Partagez|

Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Ven 22 Mar - 21:11

La ville de Réveil, toute repeinte d'un blanc immaculé pour cette journée d'hiver, n'était pas aussi turbulente et active qu'à son habitude. A part quelques gosses, que rien n'arrêtait jamais pour courir et jouer dans la neige, il n'y avait pas grand monde d'assez courageux pour braver la neige et le froid qui avaient en même temps recouvert la capitale de son manteau hivernal. Le temps grisâtre et bien frais n'avait laissé aucun doute sur l'arrivée imminente de la neige et celle-ci n'avait pas fait faux bon aux habitants de la ville en s'invitant durant la nuit, accueillant dès le saut du lit ces derniers. Certes, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus pratique pour circuler en calèche ou même pour déballer son étal sur le marché de la ville, mais il n'y avait pas tant à se plaindre non plus, les conditions étant largement plus gérable en ville qu'à la campagne. Le Baskerville qui marchait tranquillement dans les rues gelées de la capitale en avait une assez bonne idée, car avant de mettre les pieds dans cette dite ville, il lui avait bien fallu en faire du chemin à l'extérieur ! De l'intérieur de la voiture qui le conduisait, il avait vu la neige tombée à gros flocons et les routes ainsi que les champs se recouvrir de blanc sans que personne n'y puisse rien. Les petites routes peu fréquentées avaient bien vite laissé s'accumuler l'amas blanc de la neige, les rendant alors impraticable ou presque. Au moins dans Réveil même, la circulation constante faisait fondre les flocons au fur et à mesure, c'était déjà cela de gagné.

Pourtant, les plaques de verglas qui se formaient par-ci, par-là, ne donnaient nullement confiance aux cochers qui, pour la plupart, restreignaient leurs courses au possible. Voilà pourquoi Angeler avait dû se résoudre à faire ses courses dans la capitale à pied histoire de pouvoir circuler avec la liberté qui lui convenait. En même temps, cela ne le dérangeait pas tellement. C'était d'une part, une bonne occasion pour se dégourdir les jambes, car faire les cent pas dans un laboratoire obscur n'était pas une activité suffisante pour elle et d'un autre côté, ce temps neigeux lui convenait tout à fait. Non pas qu'il apprécie particulièrement le froid, mais pour un homme comme lui qui n'aimait pas voir le soleil briller trop fort, ce ciel blanc-gris était une sorte de bénédiction, une invitation à mettre le nez dehors même. Quant à la température en forte baisse ces derniers temps, il faisait très bien avec aussi, après tout, il ne fallait pas se montrer trop difficile non plus. Le Baskerville n'avait rien d'une petite nature, bien au contraire, il ne craignait pas spécialement le froid et puis, il était assez bien équipé pour dirons-nous. Pas tant que cela non plus, mais son long manteau noir porté par-dessus son costume habituel lui suffisait amplement. Sans compter qu'une paire de gants bien épais protégeait ses mains de la brulure du froid.

Pas de quoi s'en faire pour un peu de neige donc, seul le soleil caniculaire qui brillait en été pouvait arrêter notre homme de toute façon. Et puis, il fallait bien qu'il se rende à la capitale de temps en temps pour garnir de nouveauté sa collection de plantes et de livres. Se faire livrer tout cela était quelque peu... Délicat pour lui. Allez donc expliquer qu'il faut vous livrer dans le repaire secret des Baskerville vous, vous lui direz si cela est aussi simple. Au moins, cela lui faisait une occasion de prendre l'air et de ne pas jouer les vampires reclus dans son laboratoire pendant toute la journée trop longtemps. Même si bien entendu, à peine rentré au manoir des Baskerville, il comptait se renfermer dans son lieu fétiche à vitesse grand V. Mais pour le peu de temps que cela allait durer, il profitait tout de même de sa promenade en ville, passant chez quelques herboristes peu reconnus qui lui vendaient sans trop poser de question des plantes rares et parfois assez toxiques. Le tout soigneusement emballé dans les paquets qu'il tenait sous le bras, il ne risquait pas le moins du monde d'attirer l'attention dessus.

Ralentit par la neige et probablement par le fait qu'il n'était jamais bien pressé, le brun avançait lentement dans les rues, sans se soucier des jeux des enfants qu'il croisait ou des allers et venues des autres personnes qui bravaient le froid. De gros flocons blanc continuaient à tomber inlassablement du ciel, lui faisant un instant se demander comment allait pouvoir se dérouler le voyage de retour si les conditions météorologiques ne s'amélioraient pas. Devoir passer une nuit ici ne l'intéressait pas des masses, il faut bien l'avouer, sans compter qu'il n'avait aucune idée de quand cette neige finirait par s'arrêter maintenant qu'elle avait commencée à tomber. Enfin, il verrait bien au moment voulu de toute façon, il ne pouvait rien y faire. Passant devant une boutique qui semblait vendre de vieux ouvrages, il décida de s'y arrêter un moment histoire de voir s'il n'y trouvait rien d'intéressant pour ses recherches. Être capable de tout retenir et ne jamais pouvoir s'arrêter d'apprendre, telle était la malédiction de notre homme qui ne se laissait jamais d'approfondir ses connaissances dans les domaines qui l'intéressaient. Bien au chaud dans la boutique, le jeune homme enleva ses gants et les fourra dans sa poche pour pouvoir mieux manipuler les livres parmi lesquels il fouillait dans l'espoir de tomber sur une perle rare. Pas de chance pour aujourd'hui, il ne tomba sur rien d'extraordinaire, mais il acheta tout de même un recueil contant des légendes du pays voisin. Après tout, certaine légendes avaient une base de vérité non ? L'histoire racontée aux enfants sur l'Abyss en était une preuve bien une preuve...

Une fois son acquisition payée, sans échange de politesse avec le vendeur qui semblait d'humeur aussi taciturne que lui dans ses mauvais jours, le scientifique des Baskerville sortit de la petite boutique pour retrouver dehors le froid vivifiant de l'hiver. Une simple inspiration emplie ses poumons d'un air glacé, promettant déjà la nuit terriblement froide qui finirait par tomber sur la ville dans quelques heures. Mieux valait pour lui partir en vitesse, ou s'il voulait traîner en ville encore un moment, se trouver un hôtel tranquille où lui tiendrait compagnie pour la nuit une cafetière fumante, remplie du liquide noir et corsé qu'il aimait tant. Si encore il arrivait à mettre la main sur du café bien sûr... Pourquoi tout le monde s'obstinait-il à boire du thé ? Voilà bien un mystère qu'il ne pouvait résoudre, lui et toute sa science n'y suffiraient pas malheureusement. Mais pendant qu'il se faisait cette réflexion sur les boissons chaudes - réflexion bien inutile, oui, mais mieux valait focaliser son intelligence sur des bêtises, que sa bêtise sur des choses intelligentes - il se rendit soudain compte à quel point il avait froid aux mains. Bien évidemment, puisqu'il avait oublié de remettre ses gants en sortant de la boutique et que ces derniers se trouvaient encore dans sa poche. Au moins eux... Ils étaient au chaud, ironisa-t-il en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Sam 23 Mar - 19:19

Quel temps glacial. Quand on est au chaud chez soi, c’est bien agréable de voir la neige tomber et de voir le verglas quand on est au chaud à regarder ce spectacle à travers une fenêtre. Sauf que croyez-le ou non, mais quand on est dehors 24 heures sur 24 c’est bien moins amusant ! Couverte uniquement de sa tenue habituelle qui se résumait à tee-shirt à manche longue et jupe pas trop longue ni trop courte ainsi que d’une longue paire de chaussette noir et de botte dans la même teinte. La demoiselle avait tout de même réussit à mettre la main sur un manteau un peu plus épais, l’aidant un peu plus à supporter ce froid. Enfin, ce n’est pas ce qu’on appelle une vie à ce stade, cela se résumait plus à de la survie. Kyrielle se demandait d’ailleurs assez souvent pourquoi avait-elle survécu elle à cette terrible Tragédie qui plongea dans le noir complet toute la ville de Sablier. Se frottant doucement les mains pour tenter de les réchauffer un peu, la demoiselle cherchait de quoi se mettre quelque chose sous la dent. Manger en hiver n’est que d’autant plus vital, le corps s’épuisant souvent bien rapidement à cause du froid. Bouger, tout le temps, se trouver un coin pour tenter de se reposer un peu, et chercher à manger et voler. Voilà à quoi se résumait sa vie depuis son retour. Perdu ? Ca on peut dire qu’elle l’était, en même temps elle avait été totalement larguée cent ans plus tard sans plus d’explication. Et pourtant entre la mort, cette vie et l’Abyss cet endroit sombre… C’était la mort qui lui paraissait le plus simple, bien qu’elle tienne bien trop à sa petite vie pour ne pas se laisser agoniser sur le bord du trottoir. Son caractère la poussait à se battre pour vivre de toute façon. Les êtres vivants sont fait pour ça, ou du moins ont bien souvent se réflexe. Même si cela implique de souffrir dans la foulée… Bref, tout ça pour dire qu’il fait affreusement froid quand on vie dehors !

Soufflant sur ses petites mains, cherchant par n’importe quel moyen de leur faire retrouver un peu de couleur mais aussi lui permettre de les bouger plus facilement. Hors souffler dessus ça marche un peu, mais au bout d’un moment vous avez plus la tête qui tourne qu’autre chose à force vider vos poumons pour quelques secondes chaleurs qui ne durent pas. Notre demoiselle avait souvent recours au vol, hors les magasins de vêtements n’étaient pas les plus simples à voler et puis comment voulez-vous voler des gans à quelqu’un ? Si cette dernière est dehors elle les porte ! Pas simple la vie… Puis bon par ce temps beaucoup de stand n’étaient pas de sortit. Le ventre gargouillant, la frêle demoiselle marchait sans but précis. Pas moyen d’avoir chaud, pas moyen de calmer ce maudit estomac. Alors qu’elle manqua de percuter une grande silhouette noire, la demoiselle l’évita sans y prêter plus d’attention. Un homme et ? Mais quelque chose attira son attention. Ni une ni deux, elle glissa sa main dans la poche pour y sortir une large paire de gant. Toute contente de sa trouvaille, elle fila bien rapidement sans demander son reste. Elle avait l’habitude de voler, ainsi être discret mais sûr dans ses mouvements elle savait faire. Cependant, Kyrielle se doutait bien que cet homme ne mettrait pas bien longtemps avant de se rendre compte qu’il manquait quelque chose. Sans compter que bon, elle avait failli lui rentrer dedans deux secondes plus tôt. Sans courir pour ne pas attirer l’attention sur elle, la demoiselle accéléra le pas pour s’éloigner le plus rapidement possible. Bien sûr, par ce temps impossible de se mêler à une foule qui n’existe pas… Fuir, plus rapidement, il fallait fuir pour ne pas se faire rattraper. Accélérant à tel point qu’elle ne se rendit pas compte qu’elle courait presque, la jeune fille espérait disparaitre de la vue de sa victime en se faufilant dans les ruelles qu’elle connaissait bien à force. Au moins, cette petite course avait le mérite de lui tenir un peu chaud bien que ses membres soient toujours engourdit. Elle n’attendit d’ailleurs pas de s’arrêter pour enfiler sa nouvelle trouvaille. Des gants noirs trop grand mais encore chaud… Parfait !

Durant sa petite course, un homme l’intercepta en cours de route. Lui aussi semblait être gelé. L’arrêtant net au point qu’elle manqua de chuter, il la menaça d’un couteau de laisser sa paire de gant fraîchement acquise. Eh oui, elle n’était pas la seule à souffrir du froid. Mais hors de question de lui laisser. Sans prévenir elle sortit sa dague de sous sa jupe de sa main libre et frappa sans préavis le sans-abri qui la tenait toujours. S’acharnant un peu sur sa gorge pour le faire lâcher prise, l’homme n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Kyrielle n’était certes pas bien forte physiquement, mais elle savait jouer sur la surprise de ses gestes.

- Ôtes-toi de mon chemin..

Son visage était froid, bien que ses paroles montrent un certain tremblement dans son timbre. Laissant le cadavre chuter au sol, elle n’avait pas grand-chose à craindre. Les gens s’en fiche des règlements de compte entre les sans-abris. Sans attendre d’avantage, elle voulut vite s’éloigner de cette ruelle mais une plaque de glace cachée sous la neige la fit chuter. Surprise elle s’étala alors par terre, trempée, elle se retourna rapidement pour faire volte-face, sa dague toujours en main. Quelqu’un approchait…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Mar 26 Mar - 22:08

L'air gelé de l'hiver, encore et toujours, à quoi s'attendre d'autre en sortant de la petite boutique ? Le printemps n'allait pas débarquer de sitôt, c'était évident et Angeler devrait donc supporter ce temps de chien encore un bon moment. Heureusement pour lui qu'il préférait cela à un soleil de plomb et que de toute façon, il mettait rarement les pieds en dehors du repaire des Baskerville sans y être obligé. Il pouvait donc bien supporter une petite sortie sous la neige une fois de temps en temps, puisque cela restait anecdotique. Et puis, il n'avait pas perdu sa journée après tout, les paquets qu'il portait, contenant des plantes rares et les livres qu'il avait acquis le prouvait bien. Mais l'esprit trop occupé par ses achats récents et par la recherche de ce qu'il allait faire à présent, notre en homme en avait oublié quelque chose d'essentiel par un tel temps, ses gants. Bien chaud et confortable, ses épais gants noirs attendaient patiemment dans sa poche qu'il daigne les porter, ce qu'il comptait bien faire à peine y avait-il songé d'ailleurs. Seulement, son geste pour les saisir fût arrêté net dans son élan par l'arrivée de nulle part d'une jeune inconnue qui manqua ni plus ni moins de le percuter. Bon, elle ne devait pas être vraiment sortie de nulle part cette jeune fille, mais Angeler s'occupait tellement peu de ce qu'il se passait autour de lui qu'il n'avait même pas remarqué qu'elle arrivait à sa hauteur. Et compte tenu du fait qu'elle manqua de lui rentrer dedans, elle ne semblait pas bien attentive non plus.

Quelle importance après tout ? Elle avait failli lui rentrer dedans et après ? Il n'allait pas s'en prendre à elle pour s'y peu et puis, puisqu'elle avait dévié de direction juste à temps, aucun risque qu'elle fasse tomber sur le sol gelé ses précieux paquets. Pour tout dire, cette demoiselle présentait tellement peu d'intérêt à ses yeux qu'il oublia jusqu'à son existence à peine fut-elle sortie de son champ de vision. Et oui, il était comme cela Angeler, très attentif à son entourage, comme on pouvait le remarquer... Il n'allait pas non plus faire des civilités avec les inconnus qu'il croisait dans la rue tout de même ? Surtout pas avec ce temps à finir statufié sur place avant d'avoir sorti le moindre mot. La brunette, puisqu'il avait au moins retenue ce détail, passa donc son chemin sans demander son reste, sans excuser d'avoir manqué de le percuter non plus, mais cela il s'en fichait également. Où se rendait-elle ? Il n'y fit pas bien attention, trop occupé à glisser sa main dans sa poche pour prendre ses gants, le froid commençant à faire des ravages sur ses pauvres doigts. Mais là, il y eut un léger problème puisqu'il ne trouva pas ses chers gants... Il était pourtant certain de les avoir mis dans sa poche droite et n'était vraiment pas du genre à avoir des pertes de mémoire, bien au contraire dirons-nous. Dépité, il se décida à regarder dans celle de gauche, mais encore une fois, rien...

Soit il les avait fait tomber dans la boutique ou en sortant soit... Oh la sale garce ! Ni une ni deux, le brun fit volte-face pour apercevoir au loin la fille qui avait failli le percuter quelques minutes plus tôt, celle-ci tournait à un coin de rue et avait considérablement accéléré l'allure. Pressé de rentrer chez elle ? Ou pressé de fuir avec son larcin plutôt, Angeler n'en doutait pas une seconde. Il vérifia donc en vitesse s'il ne lui manquait rien d'autre, comme de l'argent par exemple, mais rien, juste ses gants. Comment lui, un homme intelligent et membre de la famille si redoutée des Baskerville pouvait-il s'être fait aussi vulgairement avoir par une simple pickpocket ? Ah ben là... Sa fierté en prenait un sale coup, il fallait bien l'avouer, même s'il n'était pas spécialement présomptueux, ou si peu. Sans compter que bon, par ce temps à ne pas mettre un chien dehors, perdre ses gants aussi bêtement n'était pas la meilleure idée du siècle, hors de question qu'il se gèle les mains juste histoire d'entretenir les criminelles de la capitale. Certes, la morale n'était pas quelque chose de très développé chez notre homme, pour ne pas dire qu'il s'en fichait royalement, mais lorsqu'un vol le touchait lui, c'était une toute autre histoire. Une pauvre vieille dame se serait fait dérober ses affaires, juste devant lui qu'il ne s'en serait pas préoccupé outre mesure, mais puisqu'il s'agissait de ses gants à lui et qu'il était trop loin du repaire des Baskerville pour en avoir une autre paire sous la main, il allait devoir corriger cela.

