Partagez|

Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Lun 4 Fév - 14:35

Mais qu'est-ce que j'fous ici moi ?

Telle était la question que le duc Barma aurait pu se poser s'il avait un langage moins... Barbant et vieillot dirons-nous. Mais quelle que soit la formule employée, l'idée générale était la même : Comment s'était-il retrouvé dans ces lieux ? Une excellente question qui avait forcément une réponse d'ailleurs. Après, est-ce que cette réponse convenait à notre rouquin... Rien n'était moins sûr. En tout cas, elle n'était pas des plus glorieuses et méritait d'être passé sous silence à jamais. Si quelqu'un apprenait cela... Oh jamais, jamais ! Des têtes allaient tomber sinon, foi de Barma.

Une fois n'étant pas coutume dans ce pays, à moins que les moeurs est changés, Rufus n'était pas enfermé dans sa bibliothèque adorée comme à son habitude, ni cramponné pathétiquement aux talons de Sheryl Rainsworth. Non, aujourd'hui, monsieur prenait l'air... Enfin, c'était un bien grand mot, mais par rapport à ses heures d'ermitage habituelles, on pouvait dire qu'il était en train de s'aérer. Claquemuré dans sa luxueuse voiture, en solitaire et les rideaux tirés pour ne laisser pénétrer aucun rayon de soleil, on ne pouvait pas dire que cette promenade allait lui redonner bonne mine. L'avait-il seulement eut un jour la bonne mine ? Rien n'était moins sûr, mais bon. En tout cas, ces derniers temps, il semblait battre des records. Le teint d'une pâleur de fantôme, des cernes violacés soulignant ses yeux fatigués et un abattement constant, telles étaient ses symptômes. A croire qu'il n'avait pas fermé les yeux depuis des lustres... Ce qui était sans doute le cas en fait. Il n'aurait su dire depuis quand il n'avait pas pris de repos, mais cela devait dater de quelques siècles approximativement si l'on s'en référait à son allure piteuse. En tout cas, cela devait être pire que d'habitude puisque même Liam s'était inquiété de son état de santé, lui qui était pourtant familier de la façon de vivre de son maître. Soucieux de le voir enfin dormir et cesser de s'obstiner après ses recherches acharnées, celui-ci lui avait apporté un remède pour l'aider à trouver le sommeil.

Comme si l'insomnie était une maladie chez le Barma ! Ridicule, chez lui c'était un art de vivre, rien de plus. Mais il était vrai qu'une heure ou deux à roupiller ne pourrait pas lui faire grand mal, tout au contraire. Pelotonné sur la banquette peu confortable du fiacre, il tira de sa poche la fiole que lui avait apporté son valet d'un air pensif. Qu'est-ce qu'il risquait après tout ? Au pire ou au mieux, cela le ferait somnoler le temps que durerait le voyage de son manoir à Pandora, rien de plus. Cette chose ne pouvait pas être bien forte, Liam n'irai quand même pas jusqu'à le droguer pour qu'il dorme un peu. Il n'avait pas intérêt en tout cas. Rufus soupesa donc la fiole remplie d'un liquide rougeâtre entre ses doigts fins avant de se décider et de la déboucher pour en boire tout le contenu d'un seul trait. Le goût amer qui lui resta dans la bouche après lui tira une grimace et lui fit se promettre à lui-même de ne plus jamais avaler de cette chose horrible à l'avenir. Donné par Liam ou non, c'était tout simplement infect, à croire qu'il s'était bien moqué de lui. Le duc balança donc la fiole vide sur la banquette d'en face avec mauvaise humeur et appuya ensuite sa tête contre la paroi de la voiture. Une belle arnaque, le serviteur devait avoir acheté cela à un quelconque bohémien un peu trop convainquant. Il n'avait donc rien dans la tête celui-là ! A peine Rufus eut-il le temps de se faire cette réflexion, que ses paupières se fermèrent et qu'il plongeait déjà dans un profond sommeil...

La suite ? Eh bien il avait dormit purement et simplement, rien d'autre. Peut-être avait-il ronflait aussi, mais il n'y avait personne pour s'en plaindre et lui-même ne pouvait pas en être témoin, alors quelle importance. Ce fut un sommeil lourd et surtout réparateur, pile ce dont il avait besoin pour reprendre un peu d'énergie.

A son réveil, sa tête était posée sur quelque chose de dur et les rayons du soleil agressaient ses yeux encore amorphe. Qui diable avait ouvert les rideaux qu'il lui arrache un oeil ?! Personne n'avait fait une telle chose bien entendu, pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait plus de rideaux. Plus de rideaux, plus de voiture et plus qu'un seul et unique cheval, voilà ce que put découvrir Rufus à son réveil. Qu'est-ce que c'était donc que cette mauvaise blague encore ?! Ah si seulement s'en était une de blague, il n'aurait certes pas trouvé ça drôle et les auteurs en auraient pris pour leurs grades, mais au moins les choses s'arrangeraient au plus vite. Alors qu'apparemment, là ce n'était pas gagné. Avec la fulgurance et la puissance du somnifère, combiné à sa fatigue bien entendu, Rufus aurait dû mettre un petit moment à se réveiller complètement. Mais en voyant la scène d'une stupidité affligeante se dessiner devant lui, il reprit tout de suite ses esprits aussi subitement que si on lui avait balancé un sceau d'eau sur la tête. Un homme de Pandora, son cocher très certainement même s'il n'aurait pu en jurer, se tenait debout à quelques mètres de lui en tenant un cheval par sa bride cassée. En voyant le duc réveillé, celui-ci sembla aussi mal à l'aise qu'un enfant pris en train de chaparder, comme s'il était prêt à recevoir le sermon de sa vie. Mais le duc n'en fit rien. Il se releva tout simplement et s'assit sur la pierre qui lui avait servi de coussin, pas étonnant qu'il ait mal au cou avec cela... Tout en faisant cela, il fixa l'homme d'un regard appuyé et froid, comme s'il pouvait véritablement pénétrer dans son esprit de la sorte.

" Duc Barma ! Je vais tout vous expliquer ! "

" Je suis convaincu que cela va être passionnant... "
Ironisa pour sa part le dis duc, en sortant son éventail pour se faire de l'air.

Passionnant... Non. Ridiculement invraisemblable, oui très certainement, mais pour le coup Rufus était bien forcé d'y croire. Durant son sommeil médicamenteux, pour lequel il ne manquerait pas de remercier Liam (celui qui prendra ce perso souffrira xD), il semblerait que sa voiture est était attaqué par ce drôle de contractant illégal dont le chain était capable de faire disparaître n'importe quoi. Pour le faire réapparaitre ailleurs bien entendu. Un voleur qui n'avait plus toute sa santé mentale et dont le duc ne s'était pas inquiété plus que cela, à tort visiblement puisqu'il en était aujourd'hui la victime. Mais quel taré profond pouvait bien voler une voiture!... Sans les chevaux en plus, il était bon pour l'asile celui-là. Bien sûr, les deux membres de Pandora n'avaient rien vu venir et s'était fait berner comme des bleus... Si seulement Rufus n'avait pas bu cette fiole qui l'avait complètement droguée, il n'aurait pas été sous la seule protection de ces incapables. Eut-il pris l'envie à ce type de l'égorger, cela aurait été la même chose, ces deux hommes n'avaient servis à rien. Le numéro deux avait apparemment pris l'un des chevaux pour aller chercher de l'aide, ou une autre voiture au moins, laissant à son collègue la charge d'expliquer son incompétence au Barma. Mais pourquoi, pourquoi était-il sorti de chez lui aujourd'hui ? C'était une erreur monumentale qu'il allait réparer au plus vite ! Passer un savon à l'homme ? Le traiter d'idiot et lui donner d'autre nom d'oiseau ? Et puis quoi encore, il ne méritait même pas que Rufus perde son temps avec lui !

Sans répondre aux pathétiques explications de l'homme, Rufus se leva d'un air impérial et s'approcha de lui pour lui prendre la bride des mains. Le gratifiant au passage d'un regard mauvais avant de s'éloigner avec l'animal.

" Je rentre chez moi. Vous, arrêtez-moi ce voleur ! "

" Mais... Seul et à pied ?! "


Rufus fit mine de ne pas entendre les protestations du jeune homme, après tout il était jeune et pouvait donc marcher... Et puis selon le duc, il était responsable de la situation, il fallait donc qu'il en retire une quelconque leçon. Observant le cheval d'un oeil critique, le rouquin fit un noeud avec les rênes cassées et s'accrocha au harnais pour monter sur le dos de l'animal. Pas de selle, bien évidemment, c'était un cheval d'attelage. Depuis combien d'années n'était-il pas monté à cheval celui-là ? Une éternité selon son estimation, mais comme tout nobles dignes de ce nom, il avait eu droit à des cours dans sa jeunesse. Il n'avait plus qu'à espérer ne pas les avoir oubliés... Il donna donc un léger coup de talon pour faire avancer la bête, pas très sûr de ce qu'il faisait et laissa le jeune homme seul à son triste travail. Sans hésitation, il pris la direction de son manoir en suivant le chemin qui coupait à travers bois. Il n'avait certes pas fier allure à cheval, mais au moins, il allait plus vite qu'à pied et ne se fatiguait pas. Enfin... Si, mais seulement parce qu'il montait n'importe comment. Il manqua deux ou trois fois de tomber, maudit l'animal à plusieurs reprises, mais resta miraculeusement en selle. Façon de parler bien sûr puisqu'il montait à cru.

Tant bien que mal, le duc finit par arriver près d'un manoir qui n'était malheureusement pas le sien. S'il regardait plus souvent la route aussi, il ne se serait pas trompé de chemin, mais bon. L'endroit était délabré et pas franchement accueillant, mais Rufus le reconnu vite comme étant le manoir autrefois utilisé pour la cérémonie de maturité du jeune Bezarius. Il le connaissait bien évidemment, comment ignorerait-il le lieu où le blondinet avait été plongé dans l'Abyss par les Baskerville près de dix ans auparavant. Un endroit chargé d'histoire et d'un passé lourd, qui ne manqua pas de titiller l'intérêt le duc. Certes il avait déjà envoyé des dizaines de personnes sur les lieux et en avait entendu parler plus qu'assez, mais jamais il n'y avait mis les pieds. Pourquoi faire après tout, il savait tout ce qu'il avait besoin de savoir sans déplacer, alors quel intérêt aurait-il eu de venir jusqu'ici. Mais aujourd'hui, alors qu'il tombait dessus par pur hasard, pourquoi pas ? Remuer les fantômes du passé était son activité préférée et puis, peut-être trouverait-il un détail qui avait échappé à d'autres moins attentifs, il pouvait toujours rêver. Il fit donc dévier son cheval de sa trajectoire initiale et le fit entrer sur la propriété. Celui-ci ne semblait pas des plus rassurés par la décision subite de son cavalier et se montra si bien bourru que le duc préféra descendre de son propre consentement plutôt que de se faire éjecter sans ménagement.

Une fois à terre, il tenta d'avancer dans les jardins en tirant le cheval par les rênes, mais celui-ci n'était définitivement pas coopératif et rua jusqu'à ce que Rufus le lâche. Une fois libre, il s'enfuit au galop loin de ce lieu qui semblait l'effrayer. Que ces bêtes-là étaient sensibles, un rien les rendaient folles. Ce manoir était désert et n'avait sûrement pas vu l'ombre d'un humain depuis des années, alors de quoi avait-il peur? Laissé seul dans les jardins du manoir, le duc réajusta sa cape et balaya la place d'un regard. Ce n'était définitivement pas un endroit pour un rat de bibliothèque.

[Hrp/ Désolé c'est un peu n'importe quoi, je suis folle TT/Hrp]


Dernière édition par Rufus Barma le Dim 10 Fév - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Jeu 7 Fév - 18:14

Quelle heure était-il ? Oh et puis qu’importe non ? Oswald n’avait que faire de l’heure qu’il était voir même de savoir quel jour de la semaine nous étions. C’était toujours la même chose pour lui. Il était seul. Dans ce vaste monde changé qu’il ne connait qu’à travers les souvenirs d’un jeune garçon dont il a hanté l’esprit pendant des années. Il était plus ou moins au courant des grandes lignes de l’histoire, des familles et tout. Mais on va dire que son domaine restait celui d’il y a cent ans. C’était d’ailleurs là qu’était sa seule place selon lui. Il n’avait rien à faire là, en tant qu’ancien Glen il devait être mort un point c’est tout. Mais loin d’avoir des pensées aussi sombre pour mettre fin à sa pitoyable existence il se décida plutôt à être curieux des prochains évènements qui allaient se dérouler. Qui des Baskerville ou de Jack aurait le dernier mot. Et puis surtout ce qu’il adviendrait des gens qu’il avait connu autrefois. Tout ne reposait désormais entre les mains du jeune Leo, ni plus ni moins. Soupirant, le grand brun avait enfin osé quitter l’ancienne Capital qu’était Sablier, car ou on ne pouvait pas vraiment dire que cette dernière était aussi magnifique qu’à son époque. La Tragédie de Sablier et le temps n’avaient pas joué en sa faveur. Mais là-bas il n’y avait plus rien. Mis à part ce lien étrange et profond avec l’Abyss. Ayant d’ailleurs côtoyé pendant longtemps cet univers, Oswald souhaitait s’éloigner un peu de tout ça d’ailleurs. C’est ainsi qu’il se retrouva comme une âme errant sur les petits chemins. Âme errant, voilà un terme qui lui correspondait plutôt bien vu sa situation d’ailleurs. N’ayant que le chant des oiseaux et le silence pour amis, il marchait d’un pas lent, laissant douter le fait qu’il soit humain ou du moins mentalement normal. C’était Oswald un point c’est tout.

Une brise fraiche lui fit lever la tête. Devant lui, du moins un peu plus loin, il put apercevoir l’entrée d’une immense demeure. Il ignorait exactement le nom de cet endroit, comment pourrait-il le savoir ? Il avait juste entendu parler d’un manoir aujourd’hui à l’abandon, ancien théâtre du lieu où le jeune Bezarius fut plongé dans l’Abyss. Ah. Dire que ces évènements étaient d’une façon liée à lui. Oswald avait bien l’impression parfois d’être totalement dépassé. S’aventurant dans ce lieu isolé, le brun pensait ne rencontrer personne. D’un côté tant mieux ? Bien que la population ne doive pas savoir qui il était, notre homme préférait le calme et la solitude. Et puis, imaginez donc qu’il fasse une drôle de rencontre voir une mauvaise. Lui, l’ancien chef des Baskerville en personne revenu d’entre les morts. La belle affaire tient, Dieu seul sait ce qui pouvait l’attendre dans ce cas. En parlant de drôle de rencontre, alors qu’il était en train de déambuler dans le jardin un bruit de sabot se fit entendre. Bien que ce bruit s’éloigna rapidement derrière. Curieux, ne sachant trop à quoi s’attendre, notre homme resta dans l’obscurité de l’ombre d’un arbre. Un.. roux ? De loin, Oswald aurait mis le nom de Rufus sur sa tête. Après tous les Ducs ne lui étaient pas totalement inconnus bien que cela reste relativement flou. D’un calme monstre et d’une prestance montrant une certaine noblesse en lui, il s’avança alors. Non. Il n’avait pas peur. Depuis il a peur lui ? La vie et la mort lui en avait déjà fait voir de toutes les couleurs.

- Tiens donc… Rufus Barma il me semble ?

