Partagez|

Un rêve en noir et blanc [pv Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Dim 3 Fév - 18:40

La nuit était calme, silencieuse, presque oppressante et Lacie écoutait le vent, allongée à l'abri d'une ruelle solitaire des ruines de Sablier. L'air était froid. La jeune femme frissonna. Mais était-ce seulement dut à la brise glacée ou à l'angoisse qui enserrait son coeur ? Elle était assise là, seule, au milieu de nul part parmi les décombres dont elle faisait presque partie à présent, l'esprit troublé, à la recherche de réponses. Machinalement, elle se mit à chantonner à voix basse, sa voix claire résonnant autour d'elle. La mélodie, triste et belle s'éleva doucement, une mélodie ancienne, s'accordant naturellement avec le décors dévasté, la rassurant en partit, lui permettant de retrouver quelque chose de familier dans ce monde qui à présent lui semblait presque étranger. Elle était restée là, après avoir découvert ce qu'il restait de sa ville, la ville où elle avait vécut, grandit, rit, pleuré et souffert. Un gouffre béant et sans fond. Plus familier que tout autre chose. L'abysse. Il ne restait plus rien du manoir, des jardins ni du monde qui avait été le sien. Seulement cet abîme sans fond s'étendait là, devant elle, comme pour lui rappeler qu'il serait à jamais sa seule maison et que la Lacie de jadis avait bel et bien été détruite. Cela avait quelque chose de troublant. De triste aussi sans doute. Une profonde solitude avait soudainement pesé sur son coeur. Et elle était partie, sans vraiment pouvoir s'éloigner, avant de s'allonger sous un vieux portiques abandonné, n'ayant pas le coeur de parler à qui que ce soit, préférant pour lit le sol rude mais solide et le calme des rues désertes à une auberge remplie de visages étrangers.

Où allait-elle chercher à présent. Elle ne savait pas vraiment où elle était, ni ce qu'elle cherchait. Être ici, bien vivante, lui semblait déjà presque surréaliste. Elle aurait du être morte, avalée et détruite par l'Abysse. Elle avait vécut dans l'attente de cet instant. Jamais elle n'avait réfléchit à ce qu'elle ferai si elle revoyait le monde un jour. Bien sur, elle s'était demandé pourquoi. Pourquoi était-elle toujours là? Pourquoi était-elle devenue une chain? Elle avait du se rendre à l'évidence. Personne ici n'aurait de réponse à lui donner et elle ne voulait pas retourner dans l'Abysse. Par tout suite du moins, car elle savait qu'il lui restait des choses à faire...Comme retrouver Oswald. Elle ferma les yeux, le coeur lourd, se remémorant cet instant, son dernier souvenirs avant la fin, son regard déchiré. Qu'avait-il bien pu se passer après? Comment la ville avait elle put être engloutie ainsi? Et les Baskerville...avaient ils été happés en même temps que la ville? Avaient-ils tous disparut. Cela lui semblait surréaliste. Elle voulait comprendre. Mais où chercher? Elle était rarement sortie de la capitale et ne connaissait personne en dehors de celle-ci qui puisse l'orienter. Elle devrait certainement se débrouiller par ses propres moyens. Les habitants du coin sauraient forcément quelque chose. Peut-être où trouver des membres des maisons ducales. Sans doute pourrait-on lui indiquer quelque chose là-bas. Mais pour l'instant il se faisait tard et elle était encore trop obnubilée par les images de destructions qui l'entouraient pour réfléchir clairement. La nuit lui porterai certainement conseil et se reposer était le mieux à faire pour l'instant. Elle se décala pour trouver un endroit à peu près confortable, au tout du moins aussi confortable que la pierre puisse l'être et s'y installa comme elle put.

Alors que le temps continuait de défiler, que la lune continuait sa course dans le ciel inlassablement, elle s'allongea, ferma doucement les yeux et laissa son esprit s'éloigner ailleurs, se perdre dans l'obscurité pour laisser la sombre réalité derrière elle. Puis, quelque part, bien qu'embrumée par le sommeil, elle reconnu une sensation étrange, familière, sentit une présence, entendit comme un appel. Elle le suivit sans se poser de question, suivant son instinct comme toujours. Jamais il ne l'avait trompée. C'est ainsi qu'elle arriva dans un lieu sans lumière, bien plus silencieux que la rue. Il ne lui fallut pas longtemps pour prendre conscience de l'endroit où elle se trouvait. Après tout, d'aussi loin que puissent remonter ses souvenirs, en tant qu'enfant maudite, elle avait toujours été connectée à l'abysse. C'était sans doute un lien encore plus fort à présent qu'elle était devenue une chain qui la connectait à ce dernier. Pourtant, quelque chose lui soufflait que tout cela n'était pas vraiment réel, que seul son esprit était-ici. De toute manière, cela faisait un moment qu'elle savait plus ce qui était réel ou non et ne cherchait plus à le savoir, alors elle se contenta d'accepter ce qu'elle voyait. Tout simplement. Elle n'hésita donc pas et avança sans vraiment se poser de question, d'un pas leste, dans l'obscurité, ses pieds effleurant un sol aussi noir que le reste de ce qui l'entourait. Elle n'avait absolument pas peur cependant et seule la curiosité la poussait en avant. Elle n'était probablement pas ici pour rien. Machinalement, elle rechercha cette présence familière qu’elle pouvait encore percevoir, mais il y avait quelque chose d'autre, quelque chose d'étrange...