Tout flemmard qu'il pouvait être, Angeler n'allait certainement pas manquer de rattraper la petite voleuse pour récupérer son bien, question de fierté et de confort. Il n'allait tout de même pas avoir froid sous prétexte qu'elle avait réussi à berner sa vigilance baissée ! Sans perdre de temps, le Baskerville se mit donc à la poursuite de la jeune fille, sans se mettre à lui courir après pour autant, ça allait bien hein... De toute façon, si elle en était à voler une paire de gant au lieu de chercher à récolter un butin plus grand, elle ne devait pas avoir tellement d'endroit pour aller se cacher. Ou alors, elle ne connaissait vraiment pas les priorités en ce bas-monde. Quoi qu'il en soit, pas de chance, Angeler n'oubliait jamais un visage, cette fichue mémoire absolu l'y aidant. Inutile donc d'escompter être à l'abri en disparaissant en vitesse de sa vue, peu importe où et quand il la recroiserait, il ne l'oublierait pas ! Et puis, il ne comptait pas attendre bien longtemps avant de la rattraper, car même s'il ne courait pas, notre homme avait d'assez grandes jambes pour marcher à une bonne vitesse, contrairement à la demoiselle qui ne lui avait pas semblée bien grande. Il n'y avait personne dans les rues, à cause du temps bien évidemment, la suivre à la trace dans la neige fut donc un jeu d'enfant pour le scientifique, qui n'avait qu'à regarder les pas qui s'était imprimé dans la l'épaisse couche blanche qui recouvrait les rues.

Cela en était même trop simple, le jeu manquait presque d'intérêt, mais puisqu'il ne s'agissait pas d'un jeu, mais de la récupération pure et simple de ses gants, ce n'était pas bien grave après tout. Comme tout bon voleur l'aurait fait à sa place, la jeune fille semblait s'être enfuie des rues trop grandes et habituellement fréquentées, pour se rendre dans des ruelles plus étroites et plus sombres, probablement plus mal peuplé également. Mais ce n'était pas le genre de choses qui allaient déranger Angeler, après tout, qu'est-ce qu'il risquait ? De se faire égorger ? La bonne blague, il était assez costaud pour se défendre et qui plus est, un membre des Baskerville, son corps n'irait donc pas le lâcher aussi facilement, même en cas de grosses attaques. Fascinant d'ailleurs cette aptitude à se régénérer... S'il n'appréciait pas sa famille d'adoption, il aimait beaucoup au contraire ce côté-là de son lien avec l'Abyss, le trouvant d'une praticité inqualifiable et on pouvait le comprendre d'ailleurs. Autrement dit, mettre les pieds dans ces ruelles plus pauvres et plus dangereuse ne lui faisait ni chaud ni froid. Après, qu'une gamine comme celle qui lui avait piqué ses gants vienne se réfugier ici-bas, c'était un petit peu plus spécial déjà. Elle ne devait pas avoir froid aux yeux pour venir aussi certaine d'elle dans le coin, on pouvait au moins lui concéder cela.

Quoi qu'il en soit, peu importe le quartier dans lequel elle avait décidé de se cacher, Angeler ne mit pas bien longtemps à la retrouver sa petite voleuse. Etalé par terre à cause d'une plaque de verglas, ce à quoi il fallait bien s'attendre à force de courir par ce temps n'est-ce pas, la demoiselle ne semblait pas être des plus rassurés. Une dague ensanglantée à la main, elle paraissait sur le qui-vive, prête à sauter sur n'importe quel agresseur venu. Ah, tient... Il ne s'était pas attendu à la retrouver comme cela, plutôt en train de courir encore et toujours ou au contraire, en train de profiter de son butin quelque part. Suivant des yeux les tâches de sang sur le sol, le Baskerville ne mit pas longtemps à trouver l'objet de son soudain énervement. Dans un coin sombre de la ruelle, assez près d'elle, un homme gisait sur le sol, baignant dans son propre sang. Une scène sans nul doute terrible qui en aurait dégouté ou même effrayé plus d'un, mais certainement pas Angeler qui garda un calme presque inhumain devant ce spectacle macabre. D'un pas lent, il s'approcha de l'homme tombé sur le ventre et une fois qu'il fut à côté de lui, le retourna avec le pied, ses mains étant restées dans ses poches par souci du froid. Il n'avait pas tellement envie de se salir de toute façon aussi...

Mort, sans aucun doute possible, même si le corps était encore chaud et que la vie n'avait quitté celui-ci que tout récemment. Plusieurs coups portés à la carotide, ça ne pardonnait jamais et c'est justement ce que put observer le scientifique sur le cadavre, sans compter que le sang avait prodigieusement giclé. Du bel ouvrage, non pas l'oeuvre d'un professionnel bien entendu, mais compte tenu du gabarit de la demoiselle qui tenait encore l'arme du crime à la main, c'était un assez joli coup, il fallait le reconnaitre. Une petite bagarre qui avait mal tournée ? Sans nul doute, à moins que la demoiselle n'ait, en plus de la cleptomanie, une fâcheux penchant pour le meurtre. Angeler devait-il se sentir flatté d'avoir été simplement volé du coup ? Hum... Pas moyen qu'il finisse comme ce type, peu importe la manière employée de toute façon, alors elle avait bien fait de faire les choses dans cet ordre finalement. Choqué qu'un meurtre se soit déroulé ici ? N'y pensait même pas, il en fallait plus pour choquer notre homme... Et était-il réellement possible de le choquer, rien n'en était moins sûr. La façon dont il nettoya tout simplement sa chaussure souillée par le sang dans la neige le prouvait bien, tout comme l'air indifférent qu'il arborait devant le cadavre. Il était mort et après ? Cela ne l'intéressait pas plus que cela, la mort d'un sans-abri, ce qu'il était compte tenu de ses vêtements miséreux, n'intéressait personne de toute manière.

Il était bien plus intrigué par la jeune voleuse, doublé d'une meurtrière apparemment, qui se trouvait juste à côté. Cela lui arrivait souvent de faire des coups comme ça ? Avait-elle maintenant la prodigieusement stupide envie de le tuer lui pour qu'il n'aille pas la dénoncer en tant que meurtrière ? Chose pour le moins inutile puisqu'il s'en fichait carrément, mais allait savoir ce qu'il y a dans la tête d'une femme vous... Faisant quelques pas vers elle, toujours aussi calme, Angeler l'observa tandis qu'un sourire moqueur apparaissait sur ses lèvres.

" Alors, voleuse, meurtrière... Tu en as d'autres des talents cachés comme ceux-là ? "

Etrangement, dans sa bouche à lui, ces définitions n'étaient nullement des défauts. Les joies d'être un Baskerville, plus rien ne vous atteint plus une fois que vous avez rejoint cette famille de psychopathes. Passant sa main dans la poche intérieur de son manteau, Angeler en sorti en boite de cigare pour en saisir un entre ses doigts et le glisser entre la commissure de ses lèvres, rangeant ensuite la boite pour ressortir à la place un briquet pour allumer ce dit cigare. Oui, on pouvait se mettre à fumer juste après avoir découvert un cadavre encore chaud, cela ne coupait nullement l'envie de tabac chez notre homme. D'un regard supérieur, il tendit ensuite la main vers la jeune fille. Pour l'aider à se relever ? Vous êtes malades non ?

" Aller, rends-moi ce qui m'appartient. Je n'ai pas que ça à faire moi. "

Toujours aussi sympathique ? Sans nul doute, même devant la petite brune qui tenait encore la dague tachée de sang avec laquelle elle venait de tuer un homme. Ce n'était pas le genre de chose qui allait l'impressionner ou même le rendre aimable, loin de là. C'était Angeler après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Mer 27 Mar - 18:37

Elle s’était faite finalement rattrapée. Si prévisible en même temps vu la magnifique chute que la demoiselle venait de faire. Sans compter qu’elle venait de joliment tâcher la neige avec son petit coup de couteau bien placé mais bon. On lui pardonne. Que feriez-vous à sa place sérieusement ? Elle était à la rue depuis quelques mois déjà et la jeune fille avait bel et bien compris qu’il fallait se battre et parfois au sens propre du terme pour s’en sortir et ne pas se faire littéralement bouffer ! Cet homme miteux c’était un peu trop approchée d’elle pour la menacer c’est tout. Et là voilà maintenant assise dans la neige son arme levée vers le nouveau venu. Qui était-ce ? Elle ne le connaissait pas, mais notre demoiselle était parfaitement capable de reconnaitre une personne qu’elle venait de dépouiller, même si ce n’était que d’une paire de gant. Une immense silhouette sombre avec une paire de lunette de soleil pour lui cacher une partie du visage, oui c’était bien le propriétaire des gants qu’elle venait de voler et qu’elle portait à présent. Le grand homme s’approcha d’elle après avoir observé le cadavre laisser par terre, affichant un sourire supérieur et moqueur. Typiquement le genre d’homme qui n’inspire pas du tout confiance et qui rendait notre demoiselle encore plus à cran. Reculant légèrement tout en gardant les fesses par terre, il lui souligna alors ces magnifiques qualités. En somme voleuse et tueuse. Non. Elle n’était pas aussi simple que ça. Ce n’était pas par plaisir ! Fixant la main qu’il tendait devant lui, l’homme lui demanda de rendre ce qui lui appartenait. Même pas en rêve. Elle crevait de froid dehors, alors ce n’était pas quelqu’un qui avait un endroit où rentrer pour se mettre au chaud qui allait lui reprendre même s’il en était le propriétaire d’origine ! Le regard mauvais, elle pointa son arme vers lui en reculant légèrement toujours par terre. S’enfuir en courant n’allait pas servir à grand-chose, elle serait même désavantager. L’homme ne mettrait pas bien longtemps avant de la rattraper même si elle avait l’habitude de fuir. Kyrielle finit alors par lâcher.

- Même pas en rêve. T’as d’autres paires chez toi alors fout moi la paix !

Comment ça et la politesse ? Parce que vous trouvez que lui avait été poli peut-être ? Hélas notre demoiselle était mal à l’aise et cela pouvait légèrement se ressentir dans son timbre. Un grand homme imposant, rien de tel pour l’effrayer. D’habitude ce genre de type qui l’ennuie un peu trop, ils subissent le même sort que celui de tout à l’heure, soit la mort. Mais la demoiselle avait un mauvais pressentiment, comme si elle ne pourrait même pas battre ce type. C’est un peu idiot, juste pour une paire de gants non.. ? Que fallait-il faire ? Tenter de le tuer pour avoir la paix ? Ou bien espérer qu’il la laisse partir sans broncher ? Etrangement, Kyrielle ne croyait pas vraiment à la deuxième option, il suffit de voir l’air supérieur que ce dernier prenait pour lui adresser la parole. Encore quelqu’un qui pense être plus fort que tout le monde tient.. . D’un coup, la demoiselle se releva, la dague toujours devant elle prête à faire quelque chose pour se protéger voir même attaquer. Un coup de feu résonna et du sang gicla. Laissant échapper un léger cri de sa bouche, la petite brune se dépêcha de se mordre la lèvre inférieure pour se taire. La dague vola pour atterrir dans la neige un peu plus loin, son bras droit était ensanglanté puisqu’une balle venait de s’y loger. Crispée par la douleur et la surprise de ce retournement de situation, elle comprit bien rapidement que ce n’était pas l’homme en face d’elle qui avait tiré, mais le jeune homme plus loin. Tiens. Elle le reconnaissait ! Elle lui avait dérobé une bonne partie de son stand en une journée pour au final arriver à se faire un repas complet ! Ce dernier pointait toujours son arme sur elle.

- Sale monstre je te tiens ! Ça t’apprendra a en plus vouloir tuer les gens avec tes sales tours !

Le bras droit pendant dans le vide, la tête baissée, Kyrielle souffla un bon coup avant de relever la tête. Son œil avait changé de couleur prenant sa couleur rouge, cette dernière apparaissant souvent lorsqu’elle utilise son pouvoir. Ou du moins ça lui permet de l’utiliser tout simplement. De son bras valide elle fit une rotation sur elle-même, envoyant un courant d’air étrangement visible sur l’homme. Ce dernier bascula en arrière s’en sortant avec une bosse quelque part certainement ainsi qu’une légère coupure sur le torse. Se tenant le bras pour l’empêcher de saigner elle donna un violent coup de pied sur son crane pour l’assommer un bon coup.

- Voilà le sale tour du jour mon cher.

Se tournant vers le brun qui réclamait sa paire de gant elle s’approcha légèrement de lui, son sang goutant doucement dans la neige. Grimaçant légèrement elle tendit une nouvelle fois son bras valide, une lame de vent beaucoup plus grande et tranchante fit alors son apparition. Cette dernière restait à la hauteur de son bras, comme si elle était prête à être lancée à tout instant sur quelqu’un, en l’occurrence lui. Bien que grimaçant de douleur ses yeux devenus du coup vairons, elle le fixa.

- Maintenant fichez moi la paix pour une paire de gants ! La prochaine vague tu ne t’en sortiras pas aussi bien que lui là-bas !

Se prendre des coups ? Elle en avait plus ou moins l’habitude et finissait toujours pas s’en remettre. Bien qu’elle doive avouer qu’une balle dans le bras ça faisait particulièrement mal… Sans compter que son souffle diminuait déjà par le simple fait de créer cette lame. Ben voyons, rien de mieux si on veut courir dans la foulée. Finalement, c’était peut-être mieux de se geler les doigts…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Jeu 28 Mar - 18:52

A poursuivre une demoiselle dans une ruelle sombre et mal famée, avec ses lunettes sombres et son manteau du même acabit, la démarche certaine et rapide, Angeler prenait le risque de passer pour un vulgaire tueur en série, voir un violeur ! Mais comme toujours, il se fichait bien de l'image qu'il pouvait renvoyer de lui-même, s'il avait envie de faire quelque chose, il le faisait tout simplement, sans se poser plus de questions. Bien entendu, son intention n'était nullement de d'égorger la jeune fille dans un coin de rue ou quoi que cela soit d'autre de ce style, il n'avait pas que cela à faire non plus par ce temps de chien, mais il souhaitait tout simplement récupérer ce qu'il considérait être à lui pour la simple et bonne raison qu'il l'avait acheté. Cette paire de gants n'avait peut-être aucune valeur pécuniaire et ne représentait même pas un intérêt sentimental à ses yeux, mais c'était la sienne, tout simplement et il n'avait aucune envie de se geler les mains juste par flemme de rattraper la voleuse. Tant pis pour elle, elle n'avait qu'à se trouver un autre pigeon à plumer, le Baskerville n'était nullement son client. Soit, il n'aurait pas dû laisser sa paire de gant dépasser de la sorte de sa poche, par ce temps, c'était un appel au crime, ni plus ni moins, mais ce n'était pas une raison non plus. D'accord, cette pauvre fille devait avoir bien froid dehors par ce temps, surtout en jupe et avec ce simple manteau court pour se réchauffer, mais... Il ne voyait pas bien en quoi c'était son problème à lui.

Ils avaient un lien de parenté ? C'était de sa faute si elle s'était retrouvée là ? Non, pas qu'il sache, il n'avait donc nullement à s'en préoccuper de cette fille, il comptait juste récupérer ses gants et tailler la route pour ne plus jamais recroiser son chemin, rien de plus. Pas un bonjour, pas un au revoir, ce serait comme s'ils ne s'étaient jamais croisés de leurs vies respectives. En la retrouvant, le grand brun était également tombé sur une scène de crime assez peu ragoutante qui ne l'avait pas choqué outre mesure, plutôt amusé qu'autre chose dirons-nous. Il n'aurait pas cru qu'une si petite femme pouvait faire autant de dégât en si peu de temps et assassiner un homme en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Chapeau mademoiselle, vous êtes une reine de la survie dans la rue, écrivez donc un bouquin sur vos expériences si vous arrivez à survivre encore un bon moment ici-bas, ce dont Angeler doutait fortement. Certes, elle avait eu de la chance et était tombé sur moins fort qu'elle ou l'avait eu par surprise, mais il ne pouvait pas toujours en être ainsi hein ? Elle finirait bien par tomber sur quelqu'un qui l'écorcherait vive et tout le monde s'en ficherait atrocement, une sans-abri de moins dans cette ville, rien de plus. Angeler le premier s'en fichait, pourtant il se tenait là, debout devant-elle à lui parler, certes sans compassion aucune et pour lui demander de lui rendre quelque chose dont elle avait mille fois plus besoin que lui, mais au moins il avait la délicatesse de ne pas lui faire violence pour récupérer son dû. Ce que d'autre ne se serait certainement pas gêné de faire.