Histoire de ne pas trop se tromper non plus. Pardonnez-le ! Cet homme a un décalage de cent ans tout de même, c’est dur de se baser sur des souvenirs flou à travers la mémoire d’une seule personne. Restant cependant à une distance raisonnable de lui, il finit par le contourner, laissant sa cape sombre et non pourpre voler derrière lui. Il ne le regardait pas non. Son regard était planté vers le ciel qui lui avait tant manqué. Et surtout vers le chaleur du soleil dont il avait été trop longtemps privé.

- Depuis quand les Ducs se baladent-il dans un manoir abandonné seul.~

Remarque.. inutile ? Oh et puis qu’importe. On ne va pas dire qu’il était doué pour tenir la conversation de toute façon. Mais il se demandait bien ce que cette rencontre allait pouvoir lui apporter. Après tout, il n’avait pas vu grand monde maintenant qu’il était libre…

[Désoler d'avoir mis autant de temps pour ça ! >.< N'hésite surtout pas à me dire si ça ne va pas ! Au passage j'ai beaucoup aimé ton post. xD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Dim 10 Fév - 12:40

Seul, comme d'habitude, Rufus était seul. Même son imbécile de canasson lui avait faussé compagnie sans état d'âme, à croire qu'il faisait fuir tout le monde ! C'était peut-être vrai en effet, même si en général, il fuyait lui-même son entourage sans que ces derniers ne lui aient rien demandés. La solitude ne le dérangeait pas, au contraire il la recherchait d'habitude, mais là pour le coup le cheval aurait tout de même pu rester avec lui. L'animal avait au moins deux mérites selon le duc, celui de l'emmener d'un point A à un point B plus rapidement que s'il se déplaçait à pied et celui de ne pas être doué de parole, comme l'aurait été un cocher par exemple... Le seul désavantage en fait, c'était que celui-ci était farouche et ne souhaitait visiblement plus lui servir de monture. La bestiole l'avait donc lâchement abandonnée pour s'enfuir on ne sait où à la vitesse de l'éclair. A croire qu'il avait vu un fantôme !

Mais loin de s'affoler pour si peu, le duc resta étonnamment calme en apparence bien que cela le contrarie assez bien. A quoi bon piquer une crise de nerfs, personne n'était là pour régler ses problèmes afin de le calmer. Pour une fois, il fallait bien qu'il se débrouille tout seul. Même s'il refusait de se l'admettre, c'était de sa faute en plus, il n'avait qu'à être bien patient et attendre qu'une nouvelle voiture arrive pour le prendre. Seulement, cette nouvelle voiture l'aurait amené à sa destination initiale, Pandora. Hors, il n'avait plus aucune envie de s'y rendre, fut-il attendu par tous les grands de ce monde pour une quelconque réunion de la plus haute importance, il s'en moquait bien. S'il avait décidé de rentrer chez lui, il rentrait chez lui, fin de la discussion... Bon, là pour le coup, son plan était un peu contrarié puisqu'il s'était en plus laissé tenter par une escale dans ce lieu désertique et qu'il avait également perdu son seul moyen de locomotion. Il y avait vraiment des jours il ne devrait pas sortir de sa bibliothèque, mais bon, s'il s'écoutait, il n'en sortirait absolument jamais. Sauf pour voir Sheryl peut-être, car elle n'aurait bien entendu pas la gentillesse d'entrer dans son délire misanthropique et de s'enfermer avec lui tel un ermite. Ah les femmes, quelle chose folle elle nous faisait faire comme... Mettre le nez dehors par exemple.

En tout cas, s'il voulait prendre l'air, Rufus était servi ! Ce jardin à l'abandon était envahi de verdure qui poussait sauvagement de-ci de-là sans que la main de l'homme n'ait son mot à dire sur sa façon de faire. Jadis, ce lieu devait être splendide, aujourd'hui il était juste d'une beauté mystérieuse... Voire carrément passable selon Rufus, mais l'avis que quelqu'un d'aussi difficile et insatisfait ne comptait pas. Puisqu'il était ici, il n'avait plus qu'à faire le tour du propriétaire... Oh joie, pour le vers de livre, la nature n'était pas sa meilleure amie. Mais il fallait bien qu'il se passe le temps. Si personne ne le voyait rentrer au manoir ou à Pandora, sa disparition ne manquerait pas d'alarmer tout le monde et des recherches seraient entreprit... A moins bien sûr qu'il soit tellement antipathique à tout le monde, que son absence serait un soulagement et qu'on le laisserait où il était. Mais il en doutait fort quand même et si c'était vraiment le cas, cela se payerait très cher ! Alors qu'il se mettait en route pour visiter les jardins d'un air blasé, Rufus ne manqua pas d'apercevoir près d'un arbre un homme à la crinière sombre et aux vêtements du même acabit. Celui-ci s'avançait calmement vers le duc avec l'allure d'un homme du grand monde, un noble à n'en pas douter, même si Rufus aurait beaucoup de mal à mettre un nom sur ce visage aperçut de loin.

Mais si le rouquin n'avait aucun souvenir de l'avoir déjà vu auparavant, cela ne semblait pas être le cas du jeune homme qui s'adressa à lui en le nommant par son nom. Il ne semblait pas bien certain non plus, mais au moins il avait l'avantage de savoir à qui il avait affaire lui. En même temps... Ce n'était pas bien compliqué. Un noble avec des cheveux de ce rouge profond portait forcément la marque de fabrique des Barma. Comme le nombre de Barma présentement en vie se limitait à un, espèce en voie d'extinction oblige, le choix était assez vite fait. Par contre, de grands inconnus à la tignasse noire, sans en croiser tous les jours tout de même, le duc en connaissait un certain nombre et ne se sentait pas capable de distinguer celui-ci avec si peu d'information... Ah, le manque d'information, le grand malheur de la vie de Rufus ! Il détestait être dans l'ignorance, encore plus quand la personne en face de lui était plus au courant que lui sur un sujet. Oui bon, il avait deviné son nom, la belle affaire dirons-nous. Mais pour le duc s'était quelque peu vexant, même si son visage resta inflexible devant l'homme qui continuait de marcher sans pour autant s'approcher trop près. Cet homme lui semblait étrange, encore plus quand il regardait le ciel au lieu de son interlocuteur, ce qui lui donnait l'air encore plus vague, assez dans la lune. L'instinct de Rufus lui disait de se méfier, mais il répondit pourtant sans ciller à l'inconnu d'un ton monocorde.

" Exact. Et à qui ai-je l'honneur ? "

Si l'homme ne le regardait pas, Rufus lui ne le quittait pas des yeux. Son regard neutre et perçant restait planté sur lui comme s'il essayait de déterminer s'il avait affaire à un ami ou à un ennemi. Tandis que l'inconnu se demandait ce que faisait un duc seul ici, Rufus sortit son éventail de sa poche d'un geste calme et l'ouvrit plus par manie qu'autre chose. C'était sa façon à lui de réfléchir et puis, avoir ça dans les mains n'était jamais une mauvaise idée face à un étranger, une mauvaise rencontre pouvait si vite arriver.

" Depuis aujourd'hui semble-t-il, j'en suis le premier surpris figurez-vous. " Répondit-il d'un ton las. " Mais, je pourrais aisément vous retourner la question, qu'est-ce qui peut bien vous amener dans un lieu aussi... Délabré ? "

Un "clac" significatif indiqua que le duc avait refermé son éventail d'un coup sec, il fit ensuite volte-face pour faire face à l'homme qui l'avait contourné. Il ne savait pas bien s'il fallait qu'il s'en méfie ou non... En tout cas une aura étrange émanait de cet inconnu et sans qu'il sache trop pourquoi, Rufus s'intéressait à lui. Quel drôle de type viendrait se promener ici après tout ?... Mis à part quelqu'un d'aussi étrange que Rufus lui-même.

[Ne t'inquiète pas, prend le temps que tu veux, je suis pas bien rapide non plus >w< Et si ça va très bien *-* ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Ven 1 Mar - 22:16

Ah quelle bien étrange rencontre. A la fois amusante et original ? Un Barma se baladant seul dans les Ruines, soit il avait quelque chose de spécifique à faire dans cet endroit vide de tout, soit l’esprit de cette famille avait bien changé au fil des siècles. Au moins, on peut reconnaitre une chose, leurs cheveux sont exactement les mêmes… Ce rouge flamboyant si propre à eux, ont-ils tous été ainsi depuis cent ans ? Ca notre Baskervile ne pouvait pas le savoir. Il était une âme errante pas un devin. Bon voyons, que savait-il sur cet hommes aux racontars qu’on entend sur lui ? Pas grand-chose, juste qu’il est roux, égocentrique, mauvais caractère et aime tout savoir. Il semble d’ailleurs avoir pour réputation d’être une bibliothèque ambulante, bien des gens tentent de se tourner vers lui pour obtenir de l’aide, hélas bien difficilement. Que savait-il exactement ? Sur la Tragédie de Sablier ? Sur Oswald lui-même ou même tout simplement Glen et les Baskerville. Cent ans d’absence, que de chose à rattraper, de curiosités… Alors que lui savait à peu près à qui il avait affaire, ça ne semblait pas être le cas de notre Duc. De bien mauvais poil apparemment, au vu de ses mimiques et façon de répondre. A moins que ça ne soit naturel chez lui.. ? Haussant légèrement les épaules, Oswald ne répondit pas tout de suite. Eh bien quoi ? Personne n’est pressé non ? Du moins pas lui, personne ne l’attendait et plus jamais personne ne l’attendrait. Lui faisant même dos pour porter son attention sur un oiseau perché un peu plus loin sur un arbre, l’ancien chef se surprit même à être un peu nostalgique. Oui encore une fois. Mais cette fois-ci il repensait à tous ces après-midi ensoleillés passé assit sous un arbre en compagnie d’oiseaux. On ne pouvait pas lui reprocher d’être quelqu’un d’agité au moins. Contrairement à Jack. Ah.. cet homme reste un bien grand mystère de la nature et pourtant le brun savait pertinemment que cet homme autrefois son ami doit être éliminé pour le bien de tous…

Bref, pas besoin de repartir une nouvelle fois dans ses pensées s’il vous plait ! Posant son regard améthyste sur lui, il soupira et laissa un sourire apparaitre sur son visage. C’est un sourire un peu moqueur si vous voulez tout savoir, bien que cela ne se remarque pas vraiment vu le peu d’expression passant sur son visage. Oswald était réputé pour être d’une neutralité à faire peur en fait, à se demander si notre brun n’a pas quelques soucis pour s’exprimer… Enfin qu’importe, il finit par lâcher sur un ton léger.

- Oh ? Je pensais que le Duc Barma savait tout…

N’allez pas me faire croire que vous n’y avez pas pensé vous aussi. Si le Duc ne savait vraiment pas qui il était, alors notre homme pouvait se vanter d’être en position de force face à lui, chose qu’il ne dira et ne pensera bien sûr pas. S’avançant alors doucement vers lui, laissant sa cape sombre trainer derrière lui, lui donnant en fait presque l’allure d’un vampire sortir d’un conte, à en juger par son teint pâle proche de celui d’un cadavre en plus ! S’arrêtant à un mètre ou deux de lui, histoire de. Le jeune homme continua.

- Allons. Je vous pensais plus intelligent que ça. Je suis sûr que vous le savez…

En tant qu’ancien Glen, il était resté en contact avec l’esprit et avait pu se rendre compte de bien des choses. En l’occurrence que le Barma et les Baskerville n’étaient pas totalement étrangers, après quel lien avaient-ils ? Mystère. Il ne peut pas tout savoir encore une fois. Se détournant une fois de lui, il se mit face à la bâtisse délabrée. Cet endroit devait être relativement grand et beau lorsqu’il était en état. L’Abyss était donc capable d’une telle chose ? Ah mais oui, cette dernière avait réduit au silence une ville entière… Sans le regarder…

- J’ai bien plus de raison que vous d’être ici. Ou plutôt le monde se fiche bien de l’endroit où je peux me trouver. Peut-être que vous rêvez ?

Il n’est qu’un esprit, du moins il se voit en tant que tel. Il en avait plus la conscience mais toujours la fonction, son existence était déjà rayée de cette Terre depuis longtemps et ce de façon irréversible. Il tendit légèrement une main en avant, un petit oiseau vint alors se poser sur lui, n’étant apparemment pas du tout déranger par sa présence au contraire. Comme s’il n’existait pas… Ah… que de questions et lui ne fournissait aucune réponse… Sa tenue vestimentaire qui était encore d’époque voulait pourtant tout dire, de même que cette cape avec l’intérieur couleur pourpre, l’extérieur étant noir pour plus de discrétion. Cependant il lâcha un autre indice. Joueur ? Oh pas vraiment… Il avait été si seul durant tout ce temps aussi.

- Ah. Vous me semblez bien plus maniéré que cette dame de votre famille. Comment s’appelle-t-elle déjà ? Miranda ? Femme plutôt étrange oui….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Lun 4 Mar - 21:54

Rencontre improbable dans un lieu improbable, quoi de plus normal en somme, si ce n'est tout ? Ce manoir délabré et désertique ne devait voir passer que deux à cinq curieux par an tout au plus depuis ce funeste soir où Oz Bezarius avait été envoyé dans l'abyss, peut-être plus si l'on compte les débuts bien entendu. Et voilà que par on ne sait quel miracle ou manque de peau, deux de ces personnes trouvent le moyen de s'y croiser le même jour sans s'être au préalable donné rendez-vous. Pour une fois que Rufus ne se trouvait ni enfermé chez lui, ni à Pandora pour s'occuper de quelques affaires, il avait fini par atterrir ici sans vraiment le chercher... Et en plus il tombait sur un drôle de noble qu'il n'arrivait pas à situer dans la lignée d'une quelconque famille qu'il devait sans nul doute connaître. Pas de chance, le brun avait été plus rapide pour l'identification et l'avait lui reconnut comme étant un Barma, ce qui agaçait cruellement le rouquin qui préférait toujours se montrer sous une illusion plutôt que sous sa véritable apparence... Une seconde, puisque Rufus se faisait passer pour le serviteur de Sheryl en général et ne se montrer pas en public, comment pouvait-il l'avoir reconnu ?... Agaçant, agaçant, agaçant ; voilà ce que répétait sans cesse une petite voix dans la tête du Barma depuis que l'homme l'avait nommé. Oh tient, il croyait que cette petite voix là se taisait lorsque le fils Bezarius n'était pas dans les parages avec ses réactions imprévisibles.

Quoi qu'il en soit, si le brun à la cape noire avait été pressé d'informer le duc qu'il le connaissait, il ne l'était pas autant pour se faire reconnaître de lui à son tour, c'était le moins que l'on puisse dire. Il y avait quelque chose de lunaire dans le comportement de cet homme, comme si son corps était là, mais que son esprit ne cessait de partir faire de petites balades aux alentours avant de regagner sa place initiale. Très étrange sans nul doute ce monsieur, encore plus sa manière de se mettre à fixer un oiseau plutôt que de répondre gentiment aux questions du duc... Non mais... Cela allait suffire oui ? Depuis quand les nobles étaient si impolis ?... Ah, en effet, les nobles l'étaient souvent, trop impolis, trop prétentieux, trop excentrique, Rufus était d'ailleurs le premier d'entre eux à céder à ces facilités, mais bien justement, comme il était le premier, on le ménageait souvent avec ces impolitesses lui, famille ducale oblige sans nul doute. Mais ici, pas de monsieur le duc qui tienne apparemment, même si l'homme savait très bien qui il était, cela ne semblait lui faire ni chaud ni froid. Une bizarrerie, encore une. En tout cas, le brun ne prenait pas juste son temps pour répondre, il prenait carrément une longue pause là, à croire qu'il attendait qu'on lui installe une table pour qu'il prenne le thé en plein air... Encore que, aurait-il seulement remarqué qu'on lui amenait une table jusqu'ici, et si oui, aurait-il trouvait cela étrange ou déplacé dans ces lieux ?

