yeux, il voulait lui subtiliser cette arme juste un moment, même une seconde. Même s'il devait se faire blesser ou qu'importe... Quand elle s'adossa au mur, il tendit les bras vers elle pour l'en dissuader en voyant combien c'était difficile. Il n'en revenait pas de cette misère persistante, cela lui donnait envie de désespérer en solitaire. Jamais il n'aurait baissé les bras devant quelqu'un. Ramenant ses bras vers lui, il se recroquevilla jusqu'à sentir son coeur bondir. Oui, il était toujours humain ma foi... Cela l'affolait toujours, cela l'émouvait toujours autant. Ses yeux se plissèrent. Ses poings se contractèrent face à toute cette injustice contre laquelle oui effectivement comme disait Kyrielle il ne pouvait rien. Oui, il ne pouvait rien faire... même s'il en avait envie... Et cela le révoltait. Sans même l'avertir il se précipita vers elle sans doute était-ce là la plus grande bêtise de sa vie, peut-être allait-il le regretter, mais il voulait juste lui faire goûter un peu de sa vision ou du moins essayer. Si elle gardait toujours cette méfiance, elle n'y arrivait pas. Ses mains se saisirent de la lame à mains nues... si elle bougeait, elle pouvait lui faire très mal mais il n'en avait rien à faire...


"... Baisse ce poignard... Pour cette blessure, je peux t'aider.... mais lâche ce poignard... "

Sa main tenait l'arme en tremblant. Il espérait juste qu'elle comprendrait qu'il se mettait en danger... Elle pouvait sans problème lui trancher la main...Il ne manifestait aucunement le désir de l'attaquer, non il voulait la forcer à baisser la garde en sa présence.

"... Essaie de vivre... Débarrasse toi juste... une seconde de tes peurs."
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle) Sam 5 Avr - 14:42

Il y a des gens qui n'ont pas de patience dans la vie, et d'autres qui en ont beaucoup. Kyrielle ? Oh, je ne sais pas trop si on pourrait la qualifier de très patiente, elle pourrait certainement l'être dans un sens, mais dans un autre elle n'aimait pas attendre longtemps pour rien. On va dire qu'elle pouvait être patiente quand elle le jugeait nécessaire. Quelque chose qu'elle voudrait vraiment, ou alors quelqu'un qu'elle apprécie. Mais je pense qu'on peut dire sans avoir peur de se tromper que bien des personnes seraient partis depuis longtemps à la place de ce brun. La demoiselle n'étant pas forcément très sociale quand on la croise la première fois, surtout si on est un homme, alors que ce pauvre garçon ne voulait que lui donner un peu d'aide, je pense que d'autres lui aurait craché dessus en lui disant d'aller se faire voir. Que la prochaine fois elle n'aurait qu'à rester seule dans son coin au lieu de recevoir l'aide des autres. Oui, c'est bien beau tout ça hein, mais elle était tombée sur quelqu'un qui était soit particulièrement têtu, soit quelqu'un qui a tellement la main sur le cœur qu'il ne pouvait partir la conscience tranquille en la laissant dans sa misère à broyer du noir. Car oui, il est inutile de se le cacher, mais la jeune Chain est visiblement quelqu'un de très pessimiste au point de croire qu'on lui tend la carotte pour la taper avec le bâton derrière parce qu'elle l'aurait prise. Mais on va dire que plus les secondes passait, plus les gestes et paroles de l'homme nommé Hellias la poussait à baisser un peu de sa méfiance, baisser un peu cette garde autours d'elle la rendant certainement irritable. Au point d'envoyer balader quelqu'un qui partage sa nourriture avec elle. Pourtant, une chose devrait la rendre plus compréhensive envers lui, il est comme elle. Quelqu'un qui est tombé dans l'Abyss a un moment de sa vie et qui n'en est pas ressortit indemne puisqu'il fût transformer en Chain également. Finalement cela pouvait se montrer très pratique ce sixième sens pour eux. Et pourtant rien à faire, elle voulait qu'il la laisse... C'était sans compter sur lui pour ne pas lâcher le morceau hein. Alors qu'elle était repliée sur elle-même assise par terre à le fixer de son regard aussi sombre que froid. Il se jeta sur elle.