Ce n'était pas la morale qui l'en empêchait bien entendu, cela il y avait renoncé depuis longtemps, mais il ne souhaitait surtout pas s'ennuyer trop longtemps avec elle et puis... Il suffisait de la regarder pour voir qu'elle ne faisait pas le poids contre lui, franchement, une simple pichenette de sa part et elle tombait à la renverse ! Encore que, il n'avait même pas eu besoin de la toucher pour qu'elle se retrouve par terre, pour le coup, il plaidait non coupable ! La faute au verglas, ou la maladresse de la demoiselle, peu importe, le résultat était le même. Le menaçant de son pauvre poignard, elle n'avait pas l'air résigné le moins du monde à lui rendre ses gants... Oh ? Si courageuse que cela la petite ? Ou bien tout simplement stupide, au choix. Lorsqu'on a un grand gaillard comme Angeler devant soi et qu'on lui arrive à peine à l'épaule- à condition d'être debout cela va s'en dire, ce dont la jeune fille ne pouvait même pas se vanter - on ne jouait pas les courageuses normalement. Sans même savoir qu'il était un Baskerville et donc prêt à tuer pour un oui ou pour un non à la première occasion venue, sans une once de remord, se méfier de cet homme était un reflex humain non ? Il fallait croire que ce n'était pas le cas chez cette fille-là, à croire qu'elle n'avait pas les reflex de monsieur et madame tout le monde.

Lorsque la petite abeille le menaça de son pathétique aiguillon, Angeler se retint presque de rire, accueillant sa ridicule petite tentative pour lui faire peur avec un sourire d'autant plus large qu'il était moqueur et quelque peu malsain aussi. Qui donc pouvait rire d'une pauvre fille apeurée, à la rue et dans le froid comme elle l'était ? Eh bien lui, cela ne le dérangeait pas le moins du monde, quoi que ce n'était pas tant de sa situation qu'il s'amusait que de sa témérité à croire qu'elle pourrait le faire changer d'avis. Apparemment, elle croyait que l'argument comme quoi il en avait d'autres paires chez lui suffirait... Hum... C'était bien vrai cela, il en avait à revendre des paires de gants, mais là tout de suite, il avait besoin de cette paire ci puisque le repaire des Baskerville n'était pas la porte à côté. Et puis de toute manière, il ne lui avait pas donné l'autorisation de lui prendre ses gants, ils étaient donc toujours à lui, fin de la discussion. Mais la jeune fille était têtue... Peut-être plus qu'Angeler ? Pas sûr, en tout cas elle n'en démordait pas et garder les gants, pauvre petite, à croire qu'elle cherchait les ennuis avec le Baskerville. D'un geste vif, elle se releva, pointant toujours sa dague sur le brun, prête à l'attaquer au moindre mouvement sans doute. Pourtant, des mouvements, Angeler n'en fit aucun, pas même un geste de recul ou de surprise, il ne comptait pas reculer devant l'arme ridicule de la demoiselle.

Elle comptait lui enfoncer cela dans la gorge à lui aussi ? Qu'elle le fasse donc, déjà ce n'était pas sûr que l'homme la laisse faire et puis de toute manière, ce n'était pas le genre de blessure superficielle qui pouvait le tuer. A noter que pour lui, une blessure superficielle dépassait de loin ce que pouvait endurer un humain normal. Cela lui donnait l'air tout puissant dit comme cela ? Sans nul doute, mais il n'était pas le seul dans ce cas, c'était une chose propre aux Baskerville, ce qui l'arrangeait bien d'ailleurs, sauf quand l'envie lui prenait d'étrangler l'un de ses " frères"... Tirant une bouffée sur son cigare, il laissa la fumer s'échapper et disparaitre, toujours aussi calme qu'au début contrairement à cette fille qui semblait s'inquiéter un peu pour la suite des évènements. Eh bien ? Elle l'attaquait ou elle restait plantée là ? Il n'avait pas que cela à faire lui non plus, si elle ne se dépêchait pas un peu, il irait récupérer ses gants lui-même, tant pis pour elle. Mais il eut à peine le temps de songer à cette éventualité qu'un coup de feu se fit entendre, suivi d'un cri que poussa la jeune fille... Ben... Là encore pour le coup, ce n'était toujours pas de sa faute ! A croire qu'on le devançait dans toutes les conneries qu'il y avait à faire aujourd'hui, s'en était presque frustrant ! Bon, d'accord c'était un fainéant de première, mais quitte à ce que cela soit une journée sanglante, il voulait bien participer tout de même, pas seulement aux autres de s'amuser. La pour le coup, c'était tout de même le Baskerville le plus sage.

Qui donc était coupable de cette tentative d'homicide ? (Le colonel moutarde, dans le salon, avec le chandelier - sbaf- ) Visiblement, un simple jeune homme qu'Angeler avait bien vu approcher, mais dont il ne s'était nullement méfié jusqu'à présent, trop occupé avec sa voleuse. Qui aurait cru qu'il allait sortir un revolver pour tirer sur une jeune fille après tout ? A croire que les gens étaient plus violents que dans son souvenir en ville, le garçon ayant grandi à la campagne ne pouvait pas vraiment dire s'il en avait toujours été ainsi. Que faire lorsqu'une personne se fait tirer dessus devant-vous ? Se précipiter pour l'aider ? Appeler les autorités compétentes ? Oui, sûrement quelque chose dans ce gout-là, mais notre homme ne comptait nullement faire l'une de ses deux choses. Pourquoi faire après tout ? Tout le monde se fichait qu'une fille comme elle se fasse tirer dessus, une dame de la noblesse encore, cela aurait fait un remue-ménage pas possible, mais pour elle franchement... Et puis, la balle ne semblait avoir atteint que le bras, ce qui n'était pas mortel, à moins qu'elle n'ait la sublime idée de crever d'hémorragie, en laissant une grande marre rougeâtre dans la neige bien entendu. Cela serait presque... Poétique ? Enfin peut-être pas non, mais inutile de l'aider pour autant, elle n'était peut-être pas si faible qu'elle en avait l'air puisque même blessée, elle pouvait encore se défendre.

Comment cela ? Eh bien, voilà où les choses devenaient véritablement intéressante. L'un des yeux de la demoiselle avait changé de couleur, il put le remarquer lorsqu'elle releva la tête, virant au rouge d'une manière qui n'avait rien de naturel, le scientifique en était certain. Elle ne perdit pas de temps pour attaquer l'homme qui lui avait tiré dessus. Comment ? Grâce au vent... Oui, c'était la seule explication qu'on pouvait donner, l'évidence même dirons-nous, elle utilisait tout simplement une sorte de lame venteuse qui semblait trancher aussi sûrement et peut-être plus que sa dague qu'elle avait dû lâcher sous le choc de l'impact. Une fois l'ennemi à terre, elle s'acharna dessus puisqu'elle alla l'assommer d'un bon coup sur le crâne... Ben fallait pas lui chercher des problèmes à celle-là, c'était le moins que l'on puisse dire. Pour le coup, le Baskerville n'avait plus envie de rire, son regard n'était plus moqueur devant cette scène, mais plutôt... Intéressé ? Oui, c'était tout à fait cela. Il n'y avait pas trente-six solutions pour que la demoiselle puisse utiliser un tel pouvoir et comme il ne voyait pas bien en quoi un contrat avec un chain rendait un oeil rouge et que le pouvoir semblait émaner d'elle et non de quelque chose qu'elle contrôlait... Un homme de l'intelligence d'Angeler ne mit pas longtemps à faire le rapprochement.

Un chain à forme humaine venait de lui piquer ses gants ? Il fallait le croire, avec l'hiver et la neige, Noël arrivait pour le scientifique qui durant ses recherches sur l'Abyss qu'il avait dû mener pour sa famille adoptive, il n'avait pas encore mis la main sur un tel spécimen. Appeler cette fille un spécimen pouvait peut-être paraitre méchant, mais pour Angeler, elle venait de prendre beaucoup d'intérêt d'un seul coup, rien que par son statut si cela se révélait exact. Il était scientifique avant tout n'est-ce pas et sa partie de l'accord passé avec les Baskerville pour avoir la paix consistait à ce qu'il étudie en partie l'Abyss. Hors, qui disait chain à forme humaine incluait certainement un passé humain, peut-être même le souvenir exact de la transformation allez savoir. Bref, plus question de laisser partir cette fille sans avoir de réponse à présent, hors de question aussi de laisser les autres débiles de Pandora tomber sur cette perle rare à sa place. Cela dit, la demoiselle n'avait pas l'air bien docile, il en avait eu la preuve, voilà pourquoi il doutait qu'elle veuille bien le suivre bien gentiment jusqu'à son laboratoire chez les Baskerville. A présent, elle le menaçait même d'un sort similaire ou presque de celui qui lui avait tiré dessus, rien que ça.

Bon, ce n'était plus le moment de rester passif à ne rien faire là, il n'allait tout de même pas laisser cette fille, chain ou pas, le menacer aussi facilement tout de même. Gardant visiblement son calme, il tira une dernière fois sur son cigare avant de le saisir entre deux doigts et de le balancer dans la neige tâché de rouge, un nouveau sourire en coin apparaissant sur son visage. Sûr de lui notre homme ? A peine, il venait tout simplement d'apercevoir où le poignard de la miss était tombé, dans la neige, juste entre eux deux.

" Oh, des menaces ? Méfie-toi, toutes les cibles ne sont pas si simple... Il se pourrait bien que tu trouves un adversaire à ta taille. "

A peine avait-il fini sa phrase que le Baskerville s'était jeté en avant avec une vitesse qu'on ne lui aurait certainement pas soupçonné compte tenu du calme qu'il mettait habituellement dans tous ses mouvements. Penché pour de choses, premièrement pour éviter l'attaque que la jeune fille semblait décidé à lui lancer au premier mouvement louche de sa part et deuxièmement, pour saisir au passage la dague sur le sol gelé. Lui laisser ses pouvoir et une dague en plus à portée ? Cela allait bien oui, Angeler avait beau pouvoir se régénérer, il n'était pas masochiste pour autant et comptait bien éviter autant que possible de s'en prendre pleins la gueule, ne serait-ce que pour garder un peu de fierté... Se faire battre par une fille, même une chain, c'était la honte, rien à faire. Se relevant d'un seul coup dans le même élan, le brun saisit au passage le bras de la jeune fille, celui qui était blessé par la balle du revolver bien entendu. D'un geste, il agrippa bien celui-ci et la tirant d'un coup sec vers le haut, la soulevant presque du sol pour lui faire perdre un peu l'équilibre, sans pour autant la lâcher. Ses mains étaient à présent tachées du sang de la petite brune, mais cela ne lui faisait ni chaud ni froid... Que c'était petit de s'en prendre à son bras déjà blessé, infiniment petit, mais Angeler n'était pas du genre à prendre des gants quand il avait décidé quelque chose, seul le résultat comptait toujours pour lui après tout.

" Toujours décidé à me tuer ? Personnellement, je te le déconseille. "

Se penchant un peu vers elle, il lui avait glissé ces mots comme un véritable conseil, simplement pour... L'aider ? Oui non... Il fallait juste voir les choses en face, blessé, elle ne ferait pas longtemps le poids contre lui qui ne risquait pas de crever en toute facilité, mieux valait pour elle se calmer tout de suite avant qu'elle ne s'épuise avant lui. Car après tout, si elle crevait, adieu ses idées d'en apprendre plus sur l'Abyss par son biais, elle lui était donc plus utile en vie. Redressant un peu ses lunettes noires sur son nez, il se permit même de jeter un coup d'oeil à sa blessure qui saignait abondamment entre ses doigts. Cela devait faire mal quand on ne pouvait pas se régénérer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Ven 29 Mar - 18:08

Notre demoiselle était certaine maintenant, baisser sa garde une seule seconde et c’est la mort assuré. La preuve, la voilà dans un bien piteux état. Dire que toute cette histoire était pour une paire de gant volé ce n’était pas poussé ? Entre cet homme qui ne voulait pas lâcher l’affaire et notre demoiselle plus têtue qu’une mule qui ne comptait pas les rendre, ils allaient aller très loin. Il a juste fallu qu’un imprévu se glisse entre eux, mettant Kyrielle dans une position fort désagréable et pas vraiment à son avantage. Et pour cause, blessé au bras, une telle blessure n’est peut-être pas mortelle, mais au vu de la profondeur de celle-ci, l’infection était plus que risquée. Et on ne peut pas dire qu’obtenir du désinfectant dans la rue c’était facile, pour ne pas dire impossible. En somme, soit elle arrivait à s’en sortir, soit elle mourrait sur le bord du trottoir après une trop grosse perte de sang soit elle mourrait d’infection. Très peu de chance, à peine une chance sur trois dirons-nous pour être gentil. Mais la petite brune était une battante ainsi, elle comptait bien partir dans son coin et se débrouiller pour soigner vite fait sa plaie tant qu’elle le pouvait. Cependant, le grand brun à lunette ne semblait pas de cet avis. Il la mettait mal à l’aise avec ses façons de faire, à tel point que même en le menaçant d’une lame venteuse, Kyrielle se disait qu’il valait mieux pour elle de partir. Pressentiment qui se révéla être juste, à peine eut-il finit de souligner que toute cible ne serait pas forcément facile à abattre pour elle, il eut un mouvement vif, évitant ainsi la lame de vent que notre demoiselle avait surtout envoyé par reflexe, prenant sa dague qui était par terre, mais en plus il finit par attraper violement son bras pour le soulever. Déséquilibrer, la demoiselle se retrouva pendant quelques instant surtout tenu debout grâce à la force de l’homme qui la retenait.

Etouffant un cri de douleur, Kyrielle eut le cœur qui s’accéléra sur le coup de la douleur. Ça faisait mal.. terriblement mal. C’était à se demander si en cet instant même lui couper le bras était moins douloureux. Hm. Non quand même pas, c’est clair que de toute façon dans ce cas elle était une fille morte. Tirant sur le coup par reflexe sur son bras ensanglanté, quelques larmes perlèrent sur le coin de ses yeux, tandis que son visage se crispait tout comme le reste de son corps. Hors de question de pleurer.. ces larmes visibles sur le bord de ses yeux ne couleraient pas… Cependant, il n’était pas bien difficile de comprendre et de voir qu’elle souffrait. De son bras libre, elle tenta de repousser la main ou plus précisément le bras de l’homme qui la tenait, se débattant comme elle le pouvait.

- L-Lâche moi !

Aucun selft-contrôle dans sa façon de parler. Elle avait mal, elle voulait que ça s’arrête c’est tout. Se débattre était vain, elle le savait, mais la brune ne pouvait s’empêcher de le faire. Il était plus fort un point c’est tout… Le souffle coupé entre la peur et l’utilisation de son pouvoir, la petite se mit à rapidement haleter à chercher sa respiration. Tout en continuant de vouloir décrocher les doigts de cet homme de son bras meurtris. La plaie ne saignant qu’encore plus abondement du fait qu’elle bougeait dans tous les sens et que du coup l’homme le maintenait d’autant plus pour ne pas le lâcher. Le sang coula tout le long de son bras pour finalement gouter sur la neige, sur une petite tâche qui s’agrandissait de seconde en seconde. Sa main gauche qui était celle de libre se retrouva également tâchée du liquide vital. Kyrielle s’épuisait. Trempée, affamée et blessée. Que pouvait-elle faire face à lui ? D’un geste presque désespéré, elle tenta de lui foutre une claque. Le manque de force soudain qu’elle ressentit l’empêcha d’aller jusqu’au bout de son geste. Sa claque se transforma en une main quasiment posée sur sa joue, laissant une trace rougeâtre sur cette dernière. Vidée de toute force, son bras gauche se laissa alors glisser le long de sa joue pour pendre dans le vide. Kyrielle se retrouvait une nouvelle fois quasiment suspendu par son bras blessé, n’arrangeant en rien la douleur qu’elle ressentait déjà. Les membres engourdit par le froid en plus, elle finit par lever faiblement le regard vers lui. Ce qu’elle vit ? Des lunettes noires sur un visage pâle.. elle ne pouvait même pas vraiment le regarder en fait. L’homme qui allait la tuer.. ? Peut-être. Au moins elle pouvait dire qu’elle s’était battu jusqu’au bout ? Qu’elle n’avait pas baissé les bras à un seul moment ? Elle finit par murmurer.