Avec le rêveur qu'il avait en face de lui, bien que celui-ci lui tournait le dos, encore une impolitesse de plus, Rufus essayait de s'attendre à un peu tout et n'importe, ce qui l'agaçait encore une fois prodigieusement. Il aimait savoir à qui il avait à faire, pouvoir prévoir chacune des réactions de ses interlocuteurs, mais avec si peu d'information, la tâche était plus qu'ardue. Comme il n'avait toujours pas de réponse, le duc se tourna légèrement vers l'oiseau que s'obstinait à fixer le brun pour le regarder à son tour. Peut-être était-ce une espèce rare, voir en voie de disparition, ou qu'il avait n'importe quoi de spécial pour que le noble le fixe comme cela... Ah ben non, c'était juste un piaf, très banal, dont on pouvait trouver des congénères à peu près n'importe où dans le pays. Il se foutait de lui ou quoi l'ornithophile ? Non pas que Rufus était impatient, mais... Si si, Rufus était impatient, surtout avec les êtres humains en fait, le brun était désavantagé de par sa simple nature à pouvoir penser et parler, quelle injustice la vie tout de même. Mais puisqu'il était décidé à fixer son oiseau banal, Rufus, lui, se mit à fixer l'oiseau rare qu'il était. Rien à faire, il était louche et le roux se serait collé des baffes, ou en aurait collé à quelqu'un tient, pour son manque de discernement à son sujet.

Aller Rufy, un petit effort ! Cherche dans ta merveilleuse mémoire où tu as bien pu connaitre cet homme... Rien à faire, il ne l'avait jamais vu de sa longue vie, il en était convaincu, sa crinière à couper qu'il ne l'avait pas déjà croisé ! Bon après, si quelqu'un se ramenait avec une paire de ciseaux pour lui dire avec exactitude d'où il le connaissait, il se ferait certainement rembarrer tout de même hein, on ne touche pas à la tignasse héréditaire des Barma. Donc, pour en revenir à cet homme, il lui laissait toujours cette vague impression qu'il devrait le connaitre, ce qui était logique puisque l'autre le connaissait, mais impossible d'en savoir plus là-dessus pour l'instant. Pas avec les maigres informations dont il disposait, c'est-à-dire... Pas grand-chose. Quoi que, un peu de jugeote et d'observation minutieuse pourrait sans doute l'aider pour le coup. Ah, mais ce grand soleil qui brillait... Il n'y était pas habitué lui, ses yeux encore moins, c'était tellement plus facile de juger les gens dans un recoin sombre... En tout cas, ses yeux appréciaient mieux. Mais alors qu'il avait presque perdu tout espoir d'avoir une réponse, il en obtint enfin une... Quoi que, non, ce n'en était pas vraiment une. Juste une phrase lâchée par l'homme qui eut le prodigieux don de l'agacer encore davantage. Oui le duc Barma savait tout, en général du moins, il était juste ici en présence d'une petite énigme pour le moment, mais il comptait bien la résoudre, comme toutes les autres.

" Le duc Barma finit par tout savoir. " Corrigea-t-il.

C'était pourtant sa phrase fétiche, ce "Je sais tout", mais aujourd'hui il n'avait pas le loisir de s'en vanter, pour son plus grand malheur sans nul doute possible. Un léger agacement pouvait s'entendre dans sa voix, pourtant encore bien loin de ce qu'il ressentait en réalité. S'il n'avait pas cela, le savoir absolu, qu'avait-il donc lui ? Un duché ? Un poste important à Pandora ? Foutaise que tout cela, seul son savoir et sa grandeur sur les autres comptaient pour lui et lorsque cela s'effondrait, il perdait patience. Mais bizarrement, quelque chose lui disait que ce n'était pas en piquant une crise de nerfs après ce type qu'il allait en apprendre plus sur lui, juste réussir à s'ulcérer, ce qui ne l'avancerait à rien. Alors que l'homme s'avançait vers lui de la même démarche lente que la dernière fois, Rufus l'observa une fois encore, espérant soigner sa dignité blessée en retrouvant un fragment de mémoire refoulé dans un coin de sa tête. Mais toujours rien, juste... Ce léger déclic. Le commencement d'une réponse ? Très certainement, car pour la première fois, les vêtements de l'homme lui firent lever un sourcil. Quoi que bien noble, ils étaient bien trop anciens, passé de mode et depuis longtemps puisque même Rufus, qui n'y connaissait pas grand-chose à ces histoires, pouvait le constater à présent.

Sans compter que cette cape flottant derrière lui donnait une sale impression aussi... Si elle avait été faite de rouge et uniquement de cela, il aurait pu comprendre tout de suite, mais seul l'intérieur l'était, de ce rouge de Baskerville. Oh, il ne fallait pas s'emballer trop vite tout de même, n'importe quel noble pouvait porter du rouge sans être automatiquement relié à la famille Baskerville, même si cela l'intriguait tout de même. Pourtant, il ne dit rien de ses soupçons, quel était donc l'intérêt pour lui de donner les brides d'informations qu'il pouvait trouver au fur et à mesure ? Tant qu'il n'était pas sûr et certain de ce qu'il avançait, le duc gardait toujours les choses pour lui-même et d'ailleurs, même quand la certitude le prenait, il n'annonçait les choses qu'au moment le plus opportun pour lui. Une nouvelle pique de l'homme suivi, un encouragement à fouiller dans sa mémoire et à faire fonctionner son cerveau plutôt. Il devait savoir qui cet homme pouvait être, quitte à y passer la journée, quitte à s'épuiser les nerfs et la santé après cette tâche puérile, il ne pouvait supporter davantage de le laisser avoir le dessus sur lui. Cette fois, se fut à Rufus de regarder ailleurs et de ne pas répondre, sauf que pour lui, c'était juste histoire de se calmer et de pouvoir réfléchir comme il faut.

Première piste, il y avait de fortes chances pour qu'il fasse partie du clan Baskerville. La couleur seul de l'intérieur de sa cape n'était pas seul à lui crier ce détail bien entendu, mais il ne voyait que cela, car il se montrait en général à la noblesse que sous une apparence truquée par ses illusions. Ors, pas devant les Baskerville, à quoi bon après tout, déjà qu'il s'était allié avec eux sur le tard, se montrait si méfiant ne les encouragerait qu'à faire de même. C'était donc la piste la plus logique à suivre pour la suite de sa réflexion, mais après, pourquoi devrait-il obligatoirement connaître tous les membres de cette famille, il ne savait pas vraiment. Quelqu'un d'important ? Ils ne l'avaient pas ramassé comme cela dans la rue, ou alors jeune, sinon il n'aurait pas ses manières de nobles si bien éduqué. Tandis que le duc réfléchissait et tapait son éventail contre son bras d'un tic agacé, le brun s'était mis à observer le bâtiment pour enfin finir par lâcher quelque chose qui allait faire avancer le vieux Barma dans sa recherche.

Enfin la réponse à la deuxième question qu'il avait posée en quelque sorte, pourtant, cela apportait bien plus d'éléments pour répondre à la première, à savoir, qui il était. Plus de raisons que le duc d'être ici ? Fort bien, ce manoir appartenait aux Bezarius et le duc n'avait plus qu'à aller manger sa bibliothèque tout entière s'il apprenait que cet homme en était un. C'était totalement exclu, totalement ridicule, il connaissait assez bien l'arbre généalogique de cette famille, enfants de lignée, bâtards et adoptés inclus, pour savoir qu'il n'en était pas un, au moins cela. Pour être lié à ces lieux, il lui fallait donc qu'il soit un Baskerville, voilà ce qu'il fallait démontrer. Cette déduction aurait presque fait sourire Rufus s'il n'était pas si agacé et si la suite de la phrase ne le laissait pas si perplexe. Pourquoi diable se ficherait-on de l'endroit où se trouvait celui-là ? Mystère, encore un eut envie de dire Rufus, mais ce qui l'intriguait le plus, c'était sa conclusion.... Si le Barma rêvait ? Impossible, il était bien éveillé... Quoi que, il montait à cheval bien piètrement, peut-être qu'il était finalement tombé, c'était cogné la tête et faisait à présent ce rêve étrange où des informations lui échappaient, alors qu'en réalité, il devait-être en train de se vider de son sang quelque part, la tête fracassé contre une pierre.

Hypothèse intéressante, qu'il rejeta néanmoins en bloc, car il ne supportait pas l'idée de se savoir en train de mourir quelque part dans l'indifférence générale. Il n'y aurait pas grand monde pour le pleurer en plus et tout ce savoir gâché... Non, c'était tout bonnement impossible, il ne rêvait pas, ou du moins en décida-t-il ainsi.

" Je ne rêve pas, voilà bien ma seule certitude aujourd'hui. " Commença-t-il avant de se faire à lui-même une autre réflexion à voix haute. " ... Cela dit, le fait que vous fassiez vous-même partie de notre monde "réel" ou non, est une question qui peut se poser. "

Non pas qu'il lui posait la question, car il avait bien compris qu'avec lui, c'était peine perdue s'il espérait des réponses claires, mais il pouvait quand même s'en poser à lui-même à haute voix pour essayer de déceler ou non s'il était sur la bonne voie dans le comportement de l'homme. Ce qui n'était pourtant pas sûr, il semblait si... Neutre, calme, dans la lune, ou n'importe quoi d'autre, mais il n'était certainement pas expressif. Cette réflexion que Rufus se faisait n'en restait pas moins étrange, puisqu'il ne se mettait pas à douter de sa santé mentale ou de son hypothétique sommeil, mais tout simplement la réelle existence de son interlocuteur. Mais bien sûr mon cher duc, si vous ne connaissez pas quelqu'un, c'est qu'il n'existe pas, forcément !... Oui, enfin, ce n'était pas tout à fait à cause de cela qu'il se posait la question.

Ouvrant son éventail une nouvelle fois, il se mit à battre l'air avec d'un air las, quelque peu calmé, car il était trop occupé à réfléchir pour se sentir insulté et qu'en plus, il se sentait toucher au but et pas à un but médiocre en plus. Un oiseau vint se poser sur la main du brun, la bestiole ne craignant d'aucune manière apparemment... A peine Rufus se serait-il rapproché de quelques pas de l'homme, qu'il se serait envolé, il en était certain. En tout cas, les doutes qu'il pouvait avoir quant à l'identité de cet homme, disparurent au moment où celui-ci lui adressa de nouveau la parole. Comment avoir encore des doutes après cela d'ailleurs ? Qui donc pouvait avoir connu Miranda Barma sans avoir vécu cent ans auparavant ? Quant à la trouver étrange, ce n'était même pas discutable... Le roux pris quelques instants pour être sûr qu'il avait bien entendu, puis, la satisfaction envahie peu à peu son visage, comme à chaque fois qu'il faisait une découverte intéressante. Un sourire curieux était à présent apparu sur ses lèvres.

" Glen... Non. Oswald Baskerville n'est-ce pas ? Dans ce cas, c'est un plaisir de rencontrer l'ancien chef des Baskerville. "

Un plaisir de rencontrer un homme mort depuis plus d'un siècle ? Surtout une chance inouï pour le Barma, qui n'aurait certainement pas eut à s'épuiser à décoder le journal de son ancêtre s'il avait fait cette rencontre impromptue plus tôt. Enfin, il n'allait pas cracher sur cela tout de même, une telle "connaissance" ne pouvait être qu'intéressante après tout. Un rire étrange s'échappa de la gorge du Barma, comme s'il goûtait à une plaisanterie connue de lui seul.

" Etrange, ma chère ancêtre, vraiment ? Je ne vous contredirais pas, elle s'intéressait beaucoup à votre tête d'après ce que j'ai pu en lire. "

A ces mots, il fit glisser son éventail le long de sa gorge comme s'il avait été la lame aiguisé d'une guillotine. Enfin, depuis le début de cette rencontre, il pouvait se vanter de savoir des choses... Ce n'était franchement pas trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Sam 23 Mar - 18:05

Cherche. Cherche mon cher Duc. Tu es intelligent, ainsi la réponse bientôt tu sauras la trouver par toi-même. Si tu n’es pas capable de le faire, alors les rumeurs qui ont réussi à remonter jusqu’aux oreilles d’un mort ne valent rien du tout. Bien que d’un naturel calme et neutre, le brun ne put que laisser un léger sourire apparaitre sur son visage, comme pour souligner que le voir chercher et s’agacer légèrement dans son coin était amusant à voir. Oui. Le Duc Barma n’aimait pas se trouver face à un défi dont la réponse se faisait attendre. Attendant patiemment, notre homme reporta son attention sur le décor, ayant l’air toujours aussi ailleurs. Laissez-le donc en paix au lieu de juger son attitude… C’est alors qu’un simple prénom rendit le roux plus loin bien plus intéressant à ses yeux. Glen, et le nom d’Oswald avait été prononcé. Affirmant que c’était bel et bien lui. Eh bien, il était rare qu’on le nomme par son prénom d’origine, le brun étant bien plus habitué à l’appellation de Glen qui ne lui revenait plus en fait. Il avait vu juste, parfaitement juste. Finalement la réputation le précède bel et bien, fort heureusement, la rencontre n’aurait été au final qu’ennuyante bien qu’Oswald ne soit pas le genre d’homme à pouvoir affirmer être débordé. Le Barma était visiblement satisfait de lui-même d’avoir enfin mit un nom sur la tête en face de lui, c’est ainsi qu’il enchaina avec la remarque dite plus tôt. Comme quoi Miranda son ancêtre était quelqu’un de plutôt.. étrange ? Moui, c’était parfaitement sous-entendu. Et le Duc pouvait se vanter d’être bien renseigner pour affirmer que cette dernière voulait sa tête. Oh pas que c’était un secret, mais bien peu de personne le savent de nos jours, on ne garde du passé que ce qu’on veut comme on dit. En même temps, d’un Barma ce n’était pas étonnant. Laissant un léger rire s’échapper de ses lèvres, il se tourna bien en face de lui pour s’approcher lentement.

- Bravo. Je vois que finalement cette réputation est méritée, le contraire m’aurait fortement déçu de votre part Duc. Il marqua un instant de pose, opposant l’air songeur son index et son pousse sur son menton. En revanche, je ne m’attendais pas à ce que mon prénom traverse l’histoire. J’étais avant tout Glen avant d’être Oswald après tout.

Ça véritable personnalité avait été engloutit parfaitement. Enfin officiellement, l’homme calme est posé qu’il était venait de lui-même et ne lui était pas imposé. Il fallait dire qu’entre lui et l’esprit cela semblait plutôt bien se passer pour que notre homme le vive au final pas si mal que ça. Même s’il était déjà prédestiné à certaines choses… Une fois planté devant lui, il baissa légèrement la tête pour le regarder, puisque qu’apparemment il se trouvait être plus grand que Rufus. Toujours aussi calme intérieurement qu’en apparence, il continua.

- Vous savez au final bien des choses. Effectivement, votre ancêtre avait de bien drôles intentions.
Il sourit alors légèrement. Je me demande si vous avez pris d’elle.

Attention blague ! Enfin non pas vraiment. Mais il était rare de le voir sourire, il faut dire que c’était une situation que lui pouvait se permettre de trouver amusante. Avoir devant lui la descendance lointaine de celle qu’il détestait parce qu’elle lui pourrissait pour X raison son existence. Il n’y avait pas à dire les Barma sont étranges à leurs façon et cela semble se perpétuer même si la version récente de la famille des roux semblait être plus calme. Du moins.. en apparence peut-être.. ? D’un geste étrangement rapide pour quelqu’un comme lui mais aussi souple, il glissa sa main pour récupérer l’éventail de l’homme en face de lui et l’ouvrir, masquant une partie de son visage. Laissant visible en fait uniquement ses yeux améthyste.

