Partagez|

Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Ven 19 Avr - 18:28

L'automne était presque tout à fait passé, traînant à sa suite les prémices d'un hiver rugueux et rendant la journée bien fraîche, ce qui faisait fuir par petits groupes d'une dizaine d'individus les oiseaux migrateurs qui chaque jour traversaient le ciel de la capitale. C'est qu'ils étaient chanceux, les oiseaux, d'avoir des ailes pour échapper au gel qui arriverait dans quelques temps. Sora les imiterait bien, mais effectuer la même migration qu'eux le tuerait à tous les coups vu le contre-coup qu'il aurait à essuyer derrière... Et puis, pour l'instant l'envie - le besoin - de quitter Réveil n'était pas si pressante que ça. Se promenant tranquillement près de la rivière qui passait près de la grande ville, le jeune jongleur profitait qu'elle ne soit pas encore gelée pour l'écouter poursuivre sa progression vers la mer, un son qui l'apaisait assez. Levant la tête, il constata encore une fois que le temps était magnifique, même si les rayons du soleil n'étaient pas suffisants pour les réchauffer complètement, lui ou l'atmosphère, la preuve étant qu'en expirant son souffle lui apparut sous la forme d'un petit nuage blanc. À cette période de l'année, la fourrure d'Alfic ne devait pas être de trop, elle au moins de devait pas frissonner... En parlant de sa Chain qui marchait à ses côtés, le contractant reporta par automatisme son attention sur elle en l'entendant s'exprimer.

-Sora, tu sais que je n'aime pas l'eau...

Une plainte auquel il répondit simplement et avec le sourire.

-Oui, je sais.

De quoi la faire bouder un peu plus, mais notre artiste de rue n'y fit pas attention : après tout, c'était quelque part une vengeance pour tous les réveils mouvementés qu'elle lui avait fait subir. Très tôt le mâtin même, la tigresse avait renversé son chevet de nuit, le tirant par un sursaut de son sommeil pour constater l'étendue des dégâts – paix à l'âme de sa petite lampe, ne lui restait plus qu'à faire le tour des brocantes pour en trouver une nouvelle à bas prix. Exaspéré, Sora avait commencé par s'énerver avant de finalement lui demander ce qui avait bien pu passer dans sa tête... Pour découvrir que la raison était en fait quelque chose qui était passé devant sa truffe : une mouche, qu'elle avait eu la bonne idée de prendre en chasse. Cela ne tira qu'un soupir à l'amateur de lames, maintenant habitué aux extravagances de son amie fauve. Bah, le point positif était qu'au moins il n'était pas arrivé en retard pour son petit boulot, déjà qu'aujourd'hui était le jour où il ne travaillait qu'une demi-journée... Même quand l'associé défendu enchaînait des journées entières, son employeur était tellement strict qu'il avait peur de se faire renvoyer s'il n'était pas à l'heure, alors quand il ne travaillait que quelques heures mieux valait surveiller l'horloge.

Une bourrasque le tira subitement de sa rêverie et le fit claquer des dents et resserrer sa veste. Peut-être valait-il mieux rentrer avant d'attraper une pneumonie ? Mais la balade était agréable, ce serait dommage de retourner chez lui si tôt. Un dilemme prit place en lui entre la possibilité de tomber malade et l'envie de rester à l'air libre, mais Sora n'en sut jamais la conclusion car subitement, Ally se mit à humer l'air.

-Il y a un Chain dans le coin.

Son ton laissait transparaître toute sa curiosité. Celle de notre jeune vagabond aussi était piquée : ce n'est pas tous les jours qu'ils croisaient l'un des semblables de son amie. Sans même avoir le temps de répondre il vit Alfic se mettre à courir, certainement pour trouver la source de l'odeur. Haussant les sourcils devant son impatience, Sora la suivit du mieux possible – c'est qu'elle était quand même très rapide – pour ne pas la perdre de vue. Leur ruée prit finalement fin quand le duo arriva près d'un pont sur lequel deux silhouettes se tenaient. De là ou il était, l'homme aux cheveux gris/verts ne voyait presque qu le dos d'un homme aux habits riches, ainsi qu'une jeune femme qui tenait un couteau.

-La fille. C'est elle la Chain.

Mais l'homme étant une personne normale, la tigresse alla se cacher. Ralentissant petit à petit la course, le contractant illégal arriva finalement près du pont, légèrement essoufflé. Mais que faisait donc la brune avec ce couteau, hein ? Non seulement planter l'homme avec ça ne serait pas une bonne chose, mais elle pouvait très bien se blesser ! C'est bien pour éviter les scénarios qui lui passaient dans la tête qu'il alla attraper le poignet de la jeune femme, celui de la main qui tenait le couteau, avant de lui adresser la parole.

-Que fais-tu ici ? Je t'ai cherché partout !

Ou pas, mais aucune autre idée meilleure que celle-ci ne lui était venue à l'esprit, donc. Suite à cela, Sora reporta son attention sur l'inconnu qui décidément semblait être très fortuné.

-Désolé monsieur si elle vous a fait peur, vous pouvez vous en aller elle ne vous suivra pas.

En voilà un qui ne se fit pas prier pour suivre ce conseil, même s'il ne semblait vraiment pas être de bonne humeur. Quand l'homme fut assez loin, le jongleur imprima une torsion au fin poignet qui était encore dans sa main et récupéra l'arme, avant de la cacher sur lui avec toute l'habileté acquise en apprenant des tours de magie au cirque. Enfin, il prit le temps d'étudier la brune : elle n'était pas bien épaisse et ne portait même pas de manteau, si on ajoutait à cela le fait qu'il s'agissait d'une Chain la probabilité que son but avait été de voler l'argent de l'homme était grande. À ce moment, Alfic sortit de sa cachette pour les rejoindre.

-Elle a faim, donnes-lui à manger Sora !

Ce message fit soupirer l'intéressé : était-ce de la solidarité féminine ou de la solidarité entre Chain ? Dans les deux cas, il savait que si c'était vraiment ce que sa liée voulait, alors mieux valait l'écouter.

-Tu l'as entendue aussi, je pense. Si tu promets de ne pas m'agresser, je t'achète un truc à grignoter.

Parce que se retrouver à devoir se battre n'était pas plaisant, alors autant marchander. Et puis c'était dit avec humour. Puis le jeune homme se mit en route, faisant signe à l'inconnue de la suivre et lançant un regard boudeur à sa Chain. Avait-il seulement de quoi payer à manger sur lui ? Bonne question tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Jeu 25 Avr - 21:14

Quand on a faim, l’être humain est capable de bien des choses. Même quelqu’un n’ayant à la base pas un mauvais fond était capable de se mettre à commettre des actes assez peu sympathique dirons-nous ? C’était le parfait exemple pour illustrer ces paroles. Kyrielle, petite demoiselle brune, pas bien épaisse qui vivait à la rue. Si les gens de son entourage étaient encore de ce monde, ils pourraient certainement dire qu’elle est le genre de fille calme, silencieuse, qui ne cherche pas les ennuis. Au contraire. Pourtant, bien que cela puisse être à cause de sa nouvelle nature ou bien de son mode de vie, la demoiselle était devenue le genre de personne encore plus renfermée sur elle-même et qui n’hésite pas à tuer si besoin est. Ce besoin allant du vol qui tourne mal pour survivre ou tout simplement se défendre. Certain vous dirons que tuer c’est mal, d’autre que c’est de la légitime défense, d’autre que c’est excessif comme réaction. Il faut de tout pour faire un monde. Et si on commence à faire attentions aux jugements des autres on n’est pas sorti de l’auberge. Tiens en parlant d’auberge notre demoiselle aimerais bien pouvoir aller dans une de ces dernières. Au moins pour une nuit. Mais à point de réduire au silence les dirigeants ni vu ni connu ou autre, elle n’avait pas vraiment cette option qui se présentait à elle. Bref ! Tout ce blabla pour dire, que comme tout le monde la jeune Chain avait faim et partait en quête de quoi se nourrir ou mieux d’un peu d’agent qu’elle pourrait utiliser !

Bien que voleuse sur les bords, la demoiselle ne volait que les personnes paraissant aisées et bien sûr les marchands, survie oblige. Hors de question de voler quelqu’un étant plus ou moins la même situation qu’elle, sauf si cette personne est du genre à vouloir l’agresser pour la voler. Là ça peut tout changer… Déambulant dans les rues froides de la Capitale, seule. Kyrielle ne tarda pas à trouver une cible de choix. Chose qui était rare, un noble. Du moins vu le nombre de choses inutiles qu’il portait sur lui, cela ne pouvait être que ça. A défaut d’être noble, il avait de l’argent ! Le suivant discrètement parmi la foule. La brune ne se voyait hélas pas vraiment faire une tentative de vol au milieu de la foule. Et le menacer avec son arme en pleine ville était une idée assez mauvaise si elle voulait rester un minimum discret… C’est pourquoi, la demoiselle se décida à s’attirer les foudres de l’homme. Le poussant à la suivre pour lui faire payer son impudence. Une bousculade, une réaction inappropriée. Il était simple de le faire sortir de ses gonds vu le peu d’estime que cet homme semblait avoir pour les autres. Mené par le bout du nez jusqu’au bout, la brune estima qu’elle pouvait passer à l’action dès qu’ils seraient assez éloignés des centre-ville. Sans pour autant le conduire dans des rues mal fréquentées. Au risque de se faire voler sa proie par un autre, ou encore d’attirer la méfiance de l’homme. Résultat plus que satisfaisant, puisque les voilà à l’écart même de la ville, à la limite même de cette dernière. Vous voyez le genre ? Là où il n’y a quasiment personne surtout par ce temps pas très agréable… La Chain ne mit pas bien longtemps à réagir pour menacer l’homme avec son couteau très sérieusement.

- Bon. Terminé la balade, maintenant tu donnes tout ton argent et tu te barre d’ici.