Avant même qu'elle n'ait eut le temps de le réaliser, la jeune chain se retrouva tout à coup dans une pièce étrange, chaotique. Elle se figea un moment, profondément troublée par ce décors, par cette chambre, étrangère et pourtant familière. Les rideaux violets, le sol carrelé, quelque chose lui serra étrangement le coeur. Elle avait l'impression d'être subitement retournée en arrière, en haut de cette tour...De vieilles images lui revinrent en mémoire, la déstabilisant presque jusqu'à lui faire perdre l'équilibre. Elle balaya la pièce du regard. Des peluches de toutes sortes, soigneusement rangées sur leurs étagères la dévisageait. Cela aurait pu être inquiétant, mais elle se sentait au contraire étrangement à sa place ici. Son regard tomba sur un piano. Elle s'en approcha, sans réfléchir, repensant aux mélodies que son frère lui jouait parfois. Un sourire triste et tendre étira ses lèvres. Puis un bruit retentit derrière elle, la tirant de ses pensées. Elle fit volte face, le coeur battant et demanda d'une voix calme mais curieuse.

"Qui est-là?... C'est toi?"




Dernière édition par Lacie Baskerville le Dim 3 Fév - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Dim 3 Fév - 20:17


[Pandora Hearts OST - Daydream]


L'Abysse était agité. Il y avait beaucoup de déséquilibre en ce moment. Beaucoup de personnes étaient envoyées dans l'Abysse, et la Volonté en souffrait. Dans sa chambre, allongée sur le sol, elle hurlait de douleur. C'était insupportable. Pourquoi y avait-il tant de personnes dans l'Abysse en ce moment ? De plus, certaines Chains finissaient par montrer leur côté félon, ce qui obligea la Volonté à utiliser deux fois plus d'énergie pour les détruire. Elle n'en pouvait plus. Son pouvoir avait beau être décuplé, il y avait encore trop de pouvoirs stockés dans son corps. Dans un corps de fillette de 13 ans d'apparence. La Volonté, que l'on appelle plus intimement Alyss, se releva avec difficultés. Elle s'assit sur une table, et se remémora le jour où elle avait sauvée sa mère. Elle n'eut jamais le temps de lui dire, mais elle tenait beaucoup à elle. Le seul problème, c'est que la couleur de ses cheveux, et certains autre traits, lui faisaient penser à sa soeur jumelle : Alice. Elle l'aimait bien au fond sa soeur. Mais à cause de son suicide, elle était bloquée dans l'Abysse. De plus, elle était devenue une Chain ! Pourquoi l'avait-elle réincarnée en Chain ? Elle n'en savait toujours rien. C'est son coeur qui avait agit, pas elle.

Elle regarda alors toutes ses poupées, qui étaient entreposées sur une étagère. Elle eut un sourire amusé, lorsqu'elle vit la poupée B-Rabbit. Elle s'allongea alors sur la table blanche immaculée, et s'endormit. Alyss entrouvrit ses yeux, et se rendit compte qu'elle était encore dans sa chambre. Pourtant, l'atmosphère était légèrement différente. Elle se sentait chez elle, mais en danger. Elle regarda à travers les fenêtres, et ne vit plus l'Abysse. Où était-elle ? Certainement pas dans la réalité. Mais rêvait-elle ? Elle aurait pu mourir dans son sommeil qui sait. Alyss se dirigea vers ses poupées, qui se transformèrent en cendres à son contact. Elle toucha le rideau qui se trouvait juste à côté d'elle, et se dissimula derrière. Elle sentait une présence dans "sa" chambre. Cette présence ne provoquait pas de douleur par rapport à d'habitude, c'était une présence familière.

C'était elle. Cette jeune femme aux cheveux noirs soyeux, et aux yeux rouges, lui rappelant une partie de son caractère flamboyant. C'était véritablement elle. Lacie Baskerville, sa mère. Apparemment, celle-ci ne se rendit pas compte qu'une de ses filles était dans la pièce. Lacie se dirigea vers le piano.. Derrière le rideau, Alyss sourit, et "invoqua" sa poupée-chiffon, ayant l'apparence d'un Lapin Blanc. Cette poupée reflétait l'humeur en permanence d'Alyss. Elle était contente de retrouver sa mère, alors sa poupée qui avait une liaison avec elle sourit aussi. La poupée vola, et se dirigea derrière le piano. Lacie s'arrêta, et demanda :

"Qui est-là?... C'est toi?"

Le Lapin en chiffon laissa échapper un rire, venant de la bouche d'Alyss, et parla :

"Disons que cela dépend de qui tu parles..."

Alyss sortit du rideau, courut vers sa mère, et l'enlaça. Elle était contente de la revoir. Même si ce n'était qu'un rêve, bien que commun, et allait profiter des instants qu'elle allait passer avec sa mère.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Lun 4 Fév - 10:28

Une étrange poupée de chiffon en forme de lapin apparut en face d'elle, la faisant reculer d'un pas, légèrement méfiante. C'était une peluche assez mignonne, mais qui avait quelque chose d'étrange, de dérangeant. Elle ne s'étonna cependant pas outre mesure lorsque celle-ci lui sourit et se mit à parler, mais resta un instant perplexe face à sa réponse. Qui s'attendait-elle à croiser où juste dans ce rêve étrange et psychédélique, elle n'était pas sur de le savoir elle-même. Une étrange sensation lui rappelait le temps où elle pouvait percevoir cette présence, cette chose vivant au coeur de l'abysse. Mais elle avait l'impression qu'il y avait autre chose. Elle ignorait simplement ce que cela pouvait-être. Elle observa la peluche une seconde puis tendis là main vers celle-ci machinalement. Elle lui rappelait étrangement ces lapins jumeaux qui lui tenaient autrefois compagnie et qu'elle avait laissé dans l'Abysse, bien longtemps auparavant. Sans trop savoir pourquoi, elle songea soudain à son enfant. Avait-il trouvé son dernier présent? Il ou elle avait du être si seul tout ce temps... Était-il toujours quelque part dans l'Abysse? Son coeur se serra un instant et elle laissa retomber sa main contre sa hanche. Tout à coup, un bruit se fit entendre derrière elle.