- Ravi de faire votre connaissance chez Duc Barma. Alors. Que faites-vous ici ? A défaut de vous demander pourquoi vous-êtes-vous allier aux Baskerville…

Oswald en savait des choses, mais surtout sur le passé. Actuellement, il n’avait que de vague information rien de bien précis. On dit merci l’esprit de Glen pour le garder aux gouts du jour un peu ! Rendant son retour dans le monde un peu moins dur.

[Terriblement désoler de la longueur et de la qualité..]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Mar 2 Avr - 19:58

Rufus Barma sait tout, vous en doutiez ? Eh bien honte sur vous, honte sur votre famille sur cinq ou six générations et honte sur ce spectre d'Oswald Baskerville pour s'être amusé à ses dépends ! Comment douter d'une chose aussi évidente que l'omniscience du duc après tout ? C'était pourtant de notoriété publique et même lorsqu'il ne savait pas quelque chose, ce qui pouvait lui arriver, car malheureusement il était humain, il finissait toujours par le savoir. Cela revenait donc au même, non ? Il était le duc le mieux informé des quatre familles dirigeant Pandora et probablement la personne la mieux informée du pays tout court d'ailleurs. Cela n'arrangeait nullement son égo surdimensionné, certes, mais c'était tellement vrai qu'il était génialissime notre Barma... Dans son esprit en tout cas, il était le meilleur, à n'en pas douter. Un orgueil démesuré accompagnait de paire cette immense connaissance, on pouvait donc comprendre que le duc n'ait pas apprécié le petit jeu de l'ancien chef des Baskerville à jouer les énigmatiques inconnus en face de lui. D'accord, il ne l'avait pas reconnu tout de suite, mais d'un autre côté, comment aurait-il put ? Certes, il avait lu et relu des centaines de choses sur lui, mais cela ne valait jamais un bon portrait et comme de toute manière, il était censé être enfermé dans la tête de Leo Baskerville, le trouver ici n'avait rien de commun. En même temps, la présence du Barma dans ce lieu n'était pas très ordinaire non plus, il fallait croire que c'était la journée des rencontres que personne ne pouvait prévoir.

Un fantôme et un ermite, quel drôle de duo franchement, il fallait vraiment le faire pour réunir ces deux-là dans le même endroit et pourtant, c'était chose faite aujourd'hui. Que pouvaient-ils donc tirer d'une telle rencontre ? Cela n'avait peut-être pas l'air évident, mais cherchez un tout petit peu et vous verrez certainement l'évidence vous sauter aux yeux. Un être débarqué d'il y a cent ans, ne connaissant certainement de cette époque que ce qu'il a pu en voir par les yeux d'un gamin dont il a squatté le cerveau. Et de l'autre côté, un duc fouineur et avide de connaissance prêt à tout pour obtenir plus d'informations que les autres. Comprenez-vous donc comment fonctionne l'esprit du Barma à présent ? Sur la base d'un échange d'information, ils devraient arriver à s'entendre tous les deux, non ? C'était dans la logique des choses après tout, Rufus n'avait aucune raison valable de s'en faire un ennemi, même si sa façon de le faire languir pour lui faire connaitre son identité - qu'il ne lui avait même pas révélé lui-même d'ailleurs - était un peu agaçante. Mais la vexation était partie lorsque le rouquin avait fini par déduire de lui-même qui il était, en suivant la piste sur laquelle il l'avait emmené bien entendu. Une telle coïncidence, c'était bien trop beau pour continuer à faire cette mine boudeuse, même le grand associable qu'il était en avait conscience.

Même le grand brun qui semblait pourtant avoir un air de profonde mélancolie peint comme un masque sur son visage, se laissa aller à sourire et même... A rire ? Enfin, cela n'avait rien d'un grand éclat de rire ou même d'être de la franche rigolade, mais rien que ce léger rire qui sorti de ses lèvres suffisait à opérer un grand changement sur la figure du Baskerville. Cela était presque choquant ? Non, tout de même pas, même si le Barma n'avait pas souvenir d'avoir lu une description de l'ancien Glen faisant état de son humour. Quoi qu'il en soit, celui commença à se rapprocher avec lenteur, le félicitant pour sa déduction digne de sa réputation. Alors, comme cela, sa réputation d'enquiquineur je sais tout avait été jusqu'aux oreilles d'un mort ? Pas si mal n'est-ce pas. Celui-ci se montra même étonné que son prénom - le véritable s'entend - soit parvenu jusqu'au duc au lieu d'être oublié au fil du temps. Que croyait-il donc, lorsqu'on cherchait comme il faut, aucune information ne pouvait se perdre, il y avait toujours une petite trace pour évoquer celle-ci, quel que soit l'intérêt dérisoire qu'elle pouvait représenter. Cela dit, le Barma n'était tout de même pas peu fier de pouvoir se vanter de connaître ce prénom, cela lui redonnait un peu de crédibilité après sa pathétique séance de pédalage dans la semoule d'il y a quelques minutes. Visiblement très contente de lui, toujours en train d'agiter son éventail devant son visage, le duc ne tarda pas à lui répondre.

" Il est vrai, vous étiez avant tout Glen. Mais rien n'échappe aux Barma, je me dois de vous l'apprendre. J'ai comme vous le dite, une réputation à entretenir. "

Le sourire en coin qu'il affichait à ce moment-là ne semblait pas pouvoir s'effacer de son visage de si tôt, pourquoi donc après tout ? C'était une très bonne journée finalement, il avait sous la main l'ancien chef des Baskerville et il pouvait étaler son savoir comme bon lui semblait, ce qui était une occupation glorifiante à souhait pour son orgueil. Lorsqu'il eut fini de parler, le Barma put trouver son interlocuteur juste en face de lui à force de s'être approché. Maintenant qu'il savait à qui il avait à faire, le duc avait moins de raisons de se méfier. Après tout, pourquoi en voudrait-il à sa vie celui-là ? Il ne lui avait rien fait qu'il sache et puis, il était allié aux Baskerville à présent, ils étaient donc en quelque sorte du même côté. La seule chose que le duc Barma trouva à redire sur cette distance réduite, c'était qu'à présent... Leur différence de taille était flagrante ! Non mais, pourquoi était-il si grande celui-là aussi ? Il comptait faire concurrence à Liam pour complexer Rufus, qui du haut de son mètre soixante-seize (j'allais écrire septante-six... Sans com') n'avait pourtant pas à se considérer comme nain ? Il fallait le croire oui, ils faisaient exprès d'être aussi grand rien que pour se payer le luxe de regarder le duc prétentieux de haut, quelle bande de fourbes ! Mais le Barma se retint de signaler cela, même s'il du lever un peu la tête pour le regarder en face. Le brun reprit tout de suite la parole avec une réflexion étrange en disant qu'il se demandait si Rufus avait pris de son ancêtre.

Eh bien... Il avait ses cheveux, des traits communs et probablement d'autres points où il lui ressemblait, mais compte tenu qu'on parlait à l'instant de tête coupée et accessoirement de nécrophilie - car être amoureux d'une tête coupée pouvait être qualifié ainsi - le Barma serait tenté de dire non. - même si la question pouvait paraître légitime - D'ailleurs, rien qu'en voyant le sourire du Baskerville, l'on pouvait se douter qu'il se moquait un peu en lui demandant cela. Il avait définitivement un sens de l'humour aussi déroutant que celui du duc celui-là, puisque Rufus c'était juste avant moqué de sa tête qui avait manqué de finir sur les étagères de son ancêtre... Avec tellement d'autres. Diable non, il ne tenait pas de cette sorcière là qu'il sache, sinon, la tête de Sheryl Rainsworth ne tiendrait déjà plus sur ses épaules certainement. Refermant son éventail, Rufus tapota doucement son menton avec d'un air songeur avant de lui répondre.

" Il ne me semble pas avoir décapité quelqu'un dernièrement, je serais donc tenté de dire non. Après... Peut-être que les hommes de la famille sont plus calmes. " Il marqua une pause avant de sourire sournoisement. " Si j'avais eu une fille, je vous l'aurai présenté. Nous aurions bien vus si vous couper la tête l'aurai intéressé. "

Des idées saugrenues dans l'esprit du rouquin ? Mais pas du tout, il essayait simplement d'imaginer ce que cela pourrait donner s'il avait eu une fille aux cheveux d'un rouge flamboyant, ressemblant probablement plus que lui-même à Miranda. Aurait-elle donc eu les mêmes... Penchants malsains ? Impossible a dire, mais il lui aurait certainement pardonné cela, elle aurait été une Barma après tout. Qu'importe de toute manière, il n'avait pas d'enfant, sain d'esprit ou non, ce qui était assez préoccupant pour l'avenir de sa famille dirons-nous. Enfin, peu importe, il ne comptait pas mourir de si tôt ! Mais pendant qu'il songeait à cela, l'ancien Glen en profita pour lui subtiliser un objet personnel d'un geste plutôt vif pour un mort. Il lui prit de la sorte son éventail... Stop ! SON éventail ? Non mais il se croyait tout permis celui-là ? Depuis quand pouvait-on prendre les affaires des gens sans leur demander leur avis ? D'un mal élevé ! A croire qu'il n'avait pas dirigé la famille Baskerville, pour ignorer ainsi une règle si élémentaire que la propriété personnelle. Mais qu'importe si cela se faisait ou non, l'éventail du duc était quelque chose de sacré et personne n'osait y toucher en général. Sa surprise fut donc compréhensible, ainsi que sa figure pour le moins choquée en voyant le brun partir dans une pâle imitation de ses manières.

Non, franchement, ce côté précieux n'allait qu'au duc, sur le Baskerville, c'était totalement déplacé ! Encore que, il pouvait bien prendre les manières qui lui faisaient plaisir, du moment qu'il ne le faisait pas avec son éventail à lui. Pourquoi il y tenait autant ? Aller savoir, allez donc demander aux gens pourquoi ils s'obstinaient à fumer ou pourquoi ce Gilbert Nightray tenait tellement à son chapeau... Il y avait des choses qui ne s'expliquaient pas dans la vie, tout comme cet éventail qui ne quittait jamais le Barma. Lui retirer comme cela, sans prévenir, était d'une cruauté sans nom, autant lui arracher le bras avec tiens !... Enfin non, peut-être pas, mais il tenait à son éventail et qu'on lui arrache de la sorte était une grande première. Bon, il n'allait pas non plus faire une crise pour un simple éventail hein... Pourtant si, cela atteignit ses nerfs aussi sûrement que si on lui avait dit qu'une de ses informations était périmée depuis dix ans. Restant un instant choqué, il perdit tout à fait le fil de ses pensées d'avant pour regarder son éventail se trimbaler dans les mains d'Oswald.... Un mort... Était en train de toucher son éventail, si cela ne pouvait pas le choquer, rien ne le pouvait. Il écouta bien ce que lui demanda le brun, le visage caché derrière l'objet fétiche du duc, mais il n'en fit pas grand cas, trop occupé à empêcher une fabuleuse crise de nerfs d'exploser. Il se serait bien mis à bondir dans tous les sens tandis que de la fumée s'échapperait de ses oreilles, comme l'aurait fait sa fameuse illusion, mais il réussit tout de même à se contenir. Jusqu'à ce que la vision de son cher éventail dans les mains du Baskerville l'agace trop et qu'il lui finisse par lui arracher sans ménagement des mains avec une mine digne d'un enfant capricieux.

Lui aussi savait être rapide lorsqu'il le voulait, voilà comment, une fois son précieux objet récupéré, il atterrit d'un bon derrière l'arbre près d'eux où il se laissa tomber assis contre le tronc. Bien qu'il portait des gants, il s'évertua tout de même à vouloir astiquer l'éventail dans le tissu de son manteau, son esprit de maniaque dérangé ne supportant pas que quelqu'un d'autre que lui y est touché. Il pouvait paraître fou ou hystérique comme cela, mais peu importe, il s'agissait de son éventail ! D'un air mi-boudeur, mi-frustré sur le visage, il pencha sa tête sur le côté de l'arbre pour regarder le voleur d'éventail.

" Si vous voulez tout savoir, ma présence ici est dû à un pur hasard. Quant à savoir pourquoi je me suis allié aux Baskerville... C'est une information qui se paye mon cher. "

Eh oui, le duc n'était plus d'humeur à donner des informations sans contreparties équitables. Il ne fallait pas toucher à son bien. Oswald allait donc devoir se mettre au même régime que tout le monde : une information, contre une autre que le duc n'avait pas déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Sam 13 Avr - 16:34

Mais c’est qu’en plus notre Duc avait de l’humour. En effet, le voilà plaisanter au sujet d’une potentielle fille qui cherchait à avoir la tête de notre brun, tout comme le faisait cette chère et tendre ancêtre Barma. Pour le coup, Oswald ne pouvait que s’estimer heureux de lui être encore là et que cette dame n’était plus de ce monde depuis longtemps. Autant notre homme avait la capacité à être relativement de marbre face à bien des choses, mais on ne peut pas vraiment dire qu’il portait Miranda dans son cœur à défaut de penser apprécier la croiser. Bon ne pensons plus à cette époque pour le coup, voilà bien quelqu’un qu’il aurait aimé oublier durant son siècle d’absence tiens. Haussant finalement face à l’humour de Rufus, l’ancien chef des Baskerville ne pût qu’être amusé de la réaction qu’eut ce dernier. Digne d’un enfant tiens. D’ailleurs il pensait même avoir échangé le Duc contre une autre personne pendant une fraction de seconde. Avant de se voir se faire arracher l’éventail par un enfant boudeur. Bien que laissant apparaitre une mine légèrement surprise, haussant légèrement les sourcils, Oswald soupira. Ainsi le Grand Duc Barma n’est qu’un enfant capricieux hein ? Il laissa même échapper un léger sourire amuser avec le léger rire grave qui va avec. Non sérieusement, il détruisait sa propre réputation en agissant ainsi. Encore heureux qu’il n’y avait qu’une âme du passé devant lui. Ne bougeant quant à lui pas d’un pousse en le voyant rapidement reculer pour se mettre contre un tronc et astiquer l’éventail tel un maniaque. Il haussa légèrement les épaules, c’est définitif, cet homme est irrécupérable et ce n’était pas à cet âge qu’on allait pouvoir le rattraper ! Cette famille possède des membres certes très intelligent, mais pas pour le moins originaux pour ne pas dire étrangement décaler. Il lâcha de son habituel ton neutre, bien qu’une once de moquerie puisse se faire sentir ou plutôt entendre.

- Vous êtes pire qu’un enfant mon cher. Rester enfermé chez vous ne vous réussit pas. Finalement, vous êtes certainement aussi étrange que votre ancêtre mais à votre façon.