Au moins ça avait le mérite d’être clair non ? Le riche ne semblait pas ravi de cette réaction, et tenta de lui en coller une. Kyrielle est frêle certes, mais pas faut pas pousser. Capable largement d’éviter de s’en prendre une de le part de ce gros tas, elle lui fit rapidement comprendre que résister était inutile et qu’il risquait de gagner un gros trou dans son corps et de se vider lamentablement par terre vite fait bien fait. Cela aurait dû marcher. Il aurait dû donner son argent. Sauf que voilà. Contre toute attente on lui attrapa vivement le poignet, manquant de lui faire lâcher sa dague. Alors qu’elle comptait vite fait se dégager de là, elle vit alors un jeune homme qui lui demandait où elle était passée. Ainsi que des excuses à l’homme, lui conseillant en gros de partir vite fait. Heu pardon ? D’où elle le connaissait ? De nulle part aux dernières nouvelles ! Et puis.. sa cible… Sans même avoir eu le temps de répliquer ou de dire quelque chose, elle se retrouva de un privé de noble à dépouiller, mais aussi de son arme. Piquée au vif, n’aimant pas se sentir désarmée ainsi, son œil ne tarda pas à prendre de la couleur, désignant ainsi qu’elle était prête à attaquer ou autre ? Une autre voix l’arrêta net. Un tigre qui parle… ? N’y comprenant au final pas grand-chose, elle entendit juste dire qu’il lui proposait à manger, suivant les conseils de l’animal à quatre pattes plus loin. Depuis quand elle comprenait le langage des animaux.. ? Ah mais. Cette sensation… Se calmant directement, elle se tourna dans un premier temps devant l’animal.

- Mais.. je te comprends. Tu es.. comme moi.. ?

Dit-elle avec hésitation. Eh oui, jeune chain novice qui n’y connait pas grand-chose. Encore moins la sensation lorsqu’on ressent un congénère, même si son instinct lui faisait un petit peu comprendre d’elle-même.. ? Se montrant méfiante devant le jeune garçon, elle fixa plutôt l’animal, s’approchant même doucement.

- Qui êtes-vous.. ? Elle fixa le jeune homme. Vous deux… Et pourquoi être intervenu, il m’a fallu du temps pour arriver à le coincer.

Lâcha-t-elle au final sans aucune gêne. Elle comptait voler un homme et ? C’est la loi de la rue ? Celle du plus fort quoi… Epuisée et affamée, elle finit par s’arrêter à une distance raisonnable du tigre qui l’intriguait toujours autant, et s’asseoir par terre. Sur le coup elle n’avait pas penser à le suivre, bien trop méfiante pour suivre ainsi quelqu’un qu’elle ne connaissait pas… Par reflexe, elle chercha son arme avant de se souvenir que c’était lui qui l’avait. La belle affaire… Son œil ne reprit ainsi pas sa couleur habituelle.

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Dim 28 Avr - 19:25

Alfic n'en faisait souvent qu'à sa tête, c'était le moins que l'on puisse dire. Et en plus, elle était obstinée. La plupart du temps Sora abandonnait purement, simplement et rapidement l'idée d'argumenter avec cette tête de mule. On pourrait presque croire que c'est un miracle qu'ils s'entendent si bien, tellement leurs caractères étaient différents. Et puis, c'est elle qui l'avait aidé à trouver le courage de revenir à Réveil, il lui en était reconnaissant. Sans oublier que même si elle était le plus souvent imprévisible et aimait le taquiner, le jeune lanceur de couteaux savait qu'elle ne le trahirait jamais et ferait toujours ce qui est en son pouvoir pour l'aider, ce qui était réciproque, car ils avaient beau se faire des reproches mutuellement de temps en temps, c'était toujours sans méchanceté, après tout ils étaient amis.

Mais passons, si nous parlons de l'entêtement de la Chain c'était bien parce qu'elle avait encore fait des siennes. Le duo venait tout juste d'assister à une tentative d'agression – de vol pour être plus précis – à main armée. En général quand on entend cela, on s'imagine tout de suite un homme certainement pauvre, rancunier ou ivre qui avait pris la première arme, blanche ou à feu, qui lui tombait sous la main et était allé attaquer la première personne qu'il croisait dans un lieu désert pour que personne ne soit témoin. Pour le coin reculé et l'attaquant pauvre c'était effectivement correct, mais pour l'absence de témoin il y en avait un en la personne de Sora. Quant à l'agresseur, c'était contre ce qu'on aurait pu penser une frêle jeune femme, mais c'est bien connu que les apparences sont trompeuses : c'était en fait une Chain, d'après les dires d'Alfic, alors elle était forcément dotée de pouvoirs qui pouvaient être dangereux.

Enfin même si la brune avait effectivement un don dangereux, elle avait décidé d'employer une autre arme contre sa cible : un couteau. Notre artiste de rue étant au courant que blesser ou se blesser avec était facilement faisable, son premier réflexe fut de le récupérer pour éviter cela. Ensuite, il poussa le riche inconnu à prendre ses jambes à son cou, chose qu'il fit sans se faire prier mais sans oublier de lancer des « je vous retrouverais ! » ou des « vous me le paierez ! » d'une voix où se mêlaient la peur et la colère. Quand l'homme fut assez loin, Sora récupéra la lame et examina la jeune femme... Hé, c'était lui on son œil gauche était rouge ? Pourtant il lui semblait qu'il était noir quelques secondes auparavant. Sa vue lui jouait des tours ? Et puis rouge, ce n'était pas courant comme couleur. Mais bon, Alfic avait bien la forme d'un fauve donc un Chain pouvait présenter des caractéristiques physiques rares, donc autant ne pas s’appesantir là-dessus. C'est alors que la tigresse les rejoint, en pressant son ami de nourrir sa semblable sortie tout droit de l'Abysse. Et bien évidemment, s'il refusait elle lui ferait tout une scène, donc il n'avait pas le choix. Non pas que venir en aide aux gens ne lui plaisait pas, au contraire le jongleur était plutôt du genre à donner un coup de main si vous en avez besoin, mais comment sa Chain pouvait-elle savoir qu'il avait assez d'argent sur lui ? Mais son amie quadrupède avait de la chance.

Vérifiant rapidement ses poches pour se rendre compte qu'elles devaient contenir assez de monnaie pour payer un petit quelque chose à grignoter après avoir fait signe à la demoiselle de le suivre, Sora se rendit compte après quelques pas... Qu'elle n'avait pas bougé de sa place. Apparemment la brunette était intéressée par Alfic puisqu'elle la regardait et demanda si elles étaient pareilles. Cela attira l'attention du jeune vagabond : du peu que côtoyer Ally lui avait appris des créatures de l'Abysse, celles-ci savaient d'instinct quand elles étaient face à un de leurs semblables. La fauve n'hésitait jamais comme venait de le faire l'inconnue pour dire si un individu venait de son monde ou pas. Mais alors qu'il se penchait sur cette énigme, sa liée s'assit non loin de sa compatriote et lui répondit.

-Oui, je suis aussi une Chain. Tu en es devenu une il n'y a pas longtemps, je me trompe ?

Cela expliquerait effectivement son hésitation. Sora alla se poster près d'Ally avant de regarder la jeune femme approcher de la tigresse. Il l'écouta aussi quand elle se mit à poser des questions avant de s'asseoir par terre.

-Cette tigresse obstinée qui parle s'appelle Alfic, ou Ally. Mon nom est Sora, je suis intervenu pour éviter que quelqu'un soit blessé.

Non, même pas parce qu'elle était en train d'agresser un homme. Enfin si, quand même, mais c'était d'abord pour éviter les victimes que l'associé défendu s'était interposé. Et puis, elle voulait cetainement de l'argent, tout simplement, il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir d'essayer de survivre, par contre blesser c'était autre chose. M'enfin. Après les présentations, Alfic répondit à son ami en allant s'asseoir sur son pied pour l'écraser de tout son poids, le faisant grimacer alors qu'il tentait de bouger son pied pour la virer de là. Elle lâcha finalement un « Mph ! » rempli d'un mépris tout feint avant de dégager, puis se dirigea lentement vers sa semblable pour poser sa truffe sur sa main. Une fois le soulagement de ne plus avoir une tigresse assis sur son pied passé, le jeune homme se mit à bouger son pied pour tenter de le soulager tout en regardant la scène, souriant à ce signe amical chez Ally.

-Elle semble t'apprécier.

Pour toute réaction, la Chain blanche au caractère amical émit un petit grognement approbateur avant de s'asseoir face à lui, juste à côté de la brune, et de le fixer. Ah, cela voulait dire qu'il était temps de reprendre là où il s'était arrêté. Proposant son bras à l'inconnue pour l'aider à se relever tandis qu'Alfic se levait, Sora se remit en marche – en espérant bien que cette fois-ci elle suivrait le mouvement. Lui jetant un regard en biais pour s'en assurer, il remarqua du coin de l’œil qu'Alfic au moins le suivait avant de reprendre la parole, légèrement amusé.

-Rappelles-toi, je ne t'offre à manger que si tu promets de rester sage.

Avant de reprendre avec curiosité.

-Dis-moi, comment t'appelles-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Sam 11 Mai - 17:15

Bon pour résumer la situation. La demoiselle avait tentée de voler un pauvre homme. Enfin pauvre homme… Disons plutôt un gros plein de soupe remplit d’argent, il devait même ne pas savoir quoi en faire, ce n’était pas pour quelques billet qu’il allait faire un caca nerveux, si ? En tout cas, la jeune Chain n’avait pas eu le temps d’aller jusqu’au bout de ses menaces puisque la voilà en compagnie d’un tigre qui s’avérait être un Chain tout comme elle et d’un jeune homme lui ayant retiré son arme favorite, soit la plus discrète, une dague. Pas vraiment ravie d’avoir perdu sa proie du moment, on va dire que Kyrielle était sur le qui-vive, prête à réagir en toute circonstance et dans ce cas-là, utiliser son pouvoir était la seule solution plausible. Mais actuellement, son attention était surtout portée sur l’autre Chain. Pour le coup, elle trouvait cette présence presque rassurante, cette sensation lorsqu’elle était à ses côtés lui donnait l’impression de ne pas être totalement seule. C’est pour cela qu’elle se calma même. Ecoutant même l’autre Chain lui parler, lui affirmer qu’elle était comme elle. Allant même jusqu’à demander en retour si ça faisait longtemps que notre demoiselle était dans cet état. Eh bien… Elle avait l’impression d’être une de ces créatures depuis longtemps et en même temps pas si longtemps que ça. Son expérience sur eux était ridicule, on pourrait limite se foutre royalement d’elle. Elle était un Chain mais ne savait quasiment rien sur eux. Elle supposait alors qu’un temps indéterminé à son gout dans l’Abyss plus quelques mois dehors ne représentait pas grand-chose dans une vie.