Elle eut à peine le temps de se retourner vers l'origine de celui-ci que l'un des rideau s'écarta pour laisser place à une tornade de cheveux d'un blanc éclatant, qui s'élança vers elle et resserra soudainement ses bras autours de sa taille. Elle avait de bons réflexes et elle aurait certainement dut réagir plus rapidement, s'écarter, se méfier de cette présence étrangère. Mais quelque chose lui soufflait que cette chose, bien que dangereuse, ne lui ferai pas de mal. Surprise, elle baissa les yeux vers ce qui ressemblait étrangement à une jeune femme à la longue chevelure immaculée. C'est en apercevant son visage que l'évidence la frappa. Elle pouvait sans aucun doute retrouver d'elle dans ces traits, dans ce visage enfantin et pourtant rescellant une lueur de cruauté indéniable. Elle envisagea une seconde qu'elle soit simplement un reflet d'elle plus jeune avant d'écarter cette possibilité. Elle lui était très semblable mais était différente. Et cette présence... Sans vraiment savoir pourquoi, laissant ses instincts la guider, elle referma doucement ses bras autour d'elle dans une étreinte d'une tendresse étrange, la dépassant totalement. Sa respiration se bloqua soudain lorsqu'un autre début d'explication lui effleura l'esprit.

Elle s'écarta de la fillette, l'observa un instant, troublée, hésitante, légèrement méfiante et sentit son coeur se resserrer encore d'avantage. Était-ce possible que cette fille soit...Elle lui ressemblait tellement. Mais elle était si jeune. Elle secoua doucement la tête, tentant de retrouver ses esprits et demanda d'une voix plus hésitante qu'elle ne l'aurait souhaité.

" Où sommes nous exactement?"

Elle balaya à nouveau la pièce du regard. Était-ce seulement son imagination qui avait crée ce rêve? Où bien y avait-il autre chose? Tout semblait si réel. Et elle se tenait en face d'elle, l'air terrible, dégageant force et fragilité à la fois, si frêle qu'elle osait à peine s'en approcher, ce qui se heurtait à ce besoin étrange et irrépressible de la protéger de tout et de la serrer dans ses bras de l'emmener quelque part où elle pourrait être heureuse. Elle ne se souvenait pas à avoir jamais autant désirer quelque chose. Elle n'avait jamais vraiment rien désirer d'autre que la liberté et le bonheur de son frère et la force de cette conviction la laissait abasourdit. Être mère...peut-être était-ce cela? Elle n'y avait jamais vraiment réfléchit, elle avait toujours été persuadée que jamais elle ne pourrai voir son enfant, qu'elle mourrai avant d'en avoir l'occasion et qu'elle ne pourrai rien lui laisser d'autre qu'une peluche. Voir cette fille, debout en face d'elle, le regard brillant lui faisait soudainement prendre consciente du fait qu'elle était mère. Elle se souvint également du but de l'expérience de Revis et les pièces du puzzle commencèrent à se mettre en place, lentement mais surement. Elle leva la main vers le visage de la fille et écarta une mèche de ses cheveux retombant devant ses yeux, presque timidement.

"On se connait n'est-ce pas?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Lun 4 Fév - 18:34

L'hésitation de Lacie fit sourire Alyss. N'avait-elle toujours pas remarquée qu'elle parlait à sa fille ? Pourtant, cela paraissait évident. Elle lui ressemblait beaucoup. Alyss douta de la confiance qu'avais Lacie envers elle, jusqu'au moment où elle l'étreignit également. Alyss soupira. L'avait-elle enfin reconnue, sa jeune fille l'ayant attendue pendant 100 ans ? Il y eut un léger moment de pause, et Lacie s'écarta.

"Où sommes nous exactement ?"

Alyss se retourna. Elle n'en avait pas la moindre idée elle non plus. [/size][/color][/font]

"Disons que je pense que nous somme entre deux dimensions. Peut-être que cela est un rêve, mais un rêve n'est pas aussi réel que cela, donc... Je pense que nous devions nous rencontrer au moins une fois pour pourvoir nous réconforter mutuellement. Toi, le fait d'avoir vu ta ville natale ravagée, et le fait que ton frère a disparu, et moi le fait que.... Jack me manque terriblement, et que je suis en permanence enfermée dans l'Abysse. Et puis, c'est pas aussi amusant que ça d'être la Volonté de l'Abysse. Par contre, dans l'Abysse, on n'appelle cet pièce la chambre de la Volonté de l'Abysse. Plus clairement, ma chambre..."

Alyss fut surprise du mouve de Lacie. Celle-ci lui remit une mèche, qui retomba légèrement sur le visage de sa fille. Lacie l'a regarda, et lui dit :


"On se connait n'est-ce pas ?"