Au moins, cette conversation avait le mérite de le divertir et surtout de l’occuper un peu. Très solitaire, on ne pouvait pas dire qu’il avait souvent l’occasion de discuter avec quelqu’un tranquillement. Quand on est une espèce de fantôme du passé, notre place n’est pas dans ce monde ci. Les choses sont ainsi… Mais bon, la plaisanterie passé, du moins, même si on pouvait douter que le Duc ait rit aussi de cette situation qu’était le vol de son bien. Les choses sérieuses étaient de retour dans la conversation, et cet homme ne semblait pas vraiment prêt à se justifier ou du moins à donner des informations à son sujet sans en avoir en retour. Ah.. le retour du bon vieux Barma hein. Au moins, Oswald pouvait certainement prétendre savoir des choses que le Duc ne savait pas, même si celui-ci se vantait bien souvent de savoir tout sur tout. Traversant à son rythme, c’est-à-dire lentement la distance qui les séparait, il se retrouva en face de lui, le regardant une nouvelle fois de haut. Affichant un sourire en coin, il effleura l’éventail une nouvelle fois bien qu’il se gardait d’une nouvelle fois lui prendre. Inutile de tomber dans ce jeu enfantin et pourtant si simple. En revanche ce maniaque allait certainement repartir dans une séance de nettoyage pour.. éliminer toute bactérie pouvant provenir de notre mort ? Oh il fait bien ce qu’il veut, le plus amusant était de le voir astiquer nerveusement son bien. Il continua.

- Je vois. On vous retrouve enfin. Qu’aimeriez-vous savoir.. ?

Autant être simple. Une information contre une autre. Ni l’un ni l’autre n’avait à y perdre en fait. Chacun allait repartir avec des informations qui allaient lui être utile. Et puis, ce n’est pas comme si notre homme parlait à un membre de Pandora, au risque de mettre des bâtons dans les roues des Baskerville. Chose qu’il ne désirait pas du tout. Alors ? Qu’est-ce que notre roux voulait savoir ? Pour une fois, il avait une archive vivante juste en face de lui. Et ses paroles seraient certainement les plus sûres pour certains évènements, que les écrits de cette folle, bien qu’elle pouvait savoir des choses.. et de ce Jack.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Jeu 2 Mai - 21:35

Toucher à la propriété du duc Barma, n'était en général pas une bonne idée, car s'il se moquait de certaines choses, il pouvait à l'inverse être très possessif pour d'autres. N'allons même pas parler de son savoir qu'il gardait jalousement pour lui, à moins bien sûr d'obtenir quelque chose en échange de la dite information, mais tout simplement… De ses précieux livres par exemple, avec qui il s'enfermait des heures, voir des jours durant, dans sa bibliothèque sombre, cela, il ne fallait même pas compter y toucher, sous peine de représailles imminentes et sans doute disproportionnées par rapport au crime. Et encore, ses livres, c'était une chose, mais lorsqu'on parlait d'un objet qu'il avait toujours avec lui et qui semblait être le prolongement naturel de son bras par moment, il n'était pas difficile de deviner que toucher à cet objet n'était pas une très bonne idée si on voulait garder le duc de bonne humeur. Nous parlions là bien entendu de son précieux éventail, objet pas toujours utile, pas très viril non plus, mais auquel le Barma tenait particulièrement pour une raison qui n'appartenait qu'à lui. Qui donc allait le juger ? Beaucoup de personnes avaient des objets fétiches auxquels elle tenait de façon disproportionnée, au point d'en faire une véritable attaque lorsqu'elles le perdaient. L'éventail faisait donc partie de ces fétiches intouchables sans rendre furieux leur propriétaire, du coup…. Pourquoi diable ce fantôme de Glen Baskerville avait-il osé y toucher ?!

Peut-être que le duc aurait dû marquer dessus "propriété personnelle, ne pas toucher" mais il n'était pas sûr que cela aurait changé grand-chose, car qui se serait donné la peine de lire cette note, avant de prendre l'éventail en main qui plus est. Cela dit, jusque-là, il n'en avait pas eu besoin et personne n'avait songé à lui enlever son précieux, Oswald faisait donc dans l'inédit au moins, même si Rufus aurait préféré qu'il s'abstienne. Difficile de décrire le choc que ressentit le Barma en voyant son éventail dans les mains d'un autre, en plus, d'un autre qu'il connaissait à peine. Bon d'accord, il avait lu tout ce qu'il avait pu trouver sur lui, recherche d'information oblige, mais il ne le connaissait pas pour autant. D'ailleurs, il ne lui avait jamais semblé lire " mauvais farceur " dans ces descriptions de l'ancien chef des Baskerville. Bien sûr, Rufus n'avait pas pu supporter cela longtemps et avait bien vite récupéré son éventail des mains du fantôme, s'éloignant ensuite en vitesse pour lui enlever de la tête l'idée de le reprendre. Non mais oh, dans quel monde vivions-nous je vous prie. N'y avait-il donc plus aucun respect de la propriété d'autrui ? Il fallait croire oui, mais maintenant qu'il avait récupéré son éventail, le Barma ne comptait plus le lâcher, quitte à passer pour un gamin peu préteur, il s'en fichait, c'était son jouet…. Enfin, son éventail.

Bondissant avec l'agilité d'un chat, le Barma se réfugia donc au pied d'un arbre pour astiquer tel un maniaque chronique son bien si cher à son cœur, comme s'il souhaitait éliminer tout souvenir d'une autre main sur celui-ci. Bon, en si peu de temps, Oswald ne pouvait pas l'avoir salit, mais on ne sait jamais. Le simple fait qu'un autre l'ait touché suffisait à stresser notre rouquin. Bon, d'accord, il ne lui fallait pas grand-chose, puisque sous ses airs de grand duc très calme se cachait une véritable boule de nerfs colérique. Cette horrible et pathétique illusion qui bondissait partout en criant ne sortait pas de nulle part après tout, si le duc avait pu imaginer une chose pareil, c'était bien qu'il s'y connaissait en crise de nerfs, à croire que l'âge ne l'assagissait pas. Sheryl lui avait même dit une fois qu'il avait cessé de vieille mentalement en même temps que son corps… Et qu'il n'était déjà pas très adulte pour son âge à la base. Pourtant, il savait se comportait comme un vieux grincheux aussi, il avait des témoins, mais visiblement, ce n'était pas considéré comme mature pour madame la duchesse… Vieille folle ridée et jamais contente tient, pourquoi la fréquentait-il déjà ? Ah oui… Il l'aimait, quelle poisse franchement. Tandis que le rouquin astiquait son éventail donc, l'ancien chef des Baskerville laissa échapper un petit rire devant cette situation qu'il n'avait sans doute pas prévu. Oh tient, cette homme de glace pouvait donc rire ? Bon, il semblait avoir un humour assez spécial et on ne pouvait tout de même pas qualifier cela de grand éclat de rire, mais c'était déjà beaucoup en fin de compte pour lui semblait-il.

Légèrement moqueur, ce que le Barma ne manqua pas de noter bien entendu, Oswald finit par reprendre la parole pour lui dire qu'il ne valait pas mieux qu'un môme, avec en plus le défaut d'être un ermite en puissance et que c'était sûrement de famille puisqu'il égalait ainsi son ancêtre dans son propre style… Enfin c'était plus ou moins cela, le duc était un tout petit peu trop en colère et vexé pour écouter comme il le fallait, lançant au passage un regard noir à sa nouvelle connaissance. Encore que, chez Rufus, un regard noir, ce n'était pas bien effrayant, car à part traumatiser ses valets, il ne faisait pas peur à grand monde avec ses airs menaçant. Bon, encore, lorsqu'il sortait le Dodo, c'était une autre histoire, mais il n'allait tout de même pas s'en prendre à l'ancien Glen pour un crime de lèse-majesté comme celui-ci, ce serait tout de même un peu poussé, même pour lui. Ayant finalement renoncé à nettoyer son bien comme un malade de la propreté, le duc regarda Oswald s'approcher de lui d'un œil méfiant, comme s'il s'attendait à ce qu'il lui fasse une autre mauvaise blague, avant de finalement lui répondre sur un ton où l'on sentait une pointe de vexation.

" Cela n'a rien d'étrange, je tiens simplement à ce qui m'appartient. En mourant, vous avez certainement dû oublier les règles élémentaires de politesse je suppose. "

Là, tout de suite, Rufus comprenait très bien l'envie de son ancêtre de lui couper la tête, lui-même à l'instant sentit l'idée lui effleurer joliment l'esprit, un peu comme un doux rêve. Mais cela lui passa très vite cela dit, car l'ancien Baskerville représentait une source d'information non négligeable pour lui et ne pouvait donc pas mourir aussi bêtement… Quoi que, c'était stupide, puisqu'il était déjà mort, ce qui fit un instant s'interroger le duc sur sa nature actuelle. Lorsqu'il eut fini de réduire la distance entre eux, un sourire toujours présent au coin de ses lèvres, ce que le Barma tenta d'occulter pour ne pas être agacé à nouveau. Il le regarda ensuite se pencher doucement pour… Non, il n'allait pas encore prendre son éventail ? Non, forte heureusement, il eut le bon reflex de ne rien en faire, effleurant juste doucement l'objet, au plus grand déplaisir du plus vieux… Enfin du plus jeune… Bref, de celui qui était né dans ce siècle-là. Pour une fois que Rufus était plus jeune que quelqu'un après tout… Autant dire que le Barma n'apprécia toujours pas l'attention porté à son objet fétiche, se mettant une nouvelle fois à l'astiquer histoire d'effacer toute trace de la main du mort, non-mort, qu'il avait en face de lui. Alors que le rouquin avait annonçait la couleur pour les informations, cela sembla convenir à son interlocuteur qui lui sembla disposé à le suivre sur cette voix en lui demandant ce qu'il voulait savoir. Eh bien… Tout, en règle générale, le duc voulait tout savoir, mais pour le moment, une information le tracassait en particulier.

Cela eu au moins le mérite de faire sourire notre homme, qui délaissa enfin l'astiquage de son éventail pour ouvrir celui-ci en faisant un peu d'air, reprenant vite son air de Barma je-sais-tout. Se relevant finalement de sa place, il fit un pas vers le Baskerville en le regardant de la tête aux pieds, comme s'il cherchait à déterminer quelque chose, puis, ne trouvant finalement pas de réponse satisfaisante par lui-même, il se décida à reprendre la parole.

" Pour commencer, comment avez-vous pu retrouver une certaine autonomie ? Je ne pensais pas vous voir sortir de la tête ce garçon à vrai dire… "

Il referma son éventail et tapota un instant son menton avec, l'air songeur, avant de reprendre.

" Vous souhaitiez simplement être libéré de cette charge ou bien avez-vous un but précis maintenant que vous êtes sous cette forme ? "

Il pouvait bien poser des questions non ? Après tout, il payait toujours ses dettes et compenserait largement celles-ci avec ce que lui demanderait le Baskerville en retour, c'était ainsi que cela fonctionnait et il n'avait pas à se plaindre de ce mode de fonctionnement jusqu'à maintenant notre Barma. Qu'importe qu'il disperse un peu de son savoir, cela ne lui enlevait rien à lui et il en récupérait bien assez pour rester le mieux informé de tous, c'était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Lun 17 Juin - 19:17

Au moins à défaut de savoir rire aux éclats, le roux avait au moins eut la capacité de faire sourire notre homme dans tout ça. Lui qui même de son vivant n’était pas réputé pour avoir souvent le sourire aux lèvres à défaut d’être juste expressif, il était difficile d’imaginer que cela serait maintenant qu’il était mort. Enfin quoique. Peut-être que mourir pourrait le décoincer un peu ? Hm. Non je n’ai rien dit oubliez. Bref, revenons-en à nos moutons. En l’occurrence ce cher Duc Barma capricieux à souhait, qui était depuis tout à l’heure en train d’astiquer son éventail dérobé quelques secondes par notre brun. Je vous assure. C’est un homme mort mais il est parfaitement propre et non porteur de quelconque maladie mon cher Rufus. Mais tenté de lui faire comprendre cela semblait un peu peine perdu tout compte fait. C’est pour cela il se contenta de prendre très légèrement les paroles envoyé par ce dernier. Comme quoi mourir lui avait fait oublier les règles de politesse ? Oswald lui un homme impoli ? C’était bien la meilleur celle-là. Presque aussi bonne que le jour où Revis avait demandé à notre brun s’il était de ce bord. Décidément les gens ont de bien drôles idées en tête… Haussant à peine les épaules à cette remarque, le Baskerville trouvait tout compte fait le Duc de bien meilleur compagnie qu’il n’y paraissait. Pour sûr. Il trouvait même le moyen d’avoir un sens de l’humour. Dans sa simple façon d’être, chose dont il ne devait pas se rendre compte. Si c’était le cas il devait le faire exprès… Ignorant le regard méfiant et le fait qu’il s’était remis nerveusement à astiquer son éventail. Le brun avait très certainement estimé qu’il était temps d’arrêter de plaisanter sur son côté maniaque avec son éventail et de revenir aux choses sérieuses. En l’occurrence, donner des informations contre une autre ?

Le changement de sujet était fait. C’était donc à Rufus de poser les questions pour que le Baskerville puisse en avoir en échange. En espérant qu’il ne demande pas de choses trop compliqués non plus, puisqu’il y avait des faits que même Oswald était incapable d’expliquer. En l’occurrence comment était-il revenu parmi les vivants. Très bonne question au passage. Mais il n’avait pas de réponse à donner, il sentait qu’il pouvait le faire voilà tout. Encore l’Abyss et ses mystères que voulez-vous. Eh bien vous savez quoi ? Bingo. Cette question semblait tellement évidente à poser que notre Duc préféré ne tarda pas à le faire. Lui demandant comment avait-il pût retrouver son autonomie. Ajoutant d’ailleurs qu’il ne s’attendait pas à le revoir hors de la tête du Glen actuel. En même temps, rester enfermé dans la tête du nouveau Glen était le classique. Oswald avait réussi à faire exception à la règle comme on dit. Personne ne s’attendait à ce qu’il soit de retour très certainement. Glen lui-même ne devait pas trop s’en douter. Mais cela ne doit pas trop l’importer, de plus ce n’était pas comme si le grand brun était une menace pour lui bien au contraire. Ainsi, les choses étaient ainsi et il fallait les prendre comme tel ? Le Barma n’allait pas vraiment se contenter d’une telle réponse étrangement. Réfléchissant à ce qu’il pourrait lui répondre, son compagnon du moment pour passer le temps enchaina l’air rêveur en posant une autre question. Lui demandant ce qu’il comptait faire en gros. S’il était là juste pour vivre une vie loin des Baskerville ou s’il avait un but. Aaah. Encore une très bonne question. Décidément le Duc n’allait jamais dans la simplicité, mais cela ne serait plus le Duc Barma si tel était le cas. Laissant un très léger rire s’échapper de ses lèvres fermés. Semblable presque à un ricanement doux à cause de sa voix, il laissa quelques paroles glisser hors de ses lèvres.

- Cela fait deux questions mon cher Duc. Vous estimez franchement que cela vaut la question que je vous ai posée plus tôt ?

Ce n’était pas une vraie question qui attendait une réponse pour le coup. Juste histoire de faire une remarque, souligner quelques chose. Après tout depuis le début les deux hommes ne cessaient de s’envoyer des pics. Comme pour savoir lequel des deux aurait le dernier mot. Querelle ? Mais non pas du tout. Au contraire pour le coup. Du moins, du côté de l’ancien chef des Baskerville, il n’y avait aucun méprit envers cet homme. Qu’il trouvait de bien meilleur compagnie que cette dégénérée qui lui sert d’ancêtre. Cette femme était folle de toute façon. Lui était un illuminé un peu arrogant rien de plus. D’un mouvement gracieux, le brun vint finalement s’assoir à côté du Duc, regardant ailleurs. Comme s’il était toujours en train de réfléchir à quoi dire. Finalement, après une inspiration calme il continua.

- Allez. Disons que c’est pour le simple fait que vous êtes la première personne rencontré depuis mon retour. J’ignore la façon exacte de comment je suis revenu, mais je le savais c’est tout. J’avais pour cela besoin de l’accord du garçon. Quand à ce que je souhaite faire… Pas grand-chose. Très certainement regardé sans pour autant être autant impliqué qu’avant.