Sans même avoir eu le temps de répondre, le garçon parla à son tour. Se présentant lui et la tigresse. Alors comme ça elle s’appelait Alfic et lui Sora.. ? Très bien.. ? Ne sachant que dire sur le coup, elle resta près de sa semblable. Avant de voir cette dernière s’asseoir sur son pied, avant de se relever pour effleurer la main de la jeune fille du bout de son museau. Surprise de par ce contact mais aussi du fait qu’au final, elle semblait avoir confiance en cet homme. La jeune fille effleura alors doucement les poils de l’animal à côté d’elle. C’est tout doux tout chaud… Se sentant un peu idiote sur le coup, son œil reprit alors sa couleur sombre habituelle. Il était bien rare pour notre demoiselle d’avoir des contacts. D’ailleurs la sensation que dégageait le tigre à côté d’elle la rassurait de plus en plus, elle était chaude. Il faisait terriblement froid dehors. Se recroquevillant contre le Chain, veillant tout de même à ne pas être trop gênante, prête à reculer si elle était trop collante, elle murmura alors.

- Tout chaud… Tout doux… Je ne suis ainsi que depuis quelques mois dirons-nous…

C’était au passage une réponse qu’Alfic lui avait posé plus tôt. Lui confirmant qu’elle n’était qu’une petite novice, une nouvelle quoi. Au même titre qu’elle n’était non plus pas présente dans le monde des humains depuis bien longtemps d’ailleurs. Elle était nouvelle un peu partout. C’est alors que le jeune homme se leva pour reprendre la direction de la ville l’invitant à le suivre. Pour être franche, voir Alfic suivre le mouvement ne pouvait que la pousser à en faire de même. Comme si elle tenait à vraiment rester avec cette tigresse. Timidement, elle se releva pour le suivre, restant à une distance raisonnable tout de même. Méfiance quand tu nous tiens. Elle se surprit même à vite retourner aux côté de sa congénère. Quel pot de colle pour le coup. Mais que voulez-vous. C’est un Chain comme elle, aux allures pas vraiment mauvaises, mais en plus une femme si on peut dire ça ainsi ! Comment ça il lui offrait à manger si elle était sage.. ? Notre jeune fille sait se débrouiller et est quelqu’un de.. heu.. sage ? Tortillant légèrement une mèche de ses cheveux entre ses doigts, regardant le sol, elle finit tout de même par répondre à sa dernière question concernant son prénom. Bien qu’ayant hésité un peu.

- Heu.. je… Kyrielle. Je m’appelle Kyrielle…

C’est alors que notre jeune fille percuta quelques choses. S’ils allaient en ville, cela voulait dire que la tigresse ne pouvait pas venir ? Bon à moins que tout le monde n’ait l’habitude de sa présence là-bas, mais Chain ou non, ce genre de bête ne se balade pas en ville comme ça. Ignorant l’appel grondant de son estomac, la jeune fille s’arrêta alors, vraiment pas l’air à l’aise.

- S-Sora ? Je te remercie mais, si on va en ville… Alfic ne pourra pas venir.. ? Après un moment d’hésitation elle continua. Non et puis. Ça va aller. On ne doit pas te voir avec moi en ville, les marchands penseraient que tu es mon complice.

Ben oui. Tout ça était logique non ? La tête de notre jeune fille était connue pour ses vols en tout genre, quand bien même c’était pour sa petite survie. Qu’est-ce qu’ils en ont à faire ? Si en plus ils savaient que c’était un Chain, elle finirait bien vite entre les mains de cette organisation. Comme elle s’appelait déjà ? Pandotruc…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Mar 14 Mai - 17:26

On peut dire que la brune ne dégageait plus du tout cette atmosphère légèrement féroce. En fait, désormais on pouvait presque dire qu'elle était mignonne. Oui, une fille qui il y a un instant tenait un couteau était désormais mignonne. La présence d'Alfic devait la rassurer , sans aucun doute parce qu'elles avaient la meêm nature et étaient toutes les deux des « femmes ». C'était bien quand la tigresse était apparue qu'elle avait commencé à se détendre. Désormais, la jeune femme s'était même collée à sa semblable en répondant à sa question. Hé... Son œil venait bien de changer de couleur, il ne rêvait pas ! Qu'est-ce que cela signifiait donc ? C'était une sorte de signal lumineux qui permettait de savoir quand elle était prête à vous sauter à la gorge ou pas, ou quoi ? Cette remarque traversa rapidement l'esprit de Sora alors qu'il écoutait la conversation. Quelques mois... Une fois, Ally lui avait raconté que le temps s'écoulait différemment dans l'Abysse, que quelques heures chez eux représentaient des années dans son monde à lui. Cela l'avait beaucoup surpris, décidément cet autre monde était bien mystérieux. Si l'inconnue disait être devenue une Chain il y a quelques mois, cela faisait combien d'années ici ? Des centaines certainement. C'était curieux de penser que si on comptait à partir de leur date de naissance, elle était bien plus vieille que lui – réflexion qu'il s'était déjà faite avec son amie, qui elle était devenue une Chain il y a bien longtemps. Ses pensées vagabondaient un peu quand la voix de sa liée le ramena.

-Tu es une jeune Chain alors ! Tu peux me poser des questions si tu veux.

Cela fit sourire son lié. Décidément, même si elle était très taquine et rancunière, elle ne pouvait pas laisser les gens seuls, une vraie mère poule. C'est l'un des côtés qu'il appréciait le plus chez elle. Enfin cela ne l'empêchait pas d'être un danger pour le mobilier de son petit apparemment, mais bon. Tout en proposant son aide, la plus vielle en partant de leur date de naissance s'était penchée du côté de la brune pour la réchauffer un peu plus. C'est vrai qu'en cette saison et vu sa tenue, elle ne devait pas avoir chaud. Notre artiste de rue aussi enviait la fourrure douce et chaude de son amie quadrupède parfois, alors elle devait vraiment en être fan. À travers leur lien, Sora sentit qu'Ally était tout autant attendri que lui par cette fine demoiselle qui semblait un peu perdue.

Au bout d'un moment, la fauve fit quand même comprendre par un regard qu'il était temps de se remettre en route pour acheter de quoi manger. Cette fois-ci, l'inconnue le suivit bien sagement et lui répondit quand il demanda son prénom – un bien joli prénom, qu'elle avait. Mais après quelques pas, Kyrielle s'arrêta net, le forçant à s'arrêter aussi quand le jeune homme s'en rendit compte puis écouta sa question.

-Non, elle ne pourra pas venir. Dit-il, assez intrigué par cette réaction soudaine.

Elle s'était réellement attachée à Alfic on dirait, assez pour ne pas vouloir en être séparée. Dans ce cas, la forcer à le suivre ne servirait à rien du tout. Alors peut-être que lui dire qu'ils feront vite puis reviendront ici suffirait ? Il en doutait. Ou sinon, le vagabond pouvait les laisser ici entre filles pendant que lui allait acheter à grignoter. Perdu dans ses cogitations il entendit à peine la brunette dire que ce n'était pas la peine et que mieux valait qu'on ne le voit pas avec elle. Complice ? Elle devait avoir volé certains commerçants, certainement, après tout quelques minutes auparavant la jeune femme était en train de menacer un homme avec un couteau. Mhh, il y avait aussi l'option de ne pas lui offrir le repas, mais il avait déjà dit qu'il le ferait et puis, la tigresse ne le laisserait pas s'en tirer à si bon compte. Ok. Trois options s'offraient à lui. La première était cause perdue, et le jour où Sora tenterait la deuxième coïnciderait avec la date de son coming out en tant que masochiste – l'une des règles primordiales quand on vit avec Ally étant de l'écouter tant qu'elle est gentille. Bon ben... Pas le choix hein. Soupirant doucement, il regarda Kyrielle.

-Je vais y aller seul, ce ne sera pas long. Alfic, pas de bêtises !

En plus de dire ce qu'elle voulait dire, cette dernière phrase était leur code secret pour dire « restes où tu es, tu y es très bien et moi je ne galérerai pas pour te retrouver » . Subtil hein ? Bon oui d'accord, pas tant que ça. M'enfin. Cela dit, le contractant se mit en marche d'un bon pas et s'arrêta dans la première boulangerie qu'il vit. Ses trois viennoiseries achetées – ne jamais oublier la tigresse quand on achète du sucré –, Sora fit le trajet dans le sens inverse et tendit à chacune son casse-croûte. Un maigre repas certes, mais Kyrielle ne s'en plaindrait certainement pas. Du moins, il pensait. Tout en dégustant son pain au chocolat, notre artiste de rue entreprit de jouer les curieux.

-Dis-moi, d'où viens-tu ?

Non il n'était pas idiot, il savait que toutes les Chain provenaient de l'Abysse. Mais avant d'en devenir une, la demoiselle avait bien eu une vie non ? Après peut-être que, comme Alfic, elle ne se souvenait de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Lun 10 Juin - 20:45

Pour le coup, la jeune fille venait de faire une bien drôle de rencontre. Okay, le garçon était sympathique, du moins il en avait l’air, bien que restant sur ses gardes, la jeune fille n’était pas vraiment contre pour lui parler un tout petit peu. Il n’avait pas l’air bien méchant, même s’il l’avait empêché de voler sa victime du jour, lui permettant par la même occasion de se payer de quoi à manger. Voler ça va un peu, mais au bout d’un moment les commerçants ne peuvent plus vous aligner et rêve de vous exploser la tête contre une vitre s’ils vous mettent la main dessus. D’ailleurs la jeune fille devait songer à trouver un coin où aller sans se faire insulter de voleuse et devoir courir pour ne pas finir on ne sait où. Enfermé certainement. Les gens en ont rien à faire des pauvres gens dans la rue, alors une pauvre fille à l’apparence si frêle qu’on se demande pourquoi elle n’est pas morte de froid ou autre chose dehors. Bref, revenons-en à ces deux connaissances. Plus particulièrement au Chain qui l’accompagnait, du moins elle avait compris que ce tigre était de la même espèce qu’elle. Un peu étrange dit comme ça… En tout cas, cette dernière permettait à la demoiselle de rapidement se détendre et d’être moins sur le qui-vive. Comme si cette simple présence animale, mais aussi simplement le fait qu’elle soit comme elle pouvait la rassurer. C’est pour cela qu’elle restait tout le temps collée à elle. Ne répondant que jusqu’à maintenant de façon distraites aux questions de Sora. Si Alfic l’aime bien, c’est qu’il est gentil non.. ? C’était un homme, en somme de quoi se méfier pour elle, mais finalement, peut-être allait-elle au moins revoir un peu son jugement pour lui.