"Plus ou moins. Disons que nous ne nous sommes jamais parlées. En fait, tu m'as déjà vu plusieurs fois ayant l'apparence du Lapin dans tes rêves. J'essayais de te guider vers moi, mais tu étais tenace. Je pensais que tu viendrais, que tu saurais qui j'étais, mais en fait, je me trompais. Quand tu étais sur le point de saisir la patte de la peluche, tu me regardais, et tu partais, comme si je n'avais été qu'un souffle d'air. Je peux entrer en contact avec toute personne ayant déjà été dans l'Abysse. Et pourtant, je t'ai épargnée la mort, alors que je venais de devenir la Volonté de l'Abysse. Je me sentais seule, et je me sens toujours seule. Et pour une fois, tu as saisis ma main......"

Alyss se mit à pleurer à chaudes larmes. Pendant tout ce temps, elle l'avait attendue. Et maintenant, elle était là en face d'elle, même si elle n'avait pas la certitude que tout cela était réel. Soudain, elle s'arrêta, et se retourna brusquement vers l'horloge. Elle avait quelque chose e bizarre cette horloge. D'habitude, les aiguilles faisaient le tour du cadran en une seconde à peine, pourtant, elles bougeaient "normalement". Alyss regarda Lacie, et dit d'un ton bredouille :

"Si seulement..... Alice... Pouvait être là...."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Lun 4 Fév - 21:04

Elle resta figée un assez long moment, assimilant petit à petit le flot d'informations que la jeune fille venait de lui divulguer. Elle était d'accord avec elle sur le fait qu'il s'agissait certainement de plus qu'un rêve et moins que la réalité, même si cela l'avançait au final assez peu. Mais elle ne pouvait que rester troublée par ce doute qui était à présent une certitude. A savoir que c'était belle et bien sa fille qui se tenait en face d'elle. Le reste était confus, c'était beaucoup d'informations en peu de temps...comment savait-elle que Sablier avait été ravagé, qu'elle venait de le découvrir et son frère. Disparut? Comment disparut? Savait-elle quelque chose sur ce qui lui était arrivé? Ou devinait-elle cela uniquement à travers ses souvenirs de la veille? Elle ne savait que penser, cette enfant semblait savoir beaucoup de choses. Beaucoup plus qu'elle visiblement. Elle se figea, franchement déconcertée en l'entendant parler de Jack. S'agissait-il du même jack? Cet idiot aux yeux vides...il ne l'avait pas oubliée? Comment avait-il rencontré sa fille, avait-il prit soin d'elle en son absence, était-il ici, dans l'Abysse lui aussi? Elle savait qu'il aurait été capable de tout et n'importe quoi pour elle...mais elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il avait pu devenir après sa mort.

"Une seconde, attend de quoi parle-tu? Jack? Tu parle bien de Jack Bezarius? Tu le connais? Et mon frère, tu sais ce qui lui est arrivé? ...Depuis combien de temps est-tu enfermée ici?"

Il y avait une note de colère mêlé d'inquiétude dans sa voix lorsqu'elle acheva sa phrase et soudain la question lui apparut comme essentielle. Elle aurait du se le demander plus tôt! Surtout qu'elle savait, elle savait que le temps s'écoulait différemment dans l'Abysse, qu'il le distordait. Cette idée lui glaça étrangement les veines. Elle n'aurait su dire ce qui l'horrifiait le plus, l'idée de découvrir que ceux qu'elle avait connut étaient tous vieux ou morts ou bien celle que sa fille ai pu rester ainsi seule et abandonnée de tous au milieu de nul part si longtemps. Cette idée la révolta. Pourtant, c'était sa faute si elle c'était retrouvée ici...elle sentit la culpabilité lui nouer la gorge. Cela avait dut être atroce pour une jeune enfant, de devoir rester là, sans personne. Elle aussi était resté prisonnière tout ce temps...elle aurait aimé avoir quelque chose de meilleur à offrir à son enfant. La volonté de l'Abysse...Ainsi cette fameuse expérience avait été une réussite. Était-elle encore sa fille, ou bien la volonté, ou bien peut-être les deux. Cette idée, bien qu'étrange, lui paraissait encore être la plus réaliste.

" Ta chambre...le coeur de l'Abysse c'est ça? ça ressemble à la tour de Sablier."

Elle regarda à nouveau autour d'elle, il y avait une certaine nostalgie amer dans ces paroles. Cette pièce avait été pour elle une prison mais sa seule maison. Oui, elle se sentait sans aucun doute chez elle ici. Était-ce également le cas pour sa fille? C'était une belle chambre, mais elle dégageait également un froideur inquiétante et familière, un parfum de folie légère familier qui la fit sourire légèrement. Elle retrouvait un peu d'elle dans ce décors. Lacie baissa les yeux sur le sol carrelé et se plaça à pied joint sur l'une des dalle noire. Cela lui avait toujours évoquer un jeu d'échec géant et lui avait souvent rappeler sa place de pion. Lorsqu'elle évoqua les rêves, un voile sembla se lever dans on esprit. Alors c'était de là que venaient ces rêves? Elle n'avait jamais osé s'aventurer plus loin, elle n'avait pas voulut sortir de l'ombre, pas voulut revenir à elle. C'était son destin d'être loin de tout cela, de demeurer sans existence. Ou tout du moins le croyait-elle à cet instant...Elle s'en voulut immédiatement en percevant la détresse de l'enfant et resserra son étreinte dans un geste rassurant, comme pour la protéger de ses mauvais souvenirs.

"Pardonne moi je...j'ignorai qui tu étais. Je suis heureuse de pouvoir te rencontrer enfin... Comment t'appelle-tu?"