C’était plus ou moins clair non ? Il ne comptait pas agir à proprement parler dans ce conflit de Jack et les Baskerville, qui est ici présent représenté par Pandora contre eux. Mais il était clairement toujours du même camp. Bien que maintenant libre de faire ses propres choix, il n’était certainement pas aussi extrémiste que Glen vu son tempérament calme. Le jeune Leo allait en voir des choses d’avoir ce rôle en temps de conflit et surtout sans y avoir été préparé. D’un geste lent, il remit la capuche de sa sombre cape sur sa tête pour une raison inconnu. Cachant en grande partie son visage à son interlocuteur et des rayons du soleil. Il continua alors toujours aussi doucement.

- Alors ? Que faites-vous chez les Baskerville ? Pourquoi eux ? Vous devez bien avoir une raison vu votre caractère. Marquant une petite pause, il reprit tout de même. Ah, et j’aimerais que vous gardiez secret cette rencontre.

Les yeux cachés par le tissu. Cette demande avait été dite très doucement. Visiblement il ne souhaitait vraiment pas attirer les regards sur lui. Mais étrangement, il savait qu’au final Rufus garderait cette rencontre sous silence.

[Désolé, c'est toujours court à côté de tes réponses ><]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Jeu 18 Juil - 22:20

C'était une belle journée pour discuter tranquillement entre amis à l'ombre d'un arbre, non ? Enfin, cela paraîtrait presque normal, s'il ne s'agissait pas du duc Barma… Et du fantôme de l'ancien chef des Baskerville. D'ailleurs, pouvait-on réellement parler de fantôme ? Il semblait bien réel pourtant, pour preuve, il lui avait même dérobé son éventail un instant… Il était donc un être physique, capable de vivre et d'interagir dans ce monde, le terme fantôme était donc… Inapproprié ? Bon courage pour en trouver un autre qui lui convienne en tout cas, même Rufus doutait qu'il y en est un tout prêt à être utilisé. Quoi qu'il en soit, même de son "vivant" celui ne semblait pas… Très bon vivant justement, du moins, pas d'après ce qu'avait pu en lire le rouquin et donc, quand on connaissait aussi le caractère du Barma, on pouvait se demander ce que pouvait donner un rapport amical… Surtout entre ces deux-là tient. Oh, mais peut-être que les personnes les plus étranges se trouvaient parfaitement normales entre elles, allez donc savoir, c'était tout à fait possible. Du coup, il pouvait bien s'entendre ? Du moment que le brun n'était pas réfractaire à toute question ou réponse et qu'il ne posait plus les pattes sur le précieux éventail du duc… C'était bien possible oui. Enfin, heureusement qu'aucun membre de Pandora ne passait dans le coin, car un ancien chef des Baskerville et un duc censé servir les intérêts de Pandora ensemble… Quoi que, personne ne devait connaitre l'apparence d'Oswald, ni même savoir qu'il s'appelait comme cela et quant à Rufus, sous cette forme, il était le type qui poussait le fauteuil roulant de Sheryl, rien de plus.

Autant dire qu'on allait leur laisser une paix royale à ces deux inconnus ? Eh bien, compte tenu du peu de visite que recevait l'endroit, on pouvait dire que oui, ce qui tombait bien car Rufus était assez curieux de nature et avoir l'occasion de prendre des informations à la source, à savoir de quelqu'un qui avait vécu la tragédie de Sablier, n'allait certainement pas être une aubaine qu'il laisserait filer. Mais étrangement, aucune de ses deux première questions ne portèrent sur ce sujet, il faut dire qu'il y en avait d'autre tout aussi susceptible de piquer sa curiosité. Un ancien Glen revenu d'entre les morts, ce n'était pas commun tout de même ! Pour que même Rufus en soit surprit, on pouvait se douter de la tournure unique qu'avait cette histoire. Oh, il n'allait pas s'en plaindre, bien au contraire, mais cela l'intriguait et il n'aimait pas que les choses se passent sans qu'il soit au courant, même si cela ne le concernait en rien. N'était-il pas l'homme le mieux informé du pays après tout ? Quoi qu'il en soit, ses deux questions à l'affilée firent un peu rire le brun… Oui, il pouvait rire apparemment, pas aux éclats, mais c'était tout de même cela. Drôle d'humour tout de même ce jeune homme – façon de parler s'entend – mais franchement, Rufus ne pouvait pas vraiment critiquer avec le sien. Si deux questions pouvaient en valoir une ? Franchement, le rouquin serait tenté de dire oui, puisque cela l'arrangeait bien, mais il était tout de même assez honnête… Si si, dans l'échange d'information en tout cas, il obéissait à certaines règles, dont celle du donnant-donnant, la base de tout en somme. Un léger sourire en coin apparut sur les lèvres du Barma, qui répondit à notre homme d'un ton égal.

" Nous sommes entre gens honnêtes, même si beaucoup dirait le contraire, de vous comme de moi. Je suis donc sûr que cela sera équitable tout de même à la fin. "

Dans un sens oui, si les deux hommes se rejoignaient sur un point, c'était certainement leur sale réputation, même si Rufus n'arrivait certainement à la hauteur de celle de Glen Baskerville, le fou soit disant responsable de la tragédie d'il y a cent ans… Enfin bon, il n'était pas très aimé non plus dirons-nous. Mais peu importe, puisque de toute manière, Oswald semblait tout de même décidé à lui répondre. Le rejoignant pour s'assoir à côté de lui, le brun pris un moment l'air de la réflexion avant de lui répondre, mettant sa coopération sur le fait qu'il était la première personne qu'il rencontrait depuis son retour. Eh bien, il avait une vie sociale passionnante lui aussi apparemment… Ce que le duc ne pouvait nullement critiquer n'est-ce pas. Ses deux réponses vinrent donc à l'affilée, premièrement, il ne savait pas vraiment pourquoi il avait pu revenir, mais puisqu'il avait pu le faire avec la permission du nouveau Glen, il n'allait certainement pas s'en priver, on pouvait le comprendre. Circonstance exceptionnelle causait par son "règne" tout aussi atypique en tant que Glen peut-être, en tout cas, une réponse plus clair serait difficile à trouver si même le principal intéressé n'en savait pas plus – ou ne souhaitait pas en dire plus, ce dont Rufus doutait - . Tant pis, ce n'était pas primordial de savoir, même si c'était intriguant. Ensuite, ce qu'il comptait faire ? Rien… Enfin, rien de bien passionnant ou d'important dans le conflit actuel apparemment. Fatigué de tout cela notre homme ? Il fallait croire oui, en tout cas, Rufus l'aurait cru nettement plus prompt à vouloir se venger de Jack… Quoi que non, la vengeance ne lui collait pas si bien à la peau, sans pour autant qu'il puisse oublier ou pardonner… Compliqué ce brun, voilà l'étiquette que le duc allait lui coller. Et puis, le jeune Leo était bien parti pour s'en charger tout seul apparemment. Réfléchissant à ce qu'il lui avait dit, le rouquin ne tarda pas à lui répondre, beaucoup plus serin qu'avant.

" Je suppose qu'il a sauté sur l'occasion d'avoir un Glen de moins dans la tête, il est assez perturbé pour le moment d'après moi. Vous souhaitez donc rester à l'écart… Je comprends, c'est comme si on vous avait enfin accordé une existence pour vous-même… Qu'est-ce que cela fait de faire ses propres choix Oswald ? " Il lui accorda un sourire légèrement moqueur avant d'ajouter. " Laissez tombez, c'est purement rhétorique. "

Oui, puisque cela semblait être la coutume – très jeune coutume alors – de s'envoyer des pics, le Barma n'allait certainement pas s'en priver. C'était dans sa nature après tout, personne n'y échappait… Oh, si, ceux qui n'étaient pas amusant à taquiner, ceux-là, il s'en passait très bien et pouvait s'économiser en méchanceté. Même si pour le coup… Il n'était pas vraiment méchant, si ? Juste un peu moqueur selon lui, il n'avait pas vraiment envie de toucher un point sensible, c'était juste une seconde nature chez lui. Et puis, Oswald avait l'air de tout sauf d'un colérique qui prenait la mouche à la moindre pic de toute manière, ce qui faisait qu'il arrivait à s'entendre depuis tout à l'heure. Un exploit en somme. Mais tient, pourquoi remettait-il son capuchon ? Il comptait s'en aller ? Même pas apparemment, puisqu'il n'amorça aucun mouvement pour se lever, il resta tout simplement là, le visage caché sous sa cape sombre. Une manière de ne pas montrer une quelconque émotion qui pourrait passer sur son visage ? Allez savoir, quoi qu'il en soit, il ne tarda pas à reprendre avec la question qu'il avait posé plus tôt, qu'est-ce que Rufus Barma pouvait bien faire associé avec les Baskerville ? Il faut dire que c'était étrange, le genre d'information qu'il valait mieux cacher d'ailleurs, cela serait très mal vu alors qu'il était encore trop tôt pour dévoiler ses plans. Mais bon, il devait bien une réponse au brun, non ? Il se devait donc de lui en fournir une, honneur de Barma oblige, même s'il pouvait occulter certain point.

" Justement, avec mon caractère, il est normal que mes choix soient compliqués à suivre. Disons simplement qu'après avoir décodé le journal de mon ancêtre et donc appris la vérité, cela m'a semblé dans la logique des choses à faire… Je ne suis pas du genre à rester du côté des perdants, je suis un Barma après tout. "

C'était tout à fait dans son style après tout de vouloir gagner, non ? Et puis, il fallait qu'il préserve sa famille… Il était le seul ? Bon, d'accord, mais raison de plus, il fallait bien préserver ce qui restait des Barma le plus longtemps possible. Au moins, il lui avait répondu… Non ? Tant pis, il en saurait bien plus en même temps que tout le monde, de toute manière, il lui avait bien dit qu'il ne comptait pas tellement s'impliquer dans ces histoires. C'est sûrement pour cela qu'il avait ajouté qu'il voulait que cette rencontre reste sous la discrétion du duc ? Cela allait sans dire, mais étrangement, cette demande fit rire le rouquin… Oui oui, il pouvait rire, n'allez pas faire les étonnés, il avait juste un humour assez particulier après tout. Il ne tarda d'ailleurs pas à expliquer cet éclat de rire.

" Mon cher, si je disais que j'ai eu une conversation avec l'ancien chef des Baskerville qui vivait il y a cent ans, on me dirait que j'ai perdu la tête… Je n'ai vraiment pas besoin de cela en prime avec ma réputation. "

Un sourire aux lèvres, il se pencha un peu vers  le brun pour essayer de voir ce qu'il faisait avec son capuchon sur la tête. Avait-il donc peur de croiser du monde ? Dans un tel lieu, se serait surprenant tout de même…

[pas vrai ! è_é et moi je suis atrocement longue... ;; ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Mer 21 Aoû - 18:48

Exactement, comme si de rien était, notre ancien chef des Baskerville était en train de se faire une petite discussion tranquille. Parlant tout simplement du passé, étant de toute manière encore un peu coincé et perdu dans ce dernier, à juste titre d’ailleurs. Et du présent. Bien que n’étant pas totalement décalé, on pouvait tout de même remarquer que notre homme était un peu à l’Ouest. Il semblait déjà toujours ailleurs à l’époque, alors maintenant qu’il avait pris un retard de cent ans c’était une toute autre histoire. Il ne manquait plus que la table et le thé pour penser que cette rencontre était tout à fait prévu entre les deux hommes. Dans le cas présent Rufus pouvait au moins se vanter de faire partie de ceux ayant vu de ses propres yeux le fameux maître Glen, le seul et unique Glen au centre de tant de rumeurs. Quand à Oswald, disons qu’il semblait avoir la capacité de communiquer assez correctement avec le duc sans pour autant attirer sa colère ou autre. En même temps vu son tempérament, son but n’était pas de le mettre en rogne, bien que jouant très légèrement sur le comportement quelque peu enfantin de l’homme, il comprenait parfaitement sa façon de procéder et ne comptait pas aller à l’encontre. D’un côté le roux avait donc raison quand il disait qu’ils étaient tous les deux d’honnêtes gens ? Oswald de son côté n’avait pas grand-chose à se reprocher, enfin à quelques détails près hein… Mis à part le fait qu’il n’a pas arrêté tant qu’il le pouvait l’homme qui a déclenché une des plus grandes Tragédie connus en ce bas monde, provoquant la chute du clan Baskerville, menaçant l’équilibre du monde et rendant une ville pourtant si luxuriante à l’époque à l’état de Ruine. Hm oui, juste ça… Quant à Rufus, ce dernier avait certes un sacré tempérament et la mauvaise manie de ne pas être forcément respectueux avec tout le monde, bien que le brun n’ait pas à se plaindre de ce côté-là. Mais il aimait procéder par échange d’information, il n’y avait ainsi pas de perdant non ? La seule arnaque potentielle étant que Rufus avait la sale manie de beaucoup en savoir… Pour preuve, il était l’un des rare à connaitre la vérité de cette Tragédie et à s’être rendu compte qui était le « méchant » de l’histoire. Qu’on le laisse en paix va, il est officiellement mort…

Soupirant très légèrement à cette réaction, le brun ferma doucement les yeux. Ne vous en fait pas, il l’écoutait bien parler et ne risquait pas s’endormir d’un instant à l’autre. Il était comme ça juste. Le duc commença alors par réagir sur le fait que l’ancien chef avait annoncé ne rien vouloir faire, rester à l’écart et ne pas se retrouver encore une fois au milieu de ce conflit bien qu’une certaine culpabilité le forçait à rester observer pour encourager silencieusement les siens. Il lui demanda ce que ça faisait d’avoir sa propre façon de penser. C’était une blague ou bien.. ? Plus ou moins vu le sourire légèrement moqueur qu’il avait affiché à cet instant, ayant ouvert très légèrement les yeux pour le regarder en coin. Qu’importe aucune réponse n’était franchement demandé, il ne pût s’empêcher de tout de même répondre quelque chose à cette question étrange.

- Je n’en sais rien..

Quelle réponse. Rien dire revenait exactement au même au final ! Mais d’un côté Oswald semblait avoir un peu de mal à se dire qu’il avait le droit à vivre comme il le voulait, dans la mesure du possible cela s’entend. Mais qu’il était le seul à en profiter dans cette histoire.. ? Cela n’avait pas empêché Lacie de sombrer dans l’Abyss à cause de lui… Que de culpabilité, c’était à se demander comment notre homme pouvait porter tous ceci sur ses épaules sans fléchir et sans laisser paraitre la moindre émotion. Dire que de nos jours il a une réputation de méchant, c’est en total contradiction avec ce qu’il est au final. Se taisant pour le laisser répondre à la question qu’il avait tout de même posée plus tôt. Après tout, c’était ce qui était convenu non ? Le Barma ne tarda pas à remplir sa part du marché. Bien que vu l’accord entre les deux gens, sans comptes les piques pas bien méchantes qu’ils semblaient prendre plaisir à s’envoyer, c’était à se demander s’ils comptaient vraiment les informations et leur valeur. De toute façon le Duc semblait en savoir bien assez pour comprendre ce qu’il s’est passé il y a cent ans, c’était bien le seul… Bref ! Le voilà juste en train de dire qu’il préférait être dans le camp des gagnants, que cela semblait être la meilleure chose à faire selon lui après avoir réussi à décoder le journal de son ancêtre Arthur. Qu’après tout il était un Barma ! Aaah, ce cher Arthur. Lui aussi notre homme l’avait connu. Et il peut vous assurer que tous les Barma ne sont pas aussi excentrique que Rufus ou bien que Miranda. En fait dans la famille on pouvait dire que c’était plutôt lui qui ressortait que les autres. Il ne pût s’empêcher une nouvelle fois de sourire, se levant cette fois pour faire face au duc et le regarder de haut vu qu’il était assis. Même s’il était de toute façon plus grand que lui…

- Votre ancêtre Arthur. Un homme très distingué je trouve, bien qu’il puisse s’avérer étrange qu’il soit votre ancêtre vu son tempérament. S’il savait le faire, l’homme aurait dit ça sur un ton légèrement moqueur bien que pas méchant.