Alors qu’il lui proposait finalement de quoi manger. La petite brune avait laissé sous-entendre que retourner en ville sans sa nouvelle amie Chain ne l’arrangeait pas vraiment. En fait, c’est cela, elle voulait rester avec. Se blottir contre sa fourrure, et parler. Peut-être pourrait-elle poser quelques questions sur ce qu’elle est vu qu’elles semblaient en savoir bien plus qu’elle. Finalement, c’était certainement en voyant la mine attristée de la jeune fille que Sora se décida à aller en ville seul pour acheter de quoi manger. Bien rapidement, Kyrielle afficha un petit sourire timide et retourna bien rapidement s’assoir contre sa nouvelle amie. Mêlant une nouvelle fois ses mains à sa fourrure, la demoiselle tenta d’un peu se réchauffer. C’est qu’il fait tout de même froid dehors en cette saison et que la jeune fille avait souvent du mal à trouver de quoi bien se couvrir. La fourrure était toute chaude, hyper agréable. Soufflant une petite fumée blanchâtre de sa bouche, la jeune fille attendit que Sora disparaisse dans les rues de la ville pour regarder l’animal à côté d’elle. Timidement elle prit la parole…

- Dis Alfic.. pourquoi les Chains sont si différents.. ? Je veux dire, pourquoi as-tu un apparence animal et moi pas.. ? Suis-je aussi un animal ? Tu étais humaine avant ?

Elle ne savait comment dire ça sans paraitre blessante pour Alfic. Elle ignorait si elle était née dans l’Abyss ou si elle était humaine comme elle. C’était d’ailleurs pour cela qu’elle avait posé la question. Histoire de savoir si elle avait fait une bonne déduction de se comparer à elle. En revanche, la jeune fille avait du mal à s’assimiler comme un animal. Elle aurait bien pouvoir dire qu’elle était toujours une jeune femme, humaine… Après en avait-elle le droit ? Bien rapidement, Sora fût de retour avec de quoi manger. Un maigre repas, mais ça Kyrielle en avait l’habitude. Elle était même en général plutôt contente lorsqu’elle pouvait manger quelque chose et ce plusieurs fois par jour. Sans vraiment d’horaire fixe, essayant souvent d’empêcher son estomac de crier famine le plus longtemps possible. Remerciant timidement le jeune homme, elle observa un instant son repas avant de mordre dedans, restant bien collée à la fourrure d’Alfic. A croire qu’on ne pourrait pas l’en détacher. Finalement, il cassa le silence rapidement en lui demandant d’où elle venait. Surprise par la question, tout en mâchant doucement, la demoiselle prit quelques secondes pour réfléchir avant de répondre, toujours en parlant doucement, d’une voix qui oscillait entre le neutre et timide.

- Je vivais à Sablier… Et.. vous.. ?

Le retour de la question avait été dit de façon encore plus timide que le reste. Le vous s’adressait bien sûr aux deux êtres qui étaient avec elle. Une fois son petit repas terminé, la petite Chain lança un regard à Alfic comme pour lui demander si elle avait le droit.. ? Avant de finalement poser sa tête sur elle. C’est drôle, ça fait comme un coussin confortable… Depuis combien de temps n’avait-elle pas dormi dans un lit ? Finalement, une question la tiraillait depuis un moment, en fait depuis qu’elle les avait rencontrés et que la conversation avait été engagée entre eux. C’est pourquoi elle finit par demander.

- Pourquoi m’avoir arrêté tout à l’heure ? Je ne tue pas sans raison, il n’aurait perdu que son argent ce sale bourge…

Comment ça dure dans ses propos ? Eh oh, c’est une fille d’un milieu plutôt bas et qui vit dans les rues. Alors l’éducation hein…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Jeu 20 Juin - 19:11

En voilà, une rencontre originale. Non seulement la demoiselle venait de menacer un homme avec un couteau, mais en plus elle s'avéra être une Chain. C'était certainement pour cela qu'Alfic voulait l'aider d'ailleurs, et que Kyrielle semblait apprécier la tigresse. Entre personnes issues du même monde, le courant passait plus facilement, même si le fait que sa liée soit une étrange créature aux dons surnaturels n'empêchait pas Sora d'être son ami. Vous savez, c'est comme quand deux personnes se rendent compte en parlant qu'elles ont les mêmes origines : elles vont se mettre à bavasser sur ce pays pendant des heures et de leurs voyages là-bas. Enfin là, les deux Chain ne parlaient pas de l'Abysse mais plus de leur nature, une conversation tout aussi intéressante. Au moins, cette proximité qu'elles avaient rapidement établie avait permis à la brune de se détendre, donc tout allait bien, personne n'était en danger. Et puis, si on ne s'arrêtait pas à la première idée – celle d'une fille qui pointe des lames sur les autres –, elle semblait plutôt sympathique cette jeune sans le sou qui lui donnait l'impression qu'elle se sentait bien seule, ce à quoi on pouvait s'attendre puisque selon ses dires elle n'avait débarqué dans ce monde que récemment et que beaucoup d'années devaient s'être écoulées depuis la dernière fois qu'elle avait vu la lumière du jour.

Donc, quand Kyrielle s'était montrée réticente à l'idée d'être séparée d'Ally ne serait-ce que le temps de faire un aller-retour à la boulangerie la plus proche mais que cette dernière ne voulait pas que sa jeune congénère reste le ventre vide, il avait décidé de partir seul à la recherche d'un casse-croûte en les laissant papoter entre Chain - et entre filles. À ce moment, il eut l'impression qu'elle était devenue sage comme une image en voyant son petit sourire gêné. Le jeune homme répondit avec un grand sourire, puis s'en alla rapidement. Certainement que la brune avait des choses qu'elle n'osait pas vraiment dire en sa présence, après tout. C'était évident qu'elle faisait confiance à l'amie quadrupède mais pas particulièrement à lui, les laisser seules était donc la meilleure manière de lui permettre de poser ses questions. Cela ne manqua pas, car à peine s'était-il assez écarté qu'elle se tourna vers sa conseillère du jour pour lui demander pourquoi elles étaient si différentes et si Alfic était humaine avant. Mais la question qui retint le plus son attention, c'était celle de sa nature : animal ou pas ? Alfic ne répondit pas aux questions selon leur ordre chronologique mais selon l'importance qu'elles avaient selon elle, et commença avec un petit rire.

-Oui, malgré mon apparence il fut un temps ou j'étais bien humaine, même si je n'en ai pas gardé beaucoup de souvenirs. Tous les Chain sont différents, et certains ne conservent pas leur apparence humaine lors de leur transformation. C'est ainsi.

Puis elle posa son regard sur le visage de la jeune Chain et, même si son sourire n'était pas forcément discernable sur ses traits félins on pouvait facilement le deviner doux, tout comme sa voix.

-Mais n'oublies jamais que tu ne deviendras réellement un animal – un monstre -, quand tu auras abandonné ton cœur d'humain. Sur ce, elle posa son museau sur son crâne puis porta son regard sur le paysage qui s'étendait devant elle. Certains Hommes ne savent pas la chance qu'ils ont d'être ce qu'ils sont et deviennent des bêtes en abandonnant leurs sentiments. Nous qui avons perdu cette nature et sommes considérés comme des monstres pouvons nous montrer plus humains qu'eux, tu ne penses pas ? Nous pouvons être blessés ou nous sentir heureux, rire ou pleurer. Alors ne te compare plus à un animal, s'il te plaît.

Oui, être humain ne se définissait pas forcément par l'apparence. Elles qui avaient changé de nature n'avaient pour autant pas abandonné leur cœur donc n'étaient pas de simples animaux, des monstres. Savoir que la brunette pensait ainsi attristait Ally, qui savait bien que c'était difficile de savoir qu'on était un Homme dans un nouveau corps, qui différait plus ou moins du précédent selon les individus. Mais elles n'eurent pas le temps d'approfondir énormément le sujet, car déjà Sora revenait avec des pains au chocolat – un pour chacun. Décidément, il pensait toujours à son amie fauve... Ou alors, il savait à quel genre de châtiment s'attendre si jamais il avait le malheur de l'oublier. À moins que ce ne soit les deux. Bref.

Nos trois protagonistes se mirent donc à déguster les viennoiseries, qui étaient excellentes, mais le silence n'eut pas le temps de s'installer car le jeune homme se mit à questionner Kyrielle qui ne semblait pas vouloir lâcher sa semblable d'un centimètre carré de contact possible avec son épaisse et chaude fourrure blanche striée de noir, la preuve étant que juste après lui avoir répondu elle avait posé sa tête dessus. Enfin après avoir lui demandé la permission, que la tigresse lui donna en opinant du chef. Sablier ? Ah oui voilà qui remontait, les humains qui vivaient aussi longtemps étaient rares. Mais attendez une minute, est-ce que cela voulait dire que...

-Tu as vécu la tragédie ?

…. Ah ben c'était sorti. Mais ce n'était pas vraiment par pure curiosité : avec toutes les histoires horribles qu'on racontait sur ce sombre événement, Sora se demandait si elle n'avait pas vécu une expérience difficile. Assister à un massacre ne devait pas être facile... Et si en plus elle-même s'était faite tuée ? Bref, cela valut un élan d'inquiétude, mais l'artiste de rue se souvint que Kyrielle avait retourné la question en entendant Alfic répondre.  

-Je ne sais pas d'où je viens. Ce grand dadet vient de Réveil, mais a beaucoup voyagé.

Hé, que lui valait donc cette pique ? Adressant un énième regard boudeur à sa Chain, qui avait un don pour les provoquer, Sora entendit la demoiselle demander pourquoi il l'avait arrêtée plus tôt.

-Pour que personne ne soit blessé. S'il t'avait attaquée, tu te serais défendue non ? Et il serait certainement mort à l'heure qu'il est. On ne sait jamais ce qui peut se passer.

C'est vrai quoi, il comprenait qu'elle veuille survivre mais ce serait dommage de blesser voir de tuer pour cela. Enfin c'était sa pensée, pourtant le contractant illégal savait que si on l'agressait il saurait se défendre – et que si on s'en prenait à ses proches il saurait les défendre. En parlant de se défendre...

-Dis... En tant que Chain, tu dois avoir un pouvoir ? Lequel ?