Malgré ses efforts, sa voix restait tremblante, laissant transparaître les émotions intenses et contradictoires qui bataillaient dans son esprit. Elle lui caressa doucement les cheveux alors qu'elle pleurait à chaude larmes contre elle. Puis elle cessa tout à coup de pleurer sans crier et gare et fit volt face pour jeter un regard étrange à l'horloge. Lacie suivit son regard. C'était une horloge ordinaire, berçant la pièce de son tic tac sonore. Le murmure de la fille aux cheveux blancs la surprit un peu. Alice? De qui parlait-elle? Une amie, peut-être?

"Quelle Alice?"

Tout en demanda cela, elle continua de tourner dans pièce, s'approcha de l'horloge, se penchant d'un pied sur l'autre en déséquilibre, suivant le balancement du pendule
avec un air curieux et perplexe. Puis fronça les sourcils un instant et demanda joyeusement.

"Tu as trouvé mes lapins non? Ils t'ont aidés à être moins seule toi aussi? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Mar 5 Fév - 19:33

Enfin ! Lacie savait que sa fille était devant elle. Et lorsque Lacie entendit le prénom Jack, elle dit :

"Une seconde, attends de quoi parles-tu ? Jack ? Tu parles bien de Jack Bezarius? Tu le connais? Et mon frère, tu sais ce qui lui est arrivé? ... Depuis combien de temps est-tu enfermée ici ?"

Alyss sourit légèrement. Ce nom lui donnait des frissons. Jack Bezarius... C'était bien lui. Celui qui l'avait aidé à supporter son isolement dans la tour où les Baskerville ont retenus Alice prisonnière. Comment allait-elle expliquer qu'elle avait eue deux filles. Une vivant actuellement dans l'Abysse, et une autre dans le monde réel. Et comment expliquer que celle-ci avait été enfermée par les Baskerville, car grâce à elle, ils pourraient mettre la main sur Alyss, la Volonté de l'Abysse. Comment lui expliquer que sa soeur l'a laissait venir une demi-journée dans le monde réel, pour s'évader un peu ? Comment expliquer que Jack lui avait fait connaître le monde extérieur en l'a faisant sortir. Comment Alice s'était suicidée ? Tout était si long... Elle n'était même pas sûre de pouvoir tout expliquer, même en une bonne heure de conversation.

"Pardonne moi je... j'ignorai qui tu étais. Je suis heureuse de pouvoir te rencontrer enfin... Comment t'appelles-tu ?"

"Je m'appelle Alyss. Et oui, je parle bien de Jack Bezarius. Je l'ai effectivement connu, bien que très peu. Il m'a aidée à supporter mon isolement. Mais c'est très très dur a expliquer, sans évoquer le moindre détail... Ton frère... Glen Baskerville, c'est ça ? La Tragédie de Sablier à été provoquée par Glen Baskerville. Personne, même les Baskerville n'ont su pourquoi il avait agit. Ils ont obéit, c'est tout. Le jour de la Tragédie, Jack Bezarius et Glen se battaient. Sablier tout entier a été plongée dans l'Abysse. Me causant par ailleurs d'atroces souffrances... Jack a soi-disant gagné le combat contre Glen, le laissant mort sur le sol, désolé de devoir tuer son meilleur ami. D'ailleurs, Glen et Jack ont crée une montre, portant une mélodie à ton nom. Et puis, le jour de la Tragédie, elle s'est suicidée en me laissant ici... Alice."

A ce moment là, Lacie renchérit :

"Quelle Alice ?"

"Alice, est ta deuxième fille. Nous sommes jumelles. Moi je suis née dans l'Abysse, et elle dans le monde réel. Les Baskerville l'on enfermée dans la tour de Sablier, et des Baskerville. Ayant toujours eu une connexion permanente avec Alice, elle me laissait sortir de l'Abysse une demi-journée, pour aller dans le monde réel. Pendant ce temps, elle prenait ma place. Un jour, j'étais dans la tour des Baskerville, où Glen me tenait prisonnière. Et ce jour-là, Jack Bezarius est venu à ma rencontre... Cet homme charmeur m'a aidé à me sortir de mon isolement. Il m'a fait découvrir le monde extérieur, nous somme allés pêcher, et pleins d'autres choses ! Je me sentais puissante, comme si je pouvais tout réaliser ! Et puis un jour, pendant que moi j'étais enfermée dans l'Abysse, Alice se suicida. Je n'ai jamais su pourquoi... Ce jour-là, elle m'a privée de toute liberté. Je ne pouvais, et je ne peux toujours pas sortir de l'Abysse. La Tragédie de Sablier a eue lieu il y a à peu près 100 ans. Ah aussi, Glen s'est "réincarné" dans le corps d'un jeune garçon nommé Leo Baskerville. Il vit en lui, comme Jack qui vit en Oz Bezarius."