Première action particulièrement dangereuse de sa part bien qu'elle soit pour une bonne action dirons-nous. Mais on va dire qu'il avait eut de la chance qu'elle n'ait pas eut plus de réflexe que cela sur le coup. Il aurait pût perdre un doigt voir même la main complète en fait. Ouvrant de grand yeux, elle le regarda faire, ayant alors pour première pensé de tirer sur cette lame pour qu'il la lâche. La demoiselle déteste par dessus tout se sentir coincée, ainsi qu'on veuille l'empêcher de bouger ses mains et sa lame comme elle le souhaite est forcément quelque chose de désagréable à son goût. Cependant, ses paroles l'arrêtèrent net. Il est malade ce type... D'où.... D'où il prend le risque de se faire couper les doigts juste pour essayer de la calmer et de lui dire de se débarrasser de ses peurs. Comment ? Comment faire confiances aux Hommes alors qu'un des leurs avaient voulu profiter d'une enfant comme elle. Non pire encore, qu'il avait déjà profité d'autres enfant serait le terme plus exact mais... Oui. Enfin. Disons que la jeune fille avait déjà croisé Sora et son Chain, très gentils les deux, ses anciens parents l'avaient sortit de cette misère. Et puis... Il y avait Reyn... Les mains tremblantes, cela eut forcément pour effet d'entailler légèrement la peau de l'homme devant elle, faisant alors légèrement couler le sang le long de sa lame et sur ses mains à elle. Tâchant sa peau pâle de rouge. Elle eut alors le réflexe de lâcher soudainement l'arme. Acte qu'elle regretta de suite dans la foulé, n'aimant pas être dehors et sans elle. Ayant même pour habitude de dormir avec la main dessus. Kyrielle eut alors pour réflexe d'appuyer sur le manche de cette dernière pour qu'elle se retrouve plaquée par terre. On va dire qu'elle ne la tenait plus, mais pouvait éviter que cette dernière ne s'éloigne trop d'elle comme ça... ? Ne pouvant plus le regarder dans les yeux, elle baissa la tête honteuse. Le pauvre... Il n'avait qu'a pas être aussi têtu aussi. Pourquoi l'être... ? La voix basse elle demanda.

- Pourquoi agir ainsi.. ? Qu'est-ce que ça t'apporte... Et puis. Les peurs ne se contrôlent pas.

C'était dit tout bas. Comme si en cet instant elle ne faisait plus le fier petit animal sauvage qui se défendait. On va dire qu'elle s'en voulait de l'avoir blessé même de façon non volontaire, il n'était pas méchant, l'avait aidé. Il ne méritait donc pas qu'elle l'attaque. Quelle fille pitoyable, voilà qu'elle se met à blesser les gens qui lui viennent en aide. La solitude ne lui réussit vraiment pas, il était temps qu'elle arrive à sortir de là. Les bras tremblants, toujours appuyés sur cette précieuse amie qu'était son arme, elle souffla, osant légèrement relever la tête vers lui.

- Comment es-tu devenu un Chain... ?

Pourquoi poser cette question comme un cheveux sur la soupe ? Arrêtez de trop poser de question et laissez-là s'exprimer. Si ça se trouve il avait connu Sablier aussi, ou alors était-il plus vieux. Ou jeune allez savoir... Se mordant les lèvres, elle donnait l'impression qu'elle allait pleurer, mais aucune larme ne sortit de ses yeux, ces derniers ne semblaient même pas humide en fait.

- Moi... Je viens de Sablier...

Il était vraiment rare qu'elle parle la première d'elle. Bien qu'on puisse dire que ce n'est qu'un infime morceau de sa vie qui était énoncé. Et certainement pas le plus douloureux. Bien qu'elle se soit souvent dit que cela aurait été plus simple qu'elle reste là-bas. Elle serait morte... Comme ses parents, comme Reyn aussi...

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle)

Revenir en haut Aller en bas

L'habit ne fait pas le moine, mais le coeur fait l'homme (PV Kyrielle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Times ::  :: Autres endroits de l'île :: Ruelles Sombres-