Là, c'était de la curiosité. Après tout Kyrielle semblait être devenue amie avec Alfic et elle ne semblait pas bien méchante si on omettait ses manières assez radicales de trouver de l'argent, alors Sora s'intéressait à elle (si Angel passe par là, c'est en toute amitié, je précise -sors-).
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Sam 13 Juil - 14:57

Apparemment, la question que la jeune fille avait posé au Chain pendant que son contractant était partit acheté quelque chose à manger, voyant la réticence de la jeune fille à se séparer de sa nouvelle connaissance Chain. Elle avait en effet demandé à cette dernière si elle avait été humaine, mais aussi surtout si elle devait se voir comme un montre, ou un animal au choix, ou avait-elle le droit de se considérer comme un être humain. Comme si c’était une évidence, la tigresse commença par lui affirmer qu’elle avait été humaine elle aussi. Bien qu’elle ne posa pas la question, la jeune demoiselle se demanda tout de même qu’est-ce que cela faisait de changer totalement de corps à ce point. Dans le sens où elle aussi était un Chain, mais elle avait gardé le même physique qu’autrefois, seul son œil, son pouvoir et sa capacité à ne pas vieillir avait réellement changé en elle. Par respect, elle se garda tout de même de demander. Se contentant alors d’écouter ce qu’elle avait à lui dire. A sa surprise, Alfic se mit alors à lui expliquer qu’on se considère humain tant qu’on en a le cœur, que le physique ne changeait pas grand-chose. Qu’il n’y avait pas exemple des humains qui n’en étaient pas vraiment vu leur tempérament ou leurs façons de faire. D’un côté, elle n’avait pas tort oui. En y réfléchissant, Kyrielle avait déjà connu un être humain, enfin un homme qui n’avait visiblement aucune humanité. Violer des petites filles cela n’a rien d’humain, d’ailleurs le viol en lui-même non plus bien que cela soit encore pire sur des jeunes êtres. Réfléchissant à ses paroles, la petite brun se fit bien pensive. Restant toute contre sa compagne de l’Abyss. N’osant de toute façon pas la contredire ou même poser plus de questions que cela. Finalement, Sora revint avec de quoi manger.

Elle ne perdit d’ailleurs pas de temps pour commencer à remplir son pauvre estomac qui réclamait bien souvent famine. Ennuyant sa propriétaire qui ne le remplissait pas assez à son gout. Comme on dit, les vêtements cela peut faire cache misère, c’était son cas à elle, bien qu’on remarque aisément qu’elle n’est pas épaisse du tout. Bien à l’abri du froid dans la douce fourrure, on lui demanda d’où elle venait. Elle répondit plutôt facilement à cette question, retournant même à cette dernière, espérant peut-être en savoir aussi un peu plus sur l’autre Chain présent ici. Mais la première chose qu’on lui répondit fût en fait une autre question. Si elle avait connu la tragédie de Sablier. Haussant légèrement les sourcils ne s’attendant en fait pas vraiment à ce qu’on lui demande ceci elle ne répondit donc pas de suite sur le coup. Bien sûr qu’elle l’avait connu, elle ne serait plus là sinon… Elle aurait mené une vie normale il y a cent ans… Un jour elle pourrait affirmer qu’elle ne regrette pas ce qu’elle a vécu pour arriver à cette époque, un jour. Finalement les réponses vinrent d’Alfic. Qui affirma ne pas savoir d’où elle venait tandis que son contractant venait d’ici même, ayant tout de même beaucoup voyagé. Ainsi elle ne se souvenait vraiment de rien de sa vie d’avant.. ? Elle restait très gentille… La petite brune se demandait même ce qu’elle serait devenue si l’Abyss lui avait volé ses souvenirs de sa vie humaine. Dans un sens, cela aurait pût la soulager peut-être, mais finalement, l’oubli ne lui disait trop rien. C’est ce qu’elle est après tout il faut vivre avec. Continuant de grignoter se croissant, comme si elle devait absolument en profiter un maximum. Ne pas manger trop vite, caler le plus possible son estomac.

Restant calée où elle était, Sora se décida finalement à poser une autre question qui n’avait rien avoir. Encore des questions ? Eh bien… Son pouvoir ? Se demandant sur le fond en quoi cela le regardait, la demoiselle jeta un regard à sa compagne Chain, comme pour avoir un soutient ou une approbation. Au fond la jeune fille c’était toujours dit qu’il fallait garder son pouvoir secret pour protéger sa véritable nature. Après tout, peu importe comment elle se voyait elle, les Homme ne se retiendraient pas de l’arrêter juste parce qu’elle a des pouvoirs et vient de ce lieu sombre nommé Abyss. Tapotant son reste de croissant dans les mains, elle se mit à le terminer, finissant par ouvrir la bouche le regard bas.

- J’ai vu cette Tragédie oui. C’est pour ça que je suis là…

Elle n’en dit pas plus. Sur le fond elle ne voulait pas s’attarder sur ce sujet qui restait de toute façon un peu flou dans sa mémoire. Autant répondre le strict minimum. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle ne tarda pas à changer rapidement de sujet. S’accrochant pour le coup à la deuxième question qui lui était posé. Son pouvoir. Avalant le dernier morceau de son repas bien maigre mais pas négligeable. La demoiselle finit par se lever bien qu’elle ne s’éloigna guère de la tigresse. Se tournant vers un grand mur de brique, une vieille maison en bordure de ville quoi. Elle se contenta de dire en tendant le bras devant elle.

- Le vent…

Une lame de vent parfaitement visible, du fait que ce dernier était concentré dans sa main et autours de son bras fit son apparition. D’un geste vif du bras, elle envoya cette dernière sur le mur. La lame s’écrasa contre le mur, laissant derrière elle une large marque ayant creusé les briques. Comme si une puissante créature avait griffés dedans… Se retournant face au jeune homme on pouvait voir à nouveau son œil rouge. Restant ainsi debout devant elle, Kyrielle se lança alors à répliquer sur sa réponse qu’il lui avait donné sur le pourquoi l’avoir empêché de voler cet homme plus tôt.

- Je l’aurais tué sans le moindre scrupule. La vie c’est la loi du plus fort si on ne mange pas c’est les autres qui nous mange.

Vision un peu simpliste de la vie ? Un peu dur peut-être ? Mais allez savoir, elle n’avait pas tort sur le fond non ? Du moins dans le monde de la rue il est clair que la vie est plus dure et que plus d’une fois la demoiselle avait été menacé et poussé à se défendre pour penser à cela. Un vent frais et léger se mit alors à tourner autours d’eux…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Sam 27 Juil - 0:36

Plus d'une fois, Sora s'était demandé ce qu'Alfic ressentait en se voyant. Était-elle triste de ne plus avoir une forme humaine ? Regrettait-elle d'être une Chain ? Ce devait être un choc, de devenir un autre tout en restant soi-même du jour au lendemain. Avait-elle eu du mal à s'y habituer ? Aimait-elle sa nouvelle enveloppe ? De même, qu'est-ce que cela pouvait bien faire de ne plus agir comme avant, de ne plus pouvoir utiliser ses dix doigts, d'être limité dans nos expressions faciales ? Se l'imaginer quand on avait un physique humain était vraiment difficile, la différence était vraiment radicale. Mais si ce changement était aussi profond, il ne devait que rendre la métamorphose encore plus dure non ? Ce devait être plus difficile de s'y faire, de l'accepter. On passait de l'ombre à la lumière, de la nuit au jour, d'un opposé à l'autre.
En trois ans, le jeune homme avait eu le temps de voir naître ces interrogations en lui et de les poser. Mais à chaque fois qu'il tentait de lui en parler, soit elle changeait de sujet soit elle lui affirmait que ce n'était pas la peine de s'inquiéter pour elle. Peut-être bien qu'elle disait la vérité, que la fauve s'acceptait tel qu'elle était, mais il aimerait tout de même qu'ils puissent en parler un peu plus en profondeur. Elle avait été là pour lui lors de ses moments difficiles, il comptait bien être là pour son amie et l'aider.

Seulement, Ally était plus du genre à assister qu'à être assistée. On pourrait tout à fait prendre pour exemple sa façon de tenter de réconforter Kyrielle, de la rassurer en lui disant qu'elle était encore humaine. La tigresse était plus que bien placée pour savoir à quel point cela pouvait être bouleversant de passer d'Homme à Chain, elle-même ne s'y était pas fait immédiatement. La différence, c'est qu'elle était devenue une Chain bien avant la brune donc avait eu le temps d'y réfléchir et de relativiser – surtout que le temps peut facilement paraître long, dans le sombre monde qu'est l'Abysse. Alfic s'était longtemps penchée sur la question de son humanité et en avait tiré plusieurs choses, à commencer que si l'idée de devenir une bête lui déplaisait voir l'effrayait tant que ça, c'est qu'elle en était encore assez loin. Pourquoi cela la tourmenterait autant sinon ? Puis en y pensant encore un peu, la fauve s'était dit qu'au final, certains Hommes se montraient bien plus monstrueux qu'elle ne pourrait jamais se résoudre à l'être. Les souvenirs de sa vie de jeune fille étaient rares et flous, mais elle savait quand même que sa mort n'avait pas été naturelle. Pourquoi l'avait-on tuée ? Elle n'en savait rien, à part que c'était cruel de s'en prendre à une jeune sans défense, qu'on ait une raison ou pas. De toutes façons, celle-ci ne paraîtrait juste qu'aux yeux du criminel dont les souillures qui couvraient ses mains faisaient de lui un monstre.

Ses paroles semblèrent rendre Kyrielle bien pensive. Bah, qu'elle prenne donc le temps de retourner le problème dans tous les sens, elle finira bien par trouver sa propre réponse de toutes façons et celle-ci pourrait bien venir sous une forme insoupçonnée. La discussion se clôt donc, avec pour chute le retour triomphale (ou pas) de Sora qui rapportait comme promis une petite collation. Chacun entama sa viennoiserie, puis le contractant se mit à jouer les curieux envers la demoiselle collée à Ally. Quand il lui demanda si elle avait assisté à la tragédie de Sablier, un blanc qui le mit mal à l'aise s’immisça dans la conversation : avait-il touché un point sensible ? Certainement que oui...
Ce fut encore une fois sa liée qui intervint pour alléger l'atmosphère, en répondant à la question de la brunette tout en lançant un petit pique vers lui. S'il avait d'abord pensé que cela sortait de nul part, l'artiste de rue réalisa un peu plus tard qu'elle cherchait à le sortir de son embarras – et à débloquer la situation. Son intervention porta ses fruits, puisque son pactisant se remit à questionner la demoiselle - qui devait le trouver bien curieux, tiens.