- P-Prend tes foutus gants…

De toute façon. Elle était persuadé qu’à son stade elle n’allait pas s’en sortir. Froid ou pas, dans son état ça ne faisait plus trop de différence. Au moment même où il la lâchera, elle s’effondra au sol incapable de se relever. Et là, sa survie relevait de la chance. Kyrielle savait ce que cet homme lui avait dit plus tôt. Qu’un jour elle allait tomber sur quelqu’un de plus fort qu’elle et qui la tuera… Ses mèches de cheveux ébouriffés lui barrant le visage, ses jambes se mirent à trembler et son œil reprit une couleur normale.

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Sam 30 Mar - 21:20

Sadique notre Baskerville ? Oh à peine, l'accuser de cela était un peu fort, il était tout simplement... Sensible à la douleur des autres, mais d'une manière différente de tout à chacun, voilà tout. Quand de bons samaritains se seraient précipités pour aider une personne blessée, lui pouvait se contenter d'observer la scène, ou pire dans le cas présent, d'en rajouter une dose à sa manière. Aller choper sans ménagement le bras de quelqu'un qui vient de se prendre une balle de revolver dedans pouvait paraître particulièrement cruel et surtout, atrocement douloureux pour la dite victime, pourtant, Angeler pouvait faire cela avec un naturel déconcertant. La brune n'était qu'une fille, petite, maigrichonne et blessée et bien qu'elle semble aussi pouvoir être qualifié de chain, elle ne faisait pour le moment pas le poids contre lui. Rien que pour ces raisons, notre homme aurait pu se montrer quelque peu compatissant envers elle et la ménager ne serait-ce qu'un minimum... Ou du moins éviter de la toucher, faute de lui venir en aide, mais visiblement, c'était trop lui demander. En même temps, si elle n'avait pas voulu faire sa maligne en menaçant le brun, il n'aurait pas été obligé de la remettre à sa place. Ce n'était tout de même pas de sa faute à lui si elle ne voulait pas se calmer, si ?

Sans compter qu'à ce rythme, en continuant à s'agiter de la sorte, elle allait finir par se vider de son sang au beau milieu de la ruelle, rien de plus. Certes, en restant calmement à sa place, le résultat ne serait pas tellement différent, mais puisque le scientifique n'avait pas décidé de laisser la petite chain crever pour le moment, ce serait plus simple pour lui si elle restait tranquille. Seulement voilà, elle semblait particulièrement têtue la demoiselle... Pas de chance, Angeler l'était au moins autant si ce n'est plus ! Lorsqu'il avait décidé quelque chose, il était très difficile de le convaincre d'y renoncer, à croire que cela s'ancrait dans son cerveau jusqu'à ce qu'il ait atteint son but. Ne restait plus qu'à convaincre la jeune fille de ne pas interférer dans ses plans en crevant bêtement... Comment ? Violence, encore et toujours, toi qui régnait sur le monde. Angeler connaissait trop bien cela, à croire qu'en rejoignant les Baskerville, il avait perdu toute humanité qui avait pu exister en lui avant. Il n'était pourtant pas un enfant si violent... Si ? Pas qu'il se souvienne en tout cas, à part quelques envies de meurtres envers des brebis futiles et agaçantes, il ne lui semblait pas avoir fait de vague de ce côté-là, il était même assez calme comme garçon. A croire qu'être retenu de force chez ces tarés encapuchonnés de rouge avait réveillé ses pires instincts, le plus sombre de lui-même. En même temps, rien de garantissait qu'il serait resté sur la bonne voie s'il n'avait pas rejoint cette famille non plus, personne ne le saurait jamais.

En tout cas, aujourd'hui, il en était là, ses doigts refermés comme les serres d'un aigle sur sa proie sur le bras déjà meurtrie de la jeune fille. Cela lui faisait-il plaisir ? Même pas à vrai dire, mais cela ne le dérangeait pas tellement non plus, voir la douleur consumer quelqu'un ne l'intéressait pas vraiment notre scientifique, à moins bien sûr qu'il en veuille particulièrement à cette personne. Contre quelqu'un qu'il détestait, il serait capable de se montrer horriblement sadique et d'y prendre un plaisir non dissimulé, mais là, il s'agissait tout simplement d'apprendre à la demoiselle qui était le plus fort des deux. Lui n'avait jamais douté de sa supériorité, à aucun moment puisqu'il avait une très haute opinion de sa personne, mais ce n'était pas plus mal de le rappeler à certaine personne de temps en temps. Pour le coup, c'était sa petite voleuse de gants qui avait besoin d'une leçon, car bizarrement, se prendre une balle dans le bras ne la calmait pas. Allez... Soit sage et arrête de bouger cinq minutes, c'est pour ton bien... Oui bon, ce genre de phrase faisait un petit peu pervers, ce qui était bien loin des intentions d'Angeler, voilà pourquoi vous n'entendrez jamais ce genre de choses sortir de sa bouche... A moins bien entendu qu'il ne soit vraiment décidé à faire peur, juste par amusement. Car oui, effrayer les gens pouvait l'amuser notre homme et vu son physique, il y arrivait très bien en général.

Bon, pour le coup, faire peur à la jeune fille n'était pas réellement dans son intérêt puisque son but était de la ramener jusqu'à son laboratoire, mais en même temps... Etait-elle en état de lutter là ? Pas vraiment, qu'elle soit consentante ou non, c'était à peu près la même chose. Mais tant qu'à faire, autant faire en sorte de ne pas se prendre un poignard dans le dos dès qu'il regarderait ailleurs, car cela semblait tout à fait être le genre de cette petite sauvageonne. Hum... Finalement, ce n'était pas plus mal pour lui de lui secouer un peu le bras, quitte à ce que le sang coule le long de sa main à lui et sur le tapis neigeux sur le sol. La douleur qu'il lui infligeait se lisait sur son visage de plus en plus pâle, tandis qu'elle cherchait désespoirement à se dégager de son emprise. Rien à faire, il n'avait pas décidé de la lâcher et ne changerait pas d'avis tant qu'elle ne se serait pas calmée. Peu importe qu'elle lui en donne l'ordre, peu importe que des larmes commence à perler aux coins de ses yeux vairons, il ne la lâcherait pas. L'avantage d'être le plus fort ? Ou celui d'être un salaud fini pourraient dire certains, en tout cas, le résultat était le même. Tandis qu'elle luttait, il ne cessait de l'observer de ses yeux améthystes, son regard caché derrière ses lunettes sombres, certes, mais bien pesant sur elle. La jeune fille était tenace tout de même, il véritable battante, cela au moins, on ne pouvait pas lui retirer. A moins que cela soit son instinct de survie qui prenait le dessus ? Aller savoir...

Ne bougeant pas, attendant qu'elle se calme, Angeler sentit les ongles de la jeune fille s'enfoncer dans la chair de sa main qui la tenait toujours, tentative désespérée encore une fois pour le faire lâcher... Sans succès ? Bien évidemment, le Baskerville n'allait pas la lâcher pour si peu et puis, elle pouvait bien se défendre un peu non ? Lui, il lui faisait subir bien pire à ce moment-là. Limite blasé devant tant de gestes vains pour se libérer, le jeune homme resserra encore son étreinte histoire de lui faire comprendre que ce n'était vraiment pas la peine de gaspiller le peu de force qu'il lui restait de la sorte. Mais comme un dernier geste désespéré, la demoiselle le surpris en levant sa main libre vers son visage pour lui coller une claque !... Enfin... Du moins avait-elle essayée, car si la volonté semblait y être, la force lui manqua pour réaliser à la perfection son idée et sa main ensanglantée ne fit que se poser fébrilement sur sa joue. Cette tentative lui fit d'abord lever les sourcils, lui faisant se demander un instant si elle avait vraiment voulu le frapper là, puis finalement, il ne put s'empêcher d'afficher un sourire moqueur. Oui, voir une fille lutter tout tenter pour se libérer d'un homme probablement très dangereux l'amuser, c'est pour dire s'il avait un humour spécial notre homme, mais là vraiment, il ne put retenir ce sourire en voyant sa main glisser doucement le long de sa joue pour retomber presque inerte le long de son corps, laissant sur sa peau pâle une belle marque écarlate.

La marque du coup ? Non, tout simplement son sang, car à défaut d'en recouvrir la neige, elle s'évertuait maintenant à en rougir la peau blanche du Baskerville. Peu importe, la vue du sang ne le dégoûtait pas le moins du monde, il en avait l'habitude. Après cette dernière tentative pour le faire lâcher prise, la demoiselle sembla enfin se calmer... Ce n'était pas trop tôt, elle comprenait enfin que cela n'avait servi à rien et qu'elle avait gaspillé les dernières forces qu'il lui restait pour rien. Ce qui n'était pas peu dire puisqu'elle pendait à présent lamentablement par son bras blessé, retenue seulement par le bon vouloir d'Angeler, qui n'avait même pas besoin de cela pour se sentir dominant n'est-ce pas. Résignée, la brune leva finalement les yeux vers lui, croisant le regard sombre de son tortionnaire qui pour la première fois, n'y vit plus aucune trace de lutte, juste de la résignation. Elle avait capitulé ? Bien, il allait enfin pouvoir voir si sa blessure était soignable ou si elle avait bêtement perdu trop de sang maintenant qu'elle avait arrêtée de gesticuler dans tous les sens. Voir cette fille qui avait montré jusque-là tellement de volonté à s'en sortir, maintenant trop faible pour continuer la lutte était presque... Pathétique ? Même pas, dans un sens, Angeler respectait cette hargne de vivre, même dans un combat perdu d'avance, alors la voir d'un coup si résignée lui fit tout de même quelque chose, sans qu'il sache trop quoi cela dit.

Il avait gagné, il pouvait se montrer satisfait non ? Eh bien oui, il l'était dans un sens, mais il n'arrivait pas à savourer sa victoire totalement. Il n'avait fait qu'avoir le dessus sur une fille déjà blessée après tout, il n'y avait rien là de très reluisant. Enfin, maintenant que la Chain avait fini de bouger, il pouvait voir ce qu'il pouvait faire pour la garder en vie, car franchement, étudier un chain mort n'avait aucun intérêt pour le scientifique. Maintenant qu'elle avait éveillé sa curiosité, hors de question qu'il la laisse repartir de toute façon et comme elle n'irait pas bien loin avant de crever, elle pouvait s'estimer heureuse qu'il s'intéresse à son cas, non ? Pas sûr qu'elle voit les choses sous cet angle, mais elle n'était pas réellement en mesure d'imposer ses conditions pour le moment. Trouvant on ne sait où la force de parler, elle lui dit qu'il pouvait reprendre ses gants... Ah oui, c'était pour cela qu'elle avait fini dans cet état, pour un simple vol, enjeu bien dérisoire à présent n'est-ce pas ? Certain qu'elle s'effondrerait ridiculement sur le sol s'il lui lâchait le bras, le Baskerville passa son bras libre autour de la taille de la jeune fille pour la soutenir avant de baisser son bras blessé, cessant par la même occasion de le serrer ou de tirer dessus. De son habituel ton neutre, il finit par reprendre la parole.

" Tu vas rire, mais je n'en veux plus. "

Rire ? Il doutait franchement que la demoiselle en ait l'envie ou même la force pour le moment, mais en même temps c'était vrai, après l'avoir poursuivi à travers ces rues mal famées pour les récupérer, il ne voulait même plus de ces gants. Il changeait d'avis comme de chemise ? Non même pas, il avait tout simplement trouvé quelque chose de plus intéressant avec quoi s'occuper, un chain humain à étudier. Ce qu'il allait en faire ? Oh, faites-lui donc confiance, il trouverait bien le moment venu, il ne manquait jamais d'imagination pour ce genre d'expérience. Quoi qu'il en soit, si elle lui crevait entre les doigts, il aurait tout simplement perdu son temps, autant donc voir comment lui... Venir en aide ? Oui, cela pouvait paraître curieux, mais dans un sens, c'était bien ce qui était en train de se passer. La soutenant donc pour qu'elle n'aille pas s'effondrer dans la neige, il se mit à examiner la blessure de son bras, la trouvant particulièrement laide, mais pas non plus très grave. La seule chose inquiétante était sa perte de sang en fait, il fallait au moins qu'il s'occupe de ce problème-là avant de pouvoir la soigner comme il fallait. Sinon, dans son état, elle ne tiendrait pas bien longtemps la pauvre fille... Ne trouvant rien de mieux pour l'instant, il se décida finalement à déchirer la manche de la jeune fille d'un coup sec. Après tout, il y avait un trou dedans à présent, alors, à moins qu'elle ne décide de faire de la couture, celle-ci serait largement plus utile en guise de bandage.

" Tu vois, c'est plus simple quand tu te tiens tranquille... Par contre, je n'ai rien pour te soigner ici, ça devra attendre un peu. "

Sous-entendu " je ne vais pas te laisser crever là " ? Oui, il fallait croire qu'Angeler était dans un bon jour, même lui en avait. Même s'il avait une arrière-pensée en tête bien sûr. Il entreprit donc de faire un bandage à la jeune fille, même si franchement, en la retenant de tomber, ce n'était pas simple... Si elle ne s'était pas défendue, elle serait plus en forme et cela lui aurait simplifié la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Dim 31 Mar - 16:36

Si ça ne tenait qu’à elle, Kyrielle aurait bien volontiers fermé les yeux pour se laisser aller. Où ? Probablement dans un sommeille dont elle ne se réveillerait pas si elle restait dans cet état dehors en fait. Mais peu importe, même avec la plus belle des hargnes on ne pouvait éviter l’inévitable. Ainsi… Silencieuse, résignée, elle attendait son sort. Soit que cet homme qui lui semblait si froid l’achève par pur caprice pour lui avoir volé ses gants et lui avoir fait perdre son temps, soit de chuter lamentablement sur le sol et y rester. La fierté mise de côté, la demoiselle n’avait plus trop de raison de se débattre inutilement, ainsi elle ferma les yeux un instant. Son bras droit était engourdit à cause du froid et de la blessure, elle n’était même plus capable de bouger les doigts. Et même si elle tentait de le faire, le seul résultat pour elle était de lui arracher une légère grimace à cause des nerfs à vifs. Le regard bas, sa tête était penchée vers le sol. Eh oui, on venait une nouvelle fois lui rappeler où était sa place. Il y a les dominants et les dominés, en ce moment même la demoiselle était dans la deuxièmes catégorie bien évidement. C’est alors qu’une étreinte inhabituelle, douce mais surtout chaude se fit sentir autours de sa taille. Surprise, cela eut pour effet de la ramener un minimum sur terre pour la faire à nouveau lever les yeux vers cet homme. Quelle surprise, ce dernier venait de passer un bras autours de sa taille pour ne pas la lâcher et bêtement la voir tomber, tandis qu’il baissa le bras meurtrit, réduisant considérablement la douleur qu’elle endurait. Enfin douleur, à son stade elle ne sentait presque plus rien tellement son bras était engourdit. Tout en agissant il lui annonça qu’il ne voulait plus de ses gants.

La blague ? Le silence tomba un court instant tandis qu’elle ne détachait pas son regard de lui. Il se fichait d’elle hein ? Il l’avait poursuivi, elle était dans cet état parce qu’elle lui avait volé une fichu paire de gant et le voilà en train de lui dire qu’il n’en voulait plus soudainement ? Si la force ne lui manquait pas, notre demoiselle lui aurait bien exprimé sa façon de penser tiens… Mais n’ayant ni la force et n’étant pas en position de force non plus, elle se tût. Ne bougeant pas d’un pouce lorsqu’il examina sa plaie, Kyrielle ne cessait de se demander pourquoi lui qui disait avoir autre chose à faire que de perdre son temps avec une vulgaire voleuse, il était là en train d’examiner sa blessure pour la soigner. Visiblement, elle était surprise. Alors qu’elle rassemblait ses force pour ouvrir la bouche et parler, la petite Chain fût coupé dans son élan lorsqu’il déchira sa manche troué pour en fait un bandage, le tout en la maintenant toujours. C’était presque.. gentil comme attitude ? Enfin c’est ce qu’elle aurait volontiers pensé s’il ne lui avait pas saisit le bras blessé sans ménagement quelques minutes plus tôt… Et. Comment ça je n’ai rien pour te soigner ici, ça attendra un peu ? D’où il voulait la soigner celui-là ? Ne comprenant pas grand-chose à ses intentions, notre voleuse tenta de se redresser, sans succès. Pour ainsi dire ses jambes n’avaient même pas bougé d’un pouce lorsqu’elle avait tenté de au moins poser ses deux pieds sur le sol au lieu d’être suspendu à son bras par la taille. Elle grimaça alors, son bras la lançant. Elle réussit alors à lâcher.