En même temps être timide voir même effacé quand on est un Barma ça le fait pas. On est loufoque, on fait parler de soi, peu importe que cela soit en bien ou en mal d’ailleurs. Miranda était plutôt doué dans ce genre, vu sa manie à dire à tout le monde vouloir la tête de notre homme pour une raison qui se rapproche d’un amour bizarre.. ? Bref, elle n’est de toute façon plus là. Et d’un côté tant mieux pour notre homme. Gardant son léger sourire aux lèvres lorsque le duc affirma qu’on le prendrait pour un fou s’il disait avoir parlé avec l’ancien chef Barma, ce n’était pas faux dans un sens. Avançant de quelques pas dos à lui, l’homme posa sa main sur sa hanche du côté gauche. Ah oui, il  n’avait plus d’épée puisque la sienne était restée là-bas. Elle doit être en possession du dernier Glen très certainement. Reprenant un air sérieux, il se tourna vers son interlocuteur.

- Dites, puis-je vous demander un service ? Pouvez-vous, vous arranger pour me procurer une épée Rufus…

C’était un peu bête dit comme ça, mais actuellement notre homme sortait d’un vide de cents ans je vous le rappel. Il n’a plus son arme, et n’a pas d’argent. Comment un esprit peu en avoir de toute façon ? Par magie ? Les débuts risquaient d’être durs. Il était Oswald après tout, plus Glen… Son regret le plus amer était que Lacie n’était pas là pour profiter de cette liberté avec lui. Cette dernière aurait alors un bien meilleur gout selon lui. Attendant la réponse de l’homme plus loin, un oiseau vint doucement se poser sur son épaule. On ne perd pas les vieilles habitudes hein…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Sam 26 Oct - 17:07

Taquiner une personne que l'on connait à peine, ce n'était pas franchement conseillé non ? Histoire de ne pas marquer la dite personne en lui faisant une mauvaise impression dès le départ quoi, qu'elle n'aille pas se dire que vous êtes le pire des emmerdeurs tout de même… Mais visiblement, cela ne dérangeait en aucune façon Rufus Barma, qui se montrait égal à lui-même, que cela soit en face d'un parfait étranger ou de quelqu'un qu'il connaissait de longue date. En même temps, le fait qu'on puisse compter ses amis sur les doigts d'une main n'était un mystère pour personne et c'était sans doute l'une des explications à cela… Mais peu importe, puisque les Barma, on les acceptait tel quel ou pas du tout, il n'y avait pas de juste milieu avec des excentriques pareils. Vous ne voudriez tout de même pas que Rufus fasse honte à sa famille hein ? De toute façon, l'homme dont il était question aujourd'hui devait bien avoir l'habitude des drôles de manières de faire des rouquins, puisqu'il en avait connu au moins deux générations… Non non, pas deux générations proches, comme Rufus et son père par exemple, mais bien deux générations très éloignés, ce qui prouvait bien que l'excentricité dans la famille, ça ne datait pas d'hier. Ni le tact légendaire certainement ? A voir comment Rufus avait demandé d'une façon tout à faire ironique à Oswald ce que cela faisait de prendre enfin une décision par soi-même, cela ne faisait pas partie de ses qualités en tout cas. Si cela était méchant ? Peut-être un peu, même si ce n'était pas vraiment dit comme tel, juste une question posé comme cela, après tout, c'était tout nouveau pour lui hein…

Mais bien que cela n'appelait pas vraiment à une réponse, le jeune, ou faux-jeune brun, ne tarda pas à répondre… Un peu comme Rufus s'y attendait, il n'en savait rien le pauvre, suivre sa propre voix lui était totalement étranger. Dans un sens, c'était plutôt triste, mais le rouquin n'était pas du genre à s'apitoyer sur le sort des autres, ni même sur le sien d'ailleurs, et à se mettre à consoler quelqu'un… Ce serait amusant tient et ce serait surtout à son tour de dire qu'il ne savait pas comment faire face à cette situation trop inédite à son gout. De toute manière, est-ce que l'ancien chef des Baskerville apprécierait qu'on le traite en victime ? Ce ne serait pas très bon pour son égo peut-être, bien qu'être considérer comme le grand méchant de l'histoire ne devait pas être bien mieux – même si Rufus de son côté vivait très bien avec ça à son échelle bien entendu - . Quelqu'un l'avait-il déjà plaint le Baskerville ? Aidé dans ses moments sombres et difficiles ? C'était assez dur à déterminé et le Barma n'avait pas très envie de poser la question. Parce que cela ferait remonter de mauvais souvenirs ? Non, tout simplement parce qu'en fin de compte, ce n'était pas si important pour le point de vue du duc, juste une question bête comme ça. Comment faire donc ? Eh bien… Quand on ne sait pas, autant ne rien faire, cela évite toujours de passer pour un crétin qui fait tout de travers, le Barma avait donc décidé à la place de répondre aux questions du jeune homme et de lui expliquer ses choix… Sans grande honnêteté ? Peut-être dans un sens, mais il était trop tôt pour révéler ses plans en entier, même si le jeune homme semblait vouloir rester en dehors de ses histoires. De plus, Oswald se taperait certainement le plus grand fou-rire de sa vie – s'il en était capable – en entendant le duc misanthrope lui expliquer que tout cela était un plan pour épouser une vielle femme…

Non, franchement, pas besoin de cela en plus pour ajouter un peu de comique à la situation… Parce qu'elle était comique ? Eh bien… Les deux hommes semblaient décidé à s'envoyer quelques piques, ce qui rendait au moins l'ambiance assez détendu, puisqu'aucun des deux ne manquaient d'humour au point de prendre cela mal. La nouvelle du moment ? Eh bien Oswald venait de la dire le plus naturellement du monde, d'un ton qui manquait tellement sarcasme qu'on pouvait se demander… Si s'en était un justement. Il se moquait de lui ou était sérieux là ? Rufus avait un léger doute tant notre homme manquait expression par moment, sa neutralité ne l'aidait pas franchement à deviner ses pensées et ses intentions… Ce qui pouvait paraître pénible, mais qui finalement l'amusait tout de même, car cela lui donnait un challenge en plus, ce qui changeait un peu des crétin si simple à ennuyer. Mais finalement, il disait cela en bien ou mal qu'il ne ressemblait pas à son ancêtre le cher Rufus ? C'était un peu mystérieux, mais compte tenu du comportement de notre homme jusqu'à maintenant, on pouvait certainement classer cela dans les piques. Mais bizarrement, le rouquin n'était pas vraiment d'accord avec le plus vieux pour une fois – et pour une fois qu'on pouvait qualifier quelqu'un de plus vieux que lui hein… - . Pourquoi donc ? Pour une simple raison qu'il ne tarda pas à lui exposer, levant tout de même la tête pour regarder le Baskerville, certes plus grand que lui, mais aussi debout alors que lui n'avait pas pris cette peine, il était très bien assis pour le moment.

" Etrange dites-vous ? Je ne serais pas si catégorique moi. Certes, nos tempéraments doivent différer quelque peu d'après ce que je sais, mais il me semble aussi savoir que mon illustre ancêtre était un homme d'une grande intelligence… Ignorant des rapports humains et apte à se laisser avoir par certaines personnes il est vrai, mais tout de même assez malin pour coder son journal de manière à ce que personne ne puisse en lire les véritables lignes… Avant que je ne me penche sur la question bien entendu. Je dois donc lui ressemblait sur certains points pour avoir compris sa manière de penser. "

Non non, ce n'était pas du tout une façon de se jeter des fleurs en affirmant être au moins aussi intelligent que l'ancien Barma… Il pensait même l'être un peu plus, puisque lui ne se serait certainement pas laissé berner par un blondinet, qu'il avait pris soin de ne pas nommer devant Oswald, admirez donc ce tact ! En même temps, peut-être était-ce les erreurs passées qui avaient mise dans les gênes des Barma cette aptitude à ne pas se laisser avoir facilement, on ne pouvait pas vraiment savoir. Pas peu fière d'avoir démontré qu'il était un véritable Barma non pas par ses frasques, mais bien par son intelligence, le rouquin s'éventa un instant avec son instrument fétiche, laissant le Baskerville faire quelques pas vers… Vers ce qu'il voulait hein, c'était un grand garçon après tout. Celui-ci semblait un peu dans ses pensées, jusqu'à ce qu'il semble percuter quelque chose en posant sa main sur sa hanche, ou justement, c'est peut-être cette chose qu'il ne percuta pas qui le réveilla. Le brun se tourna alors de nouveau vers le seul interlocuteur disponible à la ronde – et oui, y en a qui n'ont pas de chance – pour se payer un culot que très peu de personne avait eu jusque-là… Demander un service à Rufus Barma.

Pourquoi personne ne faisait jamais cela ? Tout simplement parce que c'était comme demander à se prendre un coup de batte de baseball en pleine figure, totalement débile et autodestructeur. Comme si le rouquin était du genre à rendre service aux gens, franchement, c'était plutôt le genre de demande qui le faisait rire ça… Même pour le rencontrer en vrai – et non pas son illusion – c'était la croix et la bannière pour certain, alors lui demander de faire quelque chose qui ne lui rapportait rien, c'était totalement illogique. Voilà pourquoi le Barma ne tarda pas après un instant de réflexion à répondre avec un air songeur.

" Hmm… Je devrais pouvoir vous procurer cela facilement oui. "

…. Minute…. Il n'avait pas dit non ? Pire, il semblait même plutôt d'accord pour le coup, comme si cela ne lui coûtait rien de rendre service… Bon, en effet, cela ne lui coûtait pas grand-chose, mis à part pour son amour propre qui n'acceptait en général pas de s'occuper d'autrui. Se relevant de sa place pour aller rejoindre le Baskerville, le rouquin remarqua alors un oiseau posé sur l'épaule du brun… D'accord, sa nouvelle connaissance était un perchoir vivant ! Il faudrait qu'il le présente à son oiseau à lui tient, le contraste serait curieux entre la bestiole coloré et le jeune homme si… Neutre et peu souriant. Ne s'approchant pas trop pour ne pas faire fuir la petite bête, car oui, le Barma aimait bien les oiseaux et n'avait pas envie de de lui faire peur, il le regarda un instant avant de se rapporter à l'être humain… Enfin, celui qui n'avait pas de plumes quoi.

" Estimez-vous heureux, je suis d'assez bonne humeur. ~ " Fit-il avec l'un de ses sourires sûr de lui. " Vous me le revaudrez peut-être plus tard. Mais laissez-moi un peu de temps, je ne pense pas avoir cela sous la main… Je ne peux tout de même pas donner une épée de pacotille à l'ancien chef des Baskerville après tout, ce serait encore pire que de le laisser sans armes. "

Bon, d'accord, le Barma avait quelque chose derrière la tête et comptait lui faire revaloir ce service plus tard… Comment ? Il n'en savait rien, mais cela était bien pratique de savoir que quelqu'un vous devez un service et puis, comme il l'avait dit, il était d'assez bonne humeur, donc bien disposé à aider. Il ne lui restait plus qu'à trouver une épée…. Enfin, à dire à Liam de lui en trouvait une, ce qui lui ferait certainement tirer une tête assez marante, autant dire que c'était à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Jeu 7 Nov - 17:45

Au final on pouvait dire que les deux hommes ne s’entendaient pas si mal que ça ? Moui, c’était de bien grands mots que voilà, on ne pouvait pas dire qu’Oswald était réputé pour être particulièrement sympathique et souriant avec tout le monde. Pour ne pas dire qu’il avait été réputé pour n’avoir eu qu’un seul ami. Ce dernier ayant trouvé le moyen de le trahir le pauvre homme tout de même au final il n’avait pas bien de chance. Surtout qu’actuellement tout le monde était persuadé que ce dit homme avait été victime du chef des Baskerville, enfin de l’Ex-chef. Alors que ce dernier avait été la victime dans tout ça. Bon d’accord, il faut admettre que c’est un peu gros de le comparer à une victime, il faut dire que c’était un peu de sa faute aussi. Le brun l’avait au fond toujours un peu sût que les choses allaient mal se terminer s’il n’agissait pas avant, mais voilà certainement pourquoi un Glen ne doit pas agir selon ses sentiments mais bel et bien selon son devoir. Il n’aurait ainsi pas cru que rien ne puisse arriver que ce Jack ne sombre pas dans la folie à cause de la perte de sa sœur qui l’avait grandement affecté aussi. Mais non. Il aurait dût agir il ne l’avait pas fait. Au final il avait tenté de rattraper les choses en provoquant la chute de Sablier, bien que ce ne fût pas une chose qu’il avait apprécié ordonner. Il était Glen pas Oswald. Dans un sens, ce n’est pas plus mal que ce garçon soit aussi souvent sous le contrôle de l’esprit. Il est trop jeune, plus immature et ferait de mauvaises choses. Mais au final il souffrira tout de même, devenant simple spectateur de ce qu’il se passe autour de lui. En fait, généralement ce n’est pas quelque chose de bien de devenir Glen, surtout en temps de trouble, dire que ce trouble-ci est venu durant la période durant laquelle il avait ce rôle, de quoi le faire bien culpabiliser tient. Il en avait certainement, de même que des remords et de la colère, mais rien ne s’exprimait chez lui. Cela ne servirait à rien de toute façon. Il avait tout de même eu au final la chance de s’en sortir lui. Contrairement à d’autre… Une pensée pour sa sœur bien sûr… Que lui restait-il à faire… ?

Rien. A part peut-être passer le temps en compagnie du descend Barma tient. Cette famille il avait des rapports très bref avec l’ancien chef, il semblait niait de son point de vue, mais ce n’était certainement pas le cas. Du moins Rufus ne tarda pas à défendre ses ancêtres pour son intelligence qui lui avait permis de correctement coder son journal, le rendant incompréhensible aux yeux de tous sauf une seule et unique personne. Le Barma qui se tenait devant lui. Cela voulait dire qu’il savait tout sur la Tragédie hein ? Au moins une personne qui savait qu’Oswald n’était pas forcement le grand méchant qui avait décidé de réduire une ville et ses habitants en cendre par pur plaisir. Mais surtout que ce blond de Bezarius n’était pas celui que tout le monde pense. Bravo, au moins notre homme avait l’impression de ne pas parler à un idiot. En même temps c’est un Barma, cette famille était sur le fond toujours respectable si on retire les rumeurs qui cours sur Miranda. Affichant un sourire très léger à sa réponse, il pût également facilement déduire qu’il était du genre à vouloir défendre l’honneur de sa famille, comme beaucoup on peut dire. Il n’avait pas tort. Arthur était certainement niait, mais pas aussi idiot qu’il y  parait. Il n’était pas courageux, mais il n’était pas non plus totalement un lâche. Il avait trouvé le moyen de faire en sorte que la vérité traverse le temps sans que le concerné ne s’en rende compte non ? D’un côté il ne pouvait que le féliciter, maintenant que notre homme souhaitait clairement que Jack disparaisse. C’est un souvenir du passé lui aussi, il mérite de mourir non ? Laisser place à la nouvelle génération et laisser les chefs Baskerville poursuivre leurs destiné. Soufflant, il lâcha juste.