"Tu as trouvé mes lapins non? Ils t'ont aidés à être moins seule toi aussi ?"[/quote]

"J'ai effectivement trouvé tes lapins. Le blanc est à moi, et le noir à Alice. Alice étant née dans le monde réel, n'avait pas trouvé le sien. Mais en se suicidant, je l'ai transformé en Chain grâce au Lapin Noir. Alice est une Chain se transformant en géant Lapin Noir pendant les combats. Elle est surnommée B-Rabbit ou le Lapin Noir Baigné de Sang."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Mer 6 Fév - 11:28

Alice, Jack, Glen Sablier...tant de choses semblaient s'être passées pendant son absence.Cela semblait absolument surréaliste. Cela dit, elle n'avait connut Oswald qu'en tant que Glen, cela signifie donc certainement que la cérémonie avait réussit. Elle se demanda une seconde ce qui était arrivé à Revis, puis à son frère...Avait-il déjà trouvé un descendant, que c'était-il vraiment passé à Sablier et dans quel mesure sa fille était-elle au courant de tout cela alors qu'elle était née et avait grandit dans l'Abysse? La suite la laissa abasourdi et elle serra les poings jusqu'à s'en faire blanchir les phalanges. Cela ressemblait à une mauvaise blague...c'était impossible. Pourquoi? Pourquoi Jack aurait-il tuer son frère? Qu'est-ce que Glen lui avait fait faire? C'était totalement absurde. Était-ce vraiment possible, possible que ce soit son frère qui ai fait plonger la capitale entière dans l'Abysse? Elle ne parvenait pas à l'imaginer faire une chose pareil. Mais elle ignorait trop de choses. Et jack comme héro salvateur. Sans trop savoir pourquoi, elle doutait fortement de la réalité de cette partie. Jack n'était sans doute pas mauvais, mais elle aurait été prête à parié qu'il n'était absolument pas du genre à se sacrifier pour des inconnus...il était bien trop...vide. Il lui manquait certainement une bonne partie de la réalité.

Puis Alyss et...Alice? Une...une deuxième fille? Cela n'avait pas de sens! Des jumelles, elle avait eut des jumelles...quelles étaient les chances que cela puisse arriver, elles semblaient infimes. Et comment cette autre Alice était-elle retournée dans le monde réel? Elles étaient née de son corps malmenée par les ténèbres de l'abysse et l'une d'elle seulement en était revenue. La volonté l'avait-elle renvoyée après avoir obtenue un corps? Cela paraissait étrange, mais pas impossible. Et puis, cela expliquait peut-être pourquoi ce lieu lui semblait si familier et comment sa fille en savait autant sur l'histoire de Sablier. Son autre enfant avait été enfermée comme elle, c'était assez logique, étant donné qu'elle était le fruit de l'expérience de Revis. Son frère l'avait-il apprit? Cela avait dut être si difficile pour lui de voir son visage, si semblable au sien tout les jours. Et Jack? Que lui avait-on dit...Avait-il de veiller sur sa fille pour elle. Cela la troublait. Elle savait qu'il aurait tout sacrifier pour elle, mais ne c'était pas attendu à une telle maturité de sa part. Alors ses filles n'avaient pas été vraiment seules...Un étrange soulagement s'empara d'elle. Elle n'était pas certaine de ce qu'elle pensait de cet homme, mais au moins, il avait épargné à son enfant la triste solitude qu'elle avait endurée si longtemps. Pour cela au moins, elle lui était vraiment reconnaissante...

Elle l'était en tout cas jusqu'à ce qu'Alyss lui révèle que sa soeur c'était suicidée. Comment en était-elle arrivée là? Que lui avait-ils fait. Lacie ferma les yeux, la douleur lui vrillant le coeur. Peut-être..sans doute avait-elle une bonne raison. Elle espérait de toute ses forces que le désespoir ne l'avait pas poussé à cet acte, qu'elle n'avait pas de regret...Elle ne put retenir sa rage, sa frustration et sa tristesse plus longtemps et poussa un cri douloureux avant de frapper l'horloge et d'en briser le cadran. Les éclats de verre s'étalèrent à ses pieds, d'autres restèrent fichés dans sa main. Elle s'en fichait, de toute façon ce n'était qu'un rêve et la douleur lui était totalement égale, à l'instar de son sang qui gouttait sur le sol. Cent ans...sa fille, son frère, tous ceux qu'elle avait connut étaient morts depuis cent ans! Elle sentait soudain son impuissance la rendre folle et explosa d'un rire tranchant et un peu hystérique et fit soudainement volt face vers la jeune femme aux cheveux blancs, se retenant de la frapper au dernier moment en se rappelant qu'il s'agissait de sa propre fille et qu'elle n'était pas responsable des mauvaises nouvelles qu'elle venait de lui annoncer. La rage de l'impuissance intolérable brillait pourtant dans son regard. Elle resta immobile, tremblante et se relâche très légèrement en entendant ses derniers mots. Ainsi, Jack et sa fille existaient toujours...quelque part. Elle laissa retomber son bras et dessera lentement le poing.

"B-Rabbit tu dis? Et...est-elle toujours dans l'abysse?"

Elle secoua la tête et se mit à faire les cent pas pour évacuer la colère qui brûlait encore en elle. Se concentrant sur sa respiration et tentant de mettre les choses en ordre.

"C'est toi qui m'a changée en chain...pourquoi? Qu'est-ce que tu attend de moi ou juste? Mon frère est mort, comme tous ceux que je connaissais ou presque! J'ai disparut pendant cent ans, cent ans! Qu'est-ce que je suis censée faire maintenant? Je devrai être morte."

Cela n'avait aucun sens, absolument aucun sens. Elle fixa le carrelage, noir, blanc, noire blanc, blanc noir...elle était encore un pion cette fois. Elle le serai toujours c'était évident non? Mais elle ne connaissait même pas sa couleur, ignorait de quelle partie il était question. Elle n'avait simplement rien à faire là...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Mer 6 Fév - 19:48

Alice... Alyss repensa au moment où Oz, celui qui détient Jack en lui, avait choisi sa soeur. Pourquoi elle ? Alors qu'il ne l'a connaissait à peine ? Pourquoi le véritable Jack n'était pas intervenu pour choisir à sa place ? Pourquoi ?!