- P-Pourquoi.. ? Qu’est-ce que tu me veux…

Méfiante ? Oh que oui, Kyrielle a toujours eu une certaine méfiance pour les hommes et ce n’était pas maintenant que ça allait changer. Pourquoi celui-ci avait-il un soudain intérêt pour elle. La soigner ? Attendre ? Cela voulait-il dire qu’il comptait l’emmener quelque part ? Non… Pourquoi le suivre ? Elle ne savait même pas ce qu’il pouvait avoir en tête. C’est alors que son corps se mit doucement à tremble. Le froid, la peur. C’était certainement les deux raisons qui la mettaient dans cet état. Totalement inerte dans ses bras, seul sa tête et ses expressions bougeaient, la peur y était d’ailleurs parfaitement visible. Ne sachant trop quoi penser de lui. Elle ne le connait même pas. C’est pourquoi elle souffla un bon coup pour continuer à parler.

- Qui es-tu…

Oui ça faisait beaucoup de question pour quelqu’un en position de faiblesse. Mais d’habitude, la petite brune avait la possibilité de fuir ou même de tenter de se défendre, cette fois-ci, elle était dans ses bras à lui, avec seulement sa parole en état de marche. Continuant de trembloter, un courant d’air froid s’engouffra dans la petite allée, faisant au passage voler la neige autours d’eux, venant même légèrement recouvrir le corps de l’homme assommé et du décédé de toute à l’heure. Par reflexe humain ? La petite se crispa et se serra contre la seule source de chaleur à côté d’elle, soit lui. En effet, le grand brun était chaud, alors que Kyrielle était particulièrement froide à force de rester dehors. Un mal de tête persistant se fit sentir, les jambes de la jeune Chain s’affaissaient encore d’un cran. Blottie contre son ventre, sa main valide encore couverte de sang vint alors fébrilement se poser sur son ventre à lui pour qu’elle puisse relever légèrement la tête et reposer ses yeux sur son visage. Elle.. se sentait pitoyable et faible d’ainsi rester contre lui alors qu’elle ne lui faisait nullement confiance, des peurs du passés qui revenaient.. et pourtant elle ne se voyait pas non plus quitter cette source de chaleur pour retourner dans le froid où elle mourrait lentement après avoir subi sa morsure. Elle murmura doucement alors.

- S’il te plais.. ne me fais rien.. tue moi…

Une larme coula alors sur sa joue. Une seule et unique larme qui exprimait plus que clairement sa peur en ce moment même. Elle était restée vague dans ses propos, mais elle savait très bien de quoi elle parlait. Plus que tout, elle ne souhaitait pas revivre ce qu’elle avait vécu durant son enfance. Ou pire, que ça aille plus loin. Il n’était hélas pas rare pour elle de voir des hommes qui prennent les pauvres de la rue pour des filles ouvertes à tout et n’importe quoi… Et cette position de faiblesse lui déplaisait fortement, tout comme son soudain intérêt pour elle dont elle ne connaissait pas le pourquoi du comment. Vicieuse elle ? Non. Traumatisé.

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Lun 1 Avr - 17:21

Se retrouvait à essayer d'empêcher sa petite voleuse de gant de se vider de son sang en pleine rue, n'était exactement ce qu'avait prévu de faire Angeler à la base, mais il fallait croire qu'on ne pouvait pas toujours suivre le plan qu'on s'était fixé. Si on lui avait dit que sa journée allait se terminer comme cela aujourd'hui, il aurait certainement envoyé se faire voir ailleurs la personne qui lui aurait dit cela, mais comme de toute façon, personne n'aurait pu le prévoir, il avait au moins pu s'éviter cette peine. - Encore que, envoyer les gens se faire voir n'était pas une grande peine, mais plutôt une seconde nature chez lui. - Depuis quand ce souciait-il des autres celui-là ? A quel moment avait-il décidé de venir en aide à la jeune fille plutôt que de la laisser crever comme la dernière des filles des rues ? Probablement à l'instant où il avait découvert qu'elle n'était pas une simple voleuse, mais une chain à forme humaine et donc potentiellement intéressante pour ses recherches sur l'abyss. Oui, c'était horriblement intéressé, mais que voulez-vous, le Baskerville n'allait pas s'acheter une conscience tout à coup qui lui expliquerait la différence entre le bien et le mal. En fait, il connaissait très bien la différence entre ces deux choses, il était loin d'être idiot et ne comptait pas utiliser cette excuse grotesque pour s'excuser, mais cela ne l'empêchait pas de faire des choses très limites parfois. Après tout, c'était un Baskerville, pas un enfant de cœur.

On ne lui avait pas appris à avoir le coeur sur la main, loin de là, sa famille adoptive avait plutôt cherché à lui enseigner comment suivre les ordres sans poser de question du moment que cela venait de plus haut que lui. Autant dire que cela avait été un échec cuisant, l'habilité d'Angeler a suivre un ordre étant à peu près égale aux chances qu'il avait d'oublier quelque chose, c'est-à-dire quasi nulle. Il n'avait pas le potentiel d'un bon soldat, que voulez-vous, ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé. On avait essayé de lui faire comprendre calmement le but des Baskerville, on l'avait enfermé, menacé, battu, mais rien à faire, seul l'intérêt avait su le garder dans le repaire de cette famille de taré. En général, s'il n'y gagnait rien, il ne faisait pas quelque chose, ce qu'il trouvait tout à fait normal. Être altruiste par pur plaisir philanthropique ne lui avait jamais traversé l'esprit ne serait-ce qu'une seconde, alors, si c'était cela être mauvais, Angeler était foncièrement mauvais, inutile de chercher à le défendre. Pourtant, voir cette fille si combative quelques minutes plus tôt se résigner tout à coup à mourir de sa main lui donna un sentiment étrange, non pas celui de la victoire ou de la domination, mais un sentiment qui lui déplut quelque peu. Comment décrire cela ? Il n'en avait aucune idée et cela l'agaçait profondément. Il aurait presque eu envie de la secouer à nouveau, de lui dire de se battre encore au lieu de jouer les loques humaines prêtes à s'écraser dans la neige dès qu'il la lâcherait, mais il n'en fit rien pourtant, sachant très bien qu'elle n'en avait plus la force.

Dans un sens, Angeler pouvait admirer ceux qui luttaient pour survivre, ou juste pour leurs idées, pour défendre ce à quoi ils tenaient, il était un peu comme cela lui aussi dans un sens, même si chez lui, ce désir de protéger ce à quoi il tenait, passait le plus souvent pour de l'égoïsme. En tout cas, lutter, il connaissait bien puisqu'il avait toujours cherché à conserver son indépendance face aux Baskerville et que cela avait fini plus ou moins par payer. Ou en serait-il aujourd'hui s'il était rentré dans le rang, une marionnette à la solde de ce pathétique nouveau Glen ? Un destin peu enviable lorsqu'on regardait les idiots dont il était affublé celui-là, en tout cas, Angeler n'avait jamais lâché et il faisait maintenant à peu près ce qu'il désirait chez les Baskerville, autant dire que lutter avait du bon selon lui. Mais qu'est-ce que cette gamine avait à gagner en luttant après tout ? Vivre quelques jours de plus, dans la rue, dans le froid, à la merci de n'importe quel tueur ou violeur ? Une situation peu enviable et pourtant, elle lui avait tenu tête juste pour une simple paire de gants, c'était dire si l'instinct de survie donnait des ailes. En tout cas, rien que pour cette détermination dans son regard, elle pouvait bien avoir une seconde chance, non ? Qu'est-ce que cela coûtait à notre homme de la soigner, qui plus est s'il comptait s'en servir d'une façon ou d'une autre par la suite.

Voilà en tout comment Angeler se retrouvait maintenant à faire un bandage improvisé à la jeune fille avec sa propre manche. Il fallait bien faire avec les moyens du bord hein, elle n'était pas en position de jouer la difficile sur la méthode employée par son "médecin" de toute façon. Certes, son manteau était fichu maintenant, mais compte tenu de la longueur dérisoire de celui-ci et de la peau gelé de la jeune fille, il doutait fortement que celui-ci est eu une utilité un jour. Franchement, en jupe et en manteau court dans la neige, à croire qu'elle cherchait vraiment à attraper une pneumonie ! Bon, d'accord, dans la rue, il imaginait bien qu'il fallait faire avec ce qu'on avait, mais là, la pauvre partait avec un bon désavantage. Toujours soutenu par son bras qu'il avait passé autour de sa taille, la jeune fille ne bougeait pas d'un pouce, non pas que l'envie lui manquait certainement, mais les forces elle ne devait plus se faire très présente, pour preuve sa première tentative pour prendre la parole qui fut un échec. A l'instant présent, c'était une pauvre petite chose pendante dans les bras du Baskerville, il aurait bien pu en faire ce qu'il voulait, elle n'aurait même pas eu la force de crier au meurtre ou à autre chose. Pourtant, en prenant bien son souffle, elle pouvait lui dire quelques paroles faibles qui parvinrent aux oreilles de son soigneur. Pourquoi il l'aidait ? Qu'est-ce qu'il lui voulait ? Hum... S'il lui disait qu'elle l'intéressait parce qu'il faisait des expériences sur l'Abyss, elle serait plus rassurée ? Certainement pas, mieux ne valait pas lui mettre ce genre d'idée en tête s'il ne voulait pas que son coeur s'accélère, aidant la perte de sang à empirer.

La pauvre fille s'inquiétait, quoi de plus normal ? Un grand type n'ayant pas l'air sympathique pour deux sous qui s'intéresse tout à coup à elle, après lui avoir bien fait comprendre qu'il était plus costaud qu'elle, ne pouvait aucunement lui inspirer confiance. Sinon, elle aurait été idiote d'après Angeler. Seulement, il n'avait pas de réponse correcte à lui donner pour son "pourquoi" si faiblement sortit de ses lèvres, du coup, il ne répondit rien pour l'instant. Le corps de la brune tremblait dans ses bras, secoué par le froid et l'angoisse de ce qui allait lui arriver sans nul doute, mais il n'avait rien de rassurant à lui dire... S'était-il déjà montré rassurant avec qui que cela soit d'ailleurs ? Il aurait eu bien du mal à répondre à cette question-là aussi. Lorsqu'il eut fini de s'occuper du bandage de la voleuse, il rapporta son attention sur son visage... Pâle comme la mort, la peur et l'appréhension se lisant ouvertement sur ses traits, même si elle paraissait épuisée. Pourtant, elle réussit tout de même à articuler de nouvelles paroles, lui demandant dans un souffle qui il était. En quoi cela l'avançait-elle de savoir ? Angeler ne le savait pas vraiment, mais il comprenait qu'elle cherche à se raccrocher à quelque chose, à comprendre à qui elle avait à faire. Cela au moins il pouvait lui répondre, non ? C'était déjà plus... Humain dirons-nous.

" Angeler Silencio. " Finit-il par dire, omettant volontairement d'annoncer le Baskerville. " Je suis scientifique. "

C'était déjà cela, non ? Un vulgaire tueur ne se serait pas donné la peine de se présenter à sa victime, si ? Peu importe, au moins il lui répondait, qu'elle fasse avec. A peine eut-il fini de lui répondre, qu'une bourrasque de vent glacé s'engouffra dans la ruelle, envoyant la neige voler contre eux, comme s'ils avaient besoin de cela à l'instant présent. Les tremblements de la jeune fille redoublèrent alors d'intensité, comme si elle allait s'effondrer sur place, heureusement qu'il la tenait bien. Mais elle trouva tout de même la force de se blottir contre lui, cherchant désespérément une source de chaleur quelconque, même si elle devait venir d'un homme comme lui. Ce corps froid blottit contre son torse lui donna une sensation étrange, celle d'être responsable de la mort ou de la survie de cette fille à présent. Un peu comme lorsqu'on trouve un chaton affamé perdu dans la rue qui réclame un peu d'attention... Oui, bon, peut-être pas, ou alors à une autre échelle, bien plus grave, mais l'idée était la même. Sans en être vraiment responsable, un réflex humain poussait parfois à s'occuper d'un être plus faible que soi. Une grande première pour le Baskerville cela dit, qui jusqu'à présent s'était très bien débrouillé en vingt-cinq ans pour ne vivre que pour lui-même. Il y avait un début à tout apparemment, même si le fond de ses actes étaient tout de même poussés par de l'intérêt.

Il ne pensa pas à la repousser, pas une seconde. Après tout, qu'elle crève de froid comme cela ne l'arrangeait pas des masses non plus, il fallait donc qu'il se débrouille pour la mettre à l'abri du froid aussi, comme s'il n'y avait pas déjà assez à faire avec sa perte de sang préoccupante. Mais malgré sa faiblesse, malgré le fait qu'elle tremblait de froid et semblait de plus en plus mal, la jeune fille réussit tout de même à relever la tête vers lui et à murmurer tout doucement qu'elle préférait qu'il la tue... Sans rien lui faire. Alors, il en était là ? Il ressemblait vraiment à une espèce de salopard prêt à violer une pauvre fille des rues à moitié clamsée ? Bien joué Angeler, ton image de grand méchant sadique n'avait plus à être améliorée, elle avait atteint son apogée pour le coup. Pour preuve, une larme coula même le long de la joue de la petite brune, sûrement certaine qu'elle allait soit se faire tuer, soit finir dans son lit sans pouvoir se défendre. Et lui dans tout cela ? Il continuait à l'observer, ses lunettes noires cachant l'expression de ses yeux améthyste. De la compassion ? Il pouvait sans doute en avoir, la pauvre fille allait mal, avait sûrement peur de vivre ou de revivre l'étreinte forcé d'un homme, mais il n'était pas très expressif notre Baskerville, pas quand il s'agissait de ce genre d'émotions en tout cas.

Sans un mot prononcé, il fit un pas vers le mur près d'eux, portant toujours la jeune fille suspendue à son bras, il finit par se baisser et l'appuyer doucement contre la pierre, la déposant en position assise, maintenue par le mur. Puis, toujours en silence, il tendit sa main vers son visage dont la couleur se confondait à l'instant avec celle de la neige, essuyant la larme qui y avait coulé de son index. Un courant d'air glacé acheva de sécher sa joue tandis qu'Angeler retirait sa main, se décidant enfin à prendre la parole, d'une voix qui se faisait plus douce et rassurante que les fois précédentes.

" Je ne te tuerais pas... Et tu as ma parole que je ne te toucherais pas non plus. "

Toucher prenant ici tout son sens, un sens terrible certes, mais qu'elle comprendrait très certainement. C'était bien ce qu'elle redoutait, non ? Pourtant, ce n'était pas du tout dans ses plans, d'aucune manière. Lorsqu'il eut fini sa phrase, il retira ensuite son manteau, l'air glacé lui faisant enfin comprendre entièrement ce qui avait poussé la jeune fille à lui piquer ses gants. Une fois le vêtement sombre retiré, il le passa délicatement sur les épaules de la brunette, le refermant autour de son corps frêle pour faire une barrière au froid. Il resta ensuite accroupi près d'elle pour prendre la parole une dernière.