- Certainement. Un peu niait, mais loin d’être bête. Je le préfère à sa sœur au moins.

On ne s’en serait jamais douté mon cher Oswald… Finalement, il avait également énoncé une requête à l’égard du Duc. C’est presque étrange dit comme ça, mais personne ne se serait permis de lui demander quelque chose certainement. Mais il accepta sans faire de chichi. Bon d’accord, il avait tout de même dit qu’il allait lui revaudrai ça, mais sans plus. Il n’avait rien demandé en échange directement comme lorsqu’il l’avait fait quand Oswald lui avait posé une question plus tôt. Oh ce n’était pas si mal, surtout qu’il disait vouloir lui trouver quelque chose de bien, ce n’était pas de refus. Baissant un instant le regard il se contenta de le remercier. C’est la moindre des choses, il est bien éduqué notre homme.

- Merci.

Oui c’est court et ? Pas besoin de faire des remerciements de trois kilomètres de long pour être sincère, il le pensait, il le remerciait et c’est tout. En faire des tonnes c’est un peu trop poussé en plus. De toute façon, quelqu’un de bien éduqué ne vous sautera pas au cou en vous hurlant qu’il vous remercie. Cependant, il se demandait bien ce qu’un mort comme lui pouvait bien lui être utile. Comment lui rendre un service ? Il n’est plus le chef Baskerville, il n’a plus aucun pouvoir et Rufus sait certainement ce qu’il faut sur la Tragédie alors… Il reprit la parole pour demander.

- Et en quoi un mort revenu sur Terre peut vous être utile ? Une âme égaré ne doit pas être bien intéressante pour le Duc du savoir.~

Ben. Il lui soulignait qu’il avait cette réputation et ? Ce n’était pas méchant, et c’était même la vérité alors… Le pire c’est que ce pauvre Oswald ne savait au final quoi faire, il se retrouvait bêtement à la rue, n’ayant pas voulu retourner au repaire des Baskerville. Finalement, peut-être allait-il squatter le manoir des Nightray s’il ne savait pas où passer la nuit. Il n’y a plus personne et c’était toujours mieux que dehors. Il faut juste que  personne ne le voit. L’oiseau qui aimait jusqu’alors se percher sur son épaule le regarda un instant, puis pris un court instant son envol pour… Étrangement se poser sur le Duc roux… Au moins, c’est calme par ici.

[Pardon c'est court est nul ._. ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Lun 3 Fév - 15:09

Etait-il possible de détester une femme de tout son cœur et de bien arriver à s'entendre avec son descendant ? Visiblement oui si l'on posait la question à Oswald Baskerville. Il ne devait pas être bien rancunier après tout ou tout simplement plus malin que la moyenne et capable de faire la différence entre un Barma et un autre, n'en voulant pas bêtement à toute la famille pour x raison. En même temps, Oswald était forcément plus intelligent que la moyenne, sinon, le rouquin aurait du mal à le supporter. Hors, ce n'était pas du tout le cas, bien au contraire, il pourrait même facilement rentrer dans la case… Euh… C'était quoi le mot déjà ? Hm… Il l'avait sur le bout de la langue, mais là, ça ne venait vraiment pas. En tout cas, c'était une bonne catégorie qui ne comptait malheureusement pas beaucoup de monde. Certainement parce que le Duc ne supportait pas grand monde, mais bon, puisqu'il était largement supportable, autant ne pas s'en plaindre. Voilà pourquoi le Barma était peut-être un peu trop… Gentil pour le coup ? Depuis quand rendait-il des services aux gens franchement ? Il fallait avouer que cela était tout à fait exceptionnel, en tout cas sans que la contrepartie soit évidente à la base. Ce qu'il attendait du Baskerville, ou plutôt de l'ancien chef de famille ? Il ne le savait même pas lui-même pour l'instant ! Mais allez savoir pourquoi, son instinct lui disait que ce n'était pas une mauvaise chose d'établir ce genre de relation avec l'esprit égaré. Peut-être se ramollissait-il avec l'âge, mais bon, on pouvait tout de même lui faire confiance pour tirer parti de n'importe quelle situation. N'était-il pas un grand joueur d'échec après tout ? Sauf que là, on ne parlait pas de ce petit jeu sans intérêt, mais bien d'un jeu d'échec à taille humaine aux enjeux bien plus important et c'était bien le seul qui l'intéressait.

Au pire et bien… Cela lui aurait coûté une épée. On pouvait dire qu'il était assez riche pour se le permette, cela n'allait pas le ruiner hein. Il n'était pas non plus réputé pour être radin après tout, juste qu'il employait son argent à autre chose en général, comme déployer le réseau d'espionnage le plus conséquent des quatre duchés… Et bien quoi ? il aimait rester informé, c'était son droit non ? Enfin pour une fois, il achèterait une arme… Une fois n'étant pas coutume comme on dit. En récompense à sa gentillesse si rare, le Barma eut le droit aux remerciements on ne peut plus simple, mais visiblement sincère du brun. Ce qui lui fit se poser une question assez perturbante… C'était quand la dernière fois qu'on lui avait dit merci à lui ? Cela devait remonter hein… En même temps, il ne faisait pas grand-chose pour, puisqu'il aidait les gens uniquement par intérêt et que ces derniers n'étaient pas toujours ravi d'avoir besoin de lui, bien au contraire. En même temps, lui-même n'était pas un modèle de politesse hein… Il connaissait les bonnes manières, certes et était très bien éduqué, mais… Il n'avait pas non plus de raison de remercier les gens, surtout qu'il pensait que tout lui était dû, comme la plupart des nobles d'ailleurs. Le simple "merci" d'Oswald le laissa donc quelque peu songeur un instant avant qu'il ne finisse par reprendre la parole, plus pour lui-même que pour son interlocuteur d'ailleurs.

"… C'est drôle, je n'arrive pas à me souvenir quand on m'a remercié pour la dernière fois… "

Bon, peut-être qu'il perd un peu la mémoire aussi le pauvre vieux hein, mais bon, ce n'était pas si important après tout, d'ailleurs, il n'y pensa plus très vite, préférant écouter le Baskerville qui lui demandait ce qu'il pouvait bien vouloir d'une âme égarée comme lui. Oh, il fallait faire confiance au Barma pour trouver, il était doué pour mettre en place des plans tordus et se faire des relations utiles. Il ne fallait donc pas trop chercher à comprendre et le laisser faire ce qu'il voulait de son côté. Si cela ne plaisait pas au brun de faire partie de ses embrouilles ? Eh bien, il était libre hein. Mais de faire quoi ? Visiblement pas grand-chose, en tout cas, le Barma ne voyait pas bien ce qu'il comptait faire s'il ne voulait plus se mêler des histoires des Baskerville et de Pandora. Ce conflit était une bonne occupation mine de rien non ? En tout cas cela occupait bien les journées du Duc, c'était certain. D'ailleurs, sa nouvelle connaissance l'avait appelé Duc du savoir, preuve qu'il faisait bien son travail et que même quelqu'un de totalement coupé du monde ou presque était au courant. Encore une fierté pour aider l'égo du Barma à bien se porter tient… Mais par ailleurs, il ne fallait pas compter à ce qu'il réponde franchement au Baskerville. Un " je te garde sous le coude au cas où " serait peut-être un peu trop direct dirons-nous, il préféra donc lui répondre à sa façon détourné.

" Et pourquoi ne me seriez-vous pas utile ? Faites-moi confiance, j'ai mérité ma réputation. Je tire parfois beaucoup de choses de gens qui n'intéresse personne. Je trouverais bien quoi faire d'un fantôme. "

… Et oui, bienvenue officiellement dans la catégorie pions du Duc Barma. Pion respecté certes, mais il fallait tout de même savoir être utile dans la vie et au pire, si vous ne savez pas, comptait sur Rufus pour vous en trouver une. Bon, le pauvre Oswald voulait une vie normale en même temps… Mais pouvait-il vraiment l'avoir tant que ces histoires avec Jack n'étaient pas réglées ? Franchement, il en doutait, la rancune devait être trop forte selon lui. Allant pour reprendre sur ce sujet, le Barma fut finalement interrompu par le changement soudain de perchoir du piaf qui avait élu domicile sur le brun… Et qui avait finalement supposé que la tête du rouquin devait être tout aussi confortable… Ce qui fit presque loucher le Duc qui tenta de le regarder. Bon… ça c'était nouveau au moins, même les oiseaux sauvage l'appréciait maintenant, à croire que la proximité d'Oswald le contaminait déjà. Après un petit instant sans bouger à essayer de comprendre ce qu'il faisait là, à part lui picorer les cheveux bien entendu, le Duc glissa sa main dans l'une de ses poches pour en sortir un biscuit… Eh bien quoi ? Il en donnait au sien, il pouvait bien essayer avec celui-là non ? Eh bien de toute façon, il ne vous demandait pas votre avis. Il se mit donc à montrer le biscuit au piaf sur sa tête, ce qui le faisait paraître… Un peu ridicule c'est vrai, mais en même temps, le seul témoin était Oswald hein. C'est donc dans cette position qu'il reprit la parole.

" Par contre, si vous errez comme tous les fantômes, où suis-je censé vous trouver pour vous remettre cette épée ? Compter à nouveau sur le coup de chance serait un peu hasardeux malheureusement… "

En gros, ou compte tu aller petit fantôme ? Au moins, il avait une raison de poser la question pour une fois, ce n'était pas une simple intrusion dans la vie privée comme d'habitude. Il avait bien le droit de savoir où comptait se rendre le Baskerville de toute façon, ce n'était pas un secret d'état… Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald] Mer 23 Avr - 20:29

Un Barma et un Baskerville ça peut faire bon ménage ? On va certainement dire que cela dépend de qui on parle. Même si le simple fait d'énoncer le prénom Rufus devait certainement réduire la chance que ces deux être soient capable de s'entendre. Tout le monde pouvait soit craindre, soit être agacé par cet homme qui veut visiblement tout savoir sur tout pour avoir toujours raison et techniquement le dernier mot. Hors voilà, il avait en face de lui quelqu'un de très résistant. Capable de rester calme et ce dans n'importe quelle situation. Il avait même été capable de plus ou moins étouffer au final ses sentiments vis à vis de sa sœur lorsqu'il avait dût l'achever. Oswald était certainement un très bon chef des Baskerville, capable de faire la part des choses. Bien qu'il était connu pour quelques fois avoir des écarts de conduites lorsque que certains sujets étaient abordés. Mais bon, il avait d'avantage cette réputation d'être quelqu'un de calme. Voir même d'un calme effrayant, vous voyez ? Le genre de type capable de diriger le massacre de toute une ville sans même afficher la moindre expression de peine ou alors de regret. Mais ça c'était à force de savoir enfiler un masque comme bon lui semblait. A tel point qu'au final le grand brun semblait avoir du mal à s'en défaire, comme si montrer le moindre sentiment de sa part serait quelque chose d'inadmissible pour lui. Pourtant, il était maintenant loin de toutes ses responsabilités, mis à l’écart de ce conflit, il n'avait plus aucun rôle à jouer là dessus. Ainsi pourquoi ne pas se laisser aller ? Allez savoir... Mais il avait trouvé le moyen de lâcher quelques sourire à cet homme. Oh il est très fier de lui, mais au final le brun n'éprouvait visiblement aucune difficulté à lui lancer quelques piques. Peut-être était-ce le ton que ce dernier employait assez soit, donnant l'impression qu'il n'était jamais réellement cassant dans ses propos. Ce n'était d'ailleurs pas son but, juste le charrier, tout comme lui pouvait le faire. Il avait un fantôme en face de lui hein, pourtant il était bien fait de chair et de sang, respirait et bougeait comme tout le monde. Il était visible aux yeux de tous et aurait certainement le même genre de besoin que tout être humain comme devoir se nourrir ou même dormir. Chose qui allait être embêtante pour lui mais bon...

Souriant en coin lorsqu'il lui fit remarque qu'il ne se souvenait même plus de la dernière fois qu'on lui ait dit merci, le brun pensa alors que soit les gens de nos jours étaient devenu fort impoli, sinon c'est que le Duc avait pour sale manie de ne pas se montrer des plus sympathique avec tout le monde. Dans ce cas là, soit l'ex-chef Baskerville avait un fort taux de tolérance, soit il avait droit à un traitement de faveur. De toute façon, qu'importe la raison, il n'était pas une compagnie désagréable. Même si cet homme cherchait avant tout à utiliser Oswald pour avoir des informations comme il aime si bien en possédé, cela permettait à notre homme de se relâcher et d'un peu parler. Il n'allait pas se pointer chez les Baskerville, ni aller à Pandora pour le faire hein. Et puis parler au premier passant dans la rue n'aurait aucun intérêt. Comment de toute façon parler de cette histoire ? Que celui que tout le monde voit comme un héros n'est qu'en fait un menteur qui a changé le court de l'histoire dans les livres pour rendre son image plus belle. Si quelqu'un croisait le grand brun en sachant qu'il était le chef de ce clan qui a réduit Sablier à l'état de Ruine juste comme cela, bien des gens souhaiterait qu'il meurt une nouvelle fois certainement. Pourtant, n'était-ce pas suffisant qu'il ait vu son ancien corps utilisé pour un espèce de sceau ? Il avait de la chance de pouvoir avoir un nouveau corps semblable au dernier tiens. Je pense que pour le coup il pouvait remercier l'Abyss.

- Peut-être ne méritez-vous pas des remerciement à chaque fois ? A moins que les gens soient devenu impolis...

Avec ce petit sourire en coin, on pourrait presque penser que l'homme s'était trouvé une nouvelle passion, se moquer doucement des autres, se venger de toutes ce temps passer à ne rien dire. Mais non, même pas en plus... Croisant les bras, il ne souligna même pas le fait que Rufus avouait tout de même clairement qu'il comptait l'utiliser. Que c'était une relation purement de profit. Il avait une épée, en échange il serait à la disposition de Monsieur pour rembourser cette dette ? Moui, on pourrait dire qu'il était perdant, mais pour quelqu'un de seul comme lui, ce n'était pas si mal tout compte faire. Soufflant légèrement à ces mots. Il hocha légèrement la tête pour répondre à sa dernière question. Oui, il avait ignorer la phrase d'avant. Ce n'est pas plus mal non ? Cela évitait que Rufus ait l'impression que le brun ne veuille pas de ce statut...

- Je pourrais simplement passer à votre manoir. Soit vous me trouvez un moyen de rentrer de façon conventionnel, sinon je jouerais les fantôme. Donnez moi une date ? Il hésita un bref instant. Et puis, peut-être pourrions-nous discuter dans un endroit plus confortable la prochaine fois. J'avoue que je vais devoir me faire à nouveau à la vie dans la ville classique.

Eh oui, Oswald n'était pas directement devenu Baskerville, comme beaucoup de gens destinés à devenir Glen, il avait été ramené par le chef du clan, pour le garder et le former à son futur rôle. Des habitudes à reprendre hein... Mais à l'époque. Il y avait sa sœur avec lui... Certainement qu'il prendrait congé une fois une date de retrouvailles convenu, inutile de lui faire perdre d'avantage son temps dans un manoir en ruine... Non ? Les oiseaux qui jusqu'à maintenant squattaient un peu la conversation des deux hommes, s'envolèrent. Comme s'ils comprenaient que leur perchoir ne resterait pas immobile encore très longtemps forcément.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald]

Revenir en haut Aller en bas

Le fantôme des Baskerville… Ne hante pas forcément les ruines de Sablier. [Pv Oswald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Times ::  :: Tradimento :: Extérieur-