Kyrielle répondit brièvement et se leva sous son regard intrigué, puis tendit le bras vers une maison perdue dans le coin. Une lame se forma alors, faite de vent compressé au point d'en devenir aussi tranchant que les griffes d'un fauve, comme le démontra la profonde entaille dans le mur de la petite demeure en brique. En voyant cela, Sora haussa les sourcils avec surprise : en voilà, un pouvoir dangereux. Contrôler les éléments est en général plus menaçant que le pouvoir de métamorphose que lui conférait son contrat.
Cette petite démonstration terminée, elle se tourna de nouveau vers lui et il nota que son œil était de nouveau devenu rouge... Hé, ça veut dire que tout à l'heure, elle était prête à lui faire subir le même sort qu'à la paroi ? Alors là, il y avait réchappé de peu... On dit merci Alfic de l'avoir mise en confiance : au moins, désormais la Chain néophyte parlait peut-être de tuer avec un visage peu expressif mais ne semblait pas vouloir l'appliquer à son interlocuteur, qui l'écouta attentivement exposer sa vision de la vie. Certes elle n'avait pas tort, mais ce n'était pas une raison pour s'en prendre à tout ce qui bougeait, si ? En tout cas pour le coup, étant donné que la frêle brune venait de l'Abysse, certainement que ce riche homme qui ne devait même pas savoir tenir une arme correctement n'aurait pas pu lui faire de mal, donc que lui ôter la vie n'aurait pas été nécessaire pour préserver la sienne. Enfin lui pouvait bien parler, vu sa tendance à sortir les armes au moindre danger. N'empêche...

-Penses-tu que le meurtre résout tout ? Si tu l'avais tué alors que tu aurais très bien pu t'en sortir sans cela, comment te serais-tu sentie ?

Demanda-t-il avec une voix qui ne portait aucun jugement. Son opinion ? Comment pouvait-il la blâmer de quoi que ce soit, quand lui-même était loin d'avoir fait mieux ? Non, Sora était simplement intéressé par cette façon de voir le monde, qui se rapprochait de la sienne quand on l'agressait.

Mais leur parlotte dut couper court, quand tout à coup la Chain quadrupède releva le museau.

-On a de la visite... Vous feriez mieux de partir, je pense qu'il vient pour vous. Ou plutôt pour toi, Kyrielle.

Eh oui, en plissant les yeux dans la direction que suivaient ceux de son amie, Sora put reconnaître leur invité : c'était la cible de la tentative de vol de Kyrielle. Bon, sa motivation était on ne peut plus facile à deviner.... Se venger de la petite effrontée qui l'avait menacée avec un couteau. Ce dernier avait dû grandement effrayer le pauvre homme, puisqu'il était revenu avec une demi-douzaine de gardes. Attrapant la main de Kyrielle, l'associé défendu l'entraîna vers la ville dans l'intention de fuir avant que ces nouveaux personnages armés ne viennent les attraper gentiment. C'est ainsi qu'il se mit à courir, en forçant la demoiselle à en faire de même.

-Nous allons les perdre dans les petites rues. J'espère que tu es endurante ?

Apparemment oui, puisque après une course poursuite qui mêla cache-cache et chat, ils finirent par échapper aux gardes. Essoufflé, Sora trouva une petite impasse et alla s'accroupir en collant son dos contre la pierre fraîche, un contact bienvenu après toute cette action. À peine les deux fuyards étaient-ils installés qu'Alfic revint.

-Vous n'avez rien ?

Sa voix était inquiète, mais elle devait surtout se faire du souci pour sa semblable puisqu'elle s'approcha d'elle comme pour s'assurer que tout allait bien avant de s'allonger entre eux. Elle devait avoir assez confiance en son contractant pour ne pas trop s'inquiéter pour lui dans ces situations.... Ou alors, elle voulait le taquiner en accordant plus d'attention à Kyrielle. À moins que la tigresse ne se soit vraiment et plutôt profondément attachée à sa semblable ? Allez donc savoir. Riant doucement, le jeune homme ne put s'empêcher de la taquiner.

-Tu te comportes comme une mère poule, Ally.

Ce à quoi l'intéressée répondit bien vite et sur le même ton.

-J'ai pris l'habitude, avec toi.

Cela le fit rire de plus belle. Il fixa ensuite Kyrielle et inclina légèrement la tête.

-Que comptes-tu faire, maintenant ? Repartir de ton côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Jeu 8 Aoû - 20:46

Au fond, la demoiselle n’avait jamais vraiment adressé la parole à quelqu’un, du moins pas plus longtemps que les habituelles formalités. Mais avoir une réelle discussion jamais, du moins elle n’avait apparemment pas rencontré les bonnes personnes pour songer à s’ouvrir un peu plus. En fait pour faire simple, Kyrielle faisait à la base tellement peu confiance à autrui qu’elle ne voyait pas pourquoi parler, même s’il fallait avouer qu’elle se demandait souvent pourquoi continuait-elle à se battre pour vivre, ou plutôt survivre en ce bas monde. Chain, ex-humaine officiellement morte à condition qu’elle n’ait pas été classée ainsi lors de sa fuite de l’orphelinat, la petite Chain n’était visiblement destinée à rien faire de sa vie, coincée dans les rues de Reveil, errer toute la journée pour se trouver à manger et un endroit pour dormir. Du moins tenter de se reposer si la peur d’être agressée pendant son sommeil ne la prenait pas, lorsque ce n’était pas elle tombait d’épuisement sur le bord de la route, cachée sous des planches en bois ou autres trucs du genre. Et puis, le temps commençait vraiment à se faire de plus en plus froid, se procurer des vêtements plus chauds n’était pas un luxe qu’elle pouvait se payer. Encore faudrait-il un peu d’argent pour ça hein… Pas pour rien qu’elle vol à la base. Mais sa cible du jour qui devait être plutôt bonne à la base, c’était raté… Tant pis, la prochaine fois. Elle n’était plus à une nuit passée dans le froid glacial de la nuit. C’était d’ailleurs peut-être pour ces raisons que la jeune fille se sentait attiré par la douce et chaude fourrure de sa compatriote Chain. En plus d’être très gentille de son point de vu, elle tenait chaud…


Elle avait cependant quitté quelques instants son doux contact pour démontrer son pouvoir, vu que la question sur ce dernier lui avait été posée. Affirmant qu’elle aurait tué cet homme si besoin sans aucune scrupule. La réaction de Sora la surprit légèrement. Comment elle se serait sentie si elle avait pût s’en sortir autrement ? Faut-il vraiment avoir de la considération pour toute vie ? Personne n’en a jamais vraiment eut pour la sienne mis à part quelques personnes, pourquoi ferait-elle exception ? Se disant qu’une personne dans son cas profiterait d’elle sans se poser de question. N’allez pas dire qu’elle est méchante hein ! Disons que sa vision du monde est peut-être un peu dure, l’obligeant à se montrer plus froide et mauvaise avec ce dernier. C’est pourquoi elle ne tarda pas à répondre sur un ton neutre, sans détourner son regard du jeune homme.

- Je l’aurais tué c’est tout. Cela s’arrête là, la pitié je n’y aie pas vraiment droit, je ne vois pas pourquoi dans ma situation j’en aurais.

Sur le coup, les paroles ou le ton pouvait paraitre bien froid. Mais en fait elle n’avait vraiment rien contre lui, elle voulait juste lui faire comprendre son point de vu. Sora était même un très gentil garçon, c’est pourquoi elle acceptait de rester avec lui, de parler. Lui et sa Chain sont des bonnes personnes… Elle se surprit même à vouloir les revoir. Mais, il ne faut peut-être pas trop en demander non.. ? Pour preuve qu’elle ne lui en voulait pas, qu’elle avait parlée durement mais pas contre lui, la petite brune baissa la tête. La conversation aurait pût s’arrêter là, ou bien un autre sujet repartir de plus belle. Mais Alfic releva la tête et annonça qu’ils avaient de la compagnie, qu’ils feraient mieux de partir, avant de disparaître. Hm.. ? Sur le coup, le cœur de la jeune fille se noua lorsque la présence de son amie disparut bien qu’elle n’en dit rien, se contentant de vérifier rapidement si elle n’était pas encore dans le coin cachée. Ce n’est que juste après qu’elle regarda tout de même qui était cette fameuse compagnie ? L’homme de tout à l’heure avec des gardes. Quel crevard ce type, il n’hésitait même pas à faire déplacer des gardes pour une misérable fille réduite à voler. Il lui aurait donné son argent sans faire d’histoire cela aurait été beaucoup mieux. Si cela ne tenait qu’à elle, Kyrielle aurait volontiers foncé dans le tas, bien que pas certaine de pouvoir tenir tête à tant de monde sans finir par fuir, mais au moins régler son compte à ce type… Sora l’arrêta bien rapidement, lui demandant si elle était endurante avant de l’entrainer dans des petites rues pour fuir et se cacher. Courir ? Elle le faisait bien souvent, va. Elle n’eut aucun mal à le suivre, bien que frustré de ne pas avoir pût s’en prendre à se sale riche. Une fois à l’écart et arrêtés pour reprendre leur souffle, entre deux inspirations et expiration elle lâcha.

- J’aurais bien aimé lui régler son compte…

Oui, elle disait cela comme si de rien était exactement ! Mais de toute façon elle ne comptait pas faire demi-tour ou le tour de la ville pour mettre la main dessus… Rassurée de voir le tigre blanc revenir, Kyrielle ne tarda pas à revenir mettre ses petits mains froides dans sa fourrure, ne cachant pas sa petite joie sur son retour. C’est tout bête au fond… Finalement un drôle d’échanges entre les deux, sur le fait qu’ils allaient bien et qu’elle était une mère poule.. ? A cet instant le reste de l’échange devint un peu flou, du moins les mots ne parvenaient pas jusqu’à son cerveau. Une maman Alfic.. ? Oui dans un sens c’était un peu ça. Elle était comme elle, bienveillante, gentille… Et donnait une certaine affection qui avait manqué à notre jeune fille durant toute son enfance. Un sourire un peu bizarre fit son apparition sur sa bouille avant de serrer ses doigts sur les doux poils noirs et blanc. Elle lâcha sur un ton presque étrangement innocent vu son agressivité de tout à l’heure.