"Elle était dans l'Abysse, il n'y a pas si longtemps que cela. Tout cela est encore un peu flou à mes yeux. Elle a fait un contrat illégal avec... Oz... Autrement dit... Jack.... Il l'a choisit elle, est pas moi ! Pourquoi a-til fait cela ?! POURQUOI ?!"

Alyss se tenait la tête. La rage de sa mère mêlée à la sienne pourrait détruire l'Abysse entier ! Encore heureux, elles n'étaient que dans un rêve, même si tout semblait parfaitement réel à leurs yeux... Et voilà maintenant Lacie qui posait cette question interdite : "C'est toi qui m'a changée en Chain... pourquoi ? Qu'est-ce que tu attends de moi au juste ? Mon frère est mort, comme tous ceux que je connaissais ou presque ! J'ai disparu pendant cent ans, cent ans ! Qu'est-ce que je suis censée faire maintenant ? Je devrai être morte."

Pourquoi l'avait-elle changée en Chain ? Parce qu'elle jugeait utile qu'un jour, elle ait besoin de sa mère pour accomplir quelque chose ! Et ce jour pourrait arriver très bientôt, et c'était peut-être même pour cela qu'elles avaient fait une sorte de rêve commun ! Tout cela semblait si évident ! Sous la fureur d'Alyss, les touches du piano finirent par se décrocher littéralement, et à tomber sans l'anti-gravité de cet endroit. Alyss était à présent agenouillée, se tenant encore fermement la tête, les yeux remplis de larmes.

"Pourquoi je t'ai changé en Chain ? Je.... C'est parce que.... Une raison... Il doit y avoir une raison... On ne devrait pas m'obliger à la chercher.......... Toujours.... On m'a toujours persécutée.... Pourquoi m'a-t-on haïe ? Pourquoi ?... J'ai pardonnée... J'ai fait part de gratitude... Et on me demande le pourquoi du comment ?.... Je... J'ai... J'ai des souvenirs douloureux... Elle m'a coincée ici... Il m'a abandonné..... Elle l'a choisit.... Il a accepté...... Ils me recherchent pour me tuer..... IMPARDONNABLE !!!!! POURQUOI ?!"

C'en était trop pour elle. Plusieurs fois, elle avait été trahie. Elle n'aimait pas que l'on lui pose des questions. Elle agit, à point c'est tout. Lorsque vous voyez quelque chose que vous aimez, vous ne vous demandez pas pourquoi vous avez réagit ainsi ? Vous n'avez pas le temps de réfléchir à ça ? La douleur était plus qu'insupportable. Alyss s'effondra, et se roula de douleur. Elle criait, les larmes coulant désespérément sur son visage. Elle avait besoin d'aide pour surmonter tout cela. Et l'être qui pouvait le faire n'était plus à sa disposition. Il était ailleurs, en train de.... Elle n'en savait rien. Elle perdait au fur et à mesure du temps le contrôle de ses pouvoirs. Ils étaient devenus si soudainement puissants. Elle ne savait pas les gérer, et elle ne le saura certainement jamais. La douleur commençait à la consumer. Des chaînes venaient d'apparaître autour d'elle, l'a plaquant littéralement sur le sol. Elle ne pouvait plus bouger, même la douleur ne pouvait la faire bouger. Elle était prisonnière d'elle-même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Ven 8 Fév - 10:02

La violence de la réaction d'Alyss la désarçonna et elle dut s'écarter lorsque le piano se mit à se désagréger devant elle dans un son discordant et profondément pénible, reflétant sans aucun doute toute la rage de celle qui avait provoqué ce chaos. Si elle avait été quelqu'un d'autre, elle aurait eut de quoi paniquer, car toute la pièce menaçait de s'écrouler sous la saute d'humeur de sa fille, qui semblait pourtant si mature et calme une seconde auparavant. Elle lui ressemblait plus qu'elle ne l'avait cru et pas seulement sur le plan physique. Elle ignorait s'il s'agissait d'une bonne ou mauvaise chose sachant qu'elle était celle qui avait le contrôle de l'Abyss... Seulement, voir pleurer cette enfant lui fit ressentir plus de peine que de peur. Elle n'avait pas chercher à la blesser, simplement à comprendre. Mais au final, c'était une question stupide non? Elle n'avait pas eut de parents pour l'aimer et veiller sur elle, elle non plus. Elle n'avait même jamais vraiment su en quoi cela pouvait consister, alors il était pour le moins déstabilisant de se retrouver face à son propre enfant. Mais elle comprenait que celle-ci ai eut besoin d'une présence familière dans sa solitude. Elle connaissait ce sentiment. Les larmes d'Alyss coulèrent et son désespoir empli soudain tout l'espace, tellement grand qu'elle manqua d'en perdre pied et se plia en deux sous la force de la tension régnant dans la pièce. C'était une douleur sans fond, bien au delà de sa compréhension. Elle eut soudainement l'impression que sa tête allait exploser, retint un cri de douleur et tomba à genoux sur le sol.