" Si tu le souhaites, je peux t'emmener avec moi pour te soigner. Après, tu pourras repartir si ça te chante, c'est pas mon problème... C'est à toi de décider. "

Autant lui donner directement le choix entre la vie et la mort non ? Seulement voilà, Angeler n'avait pas non plus tendance à tout dramatiser, dans le cas présent, cela ne servait à rien du tout surtout. Elle s'avait très bien ce qui l'attendait si elle refusait son offre, pas besoin de lui faire un dessin avec pour personnage central son corps gelé, recourt par la neige, avec les asticots en prime pour la dévorer. - Encore que, avec ce temps, les asticots auraient du mal à proliférer et son corps serait assez bien conservé, mais booooon. - Comme pour la mettre en confiance, Angeler ressortit la dague qu'il lui avait prise pour la lui remettre entre ses doigts gelé. Bon, d'accord, il ne risquait pas grand-chose à lui redonner cela et il avait un peu menti sur le fait qu'elle pourrait repartir de chez lui après qu'il l'ait soigné - il ne faisait tout de même pas cela bénévolement - mais puisqu'il était à son maximum question humanité là, cela allait suffire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Mar 2 Avr - 17:32

Un prénom. Elle avait un prénom. Mais elle gardait le silence pour l’instant, partant dans ses pensées. Voguant entre l’idée de mourir et celle de s’accrocher à la vie. Elle avait peur certes, mais notre demoiselle n’était pas habituellement du genre à se laisser abattre, si elle réagissait c’est qu’elle avait vraiment l’impression d’être coincée, au pied du mur ni plus ni moins. Et pourtant.. si elle avait vraiment le droit de se relever à nouveau pour vivre ? Espérer, c’était tout ce qu’elle pouvait faire, perdue dans les bras de cet homme qu’elle connaissait à peine. Angeler ? Drôle de nom d’ailleurs, cela lui faisait penser à un Ange.. lui ? Est-ce que s’en était un ? Bien que ne pouvant pas prétendre le connaitre la demoiselle en doutait plus que fortement, dans ce cas ce serai un ange déchu ! Gardant sur le coup sa stupidité pour elle, Kyrielle se contentait ainsi de le regarder, du moins de fixer ses lunettes. Pourquoi être aussi froid ? Pour ensuite vouloir sauver la personne ? Quelle raisons le poussait à agir, le fait qu’il soit scientifique ne lui inspirait pas des masses confiances mais de toute façon avec toute la volonté du monde elle ne serait pas capable de se sortir de là, du moins sa seule tentative équivaudrait à l’emporter dans sa propre mort. Comment ? Son pouvoir était capable de tuer rapidement quelqu’un alors… Mais ne parlons pas de pensée suicidaires, ce n’était pas actuellement dans ses projets de toute façon.

Tel un bout de tissus, ou une poupée de chiffon comme vous voulez, l’homme s’approcha du mur qui se situait près d’eux pour se baisser et la poser sur le sol. Sur le coup, la petite brune ne pût s’empêcher de penser qu’il avait en fait décidé de la tuer suite à sa demande. Fermant les yeux, comme prête à recevoir n’importe quoi, elle fût bien surprise de sentir un contact léger mais doux sur sa joue. Ouvrant à nouveau ses yeux pour le fixer, notre demoiselle pût se rendre compte qu’il était juste devant elle, venant tout juste de sécher la larme qui perlait sur sa joue. D’un geste tremblant, la demoiselle vint cependant un bref instant toucher l’endroit où la larme se trouvait, totalement désemparé du geste qu’il venait d’avoir. Ce n’était certainement pas grand-chose mais.. pourquoi ? Encore ce mot qui revenait pourquoi ? Ne sachant quoi dire, ayant surtout les forces qui n’étaient pas assez présentes pour poser des questions qu’elle jugeait inutile, notre demoiselle ne bougea pas d’un pouce une nouvelle fois. Lorsqu’elle l’entendit alors lui promettre doucement qu’il ne la toucherait pas, au même titre qu’il ne comptait pas la tuer. Les poumons glacés par le froid, plus aucune fumée blanchâtre ne sortait de sa bouche et elle, cette petite demoiselle restait bêtement plantée là, ou plutôt assise par terre sans comprendre. Il ne semblait pas le genre d’homme à aimer perdre son temps, vu comment il avait réagi plus tôt. Retournement de situation plutôt étrange à son goût bien qu’instinctivement elle se laissa bercer par ses douces paroles qui se voulaient rassurantes. Se retrouvant alors emmitouflée dans son long manteau noir, la chaleur de se dernier pouvait déjà se faire sentir, ce tissus était si chaud… Elle se recroquevilla bien comme il faut une fois dedans. Il semblait d’un seul coup presque gentil ?

Lui proposant alors de l’emmener avec lui, il lui promit qu’elle pouvait repartir après. Hm.. était-ce vrai ? Le mensonge.. c’est si simple à prononcer… Cependant, lorsqu’il lui rendit sa dague, la demoiselle baissa légèrement la tête pour regarder le sol une fois son précieux objet en main. Que faire ? Que penser sérieusement ? Il était mystérieux voir effrayant mais notre jeune fille semblait vouloir lui faire confiance sur ce coup-là et ne pas bêtement mourir dans la neige. Cette alternative était bien trop misérable et douloureuse… Il fallait le suivre et s’en remettre à lui ? On dirait bien. Trop de pensée. Elle avait mal à la tête, ses tremblements s’étaient réduit, bien qu’ayant toujours tout de même froid. Kyrielle releva légèrement les yeux vers son visage qu’elle trouvait un coup effrayant et d’un coup plus attirant, voir rassurant. Serrant sa dague dans sa main tout de même glacé malgré le port de gants, à croire que c’était la mort qui tentait de s’emparer de se frêle corps gelée qui résistait. Elle lâcha alors son arme sur ses genoux pour tenter de retirer les gants noirs d’une main tremblante. Tâche pas du tout simple à accomplir dans ses conditions croyez –le, mais finalement les deux tissus finirent poser sur ses genoux. S’en emparant doucement, elle attrapa timidement mais aussi faiblement ses deux mains à lui. Peau contre peau, elle s’arrêta un instant… Même là, ses mains lui semblaient si chaudes à côtés des siennes et si grandes, bien que fines. Elle lui glissait tout simplement sa paire de gant dans ses mains, mais semblait sur le coup incapable de lâcher cette source de chaleur presque rassurante. Ses mains se glissèrent alors vraiment légèrement entre les siens comme pour s’agripper et ralentir les tremblements, le froid mordant certainement leurs peaux respectives. Le temps ne s’était pas améliorer d’ailleurs. La voix déraillant à cause de la fatigue et des larmes qu’elle retenait, elle murmura à nouveau.

- T-tiens… C’est à toi… Je.. je n’ai pas le force de te suivre… Mais..

Elle releva la tête à nouveau vers la sienne détachant son regard de leurs mains, vu qu’elle n’avait toujours pas lâché les siennes. Gardant sa dague dans son autre main de libre. Elle voulut continuer de parler en se redressant pour être audible, la demoiselle bascula alors en avant, se retrouvant la tête à la base de son cou. Chaque effort, chaque mouvement semblait être douloureux, ou plutôt difficile à accomplir, comme si ses membres refusaient de bouger correctement. Elle souffla alors la tête légèrement relevé vers la sienne pour que le son parvienne à ses oreilles, lui permettant du coup de moins user de force dans la parole, se laissant légèrement aller.

- C’est étrange… Angeler… ça fait penser à un ange… J’espère, que tu es digne de confiance…

Comment ça le début est un peu hors-sujet ? Laissez là donc dire ce qui lui passe par la tête va ! C’est bien moins fatiguant pour elle ! D’ailleurs, sa main n’avait toujours pas quitté la sienne et on pouvait même dire qu’elle était littéralement contre lui, cette chaleur était vraiment agréable… Elle qui n’avait connu que la solitude et le froid. En espérant que ce doux tableau ne s’assombrisse pas à nouveau pour elle. Soufflant un coup, elle retient alors de nouvelles larmes de couler. La fatigue, les nerfs, la peur, un surplus qui s’est accumulé et qui cherchait à sortir. Restant bien enroulé dans ce manteau bien trop grand pour elle, la tête au final tombée dans son cou et n’y bougeant plus, sa main dans la sienne. Pour le coup, elle pouvait vous affirmer que le cou est un endroit particulièrement chaud… Sa respiration se calma légèrement de même que ses tremblements, pour finalement se calmer subitement. Non elle ne dormait pas, non elle n’était pas morte. Elle était juste à un stade d’immobilité qui exprimait largement sa fatigue du moment. Combattante peut-être, tout corps à des limites, et le siens les avaient atteint. C’est simple, quelqu’un s’occupe d’elle auquel cas elle mourrait. Angeler avait sa vie entre ses mains pour faire simple.

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Mer 3 Avr - 20:10

Céder son manteau à une fille alors qu'il neigeait à gros flocons, c'était presque... Chevaleresque, non ? Mais n'allait pas croire cela de notre Baskerville, si les circonstances n'avaient pas été ce qu'elles sont aujourd'hui, il n'aurait certainement jamais eu ce geste si galant envers une demoiselle. Non pas qu'il soit un parfait goujat, au contraire, lorsqu'il désirait obtenir quelque chose, il savait très bien manipuler les femmes, mais il n'était tout de même pas prêt à se geler pour les beaux yeux de biche d'une gonzesse... Bon, là pour le coup, cela semblait être le cas, il faut bien le dire. Mais en étudiant un peu la situation, on se rendrait compte que c'était simplement d'un intérêt somme toute logique. A quoi cela servait-il d'essayer d'arrêter son hémorragie si c'était pour la regarder crever de froid dans la neige sans rien faire hein ? Autant s'éviter le geste inutile de lui faire un bandage si c'était pour faire cela, soit il l'aidait, soit il la laissait mourir là, mais il ne pouvait pas faire les deux en même temps. Cela serait d'un grotesque après tout... Voilà comment il s'était retrouvé à bander sa blessure et à lui filer son manteau, quitte à crever de froid lui-même juste derrière. Tout simplement parce que la chain à forme humaine lui était beaucoup plus utile vivante que morte. Qu'est-ce qu'il pourrait bien en faire si elle crevait ? Une autopsie ?... Oui, bon, c'était envisageable, mais ne parlons même pas de la discrétion que cela devait avoir de transporter un cadavre jusqu'au repaire des Baskerville. Alors que là... Il pouvait dire qu'elle dormait ? Qu'elle était malade ? Inventer des mensonges, cela n'avait jamais été très compliqué hein, surtout pas pour lui.

De toute manière, partit comme c'était, elle n'allait pas rester conscience longtemps, ou alors Angeler la sous-estimait grandement. Mais bon, elle arrivait à peine à bouger la pauvre, alors une chose était sûr, il ne la ramènerait certainement jusqu'à son laboratoire en la faisant marcher. Car oui, s'il avait donné le choix à la demoiselle, il ne comptait pas tellement en prendre compte dans sa décision finale de toute façon. Il avait décidé d'étudier une chain ? Il étudierait une chain, il n'allait pas non plus commencer à suivre les dernières volontés d'une voleuse de gants hein. Mais il avait un peu moins l'air d'un monstre en lui donnant ce choix à faire à elle, même en apparences, non ? Comment cela, un salaud fini ? Oui eh bien la science n'avait jamais avancé sans que personne n'en fasse les frais, ce n'était pas de sa faute à lui si les choses fonctionnaient ainsi tout de même, toutes les fautes du monde ne venaient pas de lui. Enfin, combien y avait-il de chance pour qu'elle lui dise non, je veux clamser dans la neige au beau milieu de la rue, c'était difficile à imaginer non ? Entre la vie et la mort, très peu de gens choisissait la mort en général, l'instinct humain poussant à vivre le plus longtemps possible, même si ce n'en était pas vraiment la peine. Un mystère de la vie ? En quelque sorte, mais comme Angeler aussi préférait ne pas crever tout de suite, il pouvait comprendre ce sentiment tout de même. Il n'était pas totalement dénué d'humanité, même s'il était le premier à penser le contraire.

Pourtant, il avait bien dit à cette fille qu'il ne la tuerait pas non ? Et même qu'il ne la toucherait pas, ce qui était tout aussi vrai dans le sens où on entendait le mot toucher pour le moment. Certes, c'était par intérêt, mais si elle ne l'intéressait pas... Il l'aurait tout simplement laissé là et aurait laissé le destin faire son travail, pas la peine de se fatiguer à tuer une fille à l'agonie, il avait autre chose à faire de ses journées tout de même. Encore, tuer quelqu'un qui se débat ou lutte, cela avait quelque chose de distrayant, mais là, ou était l'intérêt je vous prie ? Cela aurait été un geste de charité, rien de plus et en général, Angeler évitait de faire dans le caritatif, même si pour l'instant, c'était ce qu'il avait l'air de faire. Maintenant qu'il avait donné son manteau à la jeune fille, qui il fallait bien l'avouer, en avait tout de même plus besoin que lui, la Baskerville subissait bien plus le froid et même si cela ne le dérangeait pas tant, ce n'était pas des plus agréables non plus. Il y avait vraiment qui passait l'hiver dehors comme ça ? Eh bien le brun cédait volontiers sa place, très peu pour lui. Mais du coup, il pouvait bien comprendre que la chain s'installe bien comme il faut dans le manteau, profitant de la chaleur qu'il devait encore conserver de lui. Par ce temps, c'était un minimum de survie et celle qui était le plus proche de la mort pour le moment, c'était elle, il fallait donc faire avec. Mais autant dire qu'en simple veste et chemise sous la neige, le scientifique n'allait pas se montrer patient bien longtemps, même si rien dans son attitude ne changea pour le montrer. Alors, elle le suivait ou pas ?

Plutôt que de lui répondre tout de suite, la demoiselle entreprit une tâche que le Baskerville ne comprit pas du tout... Retirer ses gants ? Elle était sourde ou quoi, il lui avait dit même pas dix minutes plus tôt qu'il n'en voulait plus. Enfin si, il les voulait bien, mais il avait la bonté d'âme de lui laisser... Hum, cette phrase sonnait vraiment trop mal, alors disons simplement qu'il lui laissait pour dire qu'elle n'ait pas une raison supplémentaire de crever de froid, c'était déjà mieux. Pourtant, elle souhaitait prouver qu'elle était une tête de mule en usant ses dernières forces à les retirer, ce qu'Angeler la regarda faire d'un oeil septique, se retenant très certainement de la traiter d'idiote pour le coup. Aller, il faut être gentil avec les gens mourant... Pourquoi ? Il n'avait jamais trop compris en fait, c'était bien le dernier moment où les gens pouvaient vous en vouloir puisqu'ils allaient bientôt passer l'arme à gauche, mais il fallait se montrer plus gentil que lorsqu'ils étaient en pleine forme et pouvaient vous en vouloir à mort... Incompréhensible ce monde, surtout pour Angeler. Lui n'ayant pas bougé pendant qu'elle gaspillait ses forces, elle finit par lui attraper les mains pour lui redonner ses gants... Toujours la même chose, il venait de lui dire qu'il n'en voulait pas. Qu'elle était donc têtue cette gamine... Il fallait qu'elle les garde elle, qu'elle se réchauffe le plus possible pour dire de rester en vie, n'arrivait-elle pas à le comprendre cela ? Le Baskerville ne put que soupirer devant cette scène, en se disant qu'elle devait certainement commencer à perdre la tête cette pauvre enfant.

Pourtant, le contact froid de ses mains gelées contre les siennes, qui finalement supportaient bien mieux le froid, le poussa à regarder à nouveau le visage de la jeune fille. Comme cela, elle arrivait presque à lui faire pitié... Presque s'entend, puisque c'était un sentiment bien inhabituel chez notre homme. Il trouvait tout simplement cela dommage de la laisser crever là ? Quelque chose dans ce style oui, cela sonnait mieux même si au fond, le résultat était le même, il était de sa responsabilité de l'aider. D'une voix de plus en plus faible, elle réussit à articuler qu'elle n'avait pas la force de le suivre... Cela, il l'avait remarqué oui, bien pour cela qu'il avait perdu l'espoir de la faire marcher hein, il était bon pour la porter, encore que, ce n'était pas bien grave, elle devait peser quoi... 30 kilos ? Un truc dans le genre... Oui bon, c'était peut-être un petit peu exagéré là, mais elle ne devait pas être bien lourde à porter, surtout pas pour Angeler, compte tenu de sa taille et de sa corpulence. Sa phrase c'était terminée par un mais... Qui n'eut jamais de suite pourtant, car allez donc savoir pourquoi, elle chercha à se redresser, ce qui dans son état, n'était pas une très bonne idée. Basculant en avant, elle glissa contre Angeler qui eut le réflexe de la rattraper pour qu'elle ne glisse pas plus bas. Un bras passé autour de ses épaules, l'autre tenant toujours ses gants et... La main de la jeune fille, comme s'il ne pouvait pas se décider à lâcher cette petite chose glacée, sans pour autant pouvoir la serrer trop, comme si elle allait se briser à son contact ?