- Maman.. ? Maman Alfic… ? Maman Chain ?

Non, elle n’avait pas perdu la tête, et ne vous moquez pas d’elle je vous prie ! C’est juste qu’Alfic fût une grande référence pour elle, et lui avait donné un peu de courage, lui permettant d’aller un peu de l’avant. Et même de se sentir un peu moins seule. Comme envahit d’une émotion elle garda ce sourire, on aurait presque cru que des larmes se seraient mises à couler sur ses petites joues pâles.

- Merci à vous deux… S’adressant au final à Sora. Je n’ai rien qui m’attend, je dois chercher un endroit pour tenter de dormir… Il fait froid, quelques planches en bois ne seraient pas du luxe.

Même si ce qu’elle disait n’avait visiblement rien de drôle, la petite Chain semblait presque de bonne humeur en fait. Même si elle rigolerait moins lorsque la longue nuit de froid commencerait mais bons. Allant enfouir sa tête dans la fourrure de la Chain à quatre pattes, ses bras finirent par se passer doucement autours du coup d’Aflic. Comme pour lui faire un câlin tout en se tenant. Décidément, elle était attachée…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Mer 21 Aoû - 21:36

Tuer était, en soi, un acte terriblement facile à accomplir. Le cartilage d'une gorge n'est pas composé d'acier trempé après tout, le transpercer lui ou l'abdomen n'était pas bien compliqué – et même sans cela, nos poings pouvaient suffire à ôter une vie. Si notre existence était si précieuse, pourquoi donc était-elle si fragile ? Est-ce que cela devait la rendre plus belle en même temps que fragile, ou était-ce simplement le signe que nous étions nos seuls défenseurs ? Qu'aucun autre atout ne nous serait donné pour nous aider à survivre ?  
Mais cela pouvait aussi être un moyen d'apprendre à l'Homme à maîtriser ses accès de colère. Après tout dans un accès de fureur il arrive que nous devenions violents, or savoir que la cible de notre ire est vulnérable peut nous aider à nous contrôler.... Certainement. En fait Sora doutait de cela car, même si lui pensait ainsi, son cas n'était pas une généralité.
Quoi qu'il en soit, si tuer était simple sur le papier, dans les faits ce n'était pas la même chose. Après tout nous sommes dotés d'une conscience, et une vie prise pèse lourd sur celle-ci. Pourtant Kyrielle ici présente venait d'affirmer clairement qu'assassiner celui qu'elle avait essayé de volé. On n'avait pas de pitié pour elle ? A croire que la demoiselle n'avait jamais eu d'importance particulière aux yeux de quiconque. Que jamais personne ne lui avait appris que toutes les vies humaines avaient le même prix. Cette hypothèse était assez triste, non ?
Que répondre ? L'artiste de rue se sentait bloqué car, quelque part, il ne pouvait pas réfuter son point de vue. Restant pensif quelques secondes, il sourit légèrement et prit la parole.

-Alors tu n'accordes pas d'importance à ta propre vie ? Tu as parlé de la pitié des autres, mais en as-tu pour toi-même ?

C'était étrange comme question ? Oui et le jeune homme l'admettait bien volontiers. Sans trop savoir comment s'y prendre, il essayait de lui faire comprendre qu'il ne fallait pas s'arrêter à son vécu, que tout le monde n'était pas cruel. L'écouterait-elle ? Il n'en savait rien mais ne doutait pas qu'elle n'était pas du genre à changer d'avis facilement, les chances qu'elle ne lui fasse jeter l'éponge avant étaient élevée. Sora n'était pas du genre à vouloir changer les autres à tout prix, si ses tentatives donnaient quelque chose tant mieux, sinon eh bien chacun était libre de penser comme il le souhaitait au final.

Bref, lors de cette parlotte qui tournait au philosophique, ils furent interrompus par quelqu'un qui voulait s'inviter à leur petit congrès... Ou juste se venger de la femme qui l'avait menacé d'un couteau. C'était d'ailleurs le plus probable, surtout que l'homme était accompagné d'une poignée de gardes. On pouvait dire qu'il était plutôt revanchard, le bourgeois ! Mais le laisser embarquer Kyrielle alors qu'il l'avait aidé tout à l'heure et qu'ils s'entendaient assez bien à première vue – mais surtout que les deux Chain s'étaient rapprochées rapidement – serait ballot, notre associé défendu l'avait donc embarquée vers les rues étroites de la périphérie de Réveil pour y perdre leurs poursuivants.
Le duo de fuyards marathoniens y parvint après une longue course poursuite, puis s'était réfugié dans une impasse pour respirer un instant. C'est alors que la jeune femme lâcha une phrase pleine de bonté... Hé, elle pensait encore à le tuer quand toute cette histoire était terminée ? Cela le fit lâcher un petit soupir : à croire que c'était vraiment une cause perdue.

Alfic revint alors en leur demandant s'ils n'avaient rien, en montrant que cette question s'adressait surtout à Kyrielle – qui s'était de nouveau et sans perdre une seconde collé à la tigresse. On croirait entendre une mère poule tiens, ce que son pactisant ne manqua pas de faire remarquer... Le tout provoqua une drôle de réaction chez la chapardeuse : son expression se fit extrêmement douce et presque enfantine tandis que ses poings se resserraient sur la fourrure de la fauve. Mais ce qui surprit le plus Sora, c'est qu'elle semblait réellement assimiler Ally à une mère puisqu'elle décida de l'appeler « Maman Chain » après avoir exploré plusieurs possibilités de surnom affectif. Mais se moquer de la voleuse alors que son émotion était palpable était hors de question, notre Enderstar aurait probablement lancé un regard noir au premier qui le ferait - en fait, un sourire doux devant cette réaction des plus mignonnes était apparu sur son visage. Ally aussi devait trouver cela adorable, vu qu'en s'entendant appeler Maman elle fondit complètement et alla se coller contre sa jeune congénère.

-Je serais ravie de t'adopter, Kyrielle.

L'amie quadrupède était vraiment douce par nature, comment pouvait-elle résister ? Bref, en tout cas à la voir ainsi, telle une orpheline qui venait de trouver un refuge familial, on avait du mal à croire qu'elle parlait froidement de tuer et qu'elle agressait les gens avec une lame... M'enfin, ce n'était pas parce que la demoiselle ne lésinait pas sur les moyens quand elle voulait trouver à manger ou de quoi s'en acheter qu'elle ne pouvait pas avoir un côté mignon et innocent, certes. La preuve était sous vos yeux et fit s'étirer les lèvres du jongleur avec douceur : mine de rien, Kyrielle savait être attachante.
Mais si être témoin de sa facette la moins féroce n'était pas une mauvaise chose, cela ne l'empêcha pas de se demander ce qu'elle pourrait bien faire désormais. Jeune fille des rues, sans le sou et en vêtements légers alors que le temps commençait à se refroidir, qu'allait donc devenir la brunette désormais ? Quels étaient ses plans ? Sa seule priorité était certainement de survivre, mais parfois le vouloir ne suffisait pas pour que nous restions en vie. Il avait donc demandé ce qu'elle allait faire désormais.

La première réplique de sa nouvelle amie fut un « merci » qui s'adressait au duo pactisant/Chain. Le jeune homme sortit gaiement un « de rien » tandis qu'Alfic l'imitait mais par une sorte de ronronnement, puis écouta la réponse à son interrogation. Et franchement, il crut sentir son cœur tomber dans sa poitrine en imaginant Kyrielle s'abriter sous quelques planches de bois pour ne pas être recouverte de neige à son réveil... Si jamais celui-ci venait. Sora ne savait pas quel effet le froid pourrait avoir sur un Chain, mais même quand on pouvait y survivre ce ne devait pas être agréable de sentir tout son corps s'engourdir et trembler pour produire un semblant de chaleur tout en empêchant les muscles de se tétaniser. Seulement, comment empêcher cela de se réaliser ? Son appartement n'était pas bien grand et il logeait déjà Hellias, donc... Oui mais malgré cette collocation avec deux Chain – Ally comptait largement, elle prenait de la place mine de rien -, le petit logement devait tout de même être assez spacieux pour accueillir occasionnellement une personne en plus – qui plus est, une qui prendrait probablement moins de place que la tigresse. Bon, c'était décidé.

-Dans ce cas... Ma porte te restera ouverte. Tu pourras venir quand bon te semblera.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Mer 11 Sep - 18:05

S’il y avait bien une question qui avait fait tilter la demoiselle, qu’elle ne s’était d’ailleurs jamais posée. Juste avant d’être entrainée pour prendre à son plus grand malheurs la fuite devant son fichu mec plein aux as revenir pour se venger d’elle et de sa menace qu’elle lui avait faite. Non mais franchement, on voyait que cet homme avait la vie facile dans son petit univers remplit d’argent et qu’il pouvait aisément se cacher derrière les autres pour se protéger, ne devant pas aimer se salir les mains lui-même à défaut de savoir faire quelque chose seul. C’est bien là le genre de type que notre demoiselle détestait. Mais le plus étonnant était le fait qu’on venait de lui demander si elle avait de la pitié pour elle-même à défaut d’en avoir pour les autres. Pour être franche, jamais elle ne s’était posée la question encore mais en y réfléchissant même qu’un peu. La jeune fille en venait rapidement à la conclusion qu’elle ne se prenait même pas en pitié. Bien trop souvent elle c’était dit que c’était normal ce qui lui arrivait, sans se poser plus de question que cela. Ayant souvent pensé que si elle avait été abandonnée à la naissance c’est qu’elle n’avait pas été voulue, question de logique non ? Ainsi, personne n’était venu la sortir de l’enfer de cet orphelinat par la suite. Le seul instant où elle crut avoir une place en ce bas monde, où elle s’était mise à penser que des gens l’appréciaient et qu’elle leur manquerait si elle venait à disparaitre fût lorsqu’elle a été ramassé dans la rue par ses parents adoptif. C’était certainement grâce à eux et à Reyn qu’elle avait été capable d’avancer et cesser de se dire qu’elle n’était qu’un déchet parmi tant d’autre. Ce n’est pas une fatalité dans le fond, bien des gens ont une vie misérable et pourraient disparaitre que cela n’affecterait personne voir ferait des vacances à certains. Mais une nouvelle fois tout ce qu’elle avait, tout ce dont elle s’était raccrochée avait disparu du jour au lendemain, la laissant une nouvelle fois seule dans la rue. Avec personne pour venir la ramasser de là. –Même si ce n’est qu’une question de temps /pan/-.