Était-ce la volonté de l'Abysse qui provoquait cela. Elle pouvait nettement sentir sa présence cette fois, pleine entière, bien plus âgée qu'elle, bien plus forte qu'elle, prenant le pas sur tout le reste. Comment le corps de son enfant pouvait-il supporter cette toute cette puissance démesurée? Il lui suffit d'un regard vers Alyss pour comprendre. Il ne pouvait pas. Cette vision l'horrifia. Elle pouvait sentir l'énergie déborder d'elle, rendue incontrôlable par la crise de nerf de la jeune fille menaçant de tout engloutir, enchaînant l'enfant aux cheveux blancs au sol. Elle pouvait lire, sentir et goûter la terreur et la souffrance insoutenable qui se dégageait d'elle. C'est certainement ce qui la poussa à se rapprocher, malgré la vague de puissance qui la clouait presque au sol et aurait fait fuir n'importe qui d'autre. Elle ne pouvait l'abandonner ici, elle ne pouvait la regarder se détruire elle-même sans réagir. Elle n'était rien, n'avait aucun pouvoir, ne pouvait certainement rien faire. Mais elle était la mère d'Alyss. Et sa fille avait besoin d'elle. Il ne lui en fallut par plus pour continuer de s'approcher d'elle en rampant à moitié, jusqu'à atteindre son corps enchaîné. Elle tendit les bras vers elle, la serra de toute ses force et déclara d'une voix pleine d'une confiance inébranlable dont elle ignorait l'origine.

"Je ne les laisserai jamais te faire du mal!"

Et ce fut soudain une évidence. Elle ferai tout pour protéger cette personne, qu'il s'agisse de sa fille, de la volonté, ou des deux. Si quelqu'un lui voulait vraiment du mal, bien qu'elle ne comprenne pas forcément exactement le pourquoi du comment, elle l'en empêcherai. Cela lui semblait si clair à présent. Elle n'avait aucun doute. Si elle était revenue, c'était certainement pour protéger ses filles. C'était aussi pour cela qu'elle se trouvait là. A présent, les choses prenaient un sens. Et quoi qu'il lui en coûte, elle se battrai contre ceux qui tenteraient de lui faire du mal. Lacie ferma les yeux et doucement, elle fit la seule et première chose qui lui vint à l'esprit. Elle se mit à chanter. D'une voix douce, calme, comme une berceuse triste et belle, une mélodie familière. Comme pour lui offrir son essence, pour lui parler au delà des mots, lui faire comprendre quelle était là. Qu'elle n'était pas seule. Une voix, un souvenir s'imposèrent à son esprit, comme pour l'encourager.

*lorsque j'étais seul, je me chantais souvent cette chanson et c'était un peu comme si tu était avec moi.*

Elle ferma les yeux et espéra qu'au delà de la souffrance, elle pouvait ressentir cette chaleur qu'elle tentait de lui faire parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss] Sam 9 Fév - 14:04




[Pandora Hearts OST - Will]


Les paroles chaleureuses de Lacie calmèrent instantanément les convulsions d'Alyss. C'était un effet immédiat. Alyss s'immobilisa un moment, et releva légèrement sa tête. *Ses paroles, c'est comme si, elles étaient un antidote...* Alyss jeta un regard sur la pièce dévasté, qui donnait vue à un trou noir sans fond. Ce qui était sûr et certain à présent, c'est qu'elle ne pouvait que rester ici. Étaient-elles emprisonnées pour l'éternité ici ? Alyss se releva, mais un vertige lui fit mettre une main sur la table. Un avertissement ? Elle regarda sa mère encore plus attentivement. C'était sa mère, elle n'avait plus aucun doute là-dessus. Elles avaient à peu près les mêmes réactions, et elles mettaient en pièce la salle qui les entouraient. Des larmes remplirent les yeux d'Alyss. Sa mère, elle l'avait sauvée de sa peur ? Elle n'était plus seule désormais.

"Ma...man...."

Alyss joignit ses mains à celles de Lacie, et s'agenouilla. Soudain, elles se retrouvèrent dans une sorte de souvenir, qui fonctionnait exactement de la même manière que ceux d'Alice. C'était la scène où Alice, ou plutôt Alyss, fit la rencontre de Jack. Alice était au bord de la fenêtre, lorsqu'un homme vêtu de vêtements verts, tomba de l'arbre. Il était blond, et il avait une longue tresse, lui arrivant jusqu'au bas du dos. Alice le regarda, et lui demande si tout allait bien. Celui-ci lui répondit que oui, et lui demanda son nom. Quelques minutes plus tard, le prénommé Jack était rentré dans la tour d'Alice, où ils discutèrent tous les deux. Jack demanda alors à Alice, pourquoi était-elle enfermée ici. Celle-ci lui répondit alors :

"Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que tout le monde me déteste..."

Beaucoup de souvenirs défilèrent. Ceux où Jack faisait sortir Alice de sa tour, pour lui faire visiter le jardin des Bezarius, ou alors des forêts, ou encore même traverser des lacs. Le souvenir où Jack découvrit qu'il y avait deux Alices défila également. Celui où Alice se suicida aussi, et même celui où Glen avait perdu la tête. Après que tous les souvenirs furent passés, les deux filles retournèrent dans la pièce où elles étaient auparavant, enfin tout du moins, ce qu'il en restait après la catastrophe précédente. Alyss mit une main sur le mur, et dit à Lacie :

"Voilà tout ce qu'il s'est passé... As-tu tout compris maintenant ?

Cette question était absurde. Comment Lacie pouvait comprendre tout ce qu'il s'était passé en si peu de temps ? Et puis maintenant, elle voudrait certainement retrouver sa deuxième fille Alice, puisque maintenant elle peut aller dans le monde réel, puis dans l'Abysse. Comment Lacie allait-elle apprendre que ses deux filles étaient en conflits permanent ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un rêve en noir et blanc [pv Alyss]

Revenir en haut Aller en bas

Un rêve en noir et blanc [pv Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Times ::  :: L'Abyss :: Chambre de la Volonté de l'Abyss-