Angeler n'avait rien d'un homme délicat, bien au contraire, entre sa taille et sa stature imposante, il faisait plutôt peur. Pas habitué à manipuler quelque chose de fragile le Baskerville, cela se voyait dans ses gestes un peu gauche lorsqu'il essayait de redresser la jeune fille dans ses bras, sans succès, elle resterait comme cela, la tête posée contre son cou. Avant même qu'il n'ait cherché à lui répondre, elle avait repris la parole, toujours aussi faible, voire pire... Inutile de chercher à parler en même temps, ce serait sa voix à elle qui se perdrait dans le vent à ce compte-là. Mais ses paroles réussirent tout de même à surprendre Angeler.... Lui, un ange ? Quelle bonne blague ! D'accord, la pauvre fille avait définitivement perdu la raison. Qui donc pourrait penser à un ange en voyant Angeler, surtout compte tenu de la façon dont il s'était comporté avec elle un peu plus tôt, c'était totalement délirant, peu importe le nom qu'il portait, Angeler n'avait rien d'un ange, pas un instant. Il la regarda un instant à travers ses lunettes noires, cherchant à trouver la moindre trace de moquerie ou d'humour sur son visage, mais c'était peine perdue, rien de cela ne s'affichait sur son ses traits fatigués. C'était donc vrai, elle déraillait complètement, ou pire, elle avait des hallucinations pour le comparer à cela. Ces propos firent tout de même sourire Angeler, à défauts de le faire vraiment rire, c'était bien la première fois qu'on lui faisait une telle comparaison. Sans moquerie du moins. Il n'était pas un ange, ou alors un ange de la mort... Dieu psychopompe d'une quelconque religion sectaire, mais il n'avait rien, vraiment rien d'un sauveur.

Renforçant sa prise autour des épaules de la jeune fille, il finit tout de même par lâcher sa main histoire d'aller prendre une meilleure prise au niveau de ses jambes. Une fois cela fait, il se redressa sur ses jambes en portant la petite voleuse dans ses bras, ne cherchant même plus à lui faire prendre appuie sur ses jambes à elle tant s'était inutile. Elle n'irait nulle part, elle était trop faible pour cela, qu'elle le veuille ou non, elle était bien obligée de le suivre maintenant. De toute façon, elle voudrait faire quoi à la place, rester ici et mourir ? Il en doutait fortement, même s'il ne s'autoproclamait pas grand expert en réaction humaine. La tête de la petite brune toujours posé contre son cou, il pencha doucement son visage vers le sien histoire de lui répondre, se voulant toujours aussi rassurant. Inutile qu'elle se mette à paniquer inutilement, ce ne serait pas bon pour son état physique. Même si le sourire qu'il affichait était quelque peu moqueur, mais gentiment moqueur contrairement à un peu plus tôt.

" Je crois... Que tu es en train de perdre l'esprit pour me comparer à un ange. Mais ne t'inquiète pas, je n'ai qu'une parole et je te la donne en te disant que je ne te ferais pas de mal. "


C'était vrai dans un sens, Angeler avait beaucoup de défauts, mais lorsqu'il disait quelque chose en général, il s'y tenait assez bien. Bien sûr, comme il ne parlait pas beaucoup en général, il ne promettait pas trop de choses non plus, ce qui lui simplifiait grandement la tâche. Mais puisqu'il avait dit qu'il ne la tuerait pas, il fallait le croire. Ne serait-ce que pour son esprit de combativité, elle méritait de vivre cette petite, comparé aux nombres de larves qui s'inclinent et baisse les bras au premier obstacle. Après si elle mourrait réellement, au moins, cela n'aurait pas été de sa faute, il l'avait aidé la pour le coup, ce qui était assez rare pour être remarqué. Une fois ses paroles achevées, le Baskerville commença à marcher dans la direction par laquelle il était arrivé un peu plus tôt pour trouver sa voleuse de gants, bien décidé à fuir ce froid. Une fois dans les rues plus grandes et habituellement plus fréquentées, même si pour le coup ce n'était pas du tout le cas, Angeler se mit en quête d'une voiture, car faire toute la route avec la jeune fille dans les bras par ce temps ne lui disait rien du tout. Certes, il devrait bien en faire une partie à pied, car le repaire des Baskerville n'était pas un endroit qu'on pouvait indiquer à n'importe quel cocher, mais autant faire le plus grand confortablement et un peu plus au chaud.

Il finit d'ailleurs par en trouver un, plus rapidement qu'il ne l'aurait cru tient, mais tandis que celui-ci s'arrêtait le long du trottoir, le Baskerville regarda la jeune fille pour vérifier si elle était encore en vie avant de se rendre compte d'une chose... Curieusement, cela le chiffonna tellement qu'il finit par la secouer un peu pour lui poser une question.

" Eh, gamine ? Comment tu t'appelles ? "

Pourquoi ça le perturbait ? Allez donc savoir vous, un simple caprice sûrement ou le fait qu'elle sache qui il était, ou presque, et pas lui peut-être. En tout cas, c'était bien son droit de demander non ? Bien content de retrouver le confort et la chaleur d'un véhicule, le Baskerville allongea sa voleuse, ou plutôt sa patiente à présent, sur l'une des banquettes du fiacre, en prenant ensuite place sur celle d'en face. Déjà, à l'abri de la neige, elle tiendrait bien le choc jusqu'à chez lui, non ? Il faudrait bien de toute façon, la petite chain devrait se montrer solide.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Jeu 4 Avr - 19:25

Elle avait froid. Non.. ? Enfin c’est ce qu’elle pensait. Totalement engourdit, la demoiselle lutait plus pour rester consciente et ne pas se laisser totalement aller dans les bras de cet homme. Non pas qu’elle ne lui faisait pas du tout confiance, on va dire qu’il avait su l’amadouer un peu et vu son état elle était bien moins sauvage que d’habitude. Mais ce n’était pas non plus son genre de vouloir se retrouver totalement inerte et inconsciente dans les bras d’un homme, actuellement elle ne s’en sentait pas capable. Bien que rester éveillé ne changerait probablement pas grand-chose à la situation vu son inaptitude à pouvoir se défendre en fait… Ainsi, elle se laissait tout de même totalement faire, pour le coup le grand brun ne se montrait pas particulièrement brusque dans ses mouvement, c’était même le total contraire ! Mais ce qui surprit intérieurement tout de même notre jeune fille, c’est qu’il ne la repoussait nullement alors qu’elle avait sa main dans la sienne. Ce simple geste avait pourtant le don de l’apaiser un peu, de se sentir moins seule dans le froid et aux portes de la mort. Sans compter que sa tête dans son cou la protégeait un peu plus de ce vent glacial, lui permettant de se détendre légèrement nerveusement parlant. Ses membres étaient déjà au point mort de toute façon. C’est ainsi que restant la tête bien placé ici, elle se laissa faire lorsqu’il la souleva. La pensée de tenter de sortir de ses bras ne lui était même pas venu à l’esprit en fait… C’est alors qu’il lui répéta la promesse faite plus tôt comme quoi il ne lui ferait aucun mal. Et si elle pouvait y croire.. ? Immobile, elle restait alors contre lui tandis qu’il entamait sa marche, certainement pour.. rentrer chez lui ? Mais où ? Bonne question…

Bercer par le rythme de ces pas, il aurait juste fallut qu’il fasse un peu plus chaud autour d’eux et elle se serait volontiers endormit là en fait. Cependant, elle restait avec lui, du moins mentalement, se contentant de regarder le paysage défiler doucement sous ses yeux. Etrange journée hein ? Ce matin elle était toute seule sous la neige à se les geler et à chercher un moyen de se réchauffer et là voilà maintenant dans le bras d’un homme qui l’emmenait chez lui pour la soigner. Hm… Ne voulant plus réfléchir d’avantage à cause de son mal de crâne, Kyrielle coupa court à toute réflexion pour le moment. Trouvant finalement une voiture pour certainement s’épargner une balade sous la neige, le brun attendit de pouvoir monter. Sûr qu’il devait se les geler lui aussi maintenant que c’était elle qui était en possession de son manteau. Tandis qu’elle le regardait, il baissa à nouveau la tête légèrement vers elle pour lui demander comment elle s’appelait. Ah oui… Pour commencer ce n’était pas une gamine, enfin pas trop quoi. Elle avait passé l’âge de l’enfance il y a de ça un moment même si elle faisait plus jeune. Le souffle rauque, elle ne répondit pas de suite, le laissant monter dans le fiacre et se faire déposer sur la banquette devant lui. Toujours enroulée dans le long manteau, sa tête se tourna légèrement vers lui pour continuer à le regarder. Il faisait un peu meilleur ici au moins, voilà bien longtemps que Kyrielle ne s’était pas retrouvée ainsi au chaud. Le silence tomba un court instant avant qu’elle ne sorte la main de sous le manteau, tandis que sa main non valide serrait toujours sa dague contre elle. Cette main libre se tendit alors vers lui. Un virage du fiacre la fit glisser de la banquette pour se retrouver par terre, s’étant raccrocher à ses genoux à lui pour ne pas s’étaler comme une merde quoi. Désoler de l’expression. Tremblant légèrement, ou du moins les muscles tremblant sous l’effort elle redressa la tête vers lui. Il était encore plus grand vu de là. Elle murmura alors.

- Kyrielle… je m’appelle Kyrielle… Et, je ne suis pas une gamine j'ai.. vingt ans...

Quoi ? Son nom de famille ? Vous ne voulez pas sa date de naissance le lieu et tout ? De toute façon ça ne changerait rien pour lui, son nom de famille à elle ne représentait hélas plus grand-chose, elle était une de ces choses qu’on appelle Chain non ? Bref. Tentant de façon assez peu sûre d’elle de se redresser pour se hisser sur la banquette, la demoiselle tentait en fait de rejoindre celle où il se trouvait lui. Pourquoi ? Simplement, Kyrielle voulait retrouver cette chaleur qui avait su la calmer. Il faisait certes moins froid mais se sentir seul quand on va très mal, il n’y a rien de pire pour avoir encore plus froid. Du moins, c’est ainsi qu’elle le ressentait. Car pour la première fois depuis son retour dans le monde réel, la petite brune se montrait moins farouche et recherchait la présence physique de quelqu’un. Affalée sur la banquette en étant au sol, elle attrapa fébrilement cette main qu’elle n’avait pas voulu lâcher plus tôt. En pleine forme, jamais elle n’aurait osé avoir de telles gestes mais là… Prenant bien soin de mêler ses doigts aux siens, comme pour chercher le plus de chaleur possible, la Chain se hissa à plat ventre sur la banquette en utilisant son bras blessé jusque-là pendant, non sans garder la lame dans cette dernière. Un léger rejet de sang sur son bandage fait à l’improviste se fit sentir. Qu’importe la voilà juste à côté de lui. C’est alors que des larmes se mirent à couler sur ses joues, à cause de la fatigue accumulée depuis un moment. Son corps était épuisé, et pourtant elle forçait pour rejoindre.. ses bras ? Douloureux, fatiguant. Pleurant toujours en silence, sortant de la force d’on ne sait où, elle finit par se redresser pour se laisser tomber à moitié sur lui, la tête retrouvant son cou. Il ne voulait peut-être pas ? Elle s’imposait ? Elle était étrangement câline ? Elle allait mal, arrêtez de vous poser trop de questions pour le moment… Elle souffla alors, maintenant qu’elle était un peu à sa hauteur.

- Je… Là… suis bien… Et tu… avoir froid… ainsi…

La phrase n’était pas complète, mais elle pouvait être parfaitement compréhensible. Gentille elle ? Bien sûr qu’elle l’était, impossible de savoir comment elle voyait cet homme qui l’avait limite brutalisé pour ensuite être si attentif, mais on va dire qu’elle se sentait au moins redevable pour le manteau et les premiers soins ? Qu’importe ses intentions c’était vraiment vouloir la garder en vie que de s’occuper d’elle ainsi. Elle verrait bien. Pour le moment Kyrielle était décidée à se laisser aller contre lui, contre Angeler. Sans lâcher sa main de sa main gauche, espérant ne pas être remise à sa place bien que cela serait parfaitement compréhensible, la demoiselle était dans une position un peu improbable pour être posée contre lui tout en restant assise à côté. D’ailleurs.. de son bras meurtris elle ouvrit légèrement le manteau pour que ce dernier les recouvres tous les deux. Luttant pour ne pas sombrer toujours, elle le regarder, le regard n’exprimant pas grand-chose en fait tellement il était vide de toute force. Mais elle le regardait. Il faisait chaud…

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Ven 5 Avr - 20:30

Ramasser une jeune fille, faible et sans défense, dans la rue pour la ramener chez soi, cela peut faire passer pour un... Profiteur ? Un pervers ? Ou juste pour un kidnappeur, mais quel que soit les apparences, aucun de ces mots n'était assez exact pour coller aux intentions de notre homme. Pourquoi l'aider, alors que l'instant d'avant, il ne souhaitait que récupérer ses gants et la laisser continuer de mener sa vie misérable dans la rue ? Cela pouvait être un mystère, mais disons simplement que la découverte du statut de chain de la jeune fille l'avait bien vite décidé à ne pas la laisser filer. Une chain à forme humaine, c'était assez rare pour valoir le coup de la sauver, non ? Pour le scientifique en tout cas, qui avait pour habitude de n'en faire qu'à sa tête, c'était une raison suffisante, puisqu'après l'avoir calmé en tirant sur son bras blessé, il s'était montré bien plus délicat en tentant de soigner ce dit bras avec les moyens du bord. Enfin, soigner, c'était un bien grand mot, puisqu'il n'avait pu lui faire qu'un simple bandage bien serré histoire de réduire le saignement. Elle était déjà assez pâle et maigrichonne comme cela, inutile en plus de la laisser se vider de son sang avant d'avoir pu faire quoi que cela soit d'autre. Soit il la laissait crever là, soit il l'aidait, mais il ne pouvait pas faire les deux à la fois. Fort heureusement pour elle, il augmenta de façon considérable son espérance de vie en choisissant de lui venir en aide, même si cette solution-là lui demandait un petit peu plus d'effort.

Aussi fainéant qu'il puisse être, il pouvait bien faire l'effort de la soigner après tout, c'était un peu de sa faute si elle s'était retrouvée dans cette situation, même si lui ne voyait pas du tout les choses comme cela. Les rues mal famées de Réveil étaient assez dangereuse comme cela, si elle ne s'était pas retrouvée à cet endroit précis à cause de lui aujourd'hui, elle se serait certainement retrouvée dans une situation bien pire un autre jour et il n'aurait certainement pas été là pour lui donner les premiers soins. Les véritables bons samaritains étaient bien rare, Angeler lui-même agissait par pur intérêt, alors combien de chances aurait-elle pu avoir qu'un autre la soigne, hein ? Très peu, elle serait plutôt tombée sur des mendiants qui l'auraient achevé pour lui prendre les moindres biens qu'elle possédait, voire pire. La petite voleuse devait donc s'estimer heureuse d'être tombée sur lui aujourd'hui et de présenter un intérêt à ses yeux. Si elle avait été humaine, l'aurait-il aidé ? Autant être honnête et dire qu'il y avait très peu de chance, si elle n'avait rien eu à offrir de sa personne, le Baskerville n'aurait peut-être pas été prompt à la prendre en pitié comme cela, ce qui n'était d'ailleurs même pas le cas dans le cas présent. Il voyait tout simplement plus d'intérêt à la voir vivre qu'à la voir mourir bêtement, rien de plus... Un monstre, lui ? Non, juste un scientifique et un membre du clan Baskerville, rien de plus, les deux "professions" ne donnant nullement d'attitude empathique selon lui.

Mais il pouvait bien dire ou penser ce qu'il voulait, voir la combative petite voleuse se retrouver lamentablement pendante dans ses bras, impuissante devant n'importe quel danger et sa propre mort qui la guettait, lui avait tout de même fait un drôle d'effet. "Bas toi encore idiote" aurait-il eu envie de lui dire, mais c'était peine perdue puisqu'elle était à bout de force, autant s'économiser la peine de discuter de cela. Ce n'était pas non plus comme si Angeler avait le coeur sur la main et que la peine et la défaillance des autres lui faisait quelque chose, il ne fallait pas pousser non plus. Il trouvait tout simplement cela plus... Drôle ? De voir les gens luttaient plutôt que d'abandonner au premier obstacle, oui, c'était plus amusant à voir pour le Baskerville. Inutile de critiquer sa façon de s'amuser, il savait lui-même qu'il avait de drôle de passe-temps, tout comme un drôle de mode de vie tout court d'ailleurs. Voir les gens comme des cobayes n'était peut-être pas moral, mais il n'en avait absolument rien à faire de la morale, seul les résultats comptaient pour lui. Et les résultats qu'il attendait d'avoir avec sa petite chain ? Il n'en avait aucune idée, mais il ne doutait pourtant pas de l'utilité de la chose pour le moment, en tout cas, il n'avait pas l'impression de perdre son temps en prenant la jeune fille dans ses bras pour la transporter dans une voiture. Cette dit voiture devrait d'ailleurs les emmener jusqu'au repaire des Baskerville... Ou faute de mieux, pas trop loin histoire qu'il n'ait pas à faire des kilomètres sous la neige en portant la demoiselle. Non pas qu'elle était lourde, mais il lui avait tout de même donné son manteau, rappelons-le, ce qui le démunissait à son tour face au froid.