Une fois hors de danger, elle n’avait pas osé répondre à cette question, elle était du moins bien trop préoccupait par le fait qu’elle appelait sa compatriote Chain à quatre pattes maman. Au risque de la prendre pour une idiote, mais c’était pour elle vraiment réconfortant de pouvoir l’appeler ainsi. Surtout que cette dernière ne tarda pas à se coller à elle en annonçant qu’elle serait ravie de l’adopter. Les larmes aux bords des yeux, la demoiselle s’était alors mise à doucement faire glisser ses doigts sur sa fourrure, remontant jusqu’à a ses oreilles et son museau pour doucement la câliner à sa façon. Si ça ne tenait qu’à elle sincèrement, elle aurait emmenée Alfic avec elle. Quitte à se coucher par terre elle s’en moquait, c’était une habitude. Mais pouvoir se blottir dans sa douce et chaude fourrure. Retirer un poids à cette solitude qui l’a pesait. Certes Kyrielle n’est pas du genre à faire confiance juste parce qu’on lui dit bonjour, mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’aimait pas avoir de la compagnie bien au contraire… Sauvage mais pas totalement indomptable la petite… Dire qu’elle allait bientôt devoir se séparer d’elle, ne pouvant de toute façon les retenir plus longtemps, ils avaient déjà assez perdu leur temps pour cette journée, même si cette dernière se terminait. Serrant un peu plus sa prise sur elle, on pouvait sentir son malaise un peu soudain à l’idée de se sentir seule. D’ailleurs toute blottie contre elle, le visage cachée par la Chain, la demoiselle se décida à répondre à la question de tout à l’heure, même si Sora n’attendait pas de réponse allez savoir.

- La pitié n’existe pas. Ou du moins je n’y crois plus. Les autres n’y ont pas le droit, moi non plus.

Que de dureté dans ses propos. On pourrait presque la prendre pour une personne particulièrement froide si elle n’était pas blottie contre Alfic au bord des larmes à l’idée de se retrouver à nouveau seule bientôt. Soufflant un coup. Elle tandis la main tout en restant au sol vers Sora, ce dernier lui proposait plus ou moins de passer chez lui, mais pour tout vous dire, Kyrielle ne se voyait pas s’imposer chez lui. Elle ne ferait rien de bien utile, et il devait d’autres choses à faire non ?

- Ma dague s’il te plais… Eh bien oui, elle en allait avoir besoin à nouveau, hors de question de n’avoir rien une nouvelle fois. Et.. d’accord merci…

En répondant elle n’avait pas levé le regard vers lui, comme si elle avait peur qu’il comprenne juste en la regardant qu’elle ne comptait pas passer. Attendant sa dague, son regard se posa en revanche dans celui du tigre. Elle murmura doucement à son attention.

- J’espère te revoir… Maman… Sinon adieu.

Ne sachant pas elle-même combien de temps elle pourrait tenir dehors. Ni même combien de temps son manège de vivre dehors tiendrait tout simplement, vivre au jour le jour jusqu’à on ne sait quoi. Le début d’autre chose, ou bien sa propre fin. Posant doucement son nez contre son museau, elle refoula une montée de larmes. Son arme à nouveau en main elle n’avait plus qu’une chose à faire, partir en courant. Faire ce qu’elle devait faire. Mettre fin elle-même à cette rencontre pour ne pas souffrir encore plus en les voyant partir. Ne sachant si elle pourrait vraiment les retrouver un jour. Une chose est sûre c’est que pour une fois, elle n’avait pas oublié leur prénom. A tous les deux, ni même leur tête…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle] Lun 28 Oct - 15:21

La pitié, ou compassion, était ce qui permettait aux humains de comprendre et/ou ressentir la douleur ainsi que les faiblesses des autres – et par là même, selon les cas, de vouloir y remédier –, donc d'être indulgent avec tout un chacun, d'être sensible et ouvert d'esprit. Elle permettait de relier des personnes, car au final les douleurs communes  et la solidarité qu'entraînait l'empathie rapprochaient autant voir plus que les joies partagées. Les Hommes avaient là une merveilleuse capacité qui pourrait faire d'eux tous une espèce unie en toutes circonstances et capable de partager équitablement les biens entre chaque individu. Malheureusement il a fallu que l'on s'organise en société et que certains abandonnent leur capacité à compatir pour leur propre bénéfice, tombant ainsi dans la dépravation, pour que ce don soit gâché. Cela avait donné naissance à des personnes comme Kyrielle : elle n'avait personne à qui se raccrocher, craignait les autres et était prête à tuer. Elle ne savait pas ce qu'était la pitié – ou alors ne croyait pas que cela existait vraiment en ce bas monde. Seule, c'était l'adjectif qui la qualifiait le mieux, or à force de n'avoir aucun contact avec d'autres personnes – des gens chaleureux – la jeune femme ne savait pas ou plus qu'elle n'était pas uniquement entourée de personnes égoïstes voir mal intentionnées, qu'il y avait du bon dans l'humanité.

Mais à défaut de penser qu'elle méritait la pitié des autres, Sora avait espéré que la Chain en aurait au moins pour elle-même. Qu'elle s'accorderait l'indulgence que ceux qui l'entouraient ne lui fournissaient pas et ainsi qu'elle s'ouvrirait aux autres, accepterait l'aide extérieure et tenterait de stabiliser sa situation, qu'elle donnerait un peu d'importance à sa vie, bref, qu'elle se porterait assistance autrement qu'en se fermant et en s'en prenant aux autres. Pourtant le contractant illégal voyait bien que Kyrielle n'avait pas mauvais fond et n'attendait qu'une petite place au chaud dans cet univers rude, mais c'était à croire qu'elle trouvait sa solitude parfaitement normale et n'avait pas l'intention d'y remédier alors que les humains ne sont pas faits pour exister chacun de leur côté sans jamais avoir de relations.
Regardant la brunette montrer toute son affection envers Ally après l'avoir appelée « maman », il sourit en pensant qu'elle était tout à fait normal – peut-être même un peu enfantine. Après c'était vrai qu'il avait cette tendance à assimiler les Chain aux Hommes quand ils n'étaient pas de grosses brutes avides de sang, nous citerons la tigresse, Hellias et désormais Kyrielle en exemple. Si son ouverture d'esprit était trop large ? Disons plutôt que le jeune homme ne s'arrêtait pas vraiment à l'apparence, comme on dit l'habit ne fait pas le moine et l'apparence humaine ne confère pas le cœur.

Cela dit la demoiselle finit par répondre à la question posée avant la course poursuite d'un ton tranchant. Tout d'abord légèrement surpris, Sora releva ce qui lui paraissait évident.

-Comment quelque chose peut exister à tes yeux si tu le renies ?

M'enfin, ce n'est pas avec ça qu'elle allait changer subitement d'opinion. Il haussa légèrement les épaules pour signifier qu'il n'insisterait pas plus, tandis qu'Alfic allait apposer sa tête contre la chapardeuse – qui était désormais sa fille adoptive en un sens – avant de lâcher une expiration chaude lui échapper. On dirait qu'elle non plus n'était pas d'accord avec sa semblable mais ne voulait pas prendre la relève de son pactisant.

Ensuite, Kyrielle se releva, rapidement imité par la fauve et l'homme, pour venir réclamer sa dague que notre Enderstar lui tendit après un long moment d'hésitation. Une fois l'arme passée d'une main à l'autre son interlocutrice accepta son offre en le remerciant. Ou tout du moins sembla, mais il sentit à son ton et à son regard fuyant qu'elle ne comptait pas venir se blottir au chaud pendant quelques heures de temps à autre. Était-ce par peur de gêner, ou juste parce qu'elle était encore plus imperméable à l'aide extérieure qu'il ne le pensait ? Allez donc savoir, en tout cas notre artiste de rue ne put retenir un soupir, à la suite duquel la sans domicile fixe s'adressa à sa comparse. Cette dernière émit un gémissement presque inaudible mais que lui pouvait clairement percevoir via leur lien, puis lécha légèrement la joue de la jeune brune quand celle-ci était venue coller son nez à son museau, comme pour essuyer des larmes qui ne coulaient pourtant pas. Regardant la scène en se demandant si la quadrupède sentait que des gouttes salées menaçaient de rouler sur les joues de sa vis à vis pour agir ainsi. Mais que ce soit le cas ou pas, elle était bien déterminée à partir en courant une fois l'étreinte terminée et ils ne firent rien pour la retenir. Ce n'était pas dans leurs droits.
N'empêche qu'ils fixèrent un petit moment l'allée par laquelle Kyrielle s'était enfuie,  même après qu'elle ait échappé à leur champ de vision au détour d'un croisement, avant de se regarder l'un l'autre pour remarquer qu'ils étaient encore une fois sur la même longueur d'ondes : ils espéraient la revoir un jour. Et de préférence, qu'elle ait réussi à redonner un sens à sa vie d'ici là. En attendant c'était l'heure de rentrer, ils prirent donc la direction opposée à celle qu'avait empruntée la jeune femme pour retourner à l'appartement. C'est alors que Sora se cogna le front de sa paume :

-Quels idiots ! Ally, on a oublié de lui parler des contrats. Tu crois qu'elle en avait un ?

Apparemment son amie non plus n'y avait pas pensé puisqu'un « aah ! Mince ! » lui échappa avant qu'elle réponde que, selon elle, Kyrielle n'était pas liée et serait bientôt ramenée de force à l'Abysse, ce qui était une bien mauvaise nouvelle - surtout pour la principale intéressée. Mais c'était trop tard, ils n'arriveront probablement pas à la retrouver aussi facilement. Ils s'accordèrent une seconde de dépit avant de se dire qu'ils y penseront la prochaine fois, sans évoquer la possibilité qu'il n'y en ait pas.
Ou comment finir la journée sur une note inattendue, tout autant qu'avait pu l'être cette rencontre - comment peut-on s'attendre à croiser une Chain alors qu'elle agresse un bourgeois pour son argent et que sa contractante allait devenir mère adoptive ? Mais bon, tous ces rebondissements et la personne qu'ils avaient découverte n'avaient pas été pour leur déplaire au final.

[Rp terminé !~]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle]

Revenir en haut Aller en bas

Chain chapardeuse, va ! [PV Kyrielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Times ::  :: Autres endroits de l'île :: Alentours de la Ville-