Mais une fois à l'abri dans le petit fiacre, le vent ne pouvait plus les atteindre au moins, ce qui était toujours ça de gagné dans cet hiver glacial. Après avoir délicatement déposé la jeune fille sur l'une des banquettes, le Baskerville s'était assis juste en face et après avoir jeté un rapide coup d'oeil dehors par la fenêtre, avait reporté son attention sur elle. Toujours consciente ? Eh bien, elle était tenace tout de même la p'tite, Angeler s'attendait plutôt à ce qu'elle tombe dans les pommes en cours de route ou au moins une fois qu'il l'aurait fait s'allonger sur la banquette, mais même pas. A croire qu'elle redoutait de ne plus se réveiller si elle cédait maintenant à un sommeil reposant... C'était quoi son plan alors ? Rester éveillé de force jusqu'à tomber d'épuisement et finir véritablement mal au point ? Excellente idée, on comprenait pourquoi elle s'était retrouvée à voler des gants dans la rue avec une logique comme celle-là. Oui bon, Angeler se montrait peut-être dur lorsqu'il la jugeait, mais il se montrait tout aussi dur avec n'importe qui, pourquoi prendrait-il donc des gants avec elle ? Il se montrait déjà bien gentil à l'aider, alors si en plus il ne pouvait plus penser comme il le souhaitait, où allait le monde. Frottant ses mains l'une contre l'autre pour tenter de réchauffer un peu ses doigts qui avaient bien subi le froid depuis qu'il avait croisé la route de la jeune fille, Angeler souffla un peu d'air chaud dessus avant de là regarder à nouveau. Elle ne voulait toujours pas dormir pour retrouver des forces ? Non, même pas et pire encore, elle s'était mis à tendre la main... Dans sa direction ? Eh bien oui, logiquement, il n'y avait que lui en face d'elle et il ne voyait pas bien ce qu'elle souhaitait d'autre, même s'il ne comprenait pas bien ce qu'elle lui voulait non plus.

Elle regrettait de lui avoir refilé ses gants peut-être ? Ce qui était stupide puisqu'il ne profitait maintenant à personne, mais il fallait être objectif cinq minutes, c'était elle qui en avait le plus besoin pour le moment. Mais le Baskerville n'eut pas le temps de lui demander si c'était ce qu'elle souhaitait récupérer, puisqu'un virage brutalement pris par le fiacre fit basculer la demoiselle par terre, sa main tendue l'aidant simplement à réduire l'impact en s'agrippant aux genoux du brun. Et voilà... C'était prévisible, non ? Pourquoi donc se pencher dans un fiacre, certes, c'était un moyen de transport confortable, mais il avait tout de même des défauts et selon la délicatesse du cocher, mieux valait s'accrocher pour arriver sans bleus. Levant les yeux au ciel, Angeler ne put retenir un soupire consterné devant la maladresse de la jeune fille. Elle ne l'avait pas fait exprès, d'accord, mais elle pouvait faire un peu plus attention non ? Déjà que lorsqu'il l'avait rattrapé plus tôt, elle s'était magistralement étalée sur une plaque de verglas, si en plus elle arrivait à se casser la figure même depuis la position couchée, il finirait bien vite par la prendre pour un véritable cas... Si ce n'était pas déjà le cas d'ailleurs. Mais alors qu'il allait faire un geste pour la relever en la saisissant par le col, il fut surpris d'entendre à nouveau sa voix qui lui répondit à la question qu'il avait posée avant de monter dans le fiacre. Kyrielle, il connaissait enfin le nom de sa petite voleuse, ainsi que son âge en prime même s'il n'avait rien demandé.

En même temps, à vingt ans, c'était tout naturel de ne pas vouloir être traité de gamine non ? Bon, d'accord, Angeler lui aurait donné un peu moins, mais si elle disait avoir cet âge, il n'avait aucune raison de ne pas la croire, même si l'âge pour les chains en fin de compte... Cela ne devait plus vouloir signifier grand-chose. Du coup, avait-elle réellement vingt ans, ou était-ce l'âge où elle avait cessé de vieillir en devenant un chain tout simplement ? Dans le premier cas, elle avait cinq ans de moins que lui, ce qui lui donnait en quelque sorte le droit de l'appeler gamine, mais dans le second... Oui bon, cela ne changerait rien de concret pour le brun, mais c'était toujours bon à savoir. Pendant qu'il se faisait cette réflexion - dont l'utilité pouvait être discutée - Kyrielle, car puisqu'elle avait un nom, autant l'utilisé, avait commencé à se relever par ses propres moyens, en saisissant la main qu'Angeler avait d'abord tendu pour l'aider. Bon... C'était une manière comme une autre de chercher à se relever non ? Pas tout à fait d'après le Baskerville, puisque loin de se contenter de seulement la saisir, elle entrelaça leurs doigts dans un contact étroit, comme si elle avait peur qu'il la lâche. Surpris par ce geste inattendu, le brun leva un sourcil circonspect en la regardant tenter pénible de s'installer sur le même fauteuil que lui... Comment ? L'aider ?... Oh, elle semblait bien se débrouiller toute seule, inutile de se fatiguer et puis de toute façon, il ne comprenait pas bien pourquoi elle choisissait cette banquette si. Elle allait encore faire une misérable tentative pour aller lui coller une baffe ? Mais il n'avait rien fait là pourtant, il s'était même assez bien conduit selon lui. Mais il était curieux de voir si elle aurait la force d'y arriver surtout...

La réponse fut positive, puisqu'elle réussit au prix de grands efforts à s'asseoir juste à côté de lui, sans jamais lâcher sa main. L'autre côté ne lui plaisait donc pas ? Elle était convaincue que si elle était tombée une fois, cela pouvait très bien recommencer et elle préférait venir s'accrocher à lui ? Quelque chose comme cela sûrement, Angeler ne voyait pas vraiment d'autres réponses possibles à ce rapprochement soudain. Il lui avait fait du mal un peu plus tôt, il devait certainement lui faire peur depuis le début et même s'il avait réussi à la calmer avec des mots rassurants, il ne voyait pas bien pourquoi elle viendrait rechercher sa présence à lui. Qu'elle veuille le fuir, cela, il le comprendrait très bien, mais qu'elle se rapproche autant... C'était un mystère pour lui, autant l'avouer. Ne la lâchant pas du regard, il vit perler des larmes aux coins de ses yeux avant qu'elle ne se mette à pleurer franchement. La douleur était si terrible ?... Peut-être, il n'aurait pas dû la laisser forcer autant sur son bras certainement, mais en même temps, c'était elle qui avait décidé de le faire. Une nouvelle vague de sang frai imbibé son bandage de fortune, mais pourtant, elle continuait de bougeait, continuait de rester consciente, jusqu'à se rapprocher tout à fait de lui, à... S'inviter contre lui ? Dans ses bras ? Pas tout à fait, elle lui tomba dessus, épuisée, plus qu'autre chose, mais pour éviter qu'elle ne retombe bêtement par terre, il la retint tout de même au passage de son bras libre.

A quoi jouait-elle franchement ? Elle n'en avait pas marre de gâcher ses forces n'importe comment ? A quoi cela pouvait-il servir qu'il essaye de la sauver si elle faisait tout pour se blesser davantage juste derrière ? Cette fille n'avait vraiment aucune logique, rien à faire, Angeler n'arrivait plus à la suivre pour le coup... Et pourquoi pleurait-elle aussi ? Le Baskerville ne savait pas du tout quoi faire quand quelqu'un pleurait, il fallait se montrer gentil et compréhensif, cajoler la personne ? Que des choses qu'il ne savait pas faire en somme. La voir pleurer comme cela l'énervait dans un sens, même pas de par le fait même qu'elle pleurait, mais surtout parce qu'il ne savait pas pourquoi et quoi faire pour qu'elle arrête. Faisant glisser un peu ses lunettes noires sur son nez pour mieux y voir dans la pénombre du fiacre, mais pas trop tout de même, toujours dans le souci de ne pas laisser la marque de son oeil trop visible, il l'observa pendant qu'elle se blottissait contre lui. A quoi jouait-elle à venir le câliner de la sorte... Elle ne savait pas qu'il était dangereux ? Que dans son état, n'importe quels hommes auraient pu lui faire du mal sans qu'elle puisse se défendre et que lui, n'était franchement pas le meilleur des hommes ? Angeler ne put s'empêcher de la trouver idiote de baisser sa garde de la sorte, comme si ce qu'elle avait appris dans la rue ne lui avait pas servis de leçon à la petite. Pourtant, si c'était une pauvre idiote, si ce contact le dérangeait tant, pourquoi ne la repoussait-il pas ?

Cette fille, si froid, si faible... En train de pleurer au creux de son cou. Aussi puéril que cela puisse être, aussi invraisemblable et débile que lui semblait être cette scène, il n'arrivait pas à se résoudre à la repousser, à la remettre à sa place de l'autre côté du fiacre. Si la volonté de l'éloigner de lui avait pu naitre en tout cas, celle-ci fut vaincue par les brides de phrases qui lui parvinrent à l'oreille, avec son souffle fatigué. Elle était... Bien, là ? Franchement, elle avait totalement perdu la raison ou quoi ? Comment une personne normalement constituée pouvait se sentir bien en étant aussi proche d'Angeler ? La réaction la plus naturelle du monde était de le fuir et de ne pas lui faire confiance, alors, qu'est-ce qui lui prenait à cette fille. Voyant qu'elle avait levé les yeux sur lui, il remit ses lunettes bien en place et se mit à regarder obstinément par la fenêtre pour éviter ce regard baignait de larmes qu'elle lui servait. Dégouté par tant de faiblesse notre Baskerville ? Non, même pas... Mais il ne voulait pas affronter ce regard-là pour le moment.

" Si tu es bien, arrête de pleurer alors... C'est contradictoire tu sais... "

Il aurait voulu lui dire cela d'un ton mauvais, froid, glacial, méchant... Tout et n'importe quoi, mais il ne réussit pas à lui donner une de ces intonations-là. Il avait peut-être l'air un peu bourru, mais c'était tout, s'obstinant toujours à regarder la fenêtre pour ne pas croiser son regard d'obsidienne. Doucement, il sentit le manteau glisser le long de ses épaules, la demoiselle se souciant apparemment qu'il n'ait pas trop froid, alors qu'elle-même était glacée jusqu'aux os... Franchement, c'était un moment pour penser aux autres ? A moitié morte comme cela, comment pouvait-elle donc songer à Angeler, à un type comme lui ? Pour comprendre cela, il fallait sans doute avoir un bon fond, que le Baskerville doutait très franchement de posséder. Pourtant, il passa son bras autour de la jeune fille, sous le manteau, ne lâchant pas sa main de l'autre côté, il la serra doucement, comme soucieux de la réchauffer. La bonne blague, depuis quand cela l'intéressait qu'une fille ait froid ? Se décidant enfin à baiser de nouveau les yeux vers elle, il pencha un peu la tête pour lui parler doucement au creux de l'oreille, comme au chevet d'un enfant malade.

" Cesse de gaspiller tes forces maintenant, tu te fais du mal. "

Qu'est-ce que ça peut te faire ? Aurait-il eu envie de se demander à lui-même à cet instant précis. Pour le coup, lui aussi pouvait se traiter mentalement d'idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrielle Hollystone
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 23
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle] Sam 6 Avr - 15:22

Il aurait pu la repousser, la remettre à sa place vite fait bien fait. Alors… Pourquoi ne pas l’avoir fait ? Pourquoi s’être contenté de la regarder se rapprocher de lui pour se blottir dans ses bras et ainsi se réchauffer avec sa chaleur corporelle. Car mine de rien, même si cet homme avait été un bref instant mordu par le froid et avait dû certainement se rafraichir, il restait bien plus chaud que la demoiselle qui était tout simplement congelée. Et pour cause, comme voulez-vous aller mieux lorsque vous être trempée jusqu’aux os à cause de vos vêtements encore humide et bien frais. Pas moyen de sécher en somme, mais au moins, elle devait avouer que le creux de ses bras calmait au moins ses tremblements. Il faisait si bon dedans… Le fixant en silence sans cesser de pleurer doucement à cause de la douleur et de la fatigue. D’ailleurs, le grand brun détourna rapidement son regard d’elle pour regarder dehors. Lâchant qu’elle devait arrêter de pleurer si elle se sentait bien là. Contradictoire ? Oui certainement. Son mal être la rendait ainsi… Cependant, la chose qui eut pour effet de la calmer un peu nerveusement fût son étreinte douce sur elle. En effet, les deux jeunes gens étaient couverts du long manteau noir, elle contre lui. Et Angeler venait de passer un bras autours d’elle pour légèrement la serrer contre lui, son autre main n’ayant pas chassé la sienne de leur étreinte serrée. Geste qui la surprise mais qui la fit tout simplement arrêter de trembler sans détourner son regard de lui. Quel étrange garçon…

Pourquoi étrange ? Etait-ce son changement d’attitude soudain ou bien la tendresse qu’il pouvait avoir. Du moins, Kyrielle le trouvait très doux en général dans ses gestes et ses propos, ce qui contrastait totalement avec la vision qu’elle avait de lui il y a peu de temps encore. Le pire se fût lorsqu’il se pencha pour doucement dire à son oreille qu’elle devait cesser de gaspiller son énergie, au risque de se faire du mal. Depuis quand sa douleur l’importait ? N’était-ce pas lui qui lui avait secoué le bras sans ménagement, l’épuisant encore plus rapidement avec la perte de sang ? Le froid, le ventre vide et la fatigue déjà présente chez elle n’ayant fait qu’aggraver la situation. Cependant, le demoiselle avait beau avoir cet instant douloureux encore bien en tête et ancré dans son bras blessé, elle ne lui en voulait pas. Du moins, pas à ce moment même. Fiévreuse, elle arrivait à supporter son regard, au du moins cette tête penché contre la sienne pour lui murmurer des paroles douces pour le coup. D’un geste tremblant et faible, la demoiselle prit son temps pour l’accomplir histoire de ne pas aggraver sa blessure au bras qui avait déjà imbibé le bandage de sang frais. Lentement, sa main droite se lever, tandis que la gauche ne bougeait pas d’un pouce bien au chaud dans sa main à lui. Cette main fébrile vint difficilement trouver sa joue pour se poser dessus. A ce moment-là elle se mit à murmurer.

- Je.. perd peut-être la tête mais... Ton attitude reste étrange… Angel… je… confiance…

La dernière phrase qui avait été mangé par la fatigue était tout simplement « je te fais confiance ». Epuisée, depuis le début elle l’était de toute façon, elle finit par laisser glisser sa main, cette dernière se retrouvant posée sur la chemise d’Angeler. S’agrippant légèrement au tissu pour ne pas tomber plus bas, elle se colla contre lui pour tenter de se tenir chaud. Sa main gauche d’ailleurs se leva doucement pour entrainer la sienne avec, les reposant contre elle sur ses jambes. Le tout étant pour être au chaud sous le manteau. Son regard devint un instant vide. Donnant presque l’impression qu’elle venait de s’endormir les yeux ouverts encore humide à causes des larmes. Un clignement d’yeux démontra le contraire. Les yeux arrêtant de pleurer, seuls ses joues montraient encore le passage des gouttes. Elle enfouit alors bien son visage dans son cou, respirant alors son odeur. Tiens.. effectivement il sentait un peu le fumeur. Mais qu’importe… Cela ne la dérangeait nullement et cette place était selon elle parfaite. Oui, la bras d’Angeler étaient en ce moment même parfait de son point de vu à elle ! La dague posée également sur ses genoux, elle caressa ou plutôt effleura sa main avec son pouce. Drôle de situation… Elle-même ne savait pas pourquoi elle était d’un seul coup presque si résigné à rester dans ses bras pour se faire embarquer, pourquoi avait-elle d’un seul coup un peu plus confiance en lui, alors que bien des gens vous dirait que c’est le profil type de l’homme à éviter. Elle ne le croyait pas. Il était presque si attentif à elle… Doucement, elle ferma les yeux, totalement immobile, mais sa respiration c’était également apaisée, de même que son cœur qui avait repris un rythme bien moins soutenu. Se laissant aller, la demoiselle s’était rapidement endormie. Bien que le corps encore froid, elle était bien. Le fiacre continuait sa route. Elle ne souffrait plus, ayant enfin sombrer dans un sommeille qui ne pouvait pas lui faire de mal tiens.

~~~~~~~~~~~~

Parce que j'aime aussi le vava d'Ayu et de Lyria♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle]

Revenir en haut Aller en bas

Trouvaille sous la neige [Pv Kyrielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Times ::  :: Autres endroits de l'île :: Ruelles Sombres-